Pierre Bourdieu : le « militantisme scientifique »

Martine Arino

 

L’année 2002 commence bien mal, Pierre Bourdieu nous a quittés mercredi 23 janvier. Des universitaires en passant par la classe politique et les acteurs sociaux, la disparition du sociologue philosophe a suscité de multiples hommages. Ce texte n’a pas la prétention d’en être un de plus, mais a pour projet de retracer l’itinéraire d’un sociologue impliqué.

Si l’un des messages d’Émile Durkheim au sujet de l’implication de la sociologie était de ne pas en faire de l’art pour l’art, Pierre Bourdieu n’a eu de cesse durant son existence de lier savoir, intervention et dénonciation, ce qu’il appelait « le métier de sociologue ».

L’immensité de son œuvre (343 publications et 7000 pages Web à ce jour) et de son combat auprès des dominés en font la figure dominante du champ de la sociologie française.

Né le 10 août 1930, à Denguin dans les Pyrénées Atlantiques, il rentre en 1951 à l’École normale supérieure pour obtenir trois ans plus tard une agrégation de philosophie. Après son service militaire en Algérie, il devient assistant à la faculté de lettres d’Alger. C’est ainsi que les premiers ouvrages prennent l’Algérie pour terrain (Sociologie en Algérie, 1958 ; Travail et travailleurs en Algérie, 1963). Il rejoint ensuite la France pour être nommé assistant à la Sorbonne puis maître de conférences à la faculté de Lille.

En 1964, il devient directeur du Centre de Sociologie de l’Éducation et de la Culture. Après la critique du fondement de l’enseignement supérieur, il élargit ses champs et embrasse des domaines et des terrains très divers : culture, art, littérature, politique, média et misère sociale.

Pierre Bourdieu va alors créer les Actes de la recherche en sciences sociales l’une des publications les plus reconnues en sciences sociales, puis il dirigera des collections d’ouvrages – « Le sens commun » aux Éditions de Minuit et « Liber » au Seuil.

1981 sera l’année de la consécration, il devient titulaire de la Chaire de Sociologie du Collège de France. Sa reconnaissance est alors internationale, directeur du Centre de sociologie européenne, docteur honoris causa de la Freie Universitat de Berlin et de l’université de Goethe de Francfort, membre de l’Académie européenne et de l’American Academy of Arts and Sciences, médaille d’or du CNRS et d’Huxley.

Outre son parcours institutionnel, ce qu’il y a de passionnant chez Bourdieu c’est cette pensée qui se pense soi-même, cette auto-réflexion (voir notamment Question de pratiquesLes Méditations pascaliennes). Au fil de son cheminement, il a forgé ses propres outils méthodologiques démontrant que la sociologie doit être mise en œuvre dans nos actions quotidiennes afin de dénoncer les mécanismes de reproduction des inégalités.

Ainsi tout au long de sa vie, il s’est interrogé sur la constitution des institutions sociales en posant la dialectique de la perception du monde par les agents (Les HéritiersLa reproductionLa distinctionHomo academicusLa Noblesse d’ÉtatCe que parler veut direSur la télévision et la Domination masculine).

Ses analyses constituent les armes de son combat, ce qui amènera Pierre Carles à lui consacrer en mai dernier un film : La sociologie est un sport de combat.

À cette question existentielle, il lie la volonté d’aller lui-même voir sur le terrain en quoi la société impose sa domination, son livre La misère du monde en est un brillant témoignage ; de même que son implication dans des mouvements sociaux en apportant son soutien aux « sans voix » (création du comité international de soutien aux intellectuels algériens CISIA en 1993 ainsi qu’aux grévistes et sans-papiers en 1995).

Ennemis ou partisans, ses concepts ont formé des générations entières de chercheurs, il est une référence incontournable. Je lui laisse le dernier mot, en me tournant vers ses héritiers orphelins. Il avait écrit au sujet de Maurice Halbwachs :

« J’ai la conviction que l’entreprise scientifique qui a été interrompue par la mort d’un savant tel que Halbwachs attend de nous sa continuation » …

 

9 Pierre Bourdieu militantisme scientifique martine arino


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search