De la prise de nouvelles : entre public et citoyenneté ordinaire

La rue de la République à Marseille avant sa réhabilitation.

 

 

Jean-Stéphane Borja

 

Sociologue, sa thèse soutenue en 2013, s’intitule : Vie et mort d’un problème public. Autour du problème de la rue de la République à Marseille. Il a par ailleurs co-dirigé l’ouvrage Attention à la fermeture des portes ! Citoyens et habitants au cœur des transformations urbaines : l’expérience de la rue de la République à Marseille (éditions Commune, 2010). À paraître prochainement : Street corner democracy. Ethnographie politique d’un processus de rénovation urbaine à Marseille.

 

L’approche de la citoyenneté ordinaire marque indéniablement une rupture qui offre l’opportunité d’un regard quelque peu rafraîchi concernant les rapports à la politique. Mon objectif sera de prendre au sérieux ce « rafraichissement » et d’en explorer certains ressorts. Il s’agira en effet d’esquisser une citoyenneté qui s’écarte quelque peu des jalons dont elle fait usuellement l’objet, que ce soit en termes de mobilisations, d’actions collectives, de conflits, de mises à l’agenda, de participation ou d’initiative citoyenne. Pour ce faire, je vais repartir de la question du public. À travers elle, et dans une veine pragmatiste, il s’agira de situer ce qu’il y a de potentiellement politique dans ce quotidien, d’appréhender ce qui relève d’un possible, c’est-à-dire d’un pouvoir, celui en l’occurrence du public. J’opérerai notamment un focus sur la « prise de nouvelles » lors des rencontres anodines. Je ferai valoir le potentiel politique inhérent à la question du lien. Toutefois, je dirai aussi mot sur les évitements et les disparitions de personnes « connues », et leur conséquence sur la manière de penser « du public ».

Pour ce faire, je vais me baser sur une ethnographique politique centrée sur le « problème de la rue de la République » en centre-ville de Marseille. Au milieu des années 2000, cette artère du centre-ville a en effet été le théâtre d’une mobilisation d’ampleur, face à la menace d’expulsion de ses habitants dans le cadre d’une opération publique de réhabilitation. L’un des deux grands propriétaires (multinationales détenant 1 500 logements avec une vacance prononcée) affiche clairement des velléités à se séparer de tous ses locataires. Sans ménagement, celui-ci résilie les baux des locataires, exerce des « pressions » pour trouver « des solutions de départ », en recourant notamment à des dits « médiateurs », qui ne sont rien d’autres que ses employés. Face à cela, une mobilisation prend forme. Celle-ci est portée par les militants de l’association « Un centre-ville pour tous », association qui lutte depuis quelques années pour préserver un centre-ville populaire. L’objectif de cette ressaisie collective fut alors d’assurer une défense des droits des locataires « menacés », à travers un travail de remédiation juridique, qui visait à créer des jurisprudences en matière de protection des droits des locataires et permettre à ceux-ci de rester chez eux.

Il reste que si un problème public s’est ici cristallisé à l’automne 2004, celui-ci a pris une tournure bien singulière, en ce qu’il n’a pas tout à fait défini une « dure réalité » allant de soi ou emprunte d’évidences.

Parler de problème public renvoie en effet à une perspective dite « pragmatiste ». Cette perspective conçoit un monde fait d’expériences et de contingences (Zask, 2004). Tant que l’expérience rassure les hypothèses, les croyances, les a priorique l’on « a » sur le monde, une certaine continuité est garantie à celle-ci (Dewey, 2003). Toutefois, lorsque quelque chose ne va pas, que cette continuité est troublée d’une façon ou d’une autre, de façon durable et persistante, les individus qui en sont affectés peuvent chercher à éclairer « ce qui ne va pas » et se constituent alors en public.

Par cette enquête, ce public définit ainsi un problème et des issues, il produit de la connaissance. Le geste politique se situe alors dans ce passage entre un rapport privé empiétant sur d’« autres », à la définition d’un problème par ces « autres » affectés, et de régulations généralement placées sous le joug des pouvoirs publics (Gusfield, 1981).

Cependant, ce processus n’a rien d’un long fleuve tranquille, ni de vraiment consensuel (Cefaï, 2002). Ce caractère pour le moins tourmenté et instable fut particulièrement marqué sur la rue de la République (Borja, à paraître). Or, que cela ait pu être le cas offre à mon sens la possibilité de voir à l’œuvre un exercice démocratique. Cela suppose en cela d’emprunter une piste peu explorée, qui consiste à développer une réflexion à partir du public[1], à s’enquérir ethnographiquement du travail au quotidien de ce qui a pu ici faire ou non problème pour ce minimum de public, et à envisager qu’au cœur de ces processus de problématisation publique, la connaissance est autant affaire de savoir que de rencontres et de relations. En clair, cela revient à dire que, dans une enquête, on fait connaissance autant que l’on produit de la connaissance.

Or où fait-on connaissance ? Où est-on « présenté à… » ? Où croise-t-on ses connaissances ? Où se donne-t-on rendez-vous ? … Dans les espaces, lieux et moments publics. Par exemple, sur la rue de la République, ce fut le cas dans la rue, au bar, dans les laveries, les espaces marchands et commerces, lors ou en marge des réunions publiques, aux pieds des immeubles, etc. Au regard de l’étoffe d’un tel lien, on pourrait aller jusqu’à concevoir le public comme un groupe social en devenir comme le suggéra R. E. Park (2007). Mais encore convient-il de ne pas négliger ce qui vient parasiter ces processus a priori tracés. Ne serait-ce que pour compléter l’analyse, il importe de porter une attention resserrée au motif de l’évitement ainsi qu’aux « liens faibles » comme le dirait I. Joseph (1997), dans une veine toute goffmanienne. Car en effet, si l’on peut faire connaissance, réchauffer du lien, et incidemment – pour ce qui va nous concerner – « prendre des nouvelles » dans les espaces publics, la question est ici de savoir où peut-on aussi s’éviter, se conduire en étranger, être dans une ignorance sinon dans les espaces « dotés » d’une telle publicité[2]. Du point de vue du problème public, cela revient à se demander dans quelle mesure, comme y insiste J. Dewey (2003), ne peut-on pas y voir ce « public idéal », composé de personnes étrangères les unes aux autres.

De là, il est possible de préciser la proposition de ce papier. Dans ses limites, il sera bien question de concevoir le public comme ferment de citoyenneté. Et afin de donner un minimum d’étoffe à cette expérience citoyenne ordinaire, le focus sera mis sur la prise de nouvelles.

 

Donner et prendre des nouvelles

Il va alors de soi que, dans le cadre de cette ressaisie collective, les rencontres se multiplient et, progressivement, des liens se resserrent. Ce resserrement est alors tangible et peut se décrire. Au gré de leurs rondes quotidiennes, les personnes – qui se connaissent préalablement ou qui ont progressivement fait connaissance ici et là – se croisent et actualisent leur relation. Elles s’honorent d’un « bonjour » et prennent des « nouvelles » les unes des autres (« Comment allez-vous ? »). Ici, la prise de « nouvelles » constitue une ressource sûre (Goffman, 1973) pour engager une rencontre. Elle fait levier de bribes de savoir biographique, de soi et d’autres, de ces affaires personnelles qui semblent comme regarder « tout le monde » (« Vous en êtes où [avec le propriétaire] ? »), voire de l’actualité du moment (« J’ai appris par la presse que… Tu es au courant ? »), qu’il est courant, sinon d’usage, d’interroger.

Lors de ces rencontres, ces « nouvelles » s’enrobent le plus souvent de la dénonciation de certaines pratiques ou des mésaventures subies par les locataires. Cela peut concerner les pratiques des médiateurs du propriétaire. Ainsi, une famille qui, habitant un cinquième étage avec un enfant paraplégique et signalant une panne d’ascenseur au propriétaire, se serait vue rétorquer qu’à défaut de consentir à un relogement, il faudra continuer de porter l’enfant dans les escaliers ! Ces dénonciations ciblent aussi le fait que les médiateurs contacteraient également les enfants des personnes âgées à leur insu, parfois même à l’étranger, pour qu’ils convainquent leurs parents de partir ; ou que ces mêmes médiateurs se feraient passer pour ces personnes afin d’obtenir des informations auprès de la CAF, etc. Les « nouvelles » abondent aussi sur les indemnités d’éviction versées aux personnes relogées, sur leurs « regrets » d’être parties (liés au passage au chauffage électrique, à une rénovation « bâclée ») ; ou au sujet de « ceux qui n’y croient pas ou plus », qui ne veulent plus se défendre, voire même de dits « extraterrestres » qui ne sont au courant de rien, ces derniers étant passés complètement à travers le problème public !

Cette profusion de « nouvelles » tend en outre à condenser des rumeurs (Shibutani, 1966). Par exemple, il a fréquemment été question de l’embauche de « clandestins » à l’Asile de nuit du quartier pour mener les travaux de réhabilitation, cela venant souvent éclairer la piètre qualité des travaux conduits. Le bruit a également couru qu’un médiateur, « originaire » du quartier du Panier[3], ancien patron de bar et plutôt brusque avec les locataires, serait la cible d’un « contrat », dont l’« exécution » serait repoussée, le temps que « les choses retombent »… Un autre bruit fit d’ailleurs état du fait que ce dernier se serait fait « casser la gueule » par les deux petits-fils d’une « mémé corse » qu’il aurait un peu trop bousculée. Son lynchage lui aurait alors valu 12 jours d’hôpital, sans qu’aucune plainte ne soit portée ; cela expliquant pourquoi, à la même période, les « menaces » sur les locataires se seraient « calmées » …

Cette prolifération de nouvelles et autres rumeurs se révèle parfois problématique du point de vue de l’action collective. C’est le cas de l’explication donnée à la précédente « accalmie » : celle-ci s’écarte d’une autre qui y verrait une « réelle efficacité » de l’action collective conduite. D’où aussi que ce flot tendu de « nouvelles » forme un véritable front pour les militants qui, dans leur maintenance du problème et des « bonnes façons de voir », s’efforcent de lutter contre le « doute » et la « dispersion », de « rassurer » et de mettre un terme à ces « rumeurs lancées par le propriétaire pour faire partir les gens ». En cela, « tenir la rue », par une présence quotidienne, par le placardage d’affiches, par la lancée de contrefeu, etc., se révèle, pour les militants, comme une nécessité. C’est ainsi que les surabondantes discussions concernant le montant des indemnités d’éviction « données » par le propriétaire seront à l’origine d’une contre-offensive initiée par l’un d’entre eux. Celui-ci laissera courir le bruit que l’avocat de l’association ne négociera aucun départ de loi 48 pour moins de 150 000 euros. Cela situe, certes, une « bonne raison » de résister, de s’inscrire voire de rester dans le giron de l’action collective. Mais cela contribue aussi à alimenter et à relancer de plus belle la prolifération de « nouvelles », donnant finalement l’impression aux acteurs eux-mêmes de ne plus savoir distinguer « le vrai du faux », d’« être dans le brouillard », et à chercher toujours plus à savoir ce qu’il en est !

 

Étoffer du lien

Cette prolifération de « nouvelles » ne saurait néanmoins se couper d’un fonds d’interconnaissance qui s’affermit progressivement en densité relationnelle, ici et là, au gré des rencontres. Sauf à partager une intimité préalable (famille, amitié, voisinage, etc.), une première rencontre s’étaye souvent par un intermédiaire, autour de connaissances communes dans le quartier (« Je vous connais, je vous ai vu avec… »), voire autour d’éléments biographiques (« Vous habitez au combien ? », « Vous faites quoi dans la vie ? », etc.), un peu pour jauger la personne, savoir face à qui l’on parle et à qui l’on a à ffaire. Donnant lieu avec le temps à un passage progressif au tutoiement, à l’apparition de vannes (d’un habitant à une dame ayant fait une mauvaise chute : « Ne vous inquiétez pas ! Au moins, on ne vous mettra pas dehors avec un déambulateur ! »), à l’expression d’une certaine familiarité (main sur l’épaule, « se faire la bise » pour se dire bonjour) ; ces « brèches » (Davis, 1959 ; Goffman, 1975) sont portées par d’autres modes d’engagement. Ces circonstances, « autres », permettent de faire plus ample connaissance, de sortir de lieux communs, de passer sur un plan plus personnel et d’ancrer davantage la relation. Il peut par exemple s’agir de discuter un moment dans la rue, dans un commerce ou lors d’un événement du quartier (fêtes, soirées, brocantes, etc.), de faire un bout de chemin ensemble suite à une rencontre anodine, de rentrer en compagnie à la fin d’une réunion ou encore d’aller « prendre un verre » ou répondre à une quelconque invitation.

Or, il est notable que ces moments libèrent, tout en les abritant, de surprenants commentaires et d’âpres critiques que l’on ne croise pas ou que peu par ailleurs. Dans ces moments, on démonte par exemple les stratégies des uns et des autres. On discrédite (« Lui, c’est un con », un « ivrogne », une « folle », une « ancienne prostituée », etc.). On y fustige aussi les modalités d’organisation de telle ou telle action juridique. On commente les écarts ou les propos d’untel (« Tu critiques (le médiateur) et tu lui fais la bise ! »). On pourfend aussi les orientations ou l’action de l’association (peu favorable à un relogement) et souvent comparée à « une secte »… Ces coursives critiques et plus retirées se stabilisent alors autour de relations ancrées et de confiance (« Je te le dis à toi, hein ? »), souvent tenues sous le sceau d’une sorte de confidentialité (« Cela reste entre nous ? »). Elles couvrent souvent le déploiement d’agendas concurrents, que ce soit sous des formes clientélaires (« Vous connaissez quelqu’un pour avoir un HLM – “rapidement”, “à tel endroit”, ‘”auprès de tel ou tel bailleur social” ? »), ou des formats plus négociés en passant par un relogement opéré par le propriétaire (« – Combien il a eu M. X ?, – Quatre mois de loyers et le déménagement offerts. La somme [de l’indemnité], il n’a pas voulu dire… »). C’est aussi dans ces moments que l’on peut apprendre le relogement d’une connaissance, avoir écho de tensions ou différends « personnels » (avec un militant, entre voisins, vieilles connaissances et même au sein d’une même famille !). Tout cela génère ainsi de nombreuses discussions, qui prolifèrent, sanctionnant l’« hypocrisie » d’untel ou de tel autre, la préméditation de celui qui veut récupérer de l’argent des indemnités d’éviction du propriétaire, discréditant au gré des rapports opérés ici ou là par ceux qui « savent » ou « sont au courant », celui qui « copine » avec un médiateur ou qui dit « n’importe quoi ».

En premières lignes, les militants y sont particulièrement exposés. À leur insu, on les accable d’« instrumentaliser », de « manipuler » ou de « jouer avec les gens ». On leur reproche également d’être trop « collants », « brutaux » ou « gentils », de « ne pas aider les gens » voire de « faire de la politique ». Mais eux-mêmes n’en sont pas exempts. Ils font ainsi souvent part de plaintes et du poids de la tâche qui est la leur. Ils dénoncent les « attaques » et « mauvais coups » dont ils sont la cible. Ils font état des « trahisons » et des « manipulations » de locataires dont ils estiment être l’objet, voire se plaignent des injonctions associatives qui pèsent parfois lourdement sur eux (« Il faut faire engager des procès ! ») ou encore de l’investissement de leur foyer par tant d’éléments étrangers venant ébranler jusqu’à la vie et l’organisation familiale (appels tardifs « jusqu’à 11 heures du soir », « Je dois partir car je suis aussi père de trois enfants… », etc.).

 

Le lien à l’épreuve

Face à cela, il arrive par conséquent que les relations en viennent à « se refroidir ». Bien sûr, une certaine distance est toujours de mise. Cela, on le repère au prétexte d’un rendez-vous, d’une « hanche qui fait mal », de devoir « prendre le métro » parce qu’« il fait froid » ou « nuit ». En soi, de telles justifications participent du maintien d’une légère distance, et leur expression importe davantage que l’appréciation de leur sincérité (Goffman, 1973). Elles marquent un minimum de tact – cela même si une marche en retrait couvre aussi, régulièrement, un maintien à distance, et voit souvent éclore des confidences acerbes sur certaines personnes du groupe qui précède (« parlant trop », « ne s’occupant pas de ses affaires », etc.).

Il reste que cette distance gagne une toute autre gravité lorsqu’elle se traduit par des évitements, « snobant » ainsi leur connaissance. Prises dans d’autres engagements (aller aux courses, chez un médecin), ces personnes n’honorent plus leur(s) connaissance(s), ne s’excusent pas de ne pas prendre le temps de le faire. Bien sûr, face à quelqu’un qui a un moment d’absence, il est possible de prendre les devants, cette personne pouvant très bien « avoir la tête ailleurs », « ne pas avoir vu » ou « reconnu » son vis-à-vis, manifester des difficultés de mémoire (« Ah oui… C’est vous ! »), s’excusant du peu, surenchérissant de signes de reconnaissance personnelle (le quelque part « où » l’on s’est déjà vu, les connaissances communes). Seulement, l’évitement d’une connaissance peut se révéler, outre offensant, « suspect » sinon « révélateur » de « quelque chose qui ne va pas ». Là, en général, le cadre du problème public vient souvent à prévaloir. Ces évitements, dont il est fait expérience « du jour au lendemain », laissent en effet aussitôt suspecter « quelque chose à cacher » et « à se reprocher ». Les disparitions qu’ils occasionnent sont d’autant plus redoutées que, dans leur sillage, les « problèmes » qui viennent alimenter l’action collective ont tendance à s’évaporer, à ne pas exister et finalement à ne jamais être réglés. Ces évitements font alors eux aussi l’objet d’anecdotes qui se diffusent, relevant ces « têtes qui se tournent », ces « regards qui fuient » ou « se baissent », ces « changements de trottoirs », ces curieux détours par les contre-allées, voire l’« indifférence » de ces personnes qui « ne disent même pas “Bonjour” » et qui ne donnent plus… de (leurs) « nouvelles » !

Ces personnes savent par conséquent remettre à distance le lien et se jouer d’un retour à l’anonymat. Mais ces « disparitions » demeurent délicates, en ce qu’elles rendent précisément remarquables ces personnes (sinon par trop négligeables, étant évitées quand il est su qu’elles ont « trahi »), du fait même de ce fonds de connaissance progressivement affermi. Elles ne sont alors jamais sans susciter des enquêtes auprès d’autres (« Vous avez des nouvelles de Mme/M. X »), ni sans libérer des discours toujours renseignés sur « ce que sont les gens », à l’écho des rapports de ce que certains « font » ; de ces cas de désistement « qui ne manquent pas » ; d’arguments « sonnants et trébuchants » éclairant les relogements ; ou de commentaires sanctionnant d’individualisme aussi bien l’opportuniste qui va attendre que les autres fassent un procès à sa place, que celui qui, relogé, ne s’est livré dans une « apparente hypocrisie » que trop dans l’action collective, ayant « en réalité » toujours cherché à optimiser son relogement et son indemnité en s’appuyant sur le travail de l’association. Or, si ces discours et interrogations abondent lors des rencontres anodines, ils ne fraient que rarement sur les avant-scènes de l’arène publique sur laquelle se déploie le problème public. Et de fait : ces disparitions et leurs conséquences restent le plus souvent contenues dans un contrechamp, pour ne « faire sujet politique » qu’à de rares occasions.

 

Conclusion

Des épreuves finiront cependant par surgir. Mais elles seront sources de déconvenues pour les militants qui se verront fermer les portes et remis à distance par les locataires. Dans leur sillage, de nouveaux bruits verront le jour. Ainsi, les relogements par le propriétaire s’opèreraient sur la promesse de « quitter l’association ». « Certains » locataires seraient « achetés » pour convaincre leurs voisins de partir. Dans les immeubles, les voisins déménagent « du jour en lendemain », « sans dire au revoir », parfois même « après 30 ans de voisinage ». Face à cela, des tentatives de lutter contre les rumeurs et une « démobilisation » seront lancées par les militants. Mais elles n’auront d’autre effet que de renforcer cette conviction que les immeubles ne sont plus vidés par le propriétaire, mais « se vident », les locataires partant « de leur plein gré ».

Un quelque chose de politique semble par conséquent se profiler ici. Mais cet essor politique prendra une tournure plutôt inattendue, en surgissant à une unique reprise lors d’une réunion publique qui verra une locataire ouvertement suspectée par un militant de négocier secrètement avec le propriétaire. La locataire s’insurgera en invitant les militants « à se mettre à la place des gens avant de parler ». Le point de rupture atteint, la digue finira par sauter. Les militants se verront ainsi acculés de « changer leur fusils d’épaule ». À savoir : « renouer le lien avec les relogés », aller au-devant de « ceux qui ont [désormais] trouvé des solutions » et finalement acter une « nouvelle façon de voir ». Le relogement ne sera en effet plus considéré comme un « délogement » sous « pression » opéré par le propriétaire. Il sera désormais compris comme une victoire de la résistance des locataires qui se sont maintenus dans leur appartement pour contraindre le propriétaire à négocier leur relogement. Dans le sillage de cette volte-face, l’arène publique sera réarticulée et les horizons de régulations bousculés (« Avec un procès, on ne peut finalement pas tomber plus bas ! »). Et de façon notable, cela suscitera une nouvelle vague de disparitions, du côté cette fois-ci de meneurs militants ou de certains locataires par trop « bornés » ou « entêtés » pour envisager de négocier avec le propriétaire… En clair, il en ira d’une progressive évaporation du problème public qui s’écroulera sur une négociation privée entre locataire et propriétaire.

Comme on le voit donc, provoquant de vives démangeaisons, un potentiel politique a tendance à être contenu, à se déployer dans les rencontres ordinaires, pour ne se libérer qu’en très de rares occasions. Mais c’est à ce point précis que pourrait bien résider l’intérêt à repartir de cet ordinaire. Loin de tomber dans la facilité des déploraisons quant à ce qu’est, devrait ou pourrait être la citoyenneté et son exercice, il s’agit plutôt de porter un regard attentif sur les interactions ordinaires, sur les rencontres où l’on prend/donne des « nouvelles », où se couve quelque chose de politique, et où se marque du lien comme s’expériencie de la distance. Une autre façon de le dire est que ce qui est parfois posé comme une « éclipse du public », notamment dans une veine arendtienne, n’a rien d’irrémédiable pour autant que l’on se penche sur cet ordinaire. Le prendre en compte apparaît au contraire crucial pour voir vivre et rejaillir du public, et finalement appréhender une politique ordinaire et ses éventuels ressorts. L’exercice citoyen n’en devient du coup que plus remarquable.

 

Références bibliographiques

BORJA Jean-Stéphane, Street corner democracy. Ethnographie politique d’un processus de rénovation urbaine à Marseille, (à paraître).

CEFAÏ Daniel, 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatique », dans Daniel Cefaï et Isaac Joseph, L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, p. 51-82.

DAVIS Fred, 1959, « The cabdriver ans his fare: facets of a fleeting relationship », dans American journal of sociology, vol. 65, n° 2, p.158-165.

DEWEY John, 2003, Le public et ses problèmes, Pau/Paris, PUP/Farrago-Leo Scheer, [1927].

GOFFMAN Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public, Paris, éditions de Minuit.

GOFFMAN Erving, 1975, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, éditions de Minuit.

GUSFIELD John, 1981, The culture of public problems. Drinking-driving and the symbolic order, Chicago, The University of Chicago Press.

JOSEPH Isaac, 1997, « Prises, réserves, épreuves », Communications, n° 65, p. 131-142.

PARK Robert Ezra, 2007, La foule et le public, Lyon, Parangon/Vs.

SHIBUTANI Tamotsu, 1966, Improvised news: a sociological study of rumor, Indianapolis, The Bobbs-Merrill Company.

ZASK Joëlle, 2004, « L’enquête sociale comme inter-objectivation », Raisons pratiques, n° 15, p. 142-165.


[1] Par-delà par exemple une vision par trop lestée du pouvoir qui verrait des institutions ou quelques autres forces venir étouffer ou compromettre toute portée du problème public. Que de telles pratiques existent est une chose. Mais cela ne doit pas non plus totalement emporter l’explication, ni en particulier occulter l’usure de la publicité sur les institutions.

[2] Précisons qu’il ne s’agit pas d’essentialiser la publicité de ces espaces : celle-ci demeure à la charge des acteurs qui l’accomplissent comme telle.

[3] Le Panier est un quartier historique de Marseille. Il borde la rue de la République. Il fit longtemps office de quartier tampon concernant l’implantation de populations arrivant à Marseille. Il est aussi connu pour être le quartier corse de Marseille, d’où étaient originaires certaines figures connues du banditisme marseillais.



Citer ce billet
espritcritique (2022, 26 mars). De la prise de nouvelles : entre public et citoyenneté ordinaire. Carnet Esprit critique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj9d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search