Brahim Labari, Les migrants marocains âgés en France. La hargne de la désaffiliation

(2023, Agadir, LISS-Faculté des Lettres et sciences humaines, Université Ibn Zohr)

 

Brahim Labari, sociologue à l’Université Ibn Zohr, signe dans cet ouvrage une belle contribution à l’étude des migrations marocaines âgées en France en faisant le pari d’une sociologie résolument qualitative. 

 

 

– Brahim, tu mènes actuellement ton enquête sociologique sur les Chibanis ?

– Pour être précis, sur les Marocains vieillissant sur le sol français. Je travaille centralement la thèse de la désaffiliation de cette population que je décline en plusieurs dimensions.

– Donc sur les Chibanis

– Je récuse cette appellation en ce qu’elle infantilise une population. Les mots ne sont pas anodins en sociologie, ils ont une forte charge idéologique et politique.

– Passons ! Mais statistiquement, ils ne valent pas grand-chose, rapportés à la démographie de l’immigration en France. Ce sont leurs poursuivants, plus nombreux, qui méritent l’attention du sociologue, notamment du pays !

– Je ne m’inscris pas dans cette perspective. Le cadet de tes préoccupations sociologiques est l’aîné des miennes. Leur visibilité se fait grandissante, notamment dans les résidences immigrées et les services sociaux et sanitaires de plusieurs villes. Loin de toute quantophrénie, je restitue la parole de ces migrants oubliés et rapporte le plus fidèlement possible les mots qu’ils utilisent pour dire leur condition. Ce ne sont pas les statistiques qui déterminent mon appétence pour le savoir sociologique. En 1990, alors débutant mes études de sociologie à Nanterre, j’ai réalisé une enquête auprès des travailleurs migrants dans le foyer Sonacotra et trente ans après, je fais mon retour aux mêmes foyers désormais appelés Adoma. La passion de partager le quotidien de ces personnes me comble en vue de les connaître et de les faire connaître…

– Toi qui pratiques une sociologie de l’émancipation, comment tu vas le faire auprès d’une population qui n’a plus de réelles capacités de s’exprimer et dont une bonne partie est guettée si ce n’est rattrapée par l’Alzheimer

– Les migrants âgés ne sont pas un « mauvais sujet », ni un « objet sans qualités ». La première des émancipations est d’alerter sur des oublis contemporains, les avatars des politiques sociales et publiques vis-à-vis d’une population silencieuse. Le fait de sortir leur parole de l’anonymat et de lever ce lièvre est pour moi un devoir des plus sociologiques. 

 

Voir aussi la Tribune : Le Maroc à l’épreuve de ses migrations : du continuum paradigmatique (Yabiladi, 17 décembre 2022).

 



Citer ce billet
espritcritique (2023, 17 janvier). Brahim Labari, Les migrants marocains âgés en France. La hargne de la désaffiliation. Carnet Esprit critique. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj9q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search