AFS 2023 – Appel à communications RT 10 Sociologie de la connaissance

deadline : 3 février 2023

 

« Intersections, circulations » ; s’agirait-il d’un code de la route des savoirs et des connaissances régissant leurs déplacements, voire leurs stationnements, tous deux réglementés ; définissant en cela une grande part de la vie sociale ?

Car si l’on privilégie par l’enseignement ; par l’éducation, et par la diffusion de la recherche, la circulation de certains savoirs et de certaines connaissances, il est aussi, dans toute société, des savoirs et des sens interdits, ainsi que des arrêts obligatoires à certaines intersections, en particulier celles qui voient se croiser le savant et le politique, comme la gestion pandémique récente nous l’a donné à voir. Tout ne doit donc pas se savoir et tout ne peut pas se dire. C’est précisément sur ceci que le sociologue de la connaissance à des choses à dire et à faire circuler.

En tant que productions historico-sociales se développant sur le temps long des civilisations, les connaissances et les savoirs de toutes sortes, tout en étant incarnés en des individus, des groupes et des peuples, apparaissent aux yeux des sociologues de la connaissance comme des construits collectifs transcendant les entités singulières qui les portent. Ces connaissances sont en circulation et en interaction permanente dans le corps social, activant la mémoire et l’imagination collectives, et structurent ce faisant les identités, en raison des récits faisant syndrome narratif collectif.

Ces connaissances, en accroissement constant, à proportion d’une ignorance elle aussi croissante, donnent lieu à production, à diffusion, à communication, à circulation, à distribution sociale, à répartition ; mais elles donnent aussi lieu, tout à l’inverse, à captation, à confiscation, et à rétention par tel ou tel groupe, ou par tel appareil ou dispositif (politique, religieux, communautaire, sectaire), et en ce dernier cas, elles ne circulent plus et se renforcent de manière centripète, et contribuent alors à la constitution et à la perduration de monopoles cognitifs destinés à assurer le développement et la perduration de multiples emprises et pouvoirs s’exerçant sur les individus et sur les collectivités.

Les connaissances, qu’elles soient donc circulantes et émancipatrices, ou bien confisquées, bloquées, et en quelque manière privatisées, et alors instruments de domination, possèdent un univers théorique, en même temps que des ancrages infra-théoriques qui consistent en des intérêts multiples  ; elles reposent donc sur des non-dits rarement circulants, et ont des conséquences fortement empiriques, à signification collective, engageant des politiques de la connaissance, et plus largement, en tant qu’entités idéologiques à circulation fermée, elles fondent et légitiment des régimes idéologiques et politiques, et mettent en place des gouvernances et des administrations de la vie, à tous les étages de l’existence collective, pouvant autoriser tous les enfermements. Les propositions de communication pourront donc traiter des connaissances et des savoirs sous toutes leurs formes et dans toutes leurs dimensions : théorique comme de terrain ; notre RT 10 étant ouvert à la multiplicité des courants qui traversent l’univers de recherche de la sociologie sans exclusive d’écoles.

Il est particulièrement intéressé par l’approche socio-anthropologique et par les postures critiques et généalogiques, son but étant de faire connaître, promouvoir et développer la sociologie de la connaissance dans toutes ses dimensions tant théoriques que pratiques. Il se propose de contribuer ainsi à l’élucidation des diverses formes de consciences, sensibilités, savoirs et représentations, qui constituent la trame de la vie individuelle et collective.

Le RT10, outre ses investigations épistémologiques et théoriques, est également porté à l’analyse des savoirs empiriques, techniques et professionnels, qui tissent la vie sociale dans la dimension intersectionnelle des microcosmes et des mésocosmes impliquant le domaine des savoirs et des savoir-faire pratiques les plus variés.

Toutes ces connaissances sont donc identifiables, descriptibles, analysables et interprétables à des degrés divers, non seulement par les sociologues, mais aussi par les acteurs qui les produisent, les reproduisent, les agissent, et les transmettent avec plus ou moins de conscience et de pertinence. C’est pourquoi, en leurs divers paliers, elles demandent à être identifiées, connues, comparées, critiquées, situées et estimées dans leurs intersections et dans leurs circulations, aussi bien ordinaires que savantes.

Les propositions de communication (5000 signes espaces compris maximum) sont à déposer sur le site de l’AFS jusqu’au 3 février 2023.

 

Consulter le site du Congrès AFS 2023 ici



Citer ce billet
espritcritique (2023, 27 janvier). AFS 2023 – Appel à communications RT 10 Sociologie de la connaissance. Carnet Esprit critique. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj9r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search