Le Sacromonte de Grenade, un quartier gitan qui contraste avec les autres…

Sacromonte sous le soleil couchant (Photo Victoriano Izquierdo 2017)

 

Anne-Marie Mamontoff

 

Anne-Marie Mamontoff est professeure des universités en sociologie à l’université de Perpignan Via Domitia. Actuellement directrice adjointe du Pôle Patrimoine au CRESEM, elle est responsable d’un programme de recherche/action sur la sécurité des territoires, effectué en partenariat avec le CERDACFF, de la Faculté de droit et science politique de l’Université Côte d’Azur. Ses recherches s’inscrivent dans une approche psychosociale et sociologique.

 

Résumé

De manière générale, les Gitans sont toujours imaginés à l’écart de la société, vivant dans des quartiers très dégradés, réputés à risques, population refusant de se plier aux normes de la société d’accueil, cumulant divers handicaps, pauvreté, illettrisme, dépendance, etc. Pourtant, il existe un exemple remarquable d’intégration des Gitans en Espagne ; il s’agit du quartier du Sacromonte, à Grenade, de renommée touristique dans le monde par ses spectacles de flamenco qui ont lieu sur un site patrimonial d’exception. Ce travail analyse les variables socio-environnementales qui expliquent cette intégration, en partant d’études réalisées préalablement sur des aires d’accueil en périphérie de la ville de Perpignan et un quartier urbain, le quartier Saint-Jacques de cette ville. Les résultats témoignent de l’importance du contexte local (en l’occurrence des lieux et des logements habités par les Tsiganes), en tant que facteurs permettant ou pas l’appropriation territoriale, l’identification aux lieux, et par de-là, l’intégration. La théorie s’appuie sur la psychosociologie de l’environnement et sur la méthode ethnologique.

Mots-clés : Gitans, quartier, territorialisation, identité, intégration.

 

 

Dans les imaginaires sociaux, le terme « gitan » renvoie l’image de populations marginales, hors-normes, vivant pour la plupart dans des quartiers très pauvres, conflictuels, voire dangereux, posant d’immenses problèmes d’intégration. Quel que soit le groupe, la perception négative des Gitans persiste (Mendes, Magano, 2014). À l’image des quartiers populaires, les Tsiganes sont toujours représentés en rapport à un espace stigmatisé, en marge de la ville et de la société (Dalibert, Doytcheva, 2014). Si on nous parle des Gitans de Perpignan[1], nous pensons immédiatement au quartier Saint-Jacques, ayant mauvaise réputation, comme c’est le cas pour les quartiers tsiganes en général. En effet, dans la plupart des pays européens, ces minorités se concentrent dans des lieux dégradés, ghettoïsés, des bidonvilles ou des camps. Il s’agit toujours d’espaces confinés, représentés comme des zones de non-droit, à l’écart de la civilisation (Mills-Affif, 2004).

Pourtant, il existe un exemple remarquable d’intégration des Gitans. Il s’agit du Sacromonte, un quartier situé à Grenade, en Espagne, dans la basse Andalousie, qui attire les touristes du monde entier, par ses spectacles de danse et de chant flamenco qui se tiennent dans un site patrimonial d’exception (Mamontoff, 2021). Il est rarement abordé par la littérature spécialisée en tant que lieu d’intégration.

 

Vue panoramique du vieux quartier Saint-Jacques à Perpignan (Photo Drong~commonswiki, 2015) Vue de Sacromonte à Grenade (Photo Jorge Franganillo, 2012)

 

Ce travail a pour objectif d’identifier et d’analyser les variables socio-environnementales qui expliquent l’intégration des Gitans sédentaires du Sacromonte. Pour ce faire, nous partons des résultats d’études de terrains, réalisées entre 2010 et 2015, sur deux types de contextes : des aires d’accueil, en périphérie de la ville de Perpignan, qui abritent des semi-voyageurs et un quartier de Gitans sédentaires, situé dans le centre urbain, le quartier Saint-Jacques. Ils mettent à jour les facteurs qui favorisent ou freinent l’intégration. Nous nous attarderons ensuite sur le Sacromonte à Grenade, qui témoigne d’une intégration réussie des Gitans sédentaires). Quelques précisions s’imposent ici. Les Tsiganes constituent une culture de diaspora, et les communautés diasporiques maintiennent une culture différente de celle du pays d’accueil afin de sauvegarder leur identité. Ceci n’est pas en contradiction avec l’apprentissage de la langue, des normes et des coutumes du pays d’accueil. L’intégration dont il sera question ici fait référence à la compatibilité versus l’incompatibilité des lieux avec les valeurs, représentations, coutumes et pratiques sociales d’une communauté. Il s’agit donc d’une intégration spatiale, qui suppose une appropriation des lieux, rendue plus ou moins difficile selon les caractéristiques du territoire. Il est à noter également que les Gitans de Grenade se sont installés jadis au Sacromonte. Nous verrons que ce quartier possède des caractéristiques conformes à leurs valeurs, favorisant l’appropriation des lieux. Ceci n’est pas le cas des quartiers urbains, dans lesquels on les a contraints à vivre, comme par exemple le quartier Saint-Jacques à Perpignan. Nous verrons que cet espace est en contradiction explicite avec leurs valeurs. On rappelle que le concept d’espace met davantage l’accent sur la dimension subjective de la relation à un lieu en tant que déterminant du comportement (Fischer, 2011). Enfin, les aires aménagées pour accueillir les Gitans sont plus adaptées à leurs attentes.

L’approche théorique de ce travail s’appuie sur des concepts clés de la psychosociologie de l’environnement. La méthode ethnologique a été privilégiée à partir d’observations de terrains complétées par des entretiens semi-directifs.

 

Identité et appropriation des lieux

 

La psychologie environnementale apporte un éclairage sur les relations complexes que tissent les hommes avec leur environnement immédiat. Celui-ci n’est pas un simple cadre physique qui enveloppe l’individu, il détermine une dynamique relationnelle interactive homme-espace (Moser, 2004). Dans cette optique, l’environnement est envisagé comme un cadre aménagé et comme une matrice qui influence l’expérience humaine et collective (Fischer, 2020). L’environnement est perçu, ressenti, vécu de manière positive ou négative selon le cas. Cela veut dire que certains espaces permettent l’identification et l’appropriation territoriale, mais d’autres espaces ne les permettent pas. Ceci est valable dans toutes les configurations spatiales, quartiers, habitats, etc. Nous rappelons ici deux concepts clés : la territorialisation et l’habitabilité des lieux, qui ont un rôle important dans l’intégration des groupes sociaux et la préservation de leur identité.

 

Territorialisation et appropriation du territoire

Le concept de territorialisation provient de l’éthologie animale (Ardrey, 1966 ; Lorenz, 1970). Il est synonyme d’occupation et de domination des lieux. La territorialisation humaine suppose de s’approprier un espace et de le délimiter. Il va de soi que l’appropriation sera différente selon les sociétés, car les comportements territoriaux ont lieu dans des espaces sociaux et sont déterminés par les normes culturelles. Pour cette raison, l’appropriation n’est possible que si cet espace est compatible avec les valeurs et les attentes des individus. Si l’espace est identitaire pour un groupe, c’est parce qu’il est lieu d’expression des pratiques quotidiennes des individus (Calamy, 2010).

Selon les cultures, le marquage territorial est plus ou moins prononcé, à partir de frontières physiques ou psychologiques (Fischer, 1992). Dans les sociétés individualistes, il y a une tendance à délimiter les espaces d’appartenance à l’aide d’artefacts physiques, tels des murs, des bornes, des clôtures, etc., qui marquent de manière prononcée le rapport d’ouverture et de fermeture et la privatisation des espaces personnels. Le corps est perçu comme une zone fortement marquée et clairement identifiée. Les situations d’entassement sont alors mal vécues (Fischer, 2002). Cela implique un aménagement des espaces de vie et de l’habitat, avec une spécialisation des pièces, pour préserver l’intimité.

Dans d’autres sociétés communautaristes, les espaces restent plutôt ouverts. Dans ce cas, les individus ne ressentent pas le besoin de clôturer leur environnement et la zone corporelle n’est pas dotée de frontières : elle est diluée et étendue au groupe, voire à la communauté. Les situations d’entassements ne sont pas ressenties comme des tensions, mais comme une nécessité. Corrélativement, l’intimité n’est pas liée à un espace personnel ; ainsi l’aménagement de l’habitat est orienté à la polyvalence des pièces, à la multifonctionnalité des espaces. Tout endroit appartient au collectif. Somme toute, pour que les individus puissent territorialiser un espace, il faut que celui-ci soit ressenti comme « vivable », car correspondant aux prescriptions culturelles, ce qui nous amène au concept d’habitabilité des lieux.

 

Habitabilité des lieux et identification

Les lieux sont évalués affectivement à partir du caractère vivable ou non qui leur est attribué. Les espaces ne sont pas neutres. Ils sont appréhendés, pensés, catégorisés (Moles, Rohmer, 1998). Certains espaces procurent un sentiment d’enracinement car ils permettent une identification en accord avec les prescriptions culturelles. Les espaces acceptés favorisent l’appropriation, l’identification, renvoient à la socialisation, à l’accomplissement. Ils sont vécus comme satisfaisants, car associés à des symboles et à des émotions gratifiantes.

« Se combinent donc là la valeur sécurisante de l’espace sur le plan psychologique et sa valeur intégratrice sur le plan social » (Fischer, 1992 : 185).

Les espaces refusés sont ceux qui évoquent la contrainte, la dépendance, la frustration. Ils sont alors ressentis comme invivables, frustrants et synonymes d’exclusion sociale. Lorsque des individus – appartenant à des sociétés où les espaces demeurent ouverts, où la distance interindividuelle est minime – doivent intégrer des espacez fermés et individualisés, l’appropriation et l’identification aux lieux peut être difficile, voire impossible.

 

Espace « nomades » et espace sédentaire : intégration relative ou exclusion

 

Au regard de ces concepts, nous ferons un rappel sommaire des résultats d’études, effectuées entre 2010 et 2015, sur des lieux différents où vivent les Gitans. Il s’agit de trois aires d’accueil et d’un quartier urbain, le quartier Saint-Jacques, à Perpignan.

 

Méthode

La méthode ethnologique a été privilégiée à partir d’observations de terrains, obtenues durant une longue immersion dans ces communautés pour accéder à l’organisation de leurs espaces publics, les terrains, les quartiers urbains, la rue ainsi que l’organisation des lieux privés : l’aménagement des domiciles, la manière dont ils les occupent. Des entretiens semi-directifs ont permis de compléter les observations. Ils ont été effectués auprès d’une population d’une soixantaine de sujets, hommes et femmes, dans chacun des quartiers, âgés entre 17 et 71 ans. Le canevas comprend six questions dont les réponses doivent être justifiées.

1 Vous sentez-vous bien dans votre quartier ? (Lotissement ou terrain ?)
2 Êtes-vous satisfait de votre logement ?
3 Avez-vous assez d’espace pour toute votre famille ?
4 Avez-vous effectué des aménagements de votre logement ?
5 Avez-vous envie de vivre ailleurs ?
6 Pensez-vous que votre logement prend en compte les traditions gitanes ?

 

Les aires d’accueils, des espaces nomades « vivables »

Nous avons travaillé sur trois aires d’accueil en périphérie de la ville de Perpignan, abritant des Tsiganes qui ont conservé une certaine mobilité pour survivre à travers des activités comme la vente dans les marchés ambulants, le commerce, etc. Ils se déplacent également pour visiter leurs familles ou participer à des rassemblements religieux. Parfois, le voyage se limite à des expulsions régulières de terrains sur lesquels ils s’installent sans autorisation.

Les temps d’arrêts sont provisoires et les aires d’accueil se transforment en un espace communautaire. Elles permettent les rassemblements, les grands repas entre familles et les jeux collectifs pour les enfants, sous la surveillance discrète de la communauté. Ces lieux autorisent une vie sociale intense, à laquelle les Tsiganes accordent beaucoup d’importance. Sur ces aires, il n’y a pas de marquage de frontières entre les familles, pas plus que vers l’extérieur. Il est à noter que les aires permettent le maintien de la distance sociale au hors-groupe. Le voyage traditionnel leur a permis pendant des siècles de vivre en marge du hors-groupe (Liégeois, 1983).

L’habitat est la roulotte ou caravane, qui représente l’espace nomade par excellence. Elle constitue à la fois le lieu d’habitation et le moyen de transport. Il s’agit d’un logement organisé en une pièce unique polyvalente et fonctionnelle. Elle est le lieu de rencontres et d’échanges familiaux, elle sert de salle à manger et de dortoir, et possède une cuisine équipée, même si pendant l’été, les femmes cuisinent à l’extérieur. Cela permet de rester proche des enfants pendant leurs jeux (Mamontoff, 2014a).

 

Aire d’accueil des gens du voyage, Cabestany, Perpignan (Photo Maïté Torres, 29 juin 2022, Made in Perpignan)

 

 

 La vie dans l’aire des gens du voyage, Cabestany, Perpignan (Photo Maïté Torres, 14 août 2020, Made In Perpignan)

 

Les discours concernant ce mode de vie sont consensuels. Les aires d’accueil sont adaptées à leur mode de vie, même si elles posent des problèmes. En effet, elles sont largement insuffisantes en France et inégales au niveau du coût ; elles sont placées, le plus souvent, à proximité de zones industrielles, de déchetteries, de voies ferrées, d’autoroutes, d’aéroports, avec toutes les nuisances associées. Elles sont souvent mal équipées en termes de sanitaires, d’accessibilité à l’eau et à l’électricité et manquent de places de stationnement.

Concernant la roulotte, elle est décrite comme espace de vie confortable, aux dimensions suffisantes, elle est synonyme de mobilité et de liberté. Ils ne souhaitent pas vivre autrement et l’installation dans des appartements de quartiers est inenvisageable, même en conservant la mobilité. Enfin, ils soulignent l’absence de conflits intracommunautaires, comme c’est le cas dans les quartiers sédentaires.

 

Le quartier Saint-Jacques, un lieu sédentaire « invivable »

Le quartier Saint-Jacques est situé dans le vieux Perpignan, en hauteur de la ville. Il a été loti à la fin du XIIIe siècle, pendant la phase d’expansion urbaine et démographique de Perpignan, sous l’impulsion de Jacques 1er d’Aragon (Rémy et al., 2009). Il est situé sur les pentes de la colline du Puig. Il s’agit d’un lotissement médiéval, qui forme des îlots de parcelles, ainsi des habitats accolés les uns aux autres, avec en général une façade unique. Selon l’étude des actes civils, c’est en 1796 que l’on mentionne, pour la première fois, la présence de Gitans à Perpignan. C’est à partir de cette époque qu’a lieu leur installation dans le quartier Saint-Jacques et leur sédentarisation progressive (Graell, 2020).

Le quartier Saint-Jacques a une dimension géographique de sept hectares, mais abrite une population dense. La place du Puig est le noyau du quartier, située dans la partie la plus haute ; elle est peuplée majoritairement de Gitans. Certaines ruelles adjacentes, ainsi que la place Cassagne, sont habitées également par d’autres groupes sociaux, certains d’origine maghrébine. Sur le plan urbanistique, ce quartier comprend des petits immeubles très anciens de deux ou trois étages et des logements sociaux. Ces habitats sont extrêmement dégradés et souvent insalubres : toitures en mauvais état, murs délabrés, électricité non conforme, manque d’hygiène, ordures souvent entreposées à même les minuscules trottoirs des ruelles crasseuses, etc.

 

Quartier Saint-Jacques à Perpignan. Source : Laura Causanillas, « Le quotidien américain s’intéresse dans ses colonnes à la vie et aux polémiques du quartier. Décryptage », L’indépendant, 19 août 2018

 

 Une rue du quartier Saint-Jacques, Perpignan (Photo Maïté Torres, 7 février 2022, Made In Perpignan)

 

Voir l’article dans Le Point « Des pierres et des hommes : le casse-tête du quartier “gitan” de Perpignan » (Photo AFP, 1/9/2019)

 

En ce qui concerne l’aménagement des espaces, on retrouve souvent la même disposition que dans les caravanes, avec une salle commune qui a été obtenue en abattant les cloisons. Cette pièce est le lieu d’échanges, l’espace social où l’on peut dormir. Quand il y a une seconde pièce, elle sert de chambre à coucher collective. De manière récente, depuis 2017, la ville de Perpignan a entrepris des travaux de réaménagement de la place du Puig, afin de construire des logements sociaux.

Par ailleurs, la rue est un espace de vie important où ont lieu les activités sociales, familiales et professionnelles. Les femmes s’installent sur les places et les ruelles et s’assoient aux portes de leur domicile pour discuter. Les hommes se regroupent souvent dans les rues et les cafés, et se réunissent parfois pour faire de la musique. Il s’agit d’un quartier bruyant, où se mélangent les vociférations des parents et des enfants, les bruits de moteurs des automobiles et les radios sur des airs de flamenco et de salsa. Les enfants circulent librement. L’espace urbain, sa gestion et son utilisation rappellent l’organisation des aires d’accueil.

 

 Les Gitans du quartier Saint-Jacques à Perpignan (Photo Maïté Torres, juin 2022, Made In Perpignan)

 

Les discours sont ici unanimes. Le quartier et les logements sont invivables en raison de l’état des lieux vétustes, insalubres, non entretenus et parfois dangereux. À la question de savoir s’ils souhaiteraient vivre ailleurs, les réponses sont partagées. Certains seraient d’accord, mais à la condition d’être mieux logés, par exemple dans des villas de plain-pied. D’autres refusent car ils sont nés dans ce quartier et veulent y rester. Par ailleurs, ils font état de la dégradation des rapports intracommunautaires, attribuée à la sédentarisation, au cloisonnement et à la perte de leur autonomie financière. Les conséquences sont nombreuses : rivalités entre les familles pour obtenir des avantages, vente et consommation de drogues (Mamontoff, 2014b) entre Gitans, dénonciations entre familles (Mamontoff, 2015). Les lieux d’habitation décrits contrastent avec le quartier gitan du Sacromonte qui est un point fort de l’attractivité touristique de la ville de Grenade.

 

Le quartier de Sacromonte à Grenade

 

Le site du Sacromonte à Grenade, dans la basse Andalousie en Espagne est probablement un exemple rare dans le monde de parfaite intégration des Gitans. Les spectacles nocturnes de flamenco constituent un point fort de l’offre culturelle et connaissent un succès immense auprès des touristes, des étudiants de la ville et des populations locales. Il attire des visiteurs du monde entier en raison de sa configuration patrimoniale et des talents artistiques des Gitans. Il sera question ici d’explorer ce terrain particulier, qui a permis aux Gitans de s’approprier le territoire et de vivre de leur art. La méthode décrite précédemment a été appliquée aux Gitans du Sacromonte.

 

La montagne sacrée des Gitans

Le quartier du Sacromonte est situé dans la périphérie de Grenade, placé au sommet de la colline Valparaiso. Il surplombe la ville, offrant une vue panoramique sur l’Alhambra[2], l’Albaycin[3], la Sierra Nevada et la rivière du Darro.

 

  Vue de Sacromonte aujourd’hui (Photo Jorge Franganillo, 2012)

 

Sur ce sommet, se trouve également l’Abbaye du Sacromonte, bâtie au XVIIe siècle à l’initiative de l’archevêque de Grenade, Pedro de Castro pour commémorer la découverte à cet endroit des restes de Saint Cecilio, saint patron de la ville de Grenade. C’est pour cette raison que la colline de Valparaiso change de nom et devient « la montagne sacrée » ou Sacromonte. Selon les chroniques de l’époque, les Gitans s’y sont installés probablement au Moyen Âge.

 

Les Gitans de Sacromonte au siècle dernier. El tato, œuvre de Isidoro Marín Garès (1863-1926), Biblioteca Provincial de Granada

 

Ce lieu est appelé le barrio gitano (quartier gitan), devenu progressivement leur territoire, un territoire dont ils se sont appropriés et qu’ils ont marqué de leurs valeurs et de leur identité (Mamontoff, 2021).

Si ce site est un lieu privilégié pour visualiser les plus beaux patrimoines de Grenade, c’est également un lieu réputé pour son architecture troglodyte[4] qui caractérise une partie de la colline du Sacromonte. Il constitue un héritage patrimonial inestimable, offrant un paysage d’une beauté rare et insolite. Il s’agit d’un quartier surprenant, creusé dans la colline, en jardins suspendus, avec des petits chemins escarpés.

 

     

Maisons troglodytes de Sacromonte (Photos, Øyvind Holmstad, 2016)

 

L’espace troglodyte est situé dans la partie haute de la montagne, collé à un second quartier typique, non troglodyte, abritant des petites habitations typées et anciennes, aux façades blanchies à la chaux. L’ensemble de ces maisons et cavernes est décoré de figuiers de Barbarie, d’œillets et de jasmins qui forment un espace pittoresque. Ces deux quartiers sont perchés dans des ruelles d’escaliers, pentues et sinueuses et sont à flanc de colline[5].

Une rue de Sacromonte, l’Alhambra au fond (Photo MAngeluX, 2015)

 

 Rue de Sacromonte (Photo Robot8A, 2021)

 

Le Sacromonte est assez éloigné de la ville de Grenade et n’est pas accessible en véhicule. Les visiteurs peuvent y accéder par les transports en commun qui les déposent au bas de la colline. Ils doivent ensuite monter à pied pour les visites du Sacromonte. Celles-ci ont lieu plutôt à la tombée de la nuit, avant d’aller aux spectacles de flamenco. Les petits bars à tapas se succèdent sur le chemin, et la majesté du paysage prend de l’ampleur avec la hauteur. En outre, ce site offre une vue panoramique privilégiée par ses contrastes de couleurs et par sa lumière au coucher du soleil. Ce quartier n’a pas de frontières, il est ouvert aux visiteurs du monde entier. Il possède son musée, le Muséo Cuevas del Sacromonte ou Centro de Interpretación del Sacromonte, qui est un écomusée et un musée d’ethnologie. Il présente l’histoire et l’évolution des usages et coutumes des habitants des troglodytes. Une grotte réaménagée recrée la vie à l’intérieur avec le mobilier et le matériel de l’époque. Il reçoit chaque année plus de 20 000 touristes.

 

    Les tablaos de Sacromonte (Photo SnippyHolloW, 2212)

 

Progressivement, les Gitans du Sacromonte ont ouvert leur quartier à d’autres groupes sociaux, notamment, des personnes de tous âges et nationalités, qui ont fait le choix de vivre dans la colline sacrée, loin de la ville, du stress et de la pollution. On peut croiser des artistes, des peintres, des artisans et acheter des objets typiques exposés dans les ruelles. La journée, ce quartier s’éveille tard, il règne une atmosphère paisible et calme qui contraste avec les quartiers sédentaires gitans, bruyants, conflictuels, mal famés et surpeuplés.

 

Les grottes troglodytes, lieux d’habitation et de spectacles

Ces refuges naturels, creusés dans les rochers ou habitations troglodytes, sont souvent à peine visibles, cachés derrière une végétation typique des climats chauds. Un certain nombre de grottes a été aménagé par les Gitans pour y vivre. On retrouve le même type d’aménagement spatial que celui décrit plus haut concernant la roulotte ou les domiciles sédentaires, à savoir un espace unique polyvalent, d’une dimension réduite. Les intérieurs sont chaleureux et d’une propreté immaculée. Cette architecture souterraine offre parfois des possibilités qui dépassent l’espace unique, permettant une cavité supplémentaire, qui sert de dortoir. Ces logements préservent naturellement du froid et de la chaleur, ce qui suppose une économie d’énergie considérable.

Entrée d’une casa cueva à Sacromonte (Photo Øyvind Holmstad, 2016)

 

D’autres grottes ont été organisées afin de pouvoir offrir des spectacles de flamenco aux touristes. Elles sont aménagées à l’identique entre elles, avec une partie centrale, disposée avec un bar et la scène des artistes, autour de laquelle se placent les spectateurs, très proches physiquement des artistes. L’aménagement de la grotte-spectacle répond à la proximité physique des individus inscrite dans la culture, sauf qu’ici, cette proximité se fait aussi avec le hors-groupe, ce qui témoigne d’un rapprochement volontaire des Gitans et non-gitans. Les murs sont ornés de multiples objets typiques de l’artisanat andalou.

Enfin, un petit nombre de grottes a été conçu pour accueillir les touristes. Les voyageurs ont ainsi la possibilité de se loger en plein cœur du Sacromonte, dans des chambres gitaneras ou casas cuevas (maisons-grottes), comme par exemple, l’hôtel Cuevas El Abanico, mais, il y en a d’autres. Ces hébergements offrent tout un confort, malgré la réduction de l’espace et sont souvent équipés en wifi. Aucun détail ne manque. Dans ce décor se greffent des petits restaurants typiques. À la nuit tombée, le quartier s’éveille, les ruelles s’illuminent, les cuevas flamencas et les restaurants ouvrent leurs portes et les premiers sons de guitares se font entendre. Pour découvrir les spectacles, les visiteurs se pressent à l’entrée des tablaos, lieux où se tiennent les représentations de chants et danses flamencos. Le quartier commence à vivre sous les farolas flamboyantes (réverbères) dans un contraste de cultures qui devient festif et bruyant où l’on parle différentes langues (Mamontoff, 2021).

Le Sacromonte constitue un point fort de l’attractivité culturelle et touristique de l’Andalousie. Avec internet, on découvre des photos et des vidéos des soirées flamencas, qui montrent des spectacles éblouissants de danses et de chants, qui se tiennent dans un lieu d’exception sur le plan patrimonial. Mais sur place, la réalité dépasse la fiction des photos et reportages. On sera certainement étonné par l’image talentueuse des Gitans qui contraste avec les stéréotypes négatifs en vigueur dans la société.

Quand on entre dans un tablao, on est saisi par l’atmosphère qui règne dans ces soirées où l’on découvre le talent des Gitans à travers la splendeur de l’art flamenco[6], courant artistique de chants et de danses accompagnés de guitares, d’influences arabe, juive et romaine, spécifique de l’Andalousie, né à la fin du XVIIIe siècle (Anselem, 2013). Les spécialistes s’accordent sur le fait que les Gitans ont joué un rôle important en tant que créateurs et exécutants du flamenco (Thède, 1998).

 

Flamenco dans la Cueva de la Rocio à Sacromonte (Photo Yair Haklai, 2009)

 

Celui-ci représente des siècles d’histoire et possède une spécificité à Grenade, qui est la zambra, danse inspirée de la culture maure grenadine (Jimenez, 2015). Lors des visites nocturnes sur le Camino del Sacromonte, on peut assister à des démonstrations de zambras, qui s’effectuent dans les rues et dans les tablaos. Le Sacromonte est considéré comme le lieu par excellence où l’on peut découvrir l’expression la plus authentique de cet art.

Les discours montrent que la majorité des Gitans est satisfaite des conditions de vie sur ce site. Il est éloigné de la population locale, de difficile accès, ce qui leur permet de protéger l’intimité de la communauté. La configuration patrimoniale, éminemment attractive, a favorisé l’exploitation de leurs talents. Comme les Gitans d’avant, ils vivent de prestations ponctuelles (vente de spectacles) qui permettent à tous les membres de la famille de travailler (Mamontoff, 2010) et de rencontrer des visiteurs du monde entier, comme s’ils voyageaient. Il n’y a pas de conflits internes, comme c’est le cas dans les autres quartiers gitans de Grenade, même s’il existe une certaine concurrence entre familles pour attirer la clientèle dans son tablao. En revanche, il peut y avoir des conflits avec des clients alcoolisés en soirée ou des clients qui tentent d’éviter de payer à la sortie. Les logements sont satisfaisants et adaptés à leurs attentes. Ils participent eux-mêmes à des travaux d’entretien et de réaménagement. Ils ne souhaitent pas vivre ailleurs ni autrement.

 

Conclusion

 

L’intégration des Gitans a été examinée au regard des variables socio-environnementales qui favorisent ou freinent l’appropriation des lieux. Il ressort que, quels que soient l’environnement et le type de logement, les observations sur le terrain témoignent de la permanence de la conception traditionnelle de l’espace. Les lieux de vie externe sont toujours des espaces sans frontières physiques, organisés de manière à permettre une vie communautaire collective et les logements sont conçus dans cette même logique, à partir d’une pièce multifonctionnelle qui permet la proximité physique des individus. Ces variables contribuent au maintien de la solidarité intragroupe – valeur essentielle de la société tsigane – et au maintien de l’identité.

À l’évidence, les aires d’accueil favorisent une certaine intégration car plus proches des valeurs culturelles tsiganes. Elles leur donnent la possibilité de vivre dans des espaces ouverts, souvent de grandes dimensions et non bornés, éloignés de la ville et de surcroît, du hors-groupe. De plus, les Tsiganes vivant en aire d’accueil ont réussi à conserver une certaine mobilité, concomitante d’une autonomie financière. Ceci fait que le logement reste la caravane, logement traditionnel, synonyme de voyage et de liberté. On peut dire que l’aire d’accueil favorise l’appropriation des lieux car ressentie favorablement. Elle permet alors de créer un sentiment d’enracinement et contribue au maintien de l’identité du groupe qui s’inscrit dans une culture collectiviste. Enfin, dans les aires d’accueil, il n’y a pas de conflits intracommunautaires.

Il en va tout autrement pour le quartier Saint-Jacques où l’appropriation des lieux est rendue très difficile, voire impossible en raison des caractéristiques urbaines : petit quartier bétonné dans la ville, immeubles et appartements individuels, proximité, voire promiscuité avec les hors-groupes et une sédentarité qui les rend dépendants d’aides sociales. Les caractéristiques urbaines de ce quartier correspondent aux critères individualistes de la société d’accueil, qui sont en contradiction explicite avec les valeurs tsiganes. Ce quartier est vécu par la population comme invivable, contribuant à leur exclusion de la société. Il ne permet pas une appropriation des lieux conforme aux normes culturelles, procurant un sentiment d’enracinement et favorisant le maintien de l’identité du groupe. C’est un lieu refusé qui évoque la dépendance, l’immobilité et la contrainte ; il est synonyme de conflits et de ruptures entre Gitans. La sédentarisation les a coupés de toute possibilité d’exercer leurs métiers traditionnels, les cloîtrant dans ce quartier devenu pratiquement un ghetto, et les rendant visibles en tant que population problématique. Nous savons les problèmes qui se posent dans ce quartier, conflits intra et extracommunautaires, pauvreté extrême, trafics en tout genre, violences, cambriolages (Mamontoff, 2015). Cette visibilité récurrente des problèmes que posent les Tsiganes actualise et renforce les stéréotypes négatifs dont ils sont déjà la cible.

En revanche, le quartier du Sacromonte où les Gitans se sont sédentarisés depuis le Moyen Âge, est un exemple d’intégration pleinement réussie car en accord avec les normes culturelles. Il est assez éloigné de la ville et d’accès difficile, permettant de maintenir la distance sociale par rapport à la grande ville, ainsi au hors-groupe et de préserver l’intimité de la communauté. Il constitue un espace propice aux rassemblements communautaires. Les grottes et logements correspondent à la définition traditionnelle de l’habitat, où l’on retrouve le petit espace polyvalent et la proximité interindividuelle. Il s’agit d’un quartier vécu comme satisfaisant qui renvoie à l’identification, permettant l’appropriation réussie du territoire. En outre, il est associé aux émotions gratifiantes que leur procure leur art. Les spectacles quotidiens leur permettent une autonomie financière et le maintien d’une identité valorisante. Si les Gitans du Sacromonte ne voyagent plus, ils accèdent à des populations de toutes nationalités qui se déplacent pour découvrir leurs talents, ce qui d’une certaine façon permet de faire vivre le voyage dans les imaginaires collectifs. Le Sacromonte est un lieu de rencontres interculturelles, propice à une forme de pensée libérée des stéréotypes négatifs, permettant de renforcer les stéréotypes positifs en découvrant la splendeur artistique des Gitans (Mamontoff, 2021). On peut conclure qu’il y a une intégration économique qui se fait grâce à leurs compétences artistiques. Ce site devrait être pris comme modèle par les pouvoirs publics, qui ont échoué pour la plupart dans leur démarche d’intégration.

 

Références bibliographiques

Amselem L., 2013, « Lorca, poète anti-flamenco ? », Études, tome 419, n° 7-8, p. 93-95.

Ardrey R., 1966, The Territorial Imperative: A Personal Inquiry into the Animal Origins of Property and Nations, New York, Atheneum.

Calamy L., 2010, « Entre coexistence et métissage : les modes d’habiter à Grenade (1492-1597) » in Do Paço D., Monge M., Tatarenko L. (dir.), Des religions dans la ville. Ressorts et stratégies des XVIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 165-187.

Dalibert M., Doytcheva M., 2014, « Migrants Roms dans l’espace public : (in)visibilités contraintes » Migrations et Sociétés, n°152, p.75-90.

Rémy I., De Chazelles C.-A., Catafau A., Alessandri P., 2009, « Des maisons en terre médiévales sur un îlot du quartier Saint-Mathieu, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Premiers éléments de réflexion », Archéologie du Midi médiéval, Tome 27, p. 53-95.

Fischer G.-N., 1992, Psychologie sociale de l’environnement, Paris, Dunod.

Fischer G.-N., 2020, « L’environnement social », in Fischer G.-N., Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale. Paris, Dunod, « Psycho Sup », p. 299-344.

Fischer G.-N., 2002, « L’environnement dans la perspective psychosociale », in Bonardi C., Girandola F., Roussiau N., Soubiale N. (dir.), 2002, Psychologie sociale appliquée. Environnement, santé et qualité de vie, Paris, In Press éditions, p. 17-38.

Fischer G.-N., 2011, « La signification des lieux » in Fischer G-N (dir.), Psychologie sociale de l’environnement, Paris, Dunod, 2e éd., p. 221-229,

Graell P., 2020, « L’intervention de l’État et de la ville dans les quartiers prioritaires tels que celui de Saint-Jacques, par exemple et à travers les plans du NPNRU et du PSMV », communication au colloque : Quartier, quartiers : images et perceptions, 2-3 septembre, Université de Perpignan Via Domitia.

Jimenez G., 2015, « Vous avez dit (F) flamenco ? », Études Tsiganes, n° 54-55, p. 144-151.

Liégeois J.-P., 1983, Tsiganes, Paris, La Découverte.

Lorenz K., 1970, Essai sur le comportement animal et humain : les leçons de l’évolution de la théorie du comportement, Paris, Seuil.

Mamontoff A.-M., 2010, Tsiganes et représentations sociales : méthodes de recherche et problématisation, Bruxelles, Intercommunication.

Mamontoff A.-M., 2014a, « L’espace-temps des Tsiganes : un marqueur identitaire », Les Cahiers européens des sciences sociales, n° 6, p. 53-7.

Mamontoff A.-M., 2014b, « Sédentarisation et vulnérabilité des gitans : le passage du tabac à la drogue », in Ferréol G. (dir.), Risque et vulnérabilité, Bruxelles, Intercommunication, p. 173-189.

Mamontoff A.-M., 2015, « Sédentarisation des Gitans et délinquance : échec des pouvoirs publics en matière d’intégration » in Dantonel-Cor (dir.), Les politiques publiques locales de sécurité intérieure, Collection Paris, L’Harmattan, GRALE/CNRS, p. 69-94.

Mamontoff A.-M., 2021, « L’effervescence flamenca », Les Cahiers européens de l’Imaginaire, juillet, n° 10, CNRS édition, p. 50-57.

Mendes M.-M., Magano O., 2014, « Gitans, politiques sociales et intégration sociale au Portugal », Migrations et société, n° 152, p. 147-158.

Mills-Affif E., 2004, Filmer les immigrés. Les représentations audiovisuelles de l’immigration à la télévision française 1960-1986, Louvain-la-Neuve, Belgique, De Boeck Supérieur.

Moles A., Rohmer E., 1998, Psychologie de l’espace, Paris, L’Harmattan.

Moser G., 2004, « La psychologie environnementale : de l’analyse à l’intervention », in Pansu P., Louche C. (dir.), La psychologie appliquée à l’analyse des problèmes sociaux, Paris, PUF, p. 171-82.

Thède N., 1998, L’identité ethnique des Gitans de la basse AndalousieVariations sur le thème de la frontière ethnique, Thèse de doctorat en ethnologie, Université de Montréal.

 


Notes

[1] Les Gitans sont des Tsiganes en provenance d’Espagne (Liégeois, 1983).

[2] Ville-palais d’architecture orientale, construite entre le XIIIe et le XVe siècle, placée au sommet de la colline de la Sabika qui domine la ville. Elle a été classée au Patrimoine mondial de l’humanité. L’Alhambra (consulté le 13/04/2022).

[3] Quartier maure construit au XVe siècle, classé par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité. Albaycin (consulté le 13/04/2022).

[4] Cavités naturelles ou creusées par les hommes de la préhistoire dans les rochers, pour s’abriter ou se cacher de l’ennemi.

[5] Voir le site Andalousie.style (consulté le 11/04/2022).

[6] Voir Joao Almeida Garrett, Flamenco, 2010  (consulté le 03/03/2022).



Citer ce billet
espritcritique (2023, 2 mai). Le Sacromonte de Grenade, un quartier gitan qui contraste avec les autres…. Carnet Esprit critique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj9x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search