Pensare e formare il pensiero nella sua umanità. Penser et former la pensée dans son humanité

vol. 33.1, mai 2023

 

pdf Rufino Pensare e formare il pensiero

 

 

Pr Di Annamaria Rufino

Traduction par Ariane & Claire Demain

 

Georges, voglio solo ricordare il suo nome. Come per tutte le persone care che si incontrano nella vita, si fa fatica a ricordare il momento in cui le abbiamo realmente incontrate. Così e’ stato per Georges. La sua sensibilità, il suo profilo professionale e scientifico costituivano, per tanti di noi che lo hanno conosciuto e frequentato, anche solo o prevalentemente con lo scambio di idee e di riflessioni, un punto di riferimento imprescindibile. Sempre presente. Georges non si sottraeva mai all’ascolto e al supporto amicale, al confronto e alla condivisione di nuove ipotesi analitiche, scientifiche e culturali. Aveva una straordinaria propensione a fare rete, ampliando, così, per tutti la possibilità del confronto.

Quando e’ venuto nel mio Dipartimento, per tenere un seminario, Imaginaires, développement et communications culturelles, nel 2016, sembrava fosse stato sempre dei nostri, di noi docenti e degli studenti. Georges ha saputo interpretare al massimo livello la funzione dello studioso, connettendo i saperi, in senso interdisciplinare, e prodigandosi nell’organizzazione di Convegni, Centri di ricerca e pubblicazioni, in Francia e in Italia.

Lo studio dell’Immaginario e del simbolico, letti in chiave antropologica, filosofica e, sicuramente, ancor più sociologica, rafforzato dall’attività di disseminazione nel Festival d’Épinal, ha tradotto la sua esperienza di studioso in un patrimonio culturale, di cui tutti beneficeremo. Ambasciatore di cultura, potremmo dire. Educatore, nel senso più ampio del termine.

Profondo conoscitore della secolarizzazione della religione, nelle sue declinazioni secolari, nelle sue “metamorfosi”, come direbbe Céline Bryon-Portet, ne ha approfondito l’umanizzazione, nel senso di estrapolare dal o, meglio, nel mondo laico e moderno le possibilità, appunto, del sacro di produrre significati e strutture relazionali. La religione, l’immaginario, la sacralità occupano un campo di senso attivo nella vita dell’umanità. I modelli sociali, diffusi a partire dal positivismo hanno, al massimo, rinominato la dimensione spirituale in forme spesso indecifrabili, ma attive nel sistema umano e sociale. Certo, l’individualismo strisciante della modernità ne ha, in parte, oscurato l’interpretazione, ma non disattivato la funzione.

L’incertezza che domina il nostro tempo crea ampi spazi per il rinvio ad una dimensione umana che possa salvaguardare la propensione dell’animo umano ad esplorare un mondo che vada oltre le “cose”. La sfera sacra e profana rappresentano, nella loro sovrapposizione e complementarietà, la naturale propensione a comprendere le dinamiche del sistema umano e sociale. In ciò, si potrebbe individuare il più efficace senso della modernità e una delle chiavi di lettura dominanti nel pensiero di Bertin.

Georges Bertin, Maître de pensée et d’humanité, ha tessuto, con tanti colleghi, il percorso definitorio di questi passaggi interpretativi, con testi di prestigio, che hanno accolto discussioni e riflessioni, a cui, ripercorrendo il suo pensiero e i suoi scritti, si ritorna.

 


 

De Georges, je veux juste me souvenir de son nom. Comme pour tous les êtres chers que nous rencontrons dans la vie, il est souvent ardu de se souvenir du moment où nous les avons réellement rencontrés. C’est le cas de Georges. Sa sensibilité, son identité professionnelle et scientifique constituaient, pour tant d’entre nous qui l’avons connu et fréquenté, ne fût-ce que ou surtout par l’échange d’idées et de réflexions, un point de repère indispensable. Toujours présent…

Georges ne s’est jamais soustrait à l’écoute et au soutien amical, à la confrontation et au partage de nouvelles hypothèses analytiques, scientifiques et culturelles. Il avait une extraordinaire propension à se constituer en réseau, élargissant ainsi les possibilités de rencontre, pour tous. Lorsqu’il est venu dans mon département, pour animer le séminaire « Imaginaires, développement et communications culturelles », en 2016, il nous semblait qu’il avait toujours été avec nous, professeurs et étudiants. Georges a su interpréter la fonction du chercheur au plus haut niveau, reliant les connaissances, dans un sens interdisciplinaire, et faisant de son mieux pour organiser des conférences, des centres de recherche et des publications, en France et en Italie.

L’étude de l’Imaginaire et de la Symbolique, envisagée sous des angles anthropologique, philosophique et certainement davantage sociologique, renforcée par l’activité de transmission au sein du Festival d’Épinal, a traduit son expérience d’érudit en un patrimoine culturel dont tous bénéficieront. Ambassadeur de culture, pourrait-on dire. Éducateur, au sens le plus large du terme.

Profond connaisseur de la laïcisation du fait religieux, dans ses déclinaisons séculières, dans ses « métamorphoses », comme le dirait Céline Bryon-Portet, il en a intensifié l’humanisation, dans le sens où il s’agit d’extrapoler à partir du monde profane et moderne, ou mieux, précisément dans celui-ci, les possibilités du sacré de produire des significations et des structures relationnelles. La religion, l’imaginaire et le sacré occupent un espace de sens actif dans la vie de l’humanité. Les modèles sociaux diffusés par l’approche positiviste ont, tout au plus, requalifié la dimension spirituelle sous des formes souvent indéchiffrables, pourtant bien actives dans le système humain et social. Bien sûr, l’individualisme rampant de la modernité a, dans une certaine mesure, obscurci son interprétation, mais pas, entravé sa fonction. L’incertitude qui domine notre époque crée un espace suffisant pour le retour à une dimension humaine, qui peut sauvegarder la propension de l’âme à explorer un monde au-delà des « choses ». La sphère du sacré et la sphère du profane représentent, dans leur chevauchement et leur complémentarité, la propension naturelle à comprendre la dynamique du système humain et social. En cela, il serait possible d’identifier le sens le plus efficace de la modernité soit, l’une des clés dominantes pour comprendre la pensée de Georges.

Georges Bertin, Maître de pensée et d’humanité, a tissé, avec de nombreux collègues, la toile déterminante de ces passages interprétatifs, qui ont accueilli discussions et réflexions, auxquels, en remontant le fil de sa pensée et de ses écrits, nous revenons.



Citer ce billet
espritcritique (2023, 29 mai). Pensare e formare il pensiero nella sua umanità. Penser et former la pensée dans son humanité. Carnet Esprit critique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oja2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search