Albert Memmi – hommage

Militant des causes indépendantistes et contre le racisme, on lui doit notamment Portrait du colonisé (1957), Albert Memmi est décédé le 22 mai 2020.

Extrait d’un entretien accordé à Berbère Télévision en 2009, Albert Memmi, Testament insolent

Interview, Albert Memmi parle de la mort et de l’écriture, 2017.

Présentation Albert Memmi, Le Déchirement Linguistique du Colonisé

Présentation, Albert Memmi, La Danse D’exorcisme, La Statue de Sel

Bibliographie :

  • Portrait du décolonisé arabo-musulman et de quelques autres (Gallimard, 2004 ; Folio actuel, 2007)
  • L’Individu face à ses dépendances (Vuibert, 2005)
  • Térésa et autres femmes (Editions du Félin, 2004)
  • Le Nomade immobile (Arléa, 2003)
  • Dictionnaire critique à l’usage des incrédules (Le Félin, 2002)
  • Feu sur 40 idées reçues (Revue Panoramiques, 2001)
  • Le Buveur et l’amoureux – le prix de la dépendance (Arléa, 1998)
  • Le Juif et l’Autre (Christian de Bartillat, 1996)
  • Le Racisme (Gallimard, 1994)
  • L’Exercice du bonheur (Arléa, 1994)
  • Le Pharaon (Julliard, 1988 ; Le Félin, 2001)
  • Ce que je crois (Grasset, 1985)
  • Le Mirliton du ciel (Lahabé, 1985)
  • La Dépendance, esquisse pour un portrait du dépendant (Gallimard, 1979)
  • Le Désert, ou la vie et les aventures de Jubaïr Ouali El-Mammi (Gallimard, 1977)
  • Juifs et arabes (Gallimard, 1974)
  • Le Scorpion ou la confession imaginaire (Gallimard, 1969)
  • L’Homme dominé (Gallimard, 1968)
  • La Libération du juif (Payot, 1966)
  • Anthologie des écrivains maghrébins d’expression française (Présence africaine, 1964)
  • Portrait d’un Juif (Gallimard, 1962)
  • Portrait du colonisé. Portrait du colonisateur (Buchet/Chastel, 1957 ; Gallimard, 2002)
  • Agar ( Corréa, 1955 ; Gallimard, 1984)
  • La Statue de sel (Corréa, 1953 ; Gallimard, 1966)

” J’ai entrepris cet inventaire de la condition du colonisé d’abord pour me comprendre moi-même et identifier ma place au milieu des autres hommes Ce que j’avais décrit était le lot d’une multitude d’hommes à travers le monde. Je découvrais du même coup, en somme, que tous les colonisés se ressemblaient . je devais constater par la suite que tous les opprimés se ressemblaient en quelque mesure”.
Et Sartre d’écrire : “Cet ouvrage sobre et clair se range parmi “les géométries passionnées” : son objectivité calme, c’est de la souffrance et de la colère dépassée”. Cet essai est devenu un classique, dès sa parution en 1957 : il soulignait combien les conduites du colonisateur et du colonisé créent une relation fondamentale qui les conditionne l’un et l’autre.

Cinquante ans après les indépendances, qu’est devenu l’ex-colonisé ? Cet ouvrage tente une peinture aussi fidèle que possible d’un homme nouveau apparu sur la scène de l’histoire. On verra qu’il s’agit d’un triptyque : le nouveau citoyen, demeuré dans son pays natal, l’immigré vivant dorénavant à l’étranger et le fils de l’immigré, né dans le pays d’accueil, chacune de ces figures possédant sa cohérence. Sont ainsi passés en revue la plupart des problèmes qui, à la suite de l’interdépendance inédite du monde contemporain, nous assaillent tous. À l’intérieur des jeunes nations, la liaison inexorable entre la pauvreté, la corruption et la tyrannie. Entre les nations, les mouvements de populations, les collisions entre les cultures et le probable métissage. D’où les tentations passéistes, le recours aux mythes, politiques ou religieux, aux intégrismes et à la violence.
Interview de l’auteur pour l’Express, 2004.



Citer ce billet
espritcritique (2020, 2 juin). Albert Memmi – hommage. Carnet Esprit critique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj7g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search