Appel à articles. Numéro spécial “Sport, Jeux et olympisme” 

 

photo Eric Monnin, Grèce, 2023

 

Après trois candidatures écartées au cours des dernières décennies, Paris accueillera la XXXIIIe Olympiade l’été prochain. Plus encore, de toute évidence, les Alpes françaises seront désignées, dans quelques semaines, pour accueillir la célébration olympique hivernale en 2030. La séquence est inédite depuis un siècle. En France, comme ailleurs dans le monde, les méga-événements sportifs, à commencer par les Olympiades et/ou les Jeux olympiques d’hiver, offrent matière à débats, suscitent l’enthousiasme comme la critique.

Peut-on s’en étonner alors que le sport, qui doit être distingué des activités physiques, est donné pour être un fait social total ? Par un jeu d’interrelations complexes, il embrasse, à des degrés divers, tous les acteurs d’une société qui forme alors un monde en soi. Le sport ainsi pose des questions à toutes les disciplines des sciences sociales et conduit sans doute au-delà à un décloisonnement encore plus large.

Mieux encore que le sport, les Olympiades, la plus importante manifestation sportive et même humaine, semblent correspondre à la définition initiale du fait social total par Marcel Mauss. Ne peut-on voir en elles un potlatch globalisé : un moment de rassemblement, de rencontre, de partage et de confrontation, circonscrit dans le temps, qui tisse des ramifications innombrables dans l’espace et dans le temps ? Ce constat n’est pas anodin. En effet, les études olympiques (ou sur le sport plus généralement) contraignent à l’interdisciplinarité. Par exemple, étudier la chronométrie aux Jeux olympiques, c’est, à partir d’une approche en apparence technique et économique, pouvoir envisager aussi la relation au temps qui la sous-tend. Pourquoi ne pas ensuite, questionner et comparer les différentes approches culturelles de ce rapport au temps… Un fil tiré en laisse apparaître un nouveau qui ressort d’une autre discipline.

Quid alors de l’olympisme ? Au commencement étaient les Jeux olympiques puis Pierre de Coubertin définit l’olympisme seize années plus tard, en 1912. Aristocrate français à l’esprit fin-de-siècle plus que Belle Époque, il en propose une définition aux accents quelque peu énigmatique en 1918 :

« L’olympisme n’est point un système, c’est un état d’esprit. Les formules les plus diverses peuvent s’en pénétrer et il n’appartient ni à une race ni à une époque de s’en attribuer le monopole exclusif. » (P. de Coubertin, « Lettres olympiques (IV) », 1918, in Norbert Müller (dir.), « Textes choisis de Pierre de Coubertin », Weidmann, Zurich, 1986, t.2, p.385).

Autrement dit, le projet olympique possède un caractère immuable mais suffisamment souple (flou ?) pour que les manifestations, les Jeux, s’adaptent à leur époque. Envisagée sous cet angle, l’idée initiale semble bien s’être concrétisée plus d’un siècle plus tard, par-delà les réussites et les crises. Peut-être même les Jeux et l’olympisme se sont-ils précisément nourris des unes comme des autres pour se renouveler.

Ce dossier spécial de la revue Esprit critique se propose de produire un point non exhaustif des nombreux travaux qui, depuis le début de ce siècle, ont non seulement renouvelé les problématiques préexistantes mais ouvert des approches innovantes sur le sport, les jeux et l’olympisme. Toutes les propositions de contribution seront ainsi bienvenues. Toutefois, afin de maintenir une cohérence d’ensemble du dossier, une attention particulière sera accordée aux quelques thèmes suivants :

– La sociologie des organisations sportives ;

– Les temps du sport, du millième de seconde à la longue durée autrement dit de la chronométrie sportive aux différents types d’héritages poursuivis par les organisations contemporaines ;

–  Enfin, les lieux et les espaces du spectacle sportif et/ou olympique, thème qui inclut autant le stade que les espaces urbains ou « naturels » mis en scène pour accueillir les épreuves.

Ce dossier sera dirigé par Renaud David (doctorant au Laboratoire C3S – Culture, Sport, Santé, Société (EA 4660) Université de Franche-Comté), Guillaume Rayot (doctorant au Laboratoire C3S – Culture, Sport, Santé, Société (EA 4660) Université de Franche-Comté), Antoine Guillemet (doctorant au Laboratoire C3S – Culture, Sport, Santé, Société (EA 4660) Université de Franche-Comté) et Éric Monnin (Maître de conférences HDR, Université de Franche-Comté)

 

Les articles sont attendus pour le 17 mars 2024 ; publication du dossier prévue en juin 2024.

Plus d’informations sur la soumission des articles ici.

 

Contacts :

Renaud David – renaud.david2@univ-fcomte.fr

Sylvie Chiousse – sylvie.chiousse@univ-amu.fr

 



Citer ce billet
espritcritique (2024, 21 janvier). Appel à articles. Numéro spécial “Sport, Jeux et olympisme” . Carnet Esprit critique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmvy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search