Brahim Labari – L’épreuve de la mondialisation salariale

Ce que le travail mondialisé fait aux populations du Maroc

Paris, éd. L’Harmattan, coll. “Espaces interculturels”, 2020.

Sur la base d’enquêtes sociologiques de plus d’une quinzaine d’années, l’ouvrage rend compte des rapports sociaux développés au travail, avec notamment la mise en concurrence des salariés marocains au sein du monde du travail.

La rareté du travail dans le contexte social global accule-t-elle la main-d’œuvre à une sorte de « servitude involontaire mais socialement consentie » ?

Au sein d’une « économie-monde » de plus en plus diffuse et hégémonique, la quête coûte que coûte d’un salaire jette les travailleurs locaux dans une concurrence rude à la recherche d’un emploi.

Même précaire, le travail salarié s’érige en attraction des populations avides de conquérir une autonomie dans un univers marqué jusqu’à un certain point par des valeurs patriarcales.

Professeur de sociologie à l’université d’Agadir, Brahim Labari est depuis janvier 2017 directeur de la revue Esprit Critique, Revue Internationale de Sociologie et de Sciences Sociales. Ses travaux portent sur la sociologie des organisations et sur les formes de la mondialisation des configurations d’en-bas dans le pourtour méditerranéen.



Citer ce billet
espritcritique (2020, 14 juin). Brahim Labari – L’épreuve de la mondialisation salariale. Carnet Esprit critique. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj7l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search