École doctorale « Enquêter en terrain sensible au Maghreb »

Tunisie : Sidi Bou Saïd et Cité de la Culture à Tunis du 11 au 15 janvier 2021.

Portée par l’IRMC et le LAMES (UMR 7305), en collaboration étroite avec l’Université de Tunis, l’Université de Lausanne, l’Université Mohammed V. Financement A*MIdex, (Aix-Marseille Univ.), partenariat : GenderMed et la Cité de la Culture.
Elle a lieu sur cinq jours en séances fermées (matin et après-midi), et regroupe 7 chercheur-e-s et enseignant-e-s chercheur-e-s universitaires français-e-s, tunisien-ne-s et marocain-e-s qui assurent l’encadrement de 15 doctorant-e-s dont les travaux s’inscrivent dans les différents champs des sciences sociales. 

Coordination :
Monia Lachheb, Sociologue, Maîtresse de Conférences (Hdr), chercheure à l’IRMC, USR 3077.
Constance De Gourcy, Sociologue, Maîtresse de Conférences (Hdr), LAMES, Aix-Marseille Université.

Présentation :
Cette école doctorale porte sur les spécificités des recherches dites sensibles. Elle constitue un moment de dialogue entre, d’une part, des fondements théoriques et épistémologiques et, d’autre part, des expériences de recherche sur des terrains sensibles. Elle invite les jeunes chercheur-e-s à communiquer leur parcours de recherche en pointant les difficultés du terrain, les stratégies déployées pour les contourner et les ajustements engagés pour la concrétisation de leur projet. Dans le cadre de cet exercice, différentes problématiques sont envisagées : l’identité sexuelle du chercheur-e sur le terrain, les questions éthiques, la gestion des charges émotionnelles dans la relation d’enquête, etc. Ces différents aspects traversent inévitablement les terrains sensibles et rendent compte des multiples formes d’arrangement au bénéfice de la collecte des données pertinentes.
La particularité des sciences sociales est qu’elles exigent du chercheur des données empiriques qui servent de socle pour son analyse et sa lecture du réel. Ces données émanent du terrain qui correspond à un espace, un objet, des interactions avec des personnes ressources et des personnes enquêté-e-s selon une démarche scientifique (De Sardan, 2008). Le terrain se définit certes de manière protéiforme et requiert que le chercheur se plie à ses exigences et s’adapte à ses prescriptions. « Sur le terrain, en effet, l’ethnologue est coupé de son lieu « propre ». Il doit circuler avec ses propres moyens sur un territoire qu’il ne maîtrise pas, et qui est au contraire contrôlé par d’autres institutions, d’autres instances de pouvoir (Albera, 2001). Quelles sont les « techniques du corps » qui se déploient en situation ? Comment l’épreuve de terrain impacte-t-elle le processus de recherche en sciences sociales et incite-t-elle à un profond travail de subjectivation ?
La question des sexualités, le milieu carcéral, les migrations clandestines, les religions, le domaine du VIH/sida, les lieux de guerres et de conflits…, constituent autant de terrains sensibles. Ces terrains concernent des pratiques illégales et des objets tabous, touchent à des individus stigmatisés et des groupes sociaux peu visibles, évoquent des situations dangereuses et des lieux risqués. Ils posent par ailleurs des enjeux socio-politiques liés à la restitution des données (Bouillon et all., 2005). Ce faisant, la qualification de “sensible” pour un projet de recherche porte en elle la nécessité de prendre en compte des décisions pragmatiques, de se poser des questionnements éthiques et de procéder à des ajustements constants. Ainsi, les terrains sensibles interrogent la posture du chercheur, son rapport au travail d’enquête et aux personnes enquêtées (Hennequin, 2012). Ils imposent au chercheur de conjuguer des exigences méthodologiques et la nécessité de recourir à des usages pratiques et efficaces. Les terrains sensibles se construisent et participent à la structuration de parcours de recherche singuliers traversés inévitablement par des adaptations méthodologiques. Le croisement des regards disciplinaires, la mise en perspective des terrains dits sensibles au Nord et au Sud de la Méditerranée renseignent sur la question de la réflexivité et ses enjeux qui se posent aux doctorant-e-s et aux chercheurs sur les terrains sensibles dans des contextes socio-politiques différents.

Calendrier prévisionnel des activités
Lancement de l’appel à candidatures : 1er septembre 2020
Date limite d’envoi des candidatures : 30 octobre 2020
Sélection des doctorants : Novembre 2020
Programme définitif : Décembre 2020
Accueil des invités : 11 janvier 2021

Sélection des participant.e.s
Les jeunes chercheur.e.s (doctorant, post-doctorant) de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales universitaires sont les bienvenu.e.s. 15 candidats seront sélectionnés par le Comité scientifique sur présentation d’un curriculum vitae (max. 2 pages), d’une lettre de motivation (500 mots max.), en français, en arabe ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche avec les problématiques de l’école doctorale et d’un projet de recherche de 3 pages.
Les candidatures sont à envoyer par courriel au plus tard le 30 octobre 2020 à l’adresse suivante : terrainsensibles@gmail.com

Conférences matinales
-  Imed Melliti (sociologue, ISSH – Tunis)
-  Zakaria Rhani (anthropologue, Université Mohammed V, Rabat)
-  Marta Roca Escoda (sociologue, Université de Lausanne) :
-  Christophe Broqua (anthropologue, CNRS) : « L’engagement « sexuel » du chercheur ou de la chercheuse sur le terrain : genre et sexualité dans la relation d’enquête »
-  Laurence Herault (anthropologue, CNRS) : « Etre impliquée et s’impliquer : l’ethnographie à l’épreuve de la transidentité ».
2e Journée, Après-midi : Lieu, Citée de la Culture
Ons Kamoun (ESAC – Tunis) : « Le film de chercheur dans un terrain sensible »
Projection du film Travestis de Safouene Ben Abdellali (2015)
5e Journée, Matinée : Lieu, IRMC
 Outil numérique pour une recherche bibliographique : Sawssen Fray et Khaled Jomni

Conseil scientifique
Nacira Abrous, linguiste, IREMAM, MMSH
Christophe Broqua, Anthropologue, Chargé de recherche, CNRS
Nathalie Chapon, Sociologue, Enseignante-chercheure, LAMES
Meriem Cheikh, Anthropologue, INALCO
Sylvie Chiousse, Socio-anthropologue, LAMES
Constance De Gourcy, Sociologue, Maîtresse de Conférences, LAMES
Marta Roca Escoda, Sociologue, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
Laurence Herault, Anthropologue, Professeure, IDEMEC
Ons Kamoun, Maître-Assistante, Cinéaste, Ecole supérieure de l’audiovisuel et du cinéma, Tunis
Monia Lachheb, Sociologue, chercheure à l’IRMC, USR 3077
Karine Lambert, historienne, Maitresse de conférences, TELEMME, MMSH
Imed Melliti, Sociologue, professeur des Universités, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis
Nasima Moujoud, Maîtresse de conférences en anthropologie à l’Université Grenoble Alpes
Sandrine Musso, Anthropologue, Maîtresse de Conférences, Aix-Marseille Université
Zakaria Rhani, Anthropologue, professeur habilité, Institut universitaire de la recherche scientifique, Université Mohammed V, Rabat
Oissila Saaidia, Professeur des Universités, historienne, directrice de l’IRMC, USR 3077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
espritcritique (14 septembre 2020). École doctorale « Enquêter en terrain sensible au Maghreb ». Carnet Esprit critique. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj7o


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search