L’agir réflexif en sciences humaines et sociales. Retours d’expériences réflexives en sociologie pragmatique

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 305-347.


 

Anne-Françoise Volponi

 

 

Anne-Françoise Volponi est sociologue, coordinatrice de recherche au laboratoire PASSIM, chercheure associée au LAMES (AMU-CNRS)

 

 

Entre éthique et technique, l’indissociabilité de la réflexivité et de la sociologie

 

La philosophie considère la réflexivité comme un mouvement de la conscience se prenant elle-même pour objet, sachant que « la conscience constitue une dimension à part entière du social » (Elias, 2016 : 212).

La réflexivité est envisagée ici comme indissociable de la recherche en général, aventure humaniste de remise en question permanente des certitudes antérieures, initiatrice d’un mouvement cognitif d’innovation et dans l’idéal d’un processus de transformation.

De fait, la réflexivité semble indissociable de la recherche en sciences humaines et sociales. Est-il même besoin de parler d’anthropologie réflexive (Bourdieu, Wacquant, 1992 : 187) ou d’ethnographie réflexive (Weber, Lambelet, 2006 : 2) ?

Comment alors envisager une sociologie sans réflexivité ? Quelle soit positiviste, empirique, structuraliste ou interactionnelle, la sociologie se doit de prendre en compte la réflexivité en contexte comme une des conditions de rigueur pour la découverte scientifique, une garantie de fiabilité, de crédibilité, de la plausibilité, au final, de la recevabilité du discours scientifique produit.

Pour la sociologie, science du dévoilement des interactions et des rapports sociaux de domination, la posture réflexive se révèle d’autant plus cruciale pour le chercheur qu’il se trouve, de fait, en situation d’immersion dans son propre objet de recherche.

Mais l’expérience sociologique montre que la posture réflexive devient pertinence pour les acteurs sociaux individuels ou collectifs concernés voire bousculés par tout fait social ou tout phénomène social, dans la mesure où ils peuvent en prendre conscience. Si la posture réflexive apparaît comme intrinsèquement liée à la pratique sociologique, elle se montre rétive à l’objectivation : sa dimension éthique, habituellement envisagée plutôt à l’aulne du praticien sociologue qu’à celle des acteurs collectifs, est renvoyée à une sorte de conscience professionnelle.

Quant à sa dimension technique, elle s’est d’abord répandue aux États Unis dans le champ de la formation des praticiens (réflexifs) du social, et même du MIT : qualifiée en termes d’agir professionnel, en cours d’action et sur l’action selon ce que l’on désigne comme le « tournant réflexif » (Schön, 1992 : 24), elle s’est diffusée ensuite en France ; en témoignent les travaux de Guillaumin en terme de compétence (Guillaumin, 2009 : 15). Le sociologue serait-il alors un praticien réflexif comme un autre ?

 

De la difficulté à décrypter les processus réflexifs

 

Loin de fournir une quelconque explication d’une notion au flou incommensurable, cette contribution s’attache à expliciter quelques-uns des indices inhérents aux dimensions éthique et technique de la réflexivité, tels qu’ils peuvent se donnent à voir dans une pratique réflexive de la sociologie.

La pratique sociologique a pu déjà mettre au jour le processus d’altération au fondement de la dynamique réflexive, sa dimension fissionnelle et son effet rétroactif.

 

Réflexivité et processus d’altération par l’interaction d’étrangeté

Altération désigne, sans le juger ou le jauger, un processus de transformation, inévitablement occasionné par l’expérience de la rencontre avec autrui, avec des autrui significatifs, porteurs d’un potentiel de coproduction ontologique, envisagés ici comme autrui réflexifs, porteurs d’un potentiel de proposition critique. Le postulat est que l’efficace de la dynamique de réflexivité est redevable au disruptif, à l’étrangeté du rapport à l’alter.

 Dans cet esprit, Lapierre plaide anthropologiquement en faveur d’un penser réflexif forgé dans l’expérience de l’étrangeté : à partir du décryptage des conditions intimes, sociales, historiques, à l’œuvre dans l’élaboration de figures célèbres d’intellectuels. Ces expériences d’étrangeté relatées, parfois vécues à l’intime de façon extrêmement solitaire et douloureuse, finissent par constituer ces intellectuels « déplacés », « dépaysés », souvent par des vicissitudes historiques et par la même enclins à la réflexivité en « intellectuels critiques » (Lapierre, 2006 : 75), justement par :

« […] la prise de distance et la dissidence par rapport à un monde social, ses normes, ses centres de pouvoir et ses institutions, conditions nécessaires pour le comprendre, l’analyser et en saisir les tensions et les mutations » (Lapierre, 2006 : 27).

Comment ne pas rapprocher ces figures d’« intellectuels exiliques » (Lapierre, 2006 : 117) des conditions de l’expérience exilique, « l’exiliance » travaillée sur le mode de l’orfèvrerie par Nuselovici (2013).

Plus empiriquement, l’anthropologie du mouvement, pétrie du paradigme de la mobilité, porte la focale non seulement vers des figures épistémologiquement opérantes comme celles du « nomade », du « diasporique » et de « l’errant » mais plus concrètement vers des acteurs de la migration, acteurs « du bas », capables, par les jeux d’alliance et de connivence, par la parole donnée, d’établir à travers le monde, les comptoirs d’un « territoire circulatoire », perturbant les enjeux associés aux compromis mémoriels et les jeux des hiérarchies locales par son potentiel de critique sociale et de renouvellement de projet.

Au final, l’analyse microsociologique des jeux interactionnels, même les plus assujettis à l’apparente banalité du quotidien, donne à voir des pratiques d’interculturalité et leurs impacts bouleversants pour les uns comme pour les autres, là où hiérarchies locales et compromis sont remis en question par la présence, souvent perçue comme inopinée, d’un sociologue, professionnellement nomade et porteur d’un regard étranger.

Les retours de recherche donnent à voir que la réflexivité, dynamique intime et sociale, prend d’autant mieux sa place en recherche en sciences humaines et sociales, que cette dernière se structure dans un rapport d’étrangeté fondé sur l’alter, les aller vers (le terrain, les populations, les infra-ordinaires de la recherche, les données), sur la complexité des aller-retour entre terrains et théories, la prise en compte de l’altération des certitudes antérieures par les débordements interprétatifs, potentiellement vecteurs de mise en perspective alternatives de nos sociétés, par la tension donc, entre le scientifique et le politique.

 

La dimension fissionnelle de la dynamique réflexive

Les configurations sociétales contemporaines favorisent la démultiplication des interactions possiblement altérantes, notamment les configurations en liens faibles de référence et d’appartenance, tissées de façon plus ou moins éphémère à l’occasion de l’insertion des acteurs pluriels dans des mondes sociaux différenciés, insertions démultipliées qui, au final, mosaïquent des identités sociales caméléons.

La métaphore fissionnelle suggère que, lors d’un choc, se produit l’éclatement du noyau instable en d’autres noyaux instables et particules élémentaires. La notion de choc s’emploie finalement assez couramment en matière culturelle ou civilisationnelle : il est question ici de choc interactionnel.

L’observation donne à lire que, dans une tension entre la crispation sur des positions sociales antérieures et leur désagrégation anomique contemporaine, l’effet du choc conduit dans le meilleur des cas, au renouvellement de la conjugaison entre l’altérité radicale des individus, relativement stable et les alliances collectives plus ou moins instables.

Surtout l’observation donne à voir, corrélativement au choc, la production simultanée d’une sorte d’énergie de socialisation, par la mobilisation de formes variées d’intelligence collective, dont les effets peuvent se faire ressentir au moment même de la fission ou ultérieurement à la fission, mais toujours dans le sens de la transformation.

L’observation donne enfin à voir que ces moments de transformation, plus ou moins aléatoires, plus ou moins conscientisés, mis en formes différenciées, par la conversion, la bifurcation biographique, plus ou moins contextualisés, sont souvent redevables d’un processus de rétroaction : psychologues et analystes travaillent au front de ces effets boomerang et au cœur des émotions qu’ils déclenchent ; l’entretien sociologique, non directif et de durée indéterminée, concourt aussi parfois rétroactivement à la révélation de ces transformations.

Dans tous les cas, éthique personnelle et déontologie professionnelle instituent les praticiens comme médiateurs de réflexivité et de conscientisation.

 

L’effet rétroactif de la dynamique réflexive

Si le processus de fission paraît explicitable, le processus de rétroaction qui en permet l’objectivation reste, lui, parfois dans l’ombre du déni ou de la peur du déclassement. Or, l’approche sociologique permet de mettre au jour les caractère à la fois synchronique et diachronique de la dynamique de réflexivité : d’une action à l’autre de recherche, mais aussi par la mise en autocritique de l’ensemble d’un parcours de recherche, et au-delà d’un parcours de vie :

« La notion de « réflexivité », qui veut que le chercheur doit se prendre lui-même pour objet du regard sociologique, afin de déceler tout ce qu’il y peut y avoir d’impensé dans son rapport à l’objet de ses investigations, s’avère ne pas relever seulement des nécessités scientifiques d’une sociologie de la connaissance, d’une « anthropologie cognitive », mais renvoie également aux étapes d’une ascèse jamais terminée, tout au long de laquelle chaque pas supplémentaire permet à la réappropriation de soi-même de s’effectuer un peu mieux qu’à l’étape antérieure » (Eribon, 2014 : 80).

Quand Bourdieu fait référence aux « bribes de moi-même que j’ai laissées sur mon chemin tout au long de ma recherche… » (Bourdieu, 2004 : 14) c’est pour partager sa prise de conscience :

« Je sais et je ne ferai rien pour le cacher, qu’en vérité je n’ai découvert que peu à peu, même sur le terrain de la recherche, les principes qui guidaient ma pratique » (Bourdieu, 2004 : 12).

Processus d’altération et processus de fission-rétroaction sont envisagés ici comme effets aléatoires, contingents et immaîtrisables de transformation des logiques d’action inhérentes à la pratique de la sociologie pragmatique.

Pour aller plus loin dans l’explicitation des mouvements réflexifs, la contribution s’adosse à la relation d’une expérience en sociologie pragmatique menée depuis une vingtaine d’année au sein d’un minuscule laboratoire de sociologie pragmatique et compréhensive, PASSIM[1], dont le travail est axé autour de la problématique de l’hospitalité, avec le souci d’une réflexivité «rationnelle, sensible, pensive »(Cornu, 2010 : 15), tendue comme un fil à plomb d’intégrité scientifique.

La contribution s’attache particulièrement à relater quelques mises en formes expérimentales localisées, conçues par l’équipe de PASSIM comme autant d’occasions de mise à l’épreuve de la posture réflexive en sociologie et aussi de mise au jour de ses effets de compréhension des configurations complexes au sein desquelles s’inscrivent ces expérimentations.

En suivant la focale d’une approche microsociologique déployée par rebonds empiriques aux niveaux meso et macro de l’analyse, les modalités d’un engagement scientifique à hauteur d’acteurs collectif, la contribution témoigne d’une ambition sociologique, celle de la remise en perspective réflexive de la posture d’un sociologue, praticien réflexif, exercée entre l’intime et le social, en faveur d’une dynamique démocratique d’intégration, nourrie de processus de conscientisation, d’affirmation et de revendication.

Une première partie de la contribution détaille les tenants ontologiques et méthodologiques de l’équipe de sociologues. L’article porte ensuite la focale vers les modalités de l’exercice sociologique réflexif en sociologie, en situation de problématisation, d’investigation et de restitution. Enfin, à partir de l’exposé d’une expérimentation récente, la contribution valide les essais antérieurs de caractérisation des processus réflexif à l’œuvre et propose le repérage de logiques d’action collective qu’ils génèrent ou renforcent.

 

PASSIM, un laboratoire citoyen, interactionniste et coopératif

 

Une sociologie du cum et du co

Le processus de création du laboratoire PASSIM a été initié en réponse à la demande d’acteurs sociaux et de citoyens pris au jeu de la compréhension sociologique dans une région peu dotée en la matière. La demande émanait particulièrement de populations résidant dans lesdits arrière-pays languedociens, zones de vie désignées à l’époque comme « territoires du vide » par les services régionaux de la prospective. Des sociologues, jusque-là impliquées en sociologie urbaine dans la région de Marseille, acceptèrent de relever le gant d’une mise à l’épreuve de leurs propres outils de travail. La structuration associative fut choisie d’un commun accord pour asseoir la dimension citoyenne du laboratoire et favoriser l’hétérogénéité des implications.

La démarche du laboratoire, très imprégnée de celle de l’École de Chicago, interactionnelle, empirique, qualitative, immersive et activement corrélée aux questions sociales brûlantes, fut désignée comme « recherche-action » dans la note fondatrice.

Le monde associatif local adopta cette association[2]singulière pourvue de ressources spécifiques d’analyse pragmatique et compréhensive nécessaires pour réhabiliter la dimension solidaire de configurations interactionnelles mises à mal par le durcissement des conditions d’existence. La recherche-action devint recherche-médiation (Volponi, 2004).

Les sociologues décidèrent de privilégier cette posture systématiquement dans l’activité de recherche qui se développait au sein du laboratoire. Leur obsession, toujours vivace consistait à donner la priorité aux acteurs sociaux, pour leur permettre de prendre corps dans le jeu démocratique, jusqu’à privilégier les commandites populaires.

Loin des approches scientifiques hypothético-déductives et de l’utilisation d’outils catégoriels de surplomb, les « petits sociologues[3] » de PASSIM se sont d’emblée employés à mettre en œuvre une dynamique scientifique de proximité à hauteur de citoyens. Ainsi se mit en place une sociologie du cum et du co au sein de configurations de recherche.

Au fil des recherches l’équipe initia avec de plus en plus d’audace, des mises en formes expérimentales et coopératives de travail : les chantiers sociologiques devinrent ainsi de véritables laboratoires de réflexivité.

 

Une sociologie interventionniste, expérimentale et expérientielle

L’orientation de travail du laboratoire relève d’une sorte de combinatoire entre les approches interactionnistes et celles plus structuralistes quand elles visent à expliciter les rapports sociaux de domination. Pour les sociologues, se lancer dans une démarche de recherche interactionniste en quête d’ajustements successifs au plus près du réel démocratique, avec comme souci permanent la prise en compte de la réflexivité, c’est se soumettre à l’exigence de la pratique analytique du travail en train de se faire avec la coopération des acteurs sociaux impliqués dans la démarche. Le laboratoire développe une sociologie possiblement référençable à la fois à l’intervention sociologique, du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS), et aux « tentatives » de Deligny. Au final ce laboratoire promeut une sociologie expérientielle dans le sillage interactionniste de Dewey.

 

Une pratique sociologique au prisme de l’« intervention sociologique » 

La démarche pourrait correspondre à une forme de réactualisation de ce que, dans les années 1980, l’on dénommait La méthode de l’intervention sociologique. Sous la houlette d’Alain Touraine, les membres de l’Atelier d’intervention sociologique, futurs cofondateurs du laboratoire CADIS, avaient jeté les bases de « la pratique d’une théorie » conçue comme un « ensemble de principes sociologiques d’action ». Ces sociologues, impliqués comme accompagnateurs expérimentaux de l’émergence d’un mouvement social ancré au sein des groupes en lutte, se pliaient à l’exigence d’une posture double, d’une part, de proximité de compréhension avec les acteurs et d’autre part de mise à distance pour l’analyse interprétative des logiques à l’œuvre au sein des groupes.

Surtout, l’auto-analyse de leur action par les groupes eux-mêmes constituait le cœur réflexif du processus. À partir de cette auto-analyse, dans une phase ultérieure dite de « conversion », les chercheurs intervenaient de manière pro-active pour élaborer une analyse sociologique de l’ensemble de la démarche et pour formuler de nouvelles hypothèses.

Conçue à longue échéance, l’intervention sociologique relevait explicitement d’un « travail commun » au sein duquel « les sociologues sont pleinement dégagés des problèmes méthodologiques »(Lapeyronnie, 1983 : 8).

Si, selon les vœux de leurs initiateurs, les principes d’action inhérents à l’intervention sociologique ont pu être élargis à d’autres sphères de l’activité sociale, voire dans d’autres situations, comme celles de la transition « démocratique » en Union soviétique à la fin des années 80, force est de constater la discrétion de leur diffusion en France.

 Si la diffusion de cette intervention sociologique est restée discrète[4], les critiques portent souvent sur sa dimension réflexive. Pour les auteurs convaincus du caractère réflexif de la sociologie, l’émergence du sujet conscient, de ce « sujet enfoui dans l’acteur social » constitue la pierre angulaire de l’intervention sociologique,

« [un] sujet capable « d’acquérir et de manifester une conscience de soi-même auto fondée », de pouvoir se représenter à lui-même « sa propre capacité de création, de réflexion et d’évaluation » » (Touraine cité in Hamel, 2007 : 48 et 47).

Dubet qualifie d’épistémiques ces acteurs sociaux, qui du fait de l’intervention sociologique, disposent d’une connaissance de leur action notamment lors du gap analytique dit de la conversion, au principe de l’intervention sociologique (Dubet, 1988 : 12) ; il considère chacun des individus comme un « intellectuel » (Dubet, 1994 : 105), un acteur capable de maîtriser consciemment son rapport au monde.

 Certains auteurs plus contemporains précisent le rôle des sociologues dans l’intervention sociologique :

« L’intervention sociologique assouplit la répartition des rôles. Les sociologues se relaient plus qu’ils n’adoptent des rôles clairement définis […] ils vont glisser, ensemble, au fur et à mesure de l’avancement du travail avec le groupe de la position d’interprète à celle d’analyste » (Cousin, Rui, 2011).

Les sociologues peuvent adopter une combinatoire de postures, celle de la tension entre les membres du groupe jusqu’à l’implosion de ce dernier, celle du partage avec le groupe de leurs raisonnements et hypothèses, et surtout celle de l’écoute et de l’effacement (Cousin, Rui, 2011 : 518). Notons que, pour ces auteurs, la restitution relève du contrat moral entre acteurs et chercheurs.

Ce que l’équipe des sociologues a retenu de l’intervention sociologique, c’est sa dimension expérientielle, l’institution des acteurs comme locuteurs, le principe de réappropriation subjective fondée sur une auto-analyse collective à effet de conscientisation collective, sa dimension créative, le caractère instable de la position du chercheur en situation qui plaide la primauté de l’écoute, la logique réflexive à l’œuvre dans la co-élaboration d’un bien commun.

 

Une pratique sociologique au prisme de la tentative delignienne

L’on pourrait s’en référer à la tentative delignienne pour éclairer la démarche de PASSIM. La démarche delignienne s’inscrit, entre autres, dans le courant de l’antipsychiatrie des années soixante en France et dans la conviction, née de sa propre expérience, de la nécessité de proposer une prise en compte innovante des enfants désignés comme porteurs de troubles du comportement. Notons qu’aux États-Unis, en 1961, sans qu’il n’existe de lien apparent avec cette orientation, Goffman publie une étude sociologique dénonçant « l’institution totale » (au sens durkheimien du texte). Pourtant l’un comme l’autre inscrivent leurs analyses dans l’empirique contre les certitudes antérieures.

Pour ce « praticien réflexif » qu’était Deligny :

« L’écriture fut une activité constante, existentielle, le laboratoire permanent de sa pratique d’éducateur[5] ».

La tentative des Cévennes avec les enfants autistes a été initiée en 1969 et se diffuse aujourd’hui encore dans les plis d’initiatives gardoises démultipliées, à Monoblet, Saint Hippolyte du Fort ou Beaucaire. Elle se fonde en grande partie sur la critique de l’institution : aux principes institutionnels d’idéalité, de pouvoir hiérarchique, de permanence et de monopole, Deligny oppose des « positions » de dérive, arachnéenne, éphémère et locale[6].

Pour Deligny :

« La tentative est un petit ensemble, un petit réseau tout souple qui se trame dans la réalité comme elle est, dans les circonstances comme elles sont » (Deligny, 2007 : 705) ;

« Une tentative n’a pas de principe préétabli pas plus qu’elle ne cherche à en établir. Expérimentation sans modèle ni fin, la tentative se crée en rupture avec toute identification, elle est en rupture de ban », (Deligny, 2007 : 105).

La démarche delignienne pousse à la réflexivité.

Interrogeante pour un sociologue compréhensif, cette formule delignienne qui caractérise ainsi la tentative : « elle est sans sujet, puisqu’elle est cause d’elle-même » (Deligny, 2007 : 56) ; ici, c’est l’impossibilité du rapport d’altérité fondé sur l’« esquive de la réciprocité » (Deligny, 2007 : 51), attribuée par Deligny aux comportements autistes, qui impose réflexion au sociologue.

Questionnante, cette incitation à approfondir la notion de dispositif tel qu’envisagée habituellement comme :

« Tout ce qui a d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (Agamben, 2014 : 31). 

Quid des corrélations entre les processus de subjectivation généré par le dispositif et l’agir possiblement déployable selon l’aléatoire des circonstances ?

Enthousiasmante pour un sociologue pragmatique la formule delignienne qui caractérise ainsi la tentative : « elle est sans objet puisqu’elle n’a pas de programme mais expérimente ou innove » (Deligny, 2007 : 56).

Ce que les sociologues de PASSIM ont retenu de la démarche delignienne, c’est la mise en critique de la perception de l’étrangeté de l’autre, qui impose l’inversion du regard qu’on lui porte, l’interpellation critique et innovante de la notion de dispositif ou encore la dimension expérientielle d’une démarche fondée sur l’éthique de la réflexivité.

 Si l’expérimentation relève plus du dispositif, du projet et de l’intermédiation, l’expérience relève des dispositions, du vécu et des interactions fines.

Si le processus d’expérimentation, se révèle essaimable par l’explicitation, la critériologisation et les ajustements successifs de sa logique intrinsèque de reproduction, la dynamique expérientielle, à l’instar de la tentative delignienne, éphémère, aléatoire, ancrée localement dans les tendances lourdes et les indéterminismes circonstanciels se révèle propice à l’innovation ; enfin, elle ne se prête guère au copié-collé : en ce sens, elle met au défi l’appétence contemporaine, immodérée, pour la modélisation.

 

Une pratique sociologique au prisme de l’expérience deweysienne

L’expérience est ici mise en perspective pragmatique, tout particulièrement, selon Dewey pour lequel l’expérience interactionnelle « fonctionne » sur la base du « principe-relation » là où « la relation se doit d’exister entre l’éprouver et l‘agir » et où « l’expérience est limitée par tout ce qui entrave la perception des relations entre éprouver et agir ». Notons que Dewey imputait à l’expérience l’objectif de redonner au citoyen son rôle dans l’élaboration du progrès démocratique. Dans ce cas, la démocratie n‘est pas envisagée comme une forme de gouvernement mais comme « processus social pensé sur la seule base des capacités humaines d’action » : la démocratie devient alors elle-même l’objet de l’expérience (Dewey, 2010 [1934] : 95).

Pour Dewey, l‘expérience artistique, majeure, est indispensablement corrélée à la réflexivité : il définissait « l’œuvre d’art comme le contenu d’expériences amplifiées et intensifiées » (Dewey, 2010) et les œuvres d’art comme « seul moyen de communication complète et sans voile entre l’homme et l’homme » (Dewey, 2010) constituant l’expérience artistique, envisagée en interaction émotionnelle en égalité, entre le créateur et le receveur, comme majeure en démocratie[7].

Dès sa création, le laboratoire PASSIM a compté des artistes parmi ses membres[8]. Les artistes désignent souvent leur propre démarche artistique comme laboratoire et convertissent concrètement leur lieux fixes de travail en tant que tels. De nos jours, le constat de la démultiplication des démarches d’hybridité et de coopérations entre artistes et sociologues s’impose : les laboratoires socio-artistiques fleurissent[9] pour lesquels PASSIM est sollicité. La notion d’expérience est d’autant plus stimulante pour des sociologues pragmatistes qu’elle remet en perspective les expérimentations, comme fragments d’une même expérience et non comme des dispositifs.

Les trois approches référencées mettent en avant la mobilisation, la dynamique, l’interaction, l’intelligence collective, une dimension expérientielle et un élan démocratique. L’intuition est qu’elles sont propices à la conscientisation, l’affirmation et la revendication, au pouvoir d’agir des citoyens, chercheurs ou non. L’expérience de recherche devient alors innovante, immaîtrisable, redevable de la sérendipité, inclassable et non duplicable… passionnante.

 

Exercices et mises en formes réflexifs en sociologie

 

Le postulat invite à considérer la réflexivité, comme une dynamique d’objectivation inhérente à l’ensemble des maillons du travail sociologique, de la problématisation, de l’investigation et de la restitution.

L’éthique de la réflexivité impose alors en pratique, des exercices de réflexivité, per se, interactionnels et de socialisation du travail scientifique, exposés ici de façon schématique, alors qu’ils se conjuguent en itération incessante dans le cadre effectif du travail.

 

Exercices de réflexivité per se en phase de problématisation

À l’intime, s’impose au sociologue, l’exigence du questionnement sur sa propre attraction ou répulsion pour les centres d’intérêt scientifiques qu’il affectionne ; les préventions durkheimiennes relatives à la prégnance des préjugés, celles wébériennes sur le rapport aux valeurs, jusqu’à la rupture épistémologique de la sociologie critique [10] nous le rappellent.

La mobilisation de la dimension réflexive se justifie donc pleinement dès l’amont du travail de recherche : elle génère parfois quelques surprises.

Personnellement, c’est l’intention de travailler la question de l’Étranger dans nos sociétés qui initia l’entrée en sociologie : ce « choix » fut longtemps justifié par la conviction que l’objectivation de situations spécifiquement vécues par les étrangers permettrait de dévoiler, des situations de vie dans tous les champs de l’activité sociale et donc les impensés sociaux teintés d’inhospitalité qui en tiennent lieu de traitement.

Après des années d’investigation en France, en Belgique et en Hollande, dans les plis du travail agricole étranger, c’est finalement lors de la phase de finalisation de ma thèse consacrée à la valorisation du caractère démocratique des échanges (interculturels) localisés (Volponi, 1999), qu’a littéralement surgit la prise de conscience de la dimension d’étrangeté de ma propre histoire familiale : la thèse avait permis de rétablir un chaînon mémoriel manquant.

Plus récemment s’imposa un autre retour réflexif, alors que dans le sillage d’une recherche ministérielle sur les dynamiques culturelles (Volponi, 2008), je conduisais une investigation relative la sociologie des histoires familiales de la migration sicilienne (Volponi, 2010) lequel mouvement migratoire est passé au travers des mailles scientifiques des filets historiens. Cette fois, la justification s’adossait à la prise en compte de la demande de reconnaissance de leur histoire par des populations perçues, de façon défavorable, comme italiennes, populations trop vite distribuées, jusqu’à l’assimilation et à l’invisibilisation, dans les sociétés de circulation. Une immersion au cœur d’ensembles familiaux bousculés par cette épopée migratoire, organisée en coopération active in situ avec une de nos enquêtées, finit par me pousser dans les plis mémoriels de ma propre histoire familiale : lors d’un banal échange de fou-rires à l’évocation d’une histoire sicilienne, racontée en sicilien, langue totalement étrangère pour moi, je réalisai que cette histoire me renvoyait à un souvenir d’enfance. À l’occasion, je compris que mon terrain d’investigation se situait en grande proximité géographique avec la commune d’émigration de ma famille. Un travail personnel ultérieur de traçabilité des fragments épars de l’histoire familiale initia un cheminement inattendu de cognition et d’émotion.

L’écriture de journaux ou de carnets de recherche, parfois assimilée à une démarche de « cure analytique » (Heinich, 2010 : 423) favorise la réflexivité, à savoir l’élucidation partielle des justifications intimes d’une attention scientifique spécifique.

 

Exercices interactionnels personnalisés de réflexivité en situation d’entretien

L’analyse réflexive de l’engagement interactionnel en situation d’enquête, constitue aussi un risque de dévoilement par autrui – cet autre moi qui n’est pas moi, tout aussi capable de réflexivité, souvent remise en mouvement réflexif du fait de l’entretien sociologique[11].

Mais le jeu d’interlocution reste inégal, en faveur du sociologue, malgré son souci permanent de juguler le rapport de domination inhérent à l’entretien sociologique : il reste l’initiateur des règles structurantes du jeu interactionnel, depuis la sollicitation, donc la discrimination des personnes-ressources, en passant par l’orientation du dialogue, par les reformulations et les scansions en corrélation avec son objet de recherche, jusqu’à l’extinction de l’interaction d’investigation que certains des enquêtés vivent comme une rupture abusive de contrat d’interaction.

Même et surtout quand le sociologue essaie d’amoindrir ce rapport de domination en leur faveur par l’inter-personnalisation des échanges [12], il reste maître de ce jeu interactionnel et d’un agir communicationnel contraint. Les essais de mise en avant de connivences – situationnelle, de genre, de trajectoire – perçues possiblement facilitatrices de contact dans un premier temps, peuvent se révéler impertinentes en entraînant le chercheur vers le dédale de la familiarité : tout positionnement d’enquête devient un jeu d’équilibre à la fois intime et social.

Dans ce genre d’immersion communicationnelle, l’écoute constitue la condition de l’efficience et de l’efficace de l’interaction : en fait il s’agit plutôt d’une combinaison de modalités de l’écoute – l’écoute orientée, instrumentale, l’écoute à fonds perdus – adossée à une attitude de don et d’altérité, parfois l’écoute psychologique, aux limites de l’écoute soignante, en tout cas, une « écoute pathique », opératrice d’une relation réflexive et qui pourrait se définir comme un « éprouvé collectif partagé » (Vidal-Naquet, 1997).

En sociologie compréhensive, la retranscription exhaustive des entretiens non directifs participe d’une écoute à nouveau, enrichie de la captation d’autres infra-données plus discrètes, significatives, et constitue, au-delà de la capitalisation des données, une entreprise réflexive à part entière. La dynamique réflexive générée par ce travail singulier d’écriture gagne à être partagé par une première restitution à l’enquêté mis alors en situation de valider le récit de sa propre histoire.

Il arrive même de plus en plus souvent, qu’à l’occasion de cette phase interactionnelle confiante, émerge de la part de l’enquêté, une demande de diffusion de passages entiers de la retranscription. La retranscription, outil de travail réflexif permet ainsi la socialisation de fragments intimes d’histoires singulières [13].

 

Les exercices de réflexivité par l’intelligence collective en situation d’investigation

Pour limiter les effets dominateurs de la relation d’enquête, certains sociologues ont privilégié l’investigation par l’intelligence collective, en faveur de la création d’espace-temps coopératifs, au sein desquels les interlocuteurs, enquêtés et enquêteurs, mis en proxémie respectueuse, se sentiraient « capables » au sens de Ricœur, c’est-à-dire reconnus (Ricoeur, 2005).

 

Échantillon de mises en forme réflexives d’intelligence collective

Les observatoires et les séminaires hybrides font désormais partie des mises en forme collective prisées par la sociologie pragmatique.

Les observatoires constituent des mises en forme d’intelligence collective particulièrement rendues riches en réflexivité par l’hybridation des acteurs sociaux mis en situation d’émulsion autour d’une problématique du commun et mis en capacité de proposer des paris interprétatifs audacieux. En atteste l’expérience récente de l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux conduite au LAMES par Laurent Mucchielli ou nos propres expériences antérieures conduites en PACA et en Languedoc-Roussillon notamment au sein de l’Observatoire régional de la précarité, de l’insertion et de l’intégration en Languedoc-Roussillon [14] et dont ont été réintroduits certains retours d’expérimentation au sein du laboratoire PASSIM.

Le séminaire hybride constitue une mise en forme d’intelligence collective intermédiaire. L’exercice séminariste est une pratique constitutive du travail de recherche, à la fois instance de co-production intellectuelle, par le jeu de la controverse, et instance de sa légitimation, par la visibilisation de la démarche. La mise en perspective interactionniste de l’exercice séminariste, invite à ouvrir ces espace-temps entre pairs à des populations considérées comme moins dotées en capital scientifique. Au fil des années, les sociologues ont pris l’habitude d’ouvrir leurs séminaires scientifiques aux artistes, aux institutionnels et aux groupes de populations enquêtées et ont fini par instituer ces espace-temps de « rencontres en réflexivité » au sein du paradigme dit du commun.

Mais les prérequis à la participation à un séminaire scientifique, même hybride, paraissent encore trop décourageants pour certaines populations : ainsi, pour permettre la participation de Tsiganes à un séminaire scientifique hybride à l’université de Nîmes, les sociologues de PASSIM ont dû déployer des complicités médiatrices et des astuces organisationnelles. À ces conditions dérogatoires, rares, la dynamique réflexive est abondée par l’interculturalité des échanges et le séminaire devient organe réflexif de traduction.

Pour se soustraire à certaines contraintes dispositives des observatoires, notamment la durée limitée et des séminaires hybrides, notamment les pré requis, les sociologues de PASSIM ont tenu à développer d’autres mises en formes d’intelligence collective, interactionnelles, informelles, à durée non prescrite et renégociée en permanence selon le sens que les acteurs sociaux accordent à leur propre engagement. Ainsi ont émergé les actions « café socio » et les collectifs de citoyens sociologues.

 

L’action « café socio », une entrée réflexive en intelligence collective

Les actions « café socio » s’entendent comme des séries de rencontres citoyennes. Elles sont initiées soit par les sociologues quand ils repèrent des situations particulièrement clivées ou violentes d’intégration locale, soit à la demande de citoyens désireux de mieux comprendre les phénomènes sociaux qui affectent leur environnement de proximité ou de phénomènes sociétaux dont ils subissent, plus qu’ils ne maîtrisent, les tenants et les aboutissants. Les actions « café socio » ont débuté, il y a près de 15 ans, à la demande de citoyens et ont été systématisées ensuite par les sociologues, à l’occasion de recherches valorisant les dynamiques de solidarité, d’hospitalité et d’intégration locale dans lesdits arrière-pays.

Les séances de « café socio » se déroulent dans un lieu partenaire [15], sans inscription préalable, sans limitation du nombre de participants [16], sans aucun critère spécifique de participation et sans prérequis de niveau. Les séances sont proposées pour deux heures et en durent généralement le double. Basées sur ladite dynamique de groupe, elles prennent en compte égal l’hétérogénéité des paroles et des silences et n’affichent aucune hiérarchisation des discours. Les sociologues interviennent seulement si elles sont sollicitées, et seulement pour répondre à des questionnements sur les modalités de l’analyse sociologique. Au fil de la démarche, les participants se constituent leur propre boîte à outils d’analyse.

La dimension réflexive des actions « café socio » passe par la prise exhaustive de notes par les sociologues à chaque séance et la mise en débat de leur retour d’analyse à la séance suivante. De façon plus diachronique, elle passe par l’analyse des effets, intimes et collectifs de l’implication des acteurs dans la démarche. Le retour de terrain montre que les participants les plus assidus s’engagent ensuite facilement dans des dynamiques concrètes de solidarité : ouverture d’un tiers-lieu ; interpellation de son collège sur les questions homosexuelles par une participante de 11 ans ; portage d’achats groupés au domicile des personnes dans un village voisin. Mais la demande réitérée de mise en place d’actions « café-socio » par les citoyens est toujours argumentée par rapport à leur dimension réflexive.

 

Une mise en forme réflexive innovante : le collectif de citoyens-sociologues

La mise en place par les sociologues de PASSIM de collectifs de sociologues-citoyens constitue, une entreprise collective des plus fructueuse en matière de réflexivité. Ainsi, à l’occasion d’une banale commandite de diagnostic social versus recherche sur les questions des nouvelles pauvretés par une commune camarguaise, il fallut en passer par une phase longue de négociations avec les commanditaires pour établir les conditions de la constitution d’un collectif de citoyens-sociologues. La démarche s’avérait délicate : la réticence par rapport au regard sociologique, étranger, se trouvait exacerbée par une situation de repli due à l’enclavement de la cité. Pire, la démarche soulevait la crainte de la mise au jour d’un envers du décor local historiquement très stigmatisé et habituellement dissimulé par la mise en scène des jeux quotidiens d’interface. Enfin, comme dans tous les regroupements démographiques de taille moyenne, la démarche sociologique générait la peur de perdre de sa (bonne) réputation.

L’incitation à prendre une part citoyenne au travail d’étude se mit à circuler et une vingtaine de résidents locaux se lancèrent dans l’aventure : travailleurs sociaux en quête de ressourcement professionnel, citoyens fraîchement élus mesurant leur degré de méconnaissance de l’environnement social local, vécu de façon fragmentée à l’aune de leurs émotions ou partialisée par leur combats politiques, étudiants se destinant à la recherche, citoyens en voie de marginalisation espérant la reconnaissance de leur participation à la vie de la cité, associatifs et institutionnels, tous furent mis en demeure de n’être plus que des citoyens-sociologues.

Ce collectif filigranique se lança dans la co-élaboration de règles de cooptation suffisamment ouvertes à la fois pour préserver l’hétérogénéité d’un groupe naissant et scientifiquement justifiées et pour garantir l’éthique de la démarche. : y figurait notamment le respect du secret professionnel et l’anonymisation des données. Le collectif décida aussi d’exclure d’emblée les élus de l’investigation de terrain, la plupart du temps menée au domicile des enquêtés. En cours de démarche, ils décidèrent aussi d’exclure un technicien tenté par l’instrumentalisation des données qui, même anonymisées, se révélaient faciles à croiser avec des fichiers déjà constitués. L’engagement volontaire durable constituait le prérequis consensuel en faveur d’une participation active.

Ces aventuriers en sociologie, animés eux aussi d’esprit de curiosité et de logique de découverte, eurent eux aussi à connaître l’exercice de la réflexivité per se, l’exigence de la problématisation, la rigueur dans l’élaboration des outils de collecte et la nécessité de l’étrangeté de ces jeux d’aller-retour au terrain, antérieurement familier.

Le collectif des citoyens-sociologues se réunit formellement toutes les 2 à 3 semaines, sur une période de 9 mois. Chaque séance de travail collectif, d’une durée de 3 heures minimum donnait lieu à un ordre du jour et surtout à un compte-rendu sociologique, systématiquement soumis à la critique du collectif ; au-delà d’un document de capitalisation de données analysées, cet écrit finit par constituer un témoignage mémoriel du vécu collectif, riche en réflexivité.

L’alternance des temps d’analyse partagés avec le terrain de l’investigation, par passation de questionnaires détaillés puis par recueil d’entretiens, en contraste avec les habitudes locales en matière de retenue villageoise, offrit ses premiers fruits : tous les enquêtés, sans exception, acceptèrent le principe de l’entretien approfondi, ravis de cette posture en « aller vers » dont ils étaient peu coutumiers en dehors de la sphère des relations primaires, localement très fermées.

Les langues se délièrent dans cette cité habituellement mutique, et les citoyens-sociologues, mis à l’épreuve de l’expression libérée, furent déstabilisés : la tension d’étrangeté entre une logique de positionnement en extériorité inhérente à la situation d’investigation et une logique de connivence culturelle, qui les instituait comme acteurs endogènes de la situation locale[17], constituait une véritable mise à l’épreuve.

La sociologue fut sollicitée en parallèle par les participants, de plus en plus fréquemment, de façon individuelle et informelle, un peu comme si elle constituait un mur de balle, sur lequel ils pouvaient renvoyer leurs émotions et leurs interrogations. Explicitement, l’immersion dans le terrain de leur quotidien bousculait leurs certitudes : celles intimes relatives à leurs choix d’éducation parentale, celles citoyennes par la prise conscience des jeux locaux de sociabilité ; celles professionnelles, par l’analyse critique de leurs routines de métier, jusqu’à l’élaboration d’un projet de reconversion.

Ces élans réflexifs discrets per se furent peu à peu réintroduits et mutualisés au sein du collectif et analysés par les citoyens-sociologues comme données d’études. Une fois objectivées, elles furent ensuite complétées et explicitées par le croisement avec d’autres cheminements réflexifs, notamment des récits individuels des membres du collectif, écrits ou parlés, validés ensuite au sein du collectif, puis parfois réinterprétés pour une mise en partage dans l’entourage professionnel ou communal.

Ainsi se développa en confiance, une dynamique de réflexivité inhérente au développé du collectif citoyen lui-même, dont les membres, de plus en plus assurés, acceptaient de se laisser déborder par cette mise en mouvement critique. Le processus de conscientisation duquel ils participaient décida ces acteurs locaux à proposer et animer d’autres modalités de collecte, non anticipées par la sociologue, notamment une coopération artistique avec une troupe locale de théâtre « Le beau parleur », compagnie qui, de façon réflexive, privilégie l’interaction avec le public, pour une critique à chaud de ses prestations.

La qualité de travail de ce collectif de citoyens-sociologues dépassa toutes les espérances de pertinence et de significativité ; le matériau de recherche, sans cesse analytiquement ramené à ses conditions de production, offrit le terreau d’un travail sociologique plus que fertile. Finalement, même les acteurs locaux initialement les plus hostiles à l’entreprise, notamment certains cadres municipaux craignant d’en perdre la maîtrise, se sont appropriés la démarche au point de la présenter, au nom de leur ville, à la candidature d’une fondation pour l’innovation. Le projet fut choisi et le commanditaire réticent au début de l’aventure s’en appropria l’entièreté de l’entreprise sociologique : il en écrivit six pages sur le net à la louange de son propre engagement dans la démarche tout en minimisant la part sociologique du travail ; le centre communal d’action social de la commune alla même jusqu’à se porter candidat au prix de l’innovation de l’union des CCAS et à en devenir le lauréat.

L’évaluation pose que la constitution et l‘animation de ce collectif de citoyens-sociologues a permis l’explicitation et l’appropriation, par les participants, d’une démarche d’investigation rendue innovante par la démultiplication analysée d’instances communicationnelles et interactionnelles réflexives. Elle aura favorisé non seulement une orientation réflexive en cours de travail mais aussi un effet réflexif collatéral ultérieur durable, au bénéfice de chacun des participants : les citoyens-sociologues s’étaient donc dotés de quelques outils de réflexivité mobilisables y compris après cette expérience de recherche pour l’analyse de leur environnement social voire pour une auto-analyse sur des questions intimes et d’ordre privatif.

 

Exercice de réflexivité en situation de restitution

La restitution aux acteurs de la société civile fait partie intégrante de la démarche scientifique. La sociologie pragmatique invite à dépasser l’acception banalisée de la restitution comme présentation desdits résultats de la recherche ; elle considère la restitution plutôt comme une occasion de partage de l’engagement de recherche avec des mosaïques hétérogènes et immaîtrisables d’acteurs sociaux et comme occasion de poursuivre la maturation d’une recherche en train de se faire : la restitution s’institue alors comme une phase collective de réflexivité dans le cadre de médiations ou d’intermédiations avec diverses communautés scientifiques, artistiques, citoyennes ou politiques.

Les personnes-ressources impliquées dans l’investigation sont particulièrement conviées à y participer : ainsi, ce que l’on désigne comme le retour aux enquêtés, permet non seulement de rendre compte de l’état de l’avancement des travaux, mais aussi de valoriser la contribution citoyenne au process de travail.

Si l’on considère l’enquête comme un rapport d’échange, le retour aux enquêtés relève du don-contre-don maussien : il s’envisage dès l’amont de la démarche quand « « le retour » ne peut s’envisager en dehors de l’ »aller » », (Hardy, 2011 : 1).

La restitution aux personnes-ressources constitue un exercice particulièrement difficile, une « épreuve de recherche » (Farnarier, 2015 : 1) dans tous les sens du terme – même si une forme de pacification des échanges s’opère a priori par ses conditions de production, par exemple, par l’organisation de ce temps d’échange sur le terrain-même de l’investigation, ce qui signifie, pour le chercheur, d’être à nouveau dans un « aller » respectueux vers les personnes-ressources, voire par l’organisation de ce temps d’échange dans un cadre social scientifiquement légitimé mais rendu accessible à des personnes-ressources parfois peu habituées à le fréquenter [18].

L’exercice est d’autant plus difficile en réunion publique quand, sous l’effet de l’émotion, de la crainte de la divulgation ou de l‘excès de retenue, éclate la bulle communicationnelle, celle coproduite antérieurement dans les plis de la relation d’enquête et quand l’art de la recherche transforme les collectes de l’intime en donné à voir socialisé à grande échelle.

 La restitution peut même générer des conflits qui, malgré l’approche simmelienne positive et socialisante, requièrent de solides compétences en gestion de groupe.

Ainsi, une restitution proposée à l’occasion d’un festival littéraire voué aux écritures migratoires, fut transformée en sommation de justification de la validité de nos recueils de données. La scène, car il s’agissait bien de théâtre social, se passait dans la rue, en accès libre. Dans le cadre d’un argumentaire sur les migrations italiennes en général, le propos dessinait à grands traits, quelques variables spécifiques relatives à la migration sicilienne[19]. Le propos scientifique fut d’emblée contesté par des représentants des descendants de la plus ancienne des migrations italiennes sur la commune : ces derniers déniaient toute présence sicilienne dans cette commune. Certains d’entre eux avaient pris la précaution de s’armer de travaux monographiques d’étudiants débutants, exclusivement consacrés aux communautés italiennes localement dominantes.

Entre élaboration de jumelage et re-création de la fête de Saint Pierre désormais incluse dans les festivités locales, les descendants de ces migrations anciennes avaient en effet fini par trouver place légitime au sein de la société locale. Cette légitimité avait été renforcée au fil du temps par le souci des équipes municipales successives d’instituer la commune comme cité italienne, non seulement culturellement, mais touristiquement, stratégie tout à fait gagnante. Visiblement, le discours du retour de recherche ne passait pas : de fait, il était perçu comme une remise en question de tous ces efforts de reconnaissance.

À propos de ce même travail de recherche, un autre temps de restitution avait eu lieu sans violence, y compris quelques temps auparavant dans cette même commune. Cette fois, la séance était programmée dans le cadre d’une dynamique partenariale consacrée aux migrations italiennes[20]. La rencontre eut lieu un soir de mistral dans la médiathèque : les participants étaient venus très nombreux, de très loin, considérés pour la plupart comme des usagers inconnus par les professionnels du lieu. Cette fois, la qualité de l’écoute des participants poussa à la lecture de quelques extraits d’entretiens, eux aussi fruits de véritables rencontres ; beaucoup ne purent retenir leurs larmes durant l’exposé et, en fin de séance, certains proposèrent même de s’engager dans la poursuite de la démarche aux côtés de la sociologue.

Enfin, toujours à propos de cette recherche, une autre mise en forme de restitution sur la même commune fut co-élaborée, à sa demande, par une journaliste scientifique de la gazette locale attachée elle aussi aux questions migratoires : l’écriture collaborative de plusieurs articles, voire l’itération cognitive entre les deux mises en forme de connaissance, contribuèrent sans aucun doute, à une médiation plus favorable au discours scientifique. Par la suite, le prolongement de ce travail de recherche sur le même terrain, permit d’asseoir un dialogue serein avec les membres de toutes les familles italiennes locales, qui peu à peu, rassurées par la dynamique de reconnaissance intrinsèque à la démarche de recherche, prenaient conscience de la richesse de leur propre histoire. S’ensuivit une belle effervescence de collectes partagées, proposées spontanément par les personnes-ressources elles-mêmes : chants multilingues, italiens, siciliens, sardes mais aussi malto-siciliens ; dessins de bateaux de pêche ou croquis des diverses méthodes de pêche ; accès aux échanges numériques avec les migrants restés dans d’autres pays de circulation devenus pays d’intégration ; partage de récits de certains voyages-retour éphémères dans les pays de la migration antérieure.

Quelques années plus tard, alors que nous avions accepté de proposer un temps d’échange dans cette même commune sur la question de l’hospitalité sicilienne donnée aux premiers migrants naufragés en Méditerranée, un patron pêcheur tout en larmes, est venu nous offrir, en guise de remerciement pour tout ce travail sociologique de reconnaissance de la présence sicilienne au local, un livre témoignage de son engagement personnel dans les élans siciliens de sauvetage en mer.

Cette fois, la mise au jour de l’impact de la dynamique réflexive et sa valorisation passa par d’autres formes d’écriture, journalistique et artistiques aussi, théâtrales notamment [21], ce qui resserra encore plus concrètement les liens entre les sociologues et les artistes.

Au fil de l’expérience sociologique du laboratoire PASSIM, tous ces exercices de réflexivité, toutes ces tentatives de mise en forme collectives de réflexivité, toutes ces chorégraphies avec l’alter, toutes ces expériences de conflits entre intime et social, non seulement participaient éthiquement de l’amoindrissement du rapport de domination entre enquêteurs et enquêtés, mais s’imposaient comme « éprouvettes de recherche » à part entière, occasions de collectes réflexives de données enrichissantes pour le travail de recherche.

 

L’écriture collaborative, un exercice difficile de réflexivité

Les chercheurs en souci de réflexivité s’en remettent souvent à l’écriture, par la plume, le clavier, le site internet, l’image ou la production artistique : l’écriture de carnets ou de journaux de recherche, révèle les indices de l’engagement personnel du chercheur et la résonnance intime de son implication professionnelle. Il existe des carnets collaboratifs de recherche, entre chercheurs, et numérisés comme « Espaces réflexifs ». Mais l’écriture, collaborative entre chercheurs ou plus encore entre chercheurs et non chercheurs se révèle un exercice difficile.

Dès les années 1980, des sociologues avaient attiré l’attention sur les écueils des entreprises coopératives d’écriture ; ainsi le Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux, tenta-t-il cette entreprise. Ils firent un constat amer :

« Les acteurs et les chercheurs n’ont pas les mêmes rapports aux faits évoqués et, ni par voie de conséquence à la manière de les faire vivre, de les reconstruire et d’en conserver la trace écrite » (Chauvière, Duriez 2011 : 10)

Ils firent aussi un constat plus heureux, celui corrélé à « la négociation des constructions problématiques successives autour d’un axe de préoccupation » quand « le passage par l’écriture comme faisant aussi partie de la socialisation réciproque » (Chauvière, Duriez, 2011 : 5-6).

Les sociologues en ont fait aussi l’expérience amère, lors de la rédaction d’une recherche ministérielle conduite en partenariat avec une radio locale, une fédération patrimoniale et un réseau citoyen d’intervention naturaliste, rassemblés dès le début de la démarche en collectif de réflexivité. Si l’incitation à la co-élaboration rédactionnelle de la proposition de recherche avait connu un succès relatif, la proposition d’écriture collaborative du document final rebuta les partenaires.

Pourtant toutes les données avaient déjà fait l’objet d’un travail coopératif d’analyse, à partir de la retranscription des entretiens, de la diffusion systématique et sans filtre des temps de débats public sur les ondes locales, de la captation vidéo des « cafés-socio » et de l’enregistrement du séminaire « hybride » de plusieurs en immersion dans le terrain de la recherche. Par contre les partenaires exigèrent un droit de regard critique sur le document final de 300 pages (Volponi, 2016).

Il est à noter que, quelques mois plus tard, les journalistes de la radio locale, décidèrent de se réapproprier la part restitutionnelle du travail en programmant des séries de séquences à partager avec leurs auditeurs, en incluant dans la démarche, aux côtés de leurs propres bénévoles, quelques-uns des chercheurs et des personnes-ressources rencontrés lors de ce qu’ils désignaient comme une aventure.

La démultiplication contemporaine des outils – techniques – de partage de l’écriture dite collaborative, n’entame en rien la question sociologique de la pratique : si certains travaux soulignent la dimension relationnelle des écrits scientifiques, compris entre pairs (Milard, 2013 : 30), plus rares sont tirées les leçons réflexives des démarches d’écriture entre « impairs ».

 

La réflexivité à l’épreuve de la configuration

 

Pour essayer de capter quelques fragments des logiques d’action inhérentes à cette dynamique d’élucidation si particulière, les sociologues ont décidé de conjuguer une série d’expérimentations à l’occasion d’un chantier de recherche mené à une échelle beaucoup plus large, avec l’ambition de la rendre configurationnelle, c’est-à-dire, au sens éliassien, d’en rendre visible les interdépendances actorales. À partir de la dynamique de groupes restreint, le pari consistait en somme à jouer sur un terrain sociologique beaucoup plus vaste, des éléments de la théorie de la traduction, telle qu’introduite en sociologie par Callon, sociologue et ingénieur (Callon, 1975) et développée coopérativement ensuite avec Latour en faveur de la théorie de l’acteur-réseau : la traduction y fait office de processus de liaison entre des entités hétérogènes d’acteurs humains et non humains, pris dans la gestion coopérative d’une controverse.

L’exposé s’appuie sur la relation détaillée de la part la plus expérimentale de ce chantier.

 

« Faire culture ensemble », un chantier sociologique de long terme

De 2016 à 2020, le chantier intitulé « Faire culture ensemble » fournit l’occasion d’expérimenter une combinatoire de plusieurs mises en forme réflexive d’intelligence collective.

Ce chantier finalisait, provisoirement, une démarche de recherche entamée près de dix années plus tôt et focalisée vers la spécificité supposée des modalités de l’intégration en garrigues languedociennes : une première étude avait soulevé la question du déficit en repères d’identification pour les populations des garrigues ; ensuite la conduite d’une recherche ministérielle, partenariale et particulièrement riche en expérimentations réflexives, focalisée vers les interactions affinitaires au principe des engagements citoyens patrimoniaux, avait, non seulement, pointé les concurrences actives entre les divers entre-soi patrimoniaux mais aussi l’émergence de conflits sociaux violents notamment dans les zones de garrigues gardoises prises en étau par l’expansion périmétropolitaine.

Les données chiffrées attestent et de l’ampleur du phénomène et de la spécificité, paradoxale, du Gard : ce département rural est le plus urbanisé de la Région Occitanie [22]. Alors qu’il se classe au quatrième rang des départements provinciaux les plus pauvres de France, il fait partie de la zone française la plus attractive, avec en moyenne un taux de progression démographique annuel de plus de 1 % ; cependant contrairement à la situation héraultaise où Montpellier garde en ses murs l’entièreté du solde migratoire positif, Nîmes ne fait office que de ville transit pour les nouveaux résidants ; ces derniers s’installent donc en garrigues gardoises, situées à mi-chemin entre les deux zones d’emploi les plus attrayantes, dans des villages exsangues et peu dotés en ressources d’accueil. Du fait de l’augmentation de la pression périmétropolitaine, les relations se tendent entre des populations déracinées, des ménages plutôt urbains et en double activité professionnelle, et des populations, en repli, plutôt rurales et pour beaucoup, plutôt sans activité.

L’hypothèse au fondement de ce chantier sociologique envisageait l’action culturelle locale comme un vecteur majeur d’intégration décente, médiatrice, rénovatrice, voire innovatrice dans des villages ruraux en déshérence, entre ces deux types de population.

En 2016-2017, une pré-enquête de balayage suivie d’une mise en expérimentation localisée, menée avec les associations, les élus et les citoyens, confirma la pertinence de cette intuition.

Dès 2017, en guise un comité de pilotage, un séminaire hybride de sociologie fut installé ; durant deux ans, il fut ouvert non seulement aux chercheurs et doctorants en sociologie, anthropologie et géographie mais aussi aux urbanistes, journalistes, associations, professionnels départementaux et régionaux en charge des questions d’action culturelle et de solidarités[23], puis, de plus en plus, aux citoyens (y compris desdits Gilets jaunes) et aux compagnies artistiques, de la rue et du cirque qui l’investirent massivement. Les travaux de cet acteur collectif, fondés sur la mise en débat régulière des retours du terrain et l’audition ponctuelle de personnes-ressources, permirent de déconstruire/reconstruire les notions de culture et de territoire [24] à partir des critères et des expériences de chacun des protagonistes. Chaque séance bimestrielle faisait l’objet de prise de notes et d’enregistrements exhaustifs, puis d’un décryptage fin et d’une proposition de compte rendu d’une quinzaine de pages, élaborée par les sociologues et envoyée en amont de la séance suivante pour soumission à critique collective constructive.

De 2017 à 2018, un diagnostic départemental, conduit en interdisciplinarité et avec la coopération des techniciens locaux de projet, permit de caractériser différentes formes de périmétropolisation, de repérer la diversité des dynamiques d’action culturelle locale, de prioriser l’attention vers certaines intercommunalités et de préfigurer un échantillonnage de communes en vue de la mise en expérimentation comparée. Les expérimentations localisées débutèrent à la rentrée de septembre 2018.

 

« Faire culture ensemble » : une aventure sociologique

Chaque expérimentation locale consistait en une série de rencontres citoyennes, version élargie des actions « café-socio », proposées à l’attention des anciens et nouveaux habitants des communes concernées, avec comme objectif la création d’une médiation entre ces populations « distanciées », aussi bien en terme de résidence que de trajectoire, de projet ou de statut social.

L’émergence d’une dynamique de solidarité assez puissante pour générer des envies de faire culture ensemble était mise en perspective comme un espoir mais non comme un attendu.

Le protocole, minimaliste, portait seulement sur l’engagement des habitants dans les démarches collectives locales crées ex nihilo. Très vite, les citoyens assumèrent l’organisationnel de ces rencontres d’expressions totalement libres et parfois brutes voire brutales dont ils ressentaient le besoin. Le recueil de tous ces discours, analysé collectivement à chaque séance sur la base d’un écrit-retour sociologique, finit par constituer un capital commun d’imagination, voire un potentiel matériau artistique partageable avec des compagnies[25], reconnues pour leur capacité d’intervention sur l’espace public et en proximité des citoyens. À charge ensuite pour les artistes d’accompagner les habitants, s’ils le désiraient, vers la mise en problématisation artistique de cet imaginaire réinterprété, voire à la réalisation d’une action culturelle locale.

Les collectifs d’habitants se mirent à fonctionner spontanément selon le « principe relation ». Les sociologues proposèrent de favoriser une disposition collective de principe-attention, plus ajustée encore à leur engagement pour une sociologie de la reconnaissance. L’observation critique de ces engagements collectifs sans filet, permit de mettre au jour plusieurs logiques[26] d’action, générées par la démarche et repérés par l’analyse réflexive.

Parmi d’autres logiques expérientielles, directement issus de l’expérience, sont listées ici celles relatives à la mobilisation, la confrontation, la coproduction, la réappropriation, l’autonomisation. L’analyse de l’ensemble de l’expérience les instituent comme majeures, dans la mesure où elles favorisent explicitement des processus de transformation.

 

La logique de mobilisation

La logique de mobilisation constitue la condition de possibilité des expériences collectives. Elle est fondée sur des motivations individuelles désirantes, de la rupture d’un isolement villageois à la curiosité pour la sociologie. Le plus souvent, elle se met en forme collective par la cooptation et l’agrégation de grappes de voisinage, familiales et intergénérationnelles [27]. L’intensité des efforts des habitants pour faire partie de ces rencontres témoigne de leur engagement : des premières rencontres d’interconnaissance, à celles, plus délicates de la reconnaissance, jusqu’à la coopération pour l’imagination et la réalisation des actions culturelles locales, les citoyens auront modifié leur propre mode de vie pour ajuster sans cesse leur participation aux exigences des acteurs collectifs en voie d’expansion.

Le développé de la logique de mobilisation suit une courbe vertueuse, de la variation des engagements individuels des premières rencontres, à la stabilisation et au renforcement d’un noyau dur de citoyens sur-impliqués ensuite, jusqu’à élargissement du premier cercle expérientiel avec de nouvelles agrégations d’acteurs mobilisés par la préparation et la réalisation des actions culturelles locales.

Par rapport à la logique de mobilisation, l’intervenant-sociologue, initiateur de la démarche, tend à se faire de plus en plus discret, sauf à valoriser l’expression des habitants, persuadés du manque d’intérêt de leurs paroles, voire à pointer quelques manquements éthiques mis en analyse réflexive au sein des collectifs.

 

La logique de confrontation

La logique de confrontation constitue le moteur d’historicité des aventures collectives. En vertu de la liberté d’expression intrinsèque à la démarche, la logique de confrontation s’imposa parfois de façon très émotionnelle : elle a pu être radicale, conflictuelle, jouée sur le mode théâtralisé du haussement d‘épaule ou du claquage de porte. La logique de confrontation, propre aux expérimentations se révèle très riche en réflexivité, comme le soulignent les auteurs.

« Nous pouvons faire figurer les pratiques expérimentales comme pratiques propices à l’émergence de la réflexivité : elles sont le lieu de la confrontation et de la mise à l’épreuve des objections » (Thoreau, Despret, 2014).

Il est remarquable que l’expérimentation la plus dense, la plus engageante et la plus longue se soit déployée au sein du collectif citoyen, situé dans une zone de vie significativement impactée par l’avancée périmétropolitaine, avec un collectif particulièrement hétérogène, fractionné, voire fracturé, conflictuel et souffrant.

Ici, l’intervenant-sociologue, en équilibre sur le fil interactionnel, se fait médiateur, interprète et traducteur, voire initiateur de propositions d’actions collectives décentrées par rapport à l’objet premier de la mobilisation collective, de façon à créer des espace-temps dédramatisés.

 

La logique de coproduction

C’est la logique de confrontation qui génère la logique de coproduction, par exemple la co-production d’un discours collectif argumenté, à partir de la mise en forme collective des mosaïques d’expressions libre, récits de vie, de partage de rêves éveillés et de choix de totems.

La logique de coproduction s’inscrit comme un effet collatéral majeur de la prise de conscience, assumée réflexivement par les citoyens, de leur propre responsabilité dans la gestion des logiques de mobilisation et de confrontation. Elle signe la tangibilité de l’action du collectif citoyen, en son sein et sur la scène sociale. Produit de l’intelligence collective consciente d’elle-même, la logique de coproduction se réalise concrètement dans l’émergence des propositions solidaires au sein du collectif citoyen et dans son environnement[28]. La logique de coproduction, au service du projet collectif, s’acte sur la scène sociale par la co-élaboration de nouvelles formes d’écriture, ici, un blog ouvert par des adolescents, là, la participation spontanée à des émissions de radio ou à des présentations vidéo, toujours envisagées dans le sens de la valorisation de l’action culturelle collective.

Par rapport à la logique de coproduction, l’intervenant-sociologue et l’intervenant artistique adoptent une posture critique mais coopérative, valorisante pour le projet citoyen émergent. S’ils sont acceptés en confiance par les acteurs collectifs, ils se font accompagnateurs, jusqu’à la réalisation, de l’action culturelle sur la scène publique.

 

Logique de réappropriation

La logique de réappropriation constitue le fil à plomb de l’expérience sociologique et le point d’orgue des expérimentations locales.

Dans les trois collectifs, dès le début des expérimentations, s’est exprimée spontanément une plainte citoyenne relative à la perte de l’usage de l’espace public communal.

Au fil de la démarche, cette plainte se mua en demande insistante auprès des élus locaux, en déstabilisant certains qui quittèrent les collectifs. Pour les citoyens, cette demande s’imposa comme une revendication. Ils l’établirent ensuite comme condition de possibilité d’une action culturelle locale en exigeant des élus locaux le changement d’affectation des parkings par le dégagement des voitures, la réorganisation éphémère de la circulation dans les rues jusqu’à la modification plus durable de plans de travaux en cours. La logique de réappropriation de leur environnement communal les poussa à exiger aussi la remise en eau de fontaines ou de lavoirs, l’ouverture des bâtiments publics et à proposer, soutenus en cela par les artistes, le détournement artistique de pans entiers de l’espaces public. Cette logique de réappropriation aura généré des effets collatéraux réflexifs dans l’environnement des collectifs, jusqu’à la réinterprétation mémorielle de l’histoire locale.

L’intervention sociologique et celle artistique se conjuguent ici, chacune en mobilisant une grammaire d’explicitation spécifique, en faveur du renforcement du processus collectif de conscientisation et de soutien aux revendications de réappropriation, source de reconnaissance des expériences en intelligence collective sur la scène sociale locale.

 

La logique d’autonomisation

Au moment où le discours collectif devient enfin audible sur la scène publique, et à condition que le collectif citoyen prenne conscience de sa capabilité, s’initie le processus d’autonomisation de l’ensemble citoyen. Une fois que l’acteur collectif a pris conscience de son propre pouvoir d’agir, il est poussé à s’approprier le projet en actes, jusqu’à la formalisation et la gestion autonome de micro-collectifs en son sein acquérant peu à peu l’envergure de groupes de référence, voire de tribus d’appartenance ; il est poussé aussi à la création de nouvelles interactions avec son environnement social.

C’est à la fin de l’expérimentation que la logique d’autonomisation se donne à lire parfois violemment : si les trois collectifs ont souhaité une, voire deux ou trois réunions de bilan, c’est qu’ils avaient encore du mal, pour certains à couper le cordon sociologique et qu’ils redoutaient de ne pouvoir se donner les moyens de mettre en œuvre ces efforts de réflexivité dont ils avaient peu à peu pris la mesure.

Aujourd’hui, les collectifs citoyens continuent à fonctionner de façon autonome et ne manquent pas d’inviter la sociologue en toute convivialité à chacune des actions culturelles qu’ils déploient sur l’espace public.

En phase d’autonomisation, le sociologue s’efface encore un peu plus, pour laisser les acteurs collectifs prendre corps dans la société locale.

 

Le processus expérimental de transformation

La mise en analyse comparative des expérimentations conduites dans les trois communes et les trois intercommunes, donne à voir l’impact de la conjugaison de ces logiques expérientielles d’action en terme de processus de transformation.

Le processus de transformation, adossé à un agir communicationnel des plus banal, mais configurationnellement situé fut soumis systématiquement à l’analyse sociologique.

C’est par l’observation participante ininterrompue et une prise exhaustive de notes en situation collective que l’intervenant sociologique peut mettre au jour des fragments du processus majeur de transformation qui, de la prise de conscience à l’affirmation puis à la revendication, participent d’un processus d’intégration collective locale. Mais c’est aussi, par l’écoute pathique et la dialogie discrète, au cours d’échanges individuels informels en cours d’expérience ou ultérieurs à l’expérience, que l’intervenant sociologique peut tenter de mesurer l’ampleur de l’impact d’une infinitude de microprocessus intimes de transformation et de leur répercussion sur la scène sociale, de l’émergence de sentiments de réassurance personnelle, voire de fierté d’appartenance villageoise à la saisine des nouvelles médiations de socialisation intrinsèquement liées à l’action collective.

Le processus de transformation se donne à lire dans les bifurcations biographiques individuelles de la rupture d’une situation anomique au projet de déménagement, de la scission à la reconstitution cellulaire intra-familiale, de l’ancrage local renforcé de réassurance à l’acceptation d’un éloignement géographique pour un nouveau poste professionnel, de la reconversion professionnelle à l’inscription sur des listes d’élections locales.

Le processus de transformation se donne aussi à lire dans l’environnement plus vaste des expérimentations localisées, dans les instances de gestion des politiques publiques : si les élus régionaux avaient d’emblée opté pour prendre le risque de soutenir une démarche sans critère connu et si les élus locaux se trouvaient concernés de fait, voire impliqués, les élus départementaux se sont ralliés de plus en plus nombreux au fil de la démarche. Quant aux élus intercommunaux, dont assez peu arrivent à trouver place dans des ensembles actoraux remaniés fréquemment sur injonction régalienne [29] , ils n’ont pas pu se saisir de l’opportunité configurationnelle : alors ce sont les techniciens intercommunaux, dont certains se trouvent pourtant en situation professionnelle peu valorisée, qui ont repris le flambeau.

Enfin, le processus de transformation se donne à lire dans l’essaimage de l’expérience-même : même si les acteurs sociaux impliqués ailleurs, en Région Occitanie ou en France, ont bien admis le caractère induplicable de l’expérience, ils se sont montrés plus qu’attentifs à la démarche, certains souhaitant en appliquer le principe dans leur zone de compétence, voire s’adjoindre un regard sociologique réflexif pour la mise en critique de leur projet en cours [30].

L’analyse de cette expérience a donc été partagée, confrontée, mise à l’épreuve et validée lors d’une rencontre régionale réunissant l’ensemble des acteurs concernés par l’expérience et d’autres, porteurs d’embryons de projets de même esprit, en grande majorité des acteurs culturels.

À l’occasion, les citoyens engagés dans les expérimentations ont tenu à mettre en avant l’absence de contrainte dispositive, la liberté de l’engagement et du désengagement, la convivialité des interactions et les effets transformateurs de la relation expérientielle.

L’analyse de l’ensemble des retours de l’expérience, actés lors de cette rencontre régionale, suggère le potentiel de réflexivité inhérent à ce genre de démarche en intelligence collective ; ils suggèrent aussi la possibilité d’en mesurer les effets conscientisés par les efforts permanents et perspicaces d’élucidation : c’est là que la pratique sociologique réflexive se montre la plus pertinente.

Les retours de cette mise à l’épreuve réflexive sont consignés dans les 80 pages d’un document témoin (Volponi, 2020) qui circule depuis, de façon exponentielle, d’envois sur demande individualisée à la remise en jeu réflexif au sein d’autres acteurs en intelligence collective.

 

L’agir réflexif, une dynamique d’intégration ?

 

La réflexivité semble indissociable de la recherche en sciences humaines et sociales. Cependant, elle ne se donne à lire ni comme une donnée, ni comme un critère, une variable ou une dimension, mais plutôt comme une dynamique plurielle d’objectivation. Entre dispositions plus ou moins conscientisées et mises en tentatives critiques expérimentales, elle se donne à lire plutôt comme une posture, éthique exigeante.

La posture réflexive impose des efforts à la pratique sociologique, des efforts d’élucidation et d’explicitation. Elle exige une attention affinée pour les interactions et les transactions, au principe de l’engagement sociologique, de la mobilisation d’acteurs collectifs, humains et non humains, et des médiations hybrides de socialisation sur la scène hétérogène de l’espace public.

Les expérimentations coopératives en sociologie pragmatique, spécifiquement ancrées au carrefour de l’intime et du social, mettent à l’épreuve la posture réflexive : elle y apparaît comme pierre angulaire de configurations de mobilisation, de mouvements, hybrides, imprévisibles et incontrôlables, de dynamiques en aller-retour de lien ou de liant, de liaison/déliaison.

Les tentatives pour grapher l’expansion réticulaire des cheminements réflexifs inhérents aux démarches de recherche en sociologie pragmatique, donnent à voir ces configurations de réflexivité, fiables si elles sont objectivement situées, lisiblement contextualisées, ontologiquement et déontologiquement traçables et scientifiquement justifiées.

L’analyse comparée des expérimentations en sociologie pragmatique, permet de capter des fragments de mise en mouvement, transformation, des configurations expérientielles, entre création et innovation. De fait, au cœur de ces configurations, sont mis en jeu des processus réflexifs rétroactifs et fissionnels, d’altération, notamment d’altération des certitudes, qui favorisent l’émergence de logiques d’action, elles-mêmes favorables à l’initiation de processus d’intégration, entre conscientisation, affirmation, revendication.

Le sociologue est un praticien réflexif, sans aucun doute mais poussé par la pratique scientifique à passer systématiquement au crible de l’analyse réflexive son action et les conditions de possibilité de sa mise en œuvre, mais aussi dans la co-élaboration des interactions avec les différents mondes sociaux. Le sociologue n’est donc pas un praticien réflexif tout à fait comme les autres puisque l’exercice de sa discipline exige qu’il questionne systématiquement les conditions sociales de possibilité de sa propre réflexivité.

Pour autant la sociologie peut-elle être considérée comme une « science réflexive » (RUI, 2010 : 21) ou une science de la réflexivité ? Même si la sociologie a à voir à la fois avec l’éthique, le déontologique, la technique et le politique réflexifs, la tentation d’instituer la réflexivité en paradigme sociologique résiste à sa propre mise à l’épreuve. D’une part la notion reste opaque, même dévoilée partiellement par l’analyse d’expérimentations sociologiques soucieuses de réflexivité. D’autre part, la sociologie ne possède pas le monopole de la réflexivité : les pratiques artistiques notamment suggèrent aussi que pourraient s’inventer des sociétés plus sensibles que d’autres à une culture de la réflexivité, confiante, interculturelle et démocratique ; à ce titre, les coopérations entre artistes et sociologues s’avèrent non seulement prometteuses mais indispensables.

 

 

Références bibliographiques

Agamben G., 2014, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, éditions Rivages Poche, coll. « Petite Bibliothèque ».

Althabe G., Hernandez Valeria A., 2004, « Implication et réflexivité en anthropologie », Journal des anthropologues, n° 98-99, p 15-36.

Bourdieu P., 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’Agir, coll. « Cours et travaux ».

Bourdieu P., Wacquant L., 1992, Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, coll. « Libre examen politique ».

Callon M., 1975, L’opération de traduction symbolique. Incidence des rapports sociaux sur le développement scientifique et technique, Paris, éditions Maison des Sciences de l’Homme.

Chauvière M., Duriez B., 2011, « Chercheurs et militants peuvent-ils être partenaires ? », SociologieS, dossier « Les partenariats de recherche».

Cornu L., 2010 « Réflexivité rationnelle, sensible, pensive », Actes du colloque DYNADIV Réflexivité en contexte de diversité. Un carrefour des sciences humaines, p. 15-18.

Cousin O., Rui S., 2011, « La méthode de l’intervention sociologique. Évolutions et spécificités », Revue française de sciences politiques, vol. 61, p. 513-532.

Delcroix C., 2010, « S’engager dans la durée. De la relation d’enquête aux effets de publication » in J.-P. Payet, C. Rostaing, F. Giuliani (dir.), La relation d’enquête, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 131-142.

Dewey J., 2010, [1934], L’art comme expérience, [trad. et coord. J.-P. Cometti], Paris, Gallimard, coll. “Folio ».

Dubet F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, éditions Seuil, coll « La couleur des idées ».

Dubet F., 1988, Acteurs et sociologues. Le cas de l’intervention sociologique, Paris, EHESS.

Dubois V., 1999, La vie au guichet : relation adminstrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

Elias N., 2016, La dynamique de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences 

Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales ».

Eribon D., 2010, Retour à Reims, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais ».

Farnarier C., 2015, « La restitution comme épreuve de la recherche », in L. Vidal (dir.), Les savoirs des sciences sociales, Marseille, IRD, coll. « Colloques et séminaires », p. 203-224.

Guillaumin C., 2009, « La réflexivité comme compétence : enjeu des nouvelles ingénieries de la formation », Cahiers de sociolinguistique, dossier « Réflexivité et herméneutique. Vers un paradigme de recherche ? », n°14, p. 85-101.

Godbout J., 1991, Les ambiguïtés de la notion de coproduction. La relation de service dans le secteur public, tome 5, Paris, Plan urbain RATP–DRI, p. 71-83.

Hamel J., 2007, « De la nature réflexive de la sociologie et de la disparition de son objet », Revue Européenne des Sciences Sociales Tome XLV, n° 139, p. 45-56.

Hardy A.-C., 2011, « Donner, recevoir, rendre : Réflexion sur les règles de l’échange sociologique », Revue Interrogations.

Heinich N., 2010, « Pour en finir avec l’ »illusion biographique » », Revue L’Homme, n°195-196, p. 421-430.

Krtolica I., 2010, « La tentative des Cévennes. Deligny et la question de l’institution », Revue Chimères n° 72, p. 73-97.

Lapeyronnie D., 1983, « Présentation », in Touraine A., Dubet F., Hegedus Z., Maheu L. Wieviorka M., La méthode de l’intervention sociologique, Paris, Atelier d’Intervention sociologique, p 3-10.

Lapierre N., 2006, Pensons ailleurs, Paris, éditions Stock, coll. « Folio Essais ».

Milard B., 2013, « Les écrits scientifiques : des ressorts relationnels pour la recherche », Sciences de la Société, n° 89, dossier Lefebvre M. (coord.) L’infra-ordinaire de la recherche. Archives, mémoires et patrimoine scientifique, p 19-37.

Nuselovici A., 2013, « Exiliance : condition et conscience », communication FMSH.

Ogilive B. (coord.), 2007, Fernand Deligny. L’arachnéen et autres textes, Paris, éditions l’Arachnéen.

Ricoeur P., 2005, « Devenir capable, être reconnu », Revue Esprit, n°7, p 125-129.

Rui S., 2010, « Réflexivité », in Paugam S. (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? ».

Schön D. A., 1992, Le tournant réflexif. Pratiques et études de cas, Montréal, éditions Logiques.

Suarez de Toledo S. (coord.), 2007, Fernand Deligny, œuvres, Paris, éditions l’Arachnéen.

Thoreau F., Despret V., 2014, « La réflexivité de la vertu épistémologique aux versions mises en rapports, en passant par les incidents diplomatiques », Revue Anthropologie des connaissances, vol. 2, n° 8, p 391-424.

Vidal-Naquet P.-A., Gormally O. Laval C., 1998, Écoute, accompagnement, accueil : enjeux et signification dans le contexte social actuel, Note en écriture collaborative.

Volponi A.-F., 2020, Faire culture ensemble. Action culturelle locale et dynamiques citoyennes solidaires en rural périmétropolitain gardois, Document témoin d’une dynamique coopérative de recherche, PASSIM, 80 p.

Volponi A.-F., 2016, Mescladis des garrigues. Une sociologie interculturelle de l’agir patrimonial en Languedoc. Rapport au ministère de la Culture, PASSIM, 300 p. Volponi A.-F., 2011, « Histoires de migrations entre Sicile et Languedoc », in Teulières L. (dir.), Italiens. 150 ans d’émigration en France et ailleurs, éditions Editalie, p. 322-327.

Volponi A.-F., 2010, La courge douce-amère. Sociologie des histoires familiales de la migration sicilienne. Rapport de recherche, PASSIM.

Volponi A.-F., 2008, Enjeux mémoriels et métropolisation. Le bassin minier gardois au prisme des dynamiques culturelles, Rapport de recherche au ministère de la Culture, 148 p.

Volponi A.-F., 2004, « La démarche de recherche comme médiation. Point de vue de sociologue », Revue Esprit Critique, été, vol. 6 n°3, dossier Luison L. et Valastro O. M. (dir.), « La médiation sociale. Résolution alternative des conflits et reconstruction des liens sociaux », p. 71-81.

Volponi A.-F., 1999, La médiation. Les échanges localisés comme procès de démocratisation, Thèse sous la direction d’Alain Tarrius, 525 p + annexes. Weber F., Lambelet A., 2006, « Introduction. Ethnographie réflexive, nouveaux enjeux », Revue Ethnographiques, n° 11, p. 1-8.

 

 

 


[1] Nous gardons la formule en lettres capitales : si passim est un adverbe latin signifiant « ça et là », PASSIM est un sigle déclinable en : Pour l’action en sciences sociales et l’investigation en Méditerranée.

[2] Jusqu’à la désigner comme « Lo Passim ».

[3] Superbe expression de Michel Anselme, sociologue au CERFISE de Marseille, qui évoque un exercice sociologique de proximité.

[4] Alain Touraine proposa l’intervention sociologique dès 1978 avec la parution de La voix et le regard ; en 2011, il écrivit aussi la postface de l’ouvrage de Cousin Olivier et Rui Sandrine, consacré à l’intervention sociologique.

[5] Ainsi que le stipule la 4° de couverture de l’ouvrage Fernand Deligny. Œuvres (2007).

[6] Tel que l’explicite Igor Krtolica dans sa contribution de 2010.

[7] Dewey aurait sans doute apprécié les performances en art relationnel de Gandolfo Gabriele David.

[8] Notamment des clowns analystes qui partagent avec les sociologues « compréhensifs » ce souci de l’objectivation des ressorts intimes et sociaux des actions humaines : PASSIM a ainsi, entre autres, collaboré durant sept ans à la mise en place d’un festival citoyen sous la houlette de Sylvette Dommartin, consacré au clown contemporain, en participant au travail de la commission artistique et la proposition de tables rondes sociologiques de rue sur les conditions de production et d’exercice de cette discipline artistique.

[9] Depuis quelques années, les collectivités territoriales se sont employées à reconnaître cette tendance et à en faire valider la prise en compte, y compris dans le soutien assumé à ces travaux sociologico-artistiques.

[10] Posture adoptée par certaines compagnies de rue comme Ilotopie… d’ailleurs fondée par un sociologue.

[11] Nous avons en mémoire J. jeune toxicomane, qui, après 2 heures d’entretien sociologique, s’écrit « cela fait 10 ans que je subis des entretiens psychologiques et je n’avais jamais dit tout cela ».

[12] L’on pense aux travaux de Catherine Delcroix (2010), particulièrement soucieuse du lien d’enquête avec les populations « discréditées ».

[13] Ainsi fut fait à la demande de Siciliennes en fin de parcours migratoires en France (Volponi, 2011).

[14] C’est une des deux instances françaises mises en place dans les années 1990 pour porter une focale contextualisée vers les questions d’intégration : dans le cadre d’une mission régionale vouée à la médiation dite interculturelle, il s’est agi, avec le soutien pluri-annualisé de l’Europe, de mettre en mouvement un maillage régional de rencontres problématisées, rassemblant chercheurs, institutionnels, artistes, associatifs et membres de diverses communautés désignées comme « tsiganes » à l’époque.

[15] Le laboratoire PASSIM s’est choisi une option nomade de travail et ne possède pas l’usage d’un lieu spécifique.

[16] Il revient aux sociologues d’ajuster les modalités numériques de leur propre participation.

[17] Ainsi le soulignent Gérard Althabe et Valeria A. Hernandez : le phénomène est particulièrement remarquable quand l’enquête se déroule dans des lieux structurés par la logique d’une activité spécialisée, l’« événement » étant considéré comme « l’unité d’interprétation » et la contradiction entre ces deux logiques, comme indépassable, jamais résolue et productrice de sens (2004).

[18] Ainsi des Gitans accueillis avec les étudiants de l’université de Nîmes dans le cadre d’un séminaire retour relatif à une recherche menée pour le ministère de la Culture (Volponi, 2008).

[19] Ce travail a été engagé en 2009, avec le soutien du département « Culture et patrimoine » de l’ex Région Languedoc-Roussillon et du service « culture » du Département du Gard. Le premier opus s’intitule « La courge douce-amère » et relate le périple migratoire de mineurs siciliens en Cévennes (Volponi, 2011) ; un deuxième opus, consacré aux migrants siciliens pêcheurs autour du Bassin de Thau, est encore en cours de finalisation.

[20] « Devoir d’Histoire, histoires de mémoires » : plusieurs semaines d’expressions artistiques et scientifiques orchestrées par la Département « Culture et Patrimoine » de l’ex Région Languedoc-Roussillon en 2010.

[21] Par exemple, la compagnie Eméranox.

[22] À hauteur de 84 % contre 74 % en moyenne régionale.

[23] Ainsi le Pôle Action culturelle et territorialisée de la Direction régionale des affaires culturelles et la Direction régionale des solidarités en région Occitanie qui devinrent des soutiens solidaires de cette démarche.

[24] Travailler la notion de culture dans un département particulièrement doté en capital artistique de haut niveau revêt un sens particulier, sachant que, malgré les restrictions budgétaires et sa charge très lourde en budgets sociaux, le Conseil départemental gardois n’a de cesse d’augmenter son budget culture (à hauteur de 12 millions en 2019) ; en 2018-2019, le Conseil départemental a lancé l’élaboration de son schéma d’action culturelle 2020-2023, en concertation répétée avec plusieurs centaines d’acteurs culturels et en coopération avec les chercheurs.

[25] Notamment les compagnies gardoises 1 Watt, Arthémia, Amarante, Siorat.

[26] La notion de logique, tout comme celle de dynamique, évoque un acteur agissant, alors que celle de processus renvoie à la figure de l’acteur plus ou moins agi par un mouvement plus contraint.

[27] Les plus jeunes des participants avaient 16 ans.

[28] Par exemple vis-à-vis d’un foyer de résidence pour des adultes autistes.

[29] Localement, l’imposition de la loi NOTRe (loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République) a occasionné des drames sociaux difficiles à surmonter.

[30] Ainsi le projet Pierre de Gué, lancé en interdépartemental, avec les acteurs audois, par la Scène nationale de Foix et de l’Ariège.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search