Pertinence et réception sociale de l’entretien individuel. Composer avec la résistance des enquêtés à Donsin

 

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 229-247.


 

Zoubere Dialla

 

Zoubere Dialla, Laboratoire RPSH (laboratoire de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines) et Centre universitaire Manga, Burkina Faso

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Séance de focus group avec des personnes expropriées à Donsin

 

 

Le fait social est conquis, construit, constaté (Bachelard, 1999). Ces actes, qui se déroulent concomitamment appellent la réflexivité du chercheur dans son rapport à l’objet d’étude. La réflexivité peut être comprise comme une posture qui consiste, pour le chercheur, à soumettre les conditions sociales de la production scientifique et ses propres pratiques à la critique (Paugam, 2010). P. Corcuff (1995) appréhende la réflexivité comme un retour sur soi, son histoire, ses outils et ses relations avec les enquêtés.

En sociologie, le chercheur a affaire à un objet qui parle, il ne peut avoir avec lui un rapport d’extériorité et le traiter comme une chose, comme l’avait préconisé E. Durkheim (1981). Il a des relations avec son objet, les personnes qu’il interroge (Bourdieu et al., 1968). Dans ce moment de rencontre, les interactions prennent en compte les émotions des acteurs en présence, le chercheur et la personne enquêtée, y compris le contexte de l’enquête. Ces émotions peuvent prendre la forme de doutes, d’hésitations, de préjugés réciproques, de méfiances et de conflits. Pourtant, le chercheur est appelé à étudier objectivement son objet de recherche. Selon J. Hamel (2015), les concepts, les méthodes et la rigueur dans l’appréhension de l’objet lui permettent d’y parvenir.

En ce qui concerne la méthode en particulier, elle est le moyen par lequel le chercheur observe le fait étudié. Elle doit être clairement définie de même que l’ensemble des instruments nécessaires pour ce faire. Si le chercheur est souvent amené à définir dans une recherche la méthodologie pertinente (ensemble des processus et moyens d’observation), les instruments de collecte des données qu’il adopte sont soumis aux populations cibles. En sciences sociales, le chercheur utilise en général, pour l’approche quantitative, l’enquête par questionnaire pour mesurer l’ampleur d’un phénomène et dégager ses caractéristiques générales, et pour les approches qualitatives, l’entretien semi-directif lorsque l’intérêt du chercheur est porté sur les logiques des acteurs et de leurs discours. C’est ce dernier qui fait l’objet du questionnement dans la présente réflexion.

Dans sa démarche, le sociologue a tendance à réaliser des entretiens individuels, et dans certaines circonstances, des entretiens collectifs. Ces outils sont souvent testés au préalable afin de s’assurer de la validité des instruments d’enquête, de prendre en compte le pouls du terrain et les réactions possibles des personnes enquêtées.

En pratique, au moment de l’enquête, le chercheur se soumet à un processus de négociation à travers des préalables afin de faire bonne face (Goffman, 1974) et de susciter l’acceptation de l’échange par l’autre. Ce rituel de départ est fait d’échanges avec les personnes à enquêter sur les conditions de l’entretien. Les personnes à enquêter peuvent simplement refuser l’offre d’entretien ou l’accepter. L’acceptation peut se faire selon les conditions proposées par le chercheur ou bien sous réserve de modifications souhaitées par la personne à enquêter.

Lorsque les modifications souhaitées concernent les instruments de collecte des données, le chercheur peut être immédiatement fragilisé par l’idée de la pertinence du choix des instruments. Ce paradoxe du rapport aux outils de collecte des données pose cependant une question d’ordre épistémologique, notamment le rapport que les personnes interrogées entretiennent avec les outils de l’enquête (Zongo, 2016).

Lors d’une enquête de terrain que j’ai conduite en avril 2018 à Donsin[1] dans le cadre des travaux de ma thèse de doctorat en sociologie, un groupe de personnes de la population cible de l’enquête a rejeté l’utilisation de l’entretien individuel, l’entretien compréhensif plus exactement (Kaufmann, 2004), que j’avais au préalable défini. En lieu et place, ce groupe de personnes a exigé une discussion publique impliquant l’ensemble des personnes concernées par l’objet de l’enquête. Cet exemple de tension entre un groupe de la population cible et le chercheur autour de l’utilisation de l’entretien individuel sert de prétexte pour analyser la pertinence du choix, par le chercheur, des instruments de collecte des données eu égard à la réception sociale de ceux-ci.

Cet article entend expliciter, d’une part, la rationalité du choix de l’entretien comme moyen de collecte de données auprès de la population cible et les raisons pour lesquelles ladite population a rejeté l’application d’un tel instrument et exigé l’utilisation d’un autre. D’autre part, l’article discute des conditions d’ouverture du chercheur à d’autres instruments de collecte, sinon, du réajustement de sa méthode de collecte des données à partir des exigences du milieu ou du contexte social de l’enquête. Avant de développer ces points, il convient de présenter le contexte général, les objectifs de la recherche et les présupposés théoriques qui ont sous-tendu le choix de l’entretien comme moyen de collecte des données.

 

Objectif et contexte général de l’enquête de terrain

 

Dans le cadre de la préparation de ma thèse sur les facteurs sous-jacents aux protestations sociales de personnes expropriées – aux fins de l’implantation de l’aéroport de Donsin, une méthodologie a été définie pour réaliser les travaux de terrain. Ces travaux ont été menés entre avril 2017 et avril 2018, auprès des personnes expropriées, afin de comprendre les motivations et les facteurs sous-jacents à leur mobilisation collective. L’enquête de terrain visait à collecter les informations nécessaires pour répondre à la question suivante : qu’est-ce qui explique les protestations des personnes déplacées du fait de la réalisation du projet d’aéroport à Donsin en dépit d’ententes préalables des principaux acteurs sur l’expropriation et l’indemnisation ?

Les personnes expropriées et déplacées représentent alors la population cible de l’enquête. Elles sont localisées dans 9 sites de relogement « nouvellement » construits et dans les villages dont les terroirs sont contigus à l’emprise de l’aéroport de Donsin. Le chercheur que je suis interagissait directement avec ces personnes dans leurs milieux de résidence au cours de l’enquête.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Panneau indiquant l’entrée dans l’emprise de l’aéroport de Ouagadougou-Donsin

 

Le contexte spatio-temporel de l’enquête à Donsin éclaire sur la nature des interactions entre le chercheur et les enquêtés (Passeron, 1991). À ce propos, l’implantation dudit aéroport a nécessité un espace vaste de 4 390 ha[2] sur lequel vivaient des populations. Les études préalables à la réalisation dudit aéroport (Premier ministère/Burkina Faso, 2012, 2013a, 2013b) ont mis en évidence les dommages socio-économiques et environnementaux de l’ouvrage. 10 villages[3] ont été physiquement impactés, 5 154 personnes (832 ménages) subissent des dommages directs suite à la délimitation de l’emprise aéroportuaire. Ces dommages sont des pertes d’habitats, des pertes d’emplois (champs agricoles, pâturages), de biens culturels, d’infrastructures socio-économiques. Outre ces dommages, il y a des pertes d’accès aux services écosystémiques.

Les populations directement impactées sont organisées sous l’autorité d’un chef dans chaque village. Ces habitants sont principalement des agriculteurs et éleveurs. L’enquête de terrain a permis d’interroger une centaine de personnes par entretien de groupe ou par entretien compréhensif.

Conformément aux prescriptions du dispositif réglementaire sur l’expropriation d’utilité publique au Burkina Faso, les personnes expropriées ont bénéficié de mesures d’indemnisation, de la part de l’État, des biens et ressources perdus ou susceptibles d’être endommagés. Après avoir obtenu une partie des indemnisations liées à ces biens et ressources, les personnes expropriées ont été réinstallées sur 9 sites en 2015 afin que l’État puisse prendre possession des terres libérées. Alors que tout semblait se dérouler au mieux et que l’indemnisation et la réinstallation des personnes étaient présentées par les autorités publiques comme une réussite, en raison de la prise en compte des intérêts de l’ensemble des acteurs, les personnes expropriées et déplacées ont commencé à exprimer publiquement leur mécontentement par rapport à leurs conditions de vie sur les sites de réinstallation.

 

Présupposés théoriques des choix méthodologiques

 

De façon générale, la manière de concevoir l’acteur détermine les choix méthodologiques et la posture de recherche que le sociologue entend adopter. Dans le cadre de la présente étude, l’acteur n’a pas été pensé comme uniquement déterminé par le social ; il est plutôt appréhendé comme un sujet réflexif. Les notions de virtualité, d’expérience, de réflexivité s’attachent à l’individu en dépit de l’appartenance à des catégories sociales. Ces acteurs sont « rationnels », du moins « réflexifs », au sens où ils sont dotés d’une conscience discursive et d’une conscience pratique (Giddens, 1987). On retrouve ici le postulat de l’individualisme méthodologique. Ce postulat traduit l’exigence d’une méthode accordant plus d’importance à des éléments discursifs tels que la parole, la pensée, les représentations et autres entités non observables, du moins « visuellement » (les intentions, les motivations).

La compréhension est alors le maître-mot qui définit la méthode pour connaître le social dans sa spécificité ontologique d’être avant tout un phénomène intersubjectif. Le sociologue ayant affaire à un objet qui parle, il s’agit de comprendre les conduites des acteurs de l’intérieur par la parole donnée, le sens que ces acteurs donnent à leurs pratiques, et non de les expliquer uniquement de l’extérieur par la construction et l’analyse de variables. Cette démarche méthodologique est qualifiée d’approche qualitative. Dans la recherche des raisons de protestations sociales des personnes expropriées, elle a combiné plusieurs méthodes et techniques d’enquête (revue documentaire, entretien, observation directe).

Dans une recherche portée vers la compréhension de l’objet étudié, l’entretien – que ce soit l’entretien compréhensif ou l’entretien de groupe – tient une place de choix. Comme moyen de recueil de données, l’entretien est préparé par le chercheur et réalisé auprès d’un public cible. Le choix d’un type particulier d’entretien ne dépend pas entièrement de la seule volonté du chercheur. Ce choix repose sur un rapport réflexif du chercheur à son objet de recherche et de ce qu’il croit savoir de cet objet à partir de l’immersion, de l’enquête exploratoire dans le milieu d’étude, et de la revue de la littérature. Ce choix tient compte également des enjeux liés à l’objet d’étude, des avantages et contraintes techniques des différents moyens de collecte des données, de la stratégie de recueil des données. Si le choix de l’instrument de collecte de données repose en apparence sur une certaine autonomie du chercheur, celle-ci est relative dans la mesure où le choix du chercheur tient compte des réactions de la population cible, observées au cours de l’enquête exploratoire si elle a eu lieu.

 

Raisons du choix de l’entretien individuel à Bagyri et réception sociale

 

Le chercheur a fait le choix de l’entretien individuel pour interagir avec les populations du quartier de Bagyiri (un sous-groupe de la population cible). Ce choix a reposé sur des justifications théoriques et expériencielles du point de vue du chercheur. Quelle que soit la pertinence de ces justifications, l’entretien individuel comme moyen particulier d’interaction ne peut avoir lieu que si les personnes expropriées du quartier de Bagyiri l’accueillent favorablement et consentent à s’y soumettre.

 

Entretien compréhensif pour la collecte des données : les raisons du choix du chercheur

L’entretien compréhensif est le type d’entretien individuel que le chercheur a choisi pour interagir et collecter les données avec les personnes expropriées du quartier de Bagyiri. Il s’agit d’un instrument proche des techniques d’enquête ethnographique (Kaufmann, 2004). Les raisons du choix de l’entretien compréhensif, pour les entrevues avec les personnes expropriées de Bagyiri, reposent sur la pertinence technique de l’instrument et sont à mettre en relation avec le paradigme compréhensif, dans lequel s’inscrit l’étude sur les raisons de la mobilisation collective à Donsin.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Site de relogement de Togomnogo, un des 9 sites abritant des personnes expropriées

 

Bagyiri est considéré comme un quartier du village de Rogomnogo, un des 10 villages physiquement impactés par la délimitation de l’aéroport de Donsin. À la différence des autres quartiers du village de Rogomnogo, les habitations du quartier Bagyiri ne se trouvent pas dans l’emprise physique de la plateforme. Toutefois, l’organisme public chargé de la mise en œuvre du projet de construction de l’aéroport[4] a jugé nécessaire de déplacer ces habitants de Bagyiri sur un des sites de réinstallation pour prévenir tout risque d’accident lié aux décollages ou aux atterrissages des avions ainsi qu’aux risques de pollutions sonores sur ces populations. Ainsi, les négociations pour la réinstallation de ces populations ont été faites dans les mêmes conditions que les personnes expropriées des autres villages et quartiers impactés. Des logements de remplacement ont alors été construits pour eux sur les sites de relogement dédiés.

Mes premières enquêtes sur le terrain m’ont amené à faire le tour de tous les villages et quartiers abandonnés par les populations réinstallées, de même que tous les sites de réinstallation. Lorsque je me suis rendu sur le site de l’ancien village de Rogomnogoau cours du mois de mai 2017, j’avais constaté que les habitants du quartier de Bagyiri étaient restés sur place et n’avaient pas rejoint le site de relogement, à l’exception de quelques ménages. Au cours d’une enquête sur le site de relogement de Rogomnogo pendant le mois de mars 2018, après avoir interpellé des personnes réinstallées sur les raisons de l’absence des occupants de certaines concessions, ces personnes m’ont informé que les destinataires résidaient toujours dans le quartier Bagyiri. À partir de ces constats préalables, la conduite d’une enquête auprès des populations du quartier Bagyiri m’est apparue nécessaire et pertinente.

Cette enquête visait alors à comprendre les raisons qui justifient que ces personnes ne rejoignent pas, toutes, le site de relogement. D’un autre point de vue, le cas de Bagyiri apparaissait comme un contre-exemple des établissements humains déplacés, dans la mesure où ses habitants n’avaient pas rejoint le site de réinstallation.

C’est dans un tel contexte que j’ai entrepris de prendre contact avec les personnes expropriées du quartier Bagyiri pour cerner à la fois leurs expériences du processus d’expropriation et de réinstallation, et les raisons du report ou du refus du relogement sur le site. Quelques ménages ayant néanmoins rejoint le site dans les mêmes conditions que les personnes expropriées des autres quartiers de Rogomnogo, j’ai, a priori, considéré qu’il y aurait des raisons personnelles, propres aux chefs de ménages[5], derrière le choix de différer ou refuser de rejoindre le site de réinstallation. En effet, préalablement au relogement, les chefs de ménages ont négocié avec l’autorité publique (l’État) les conditions de l’expropriation et les indemnisations. Ils se sont engagés, après réception des indemnités ou des biens en compensation des dommages subis, à libérer les sols et les bâtiments dans un délai de 2 à 6 mois selon la nature du dommage. Ainsi, l’objectif sous-jacent au choix de l’entretien compréhensif était de saisir les motivations et les expériences particulières des chefs de ménages de Bagyiri. Ce choix fait, un canevas d’entretien a alors été conçu par le chercheur, avec des questions ouvertes, pour les besoins de l’enquête.

 

Réception sociale de l’entretien individuel : le contexte local et la « préparation du terrain » comme déterminant

Ce matin du 2 avril 2018, je me suis rendu à Bagyiri pour réaliser une série d’entretiens individuels que j’ai pris la peine de planifier deux jours plus tôt, avec des ressortissants dudit quartier. J’ai eu à expliquer mon intention de réaliser des entretiens individuels auprès de quelques chefs de ménages de ce quartier. Ensuite, je leur ai présenté l’objectif de l’enquête, celui de comprendre les raisons pour lesquelles les habitants de ce quartier n’ont pas tous emménagé sur le site de relogement qui leur est dédié, quand bien même les chefs de ménages ont obtenu des logements de remplacement sur ce site. Ces ressortissants se sont engagés à passer l’information auprès des doyens du quartier afin de faciliter mon introduction auprès des populations. Effectivement, lorsque je me suis rendu dans le quartier de Bagyiri pour l’enquête à proprement dite, accompagné d’un des ressortissants faisant office de guide, je me suis rendu compte – après avoir rencontré les doyens du quartier puis avoir été introduit auprès de chefs de ménages – que l’information sur ma visite avait circulé au préalable.

Après avoir échangé avec quelques personnes et présenté l’objet de ma visite à Bagyiri, j’ai livré quelques détails sur les entretiens à réaliser, notamment le caractère individuel des entretiens et les critères de choix des chefs de ménages. En considérant que l’impact du projet sur les habitats les concernait tous, la diversification des entretiens entendait tenir compte de la perte des terres cultivables ou non par le chef de ménage.

Après un bref moment de questions-réponses avec les chefs de ménages, j’ai demandé la permission d’entamer des entretiens individuels avec des chefs de ménages disponibles et volontaires. Dans un premier temps, ces personnes n’ont trouvé aucun inconvénient à ce que je réalise ces entretiens. Au moment où je m’apprêtais à entamer l’entrevue avec le premier chef de ménage identifié, je fus interpellé par un groupe de « jeunes[6] » qui souhaitait, avant tout entretien, comprendre le sens de ma visite. M’étant soumis à leur interpellation, j’ai eu droit à un interrogatoire de la part de ce groupe de « jeunes ». Non satisfaits de l’explication sur l’objet de ma visite, ils posèrent notamment les questions suivantes :

« Est-ce que j’étais en mission pour l’organisme d’exécution du projet ?

Pourquoi suis-je venu tout seul pour faire des enquêtes ?

Qui est-ce qui m’a informé que les habitants de Bagyiri n’avaient pas encore rejoint le site de réinstallation ? »

Bien entendu, je répondis que je n’étais pas en mission pour l’organisme public chargé de l’exécution du projet de l’aéroport de Donsin[7]. Aussi, cette recherche, qui s’inscrit dans le cadre de ma thèse, n’avait aucun lien stratégique ou politique avec ledit organisme dans la mesure où elle n’a pas été suscitée ou financée par lui.

En ce qui concerne le fait que j’enquête seul sur le terrain, je répondis que cela n’avait rien de suspect et était lié au fait que je n’avais aucune difficulté à parler la langue des personnes auprès de qui je menais l’enquête. Quant à ma source d’information sur les habitants du quartier Bagyiri, je répondis que cela procédait de mes observations sur le site de réinstallation qui leur est dédié. J’ai dû leur expliquer quelque peu la démarche sociologique, le travail scientifique de collecte des données où l’enquête n’est pas de l’espionnage, mais un processus de co-construction de données pour expliquer et comprendre un problème de la société.

N’étant visiblement pas satisfaits des réponses que j’apportais à leurs questionnements, des éléments du groupe se sont faits plus menaçants. L’un d’eux me lança qu’il n’était pas question que je m’entretienne individuellement avec qui que ce soit. Il ajoute alors que le problème des expropriations concerne l’ensemble des habitants du quartier. Par conséquent, ayant tiré des leçons des expériences d’incompréhensions avec l’organisme chargé du projet de l’aéroport de Donsin à propos des expropriations et des indemnisations, il était préférable pour eux que les discussions incluent tout le monde pour plus de transparence.

Lorsque j’ai repris la parole pour essayer de les persuader, un autre renchérissait qu’à défaut d’une discussion publique avec la participation de tous, il n’y aurait pas d’entretien du tout.

Dès lors, je me suis résolu à prendre en considération le souhait de mes interlocuteurs. Immédiatement, je me suis rendu compte qu’il était techniquement impossible d’animer efficacement une discussion de groupe avec une trentaine de participants, voire plus (Simard, 1989). J’ai entrepris de négocier avec eux les conditions de l’entretien de groupe (Duchesne, Haegel, 2004). Ma proposition de constituer un groupe de discussion d’une dizaine de personnes a été premièrement rejetée par mes interlocuteurs. Finalement, ils ont accepté l’idée, à condition que les autres personnes assistent à la discussion ; comme pour garantir l’intégrité des idées partagées au sein du quartier.

De ce qui précède, il apparaît qu’un premier groupe de personnes avait accepté que des entretiens individuels soient menés avec les chefs de ménages. Par la suite, un autre groupe de personnes, composé de personnes plus « jeunes » s’est opposé à l’utilisation de l’entretien individuel.

L’opposition des « jeunes » de Bagyiri à la conduite de l’entretien individuel repose sur une frustration en lien avec les dédommagements des biens et ressources des personnes expropriées. Ces jeunes se considèrent comme des oubliés des mesures de compensation des dommages de l’expropriation, en particulier celle concernant les parcelles et logements de remplacement sur les sites de relogement. Ils imputent en partie ce problème au fait qu’ils n’ont pas eu droit à la parole au cours des recensements et consultations menés, en 2010 et 2011[8], pour la définition des personnes et des biens impactés par la délimitation de l’aéroport.

En effet, conformément aux critères d’éligibilité à l’indemnisation définis par l’autorité publique, les jeunes ayant moins de moins de 18 ans et les jeunes majeurs (ayant 18 ans révolus) mais non « mariés[9] » au moment du recensement n’ont pas droit, individuellement, à une parcelle d’habitation pour la réinstallation[10]. Sur les sites de relogement, ces jeunes sont donc amenés à résider avec leurs parents ou tuteurs. Cette situation leur semble injuste dans la mesure où entre le moment du recensement des personnes éligibles et celui de la réinstallation proprement dit sur les sites, ils sont nombreux à être devenus majeurs et à s’être mariés.

Le fait que ces jeunes décident d’orienter la conduite de l’entretien sans que les doyens du quartier ne soient dérangés par cela repose sur la reconnaissance par ces derniers de la pertinence du problème spécifique que les « jeunes » posent et leur volonté de transparence dans les discussions au sujet de questions qui les préoccupent tous.

Une discussion collective est certainement gage de publicité des points du vue pour les personnes expropriées. Cet argument peut se comprendre, il traduit le fait que les personnes enquêtées, dans un contexte de tension, préfèrent orienter les règles du jeu que de laisser le chercheur conduire sa recherche à sa guise, avec la démarche qui lui convient. Il s’agit, dans le cas d’espèce, d’une opposition de principes qui amène le chercheur à avoir à s’interroger sur la qualité des informations collectées – d’autant plus que la qualité des informations issues d’un entretien collectif repose particulièrement sur des critères pertinents de sélection des participants à la discussion (Duchesne, Haegel, 2004). La définition de ces critères de sélection et la préparation de l’entretien de groupe nécessite un minimum de sérénité, de la part du chercheur, que le contexte de l’interaction à Bagyiri autour de l’instrument de collecte de données ne permet pas. Le défaut de sérénité pour la préparation et la conduite d’un entretien collectif se superpose d’ailleurs à l’ensemble des préoccupations méthodologiques et épistémologiques que pose la posture des populations qui, ici, ont essayé d’apprendre au chercheur son propre travail, sinon de lui imposer une démarche dans la conduite de la recherche.

 

Éclectisme des instruments de collecte de données : cadrage et dépassement

 

La production du savoir en sociologie est un « bricolage raisonné » (Lemercier, et al., 2013). Ce bricolage raisonné signifie une articulation savamment orchestrée de ressources intellectuelles en rapport, d’une part, avec le choix des théories, des approches, des méthodes et des techniques, d’autre part, avec le choix des matériaux. Avant de commencer ses enquêtes, le chercheur sait quels instruments méthodologiques il doit utiliser pour collecter telles ou telles données dont il a besoin. Cependant, le chercheur, dans sa démarche de recherche, doit aussi pouvoir se laisser surprendre par son terrain.

Le rejet par une population cible d’un instrument de collecte de données particulier tout en exigeant un autre outil pose le problème de l’ouverture du chercheur vers d’autres instruments dans une enquête et de redéfinition du dispositif de la recherche. Du rejet de l’entretien individuel, comme moyen de collecte des données, puis de la proposition, par un groupe de « jeunes » du quartier de Bagyiri de la discussion collective, l’entretien de groupe a finalement été utilisé. L’entretien de groupe apparaît ici comme l’instrument de collecte de données de compromis entre, le chercheur qui ne veut pas laisser passer facilement une opportunité de collecter des données potentiellement intéressantes pour la compréhension de son objet de recherche, et des interlocuteurs qui comptent garder la main sur les règles de jeu de l’interaction. Ce compromis a été possible pour le chercheur dans la mesure où l’entretien de groupe fait partie de son dispositif de recherche. Tout en s’adaptant au contexte de l’enquête, le chercheur reste prudent dans son ouverture vers d’autres instruments au cours de la collecte des données.

 

Conclusion

 

Il est important que la recherche ait un fil conducteur, un cadre théorique et une orientation méthodologique. Le paradigme épistémologique et la méthode constituent ce fil conducteur. La pertinence du choix des instruments de collecte des données par le chercheur repose sur leur cohérence au paradigme épistémologique de la recherche et leur potentielle efficacité dans l’observation du phénomène étudié. C’est ce qui fait dire à B. Gauthier (2009 : 9) :

« L’observation systématique ne tombe pas de nulle part : elle doit être préparée, effectuée et analysée ».

En dépit de toute cohérence des instruments de collecte des données au cadre théorique et méthodologique de la recherche, le rejet par une population cible d’un instrument particulier renseigne sur le fait que la recherche n’est pas simplement une succession d’actes que le chercheur réalise. Des va-et-vient entre activités de cadrage méthodologique et activités de collecte des données sont souvent nécessaires. Un tel rejet montre, en outre, qu’il ne suffit pas au chercheur de définir, rationnellement, ses instruments de collecte des données pour que la population cible les accepte comme tels. Des tensions non résolues dans le milieu enquêté, des enjeux de pouvoirs, l’expérience particulière de la population cible sur l’objet de la recherche déterminent par ailleurs la réception sociale d’un instrument de collecte de données. La rationalité du chercheur dans le choix des instruments reste limitée (Boudon, 2009) dans la mesure où elle est déterminée par les connaissances théoriques acquises, les informations préalables sur l’objet de recherche et le contexte. Certes, une bonne préparation du chercheur permet d’accroître ses connaissances sur l’objet et le milieu d’étude et l’acceptation de l’instrument de collecte de données. Toutefois, lorsque le milieu d’enquête est traversé par des tensions, le chercheur n’est pas à l’abri de surprises dans le déroulement de l’enquête. Sa capacité à s’adapter au terrain et à ses vicissitudes tient plus que les convictions de la maîtrise de la méthode de recherche. C’est cette capacité qui lui permet de surmonter les obstacles de terrain et de continuer à réaliser sa recherche. L’entretien de groupe mené avec les personnes expropriées à Bagyiri, après avoir refusé et se soumettre à l’entretien individuel, a permis de recueillir des informations sur les raisons de leur refus ou retard à rejoindre le site de relogement construit à cet effet. Ces raisons concernent le fait que :

(i) les jeunes adultes n’ont pas été attributaires de parcelle de réinstallation,

(ii) des engagements pris par l’autorité publique, comme par exemple la mise à disposition de terres de production agricole pour les ménages, n’ont pas encore été respectés[11].

Ces informations ne sont pas spécifiques aux personnes expropriées à Bagyiri et les enquêtes précédemment réalisées dans d’autres quartiers et villages concernés avaient déjà révélé ces problèmes. Cependant, l’entretien de groupe réalisé à Bagyiri a aiguisé la curiosité du chercheur la situation spécifique du quartier. En creusant davantage par la suite, auprès de personnes ressources, il est apparu que la raison spécifique, qui se superpose à celles déjà évoquées, de leur faible engouement à rejoindre les sites de relogement, c’est la crainte de ne plus pouvoir disposer des terres qu’ils occupent s’ils venaient à emménager sur le site de relogement parce que les communautés riveraines[12], qui ont des droits fonciers coutumiers sur ces terres et qui leur avait cédé des droits d’usage, les revendiqueront[13]. Si ces populations demeurent sur ces terres, c’est aussi par stratégie de conservation de ressources foncières.

 

 

Références bibliographiques

Bachelard G., 1999 [1938], La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Librairie philosophique Vrin.

Boudon R., 2009, La rationalité, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Corcuff P., 1995, « Quand le terrain prend la parole… Éléments de sociologie réflexive », L’Homme et la société, 115, p. 61-73.

Duchesne S., Haegel F., 2004, L’enquête et ses méthodes : les entretiens collectifs, Paris, Nathan.

Durkheim E., 1981 [1895], Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Gauthier B. (dir.), 2009, Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données, [5e éd.], Québec, Presses de l’université du Québec.

Giddens A., 1987, La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman E., 1974, Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Hamel J., 2015, « Brèves remarques sur deux manières de concevoir l’objectivation et l’objectivité. L’objectivation participante (Bourdieu) et la standpoint theory (Haraway) », Recherches qualitatives, n°34(1), p. 157-172.

Kaufmann J.-C., 2004, L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin.

Lemercier C., Ollivier C., Zalc C., 2013, « Articuler les approches qualitatives et quantitatives. Plaidoyer pour un bricolage raisonné », in M. Hunsmann, S. Kapp (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, EHESS, p. 125-144.

Passeron J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan.

Paugam S., 2010, L’enquête sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Premier ministère/Burkina Faso, 2012, Étude d’impact socioculturel. Plan de gestion des ressources culturelles physiques, Ouagadougou, MOAD.

Premier ministère/Burkina Faso, 2013a, Rapport d’étude d’impact environnemental du projet de construction de l’aéroport de Donsin, Ouagadougou, MOAD.

Premier ministère/Burkina Faso, 2013b, Plan d’action de réinstallation des personnes affectées par le projet de construction des trois voies d’accès au nouvel aéroport de Ouagadougou à Donsin, Ouagadougou, MOAD.

Simard G., 1989, La Méthode du « focus Group » : Animer, planifier et é́valuer l’action, Laval, Mondia.

Zongo B., 2016, Mobilisation sociale et développement local à Koudougou au Burkina Faso : les ressorts de l’action collective, Thèse de doctorat, Ouagadougou, Université Ouaga 1.

 

 


[1] Le site de l’aéroport de Donsin est situé à 35 km au Nord-est de Ouagadougou dans la province de l’Oubritenga au Burkina Faso.

[2] L’emprise physique de la plateforme aéroportuaire est définie par les coordonnées géographiques suivantes : B1 (X = 672 059 ; Y = 1 398 768) ; B2 (X = 674 595 ; Y = 1 396 164) ; B3 (X = 669 112 ; Y=1 388 473) ; B4 (X = 665 287 ; Y = 1 391 203) ; B5 (X = 668 476 ; Y = 1 395 745).

[3] Il s’agit de : Kogninga, Donsin, Rogomnogo, Nongstenga, Kourityaoghin, Tabtenga, Silmiougou, Voaga, Taonsgho-Bouli, Kartenga.

[4] L’organisme chargé du projet de construction de l’aéroport de Donsin est une structure étatique dénommée « Maîtrise d’ouvrage de l’aéroport de Donsin ». L’expropriation et l’indemnisation de personnes affectées par le projet ont été conduites sous sa responsabilité.

[5] La notion de chef de ménage est définie par l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) du Burkina Faso comme étant la personne de référence (homme ou femme) d’un ménage, reconnue comme telle par les autres membres.

[6] Aucune mesure de l’âge n’a été effectuée. La qualité de « jeune » est basée sur l’intuition du chercheur sur la base du faciès et de la corpulence des personnes avec lesquelles il interagit.

[7] Il faut souligner qu’il y a des points de désaccord chez ces populations à propos de l’expropriation et de l’indemnisation.

[8] Le recensement des personnes résidant dans l’emprise du projet et leurs biens (enquête complémentaire de l’étude d’impact environnemental et social) s’est déroulé entre décembre 2010 et janvier 2011.

[9] Que ce soit un mariage civil ou non.

[10] La réinstallation sur les sites de relogement a débuté en avril 2015.

[11] Selon les informations recueillies, l’organisme chargé de la mise en œuvre du projet s’était engagé à mettre au profit de chaque ménage exproprié, une parcelle d’une moyenne de 1 ha, en compensation des terres agricoles perdues, afin de permettre à ces ménages de continuer leurs activités de production (agriculture ou élevage). 

[12] Les populations de Bagyiri sont les allochtones. Les terres qu’elles occupent leur ont été cédées par les habitants des villages environnants (Kourityaoghin et Rogomnogo), en vertu du droit traditionnel pour exploitation.

[13] Ces terres ne sont pas à proprement parler dans l’emprise physique de l’aéroport. C’est probablement pour cette raison que les populations espèrent pouvoir utiliser ces terres en dépit de la volonté de l’autorité publique de voir ces lieux libérés.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 novembre 2020

    […] Zoubere Dialla – Pertinence et réception sociale de l’entretien individuel : composer avec la résistance des enq… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search