Une femme parmi les hommes, une civile parmi les militaires. Note réflexive sur un terrain impossible en hôpital psychiatrique militaire

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 198-228.


 

 

Angeliki Drongiti

 

Angeliki Drongiti est docteure en Sociologie de l’université Paris 8 – Cresppa-CSU et membre associée au CENS. Sa thèse, récemment soutenue, portait sur les suicides d’appelés dans l’armée de terre grecque : étude d’un fait social au prisme des institutions totalitaires et de l’ordre sexué.

 

 

 

Dessin extrait du cahier de terrain (07/08/2014)

 

 

 

« Vous ne pouvez pas faire ça. C’est impossible […] Vous êtes une femme, comment vous y entrerez ? »,

m’a dit un professeur d’université en sciences sociales dans le cadre de la préparation de mon inscription en master.

Son propos a bien résumé la question de l’accessibilité soulevée dès le début de ce projet qui visait à explorer les suicides des conscrits grecs, jeunes hommes âgés de 18 à 45 toujours obligés de servir sous les drapeaux pour une période de 9 mois. Sans avoir pu le faire pendant le master, j’étais déterminée à trouver une porte d’entrée de l’institution dans le cadre de ma thèse en sociologie[1].

M’étant vite retrouvée « face au mur de la caserne » après trois ans d’inscription au doctorat, comme ma directrice l’avait bien présagé[2], je continuais sans cesse à recueillir des informations en consultant des archives confidentielles, des articles de presse, des données statistiques et en réalisant des entretiens semi-directifs avec toutes les personnes potentiellement concernées par le phénomène (des appelés ayant fait une tentative de suicide, des conscrits, des professionnels de l’armée ayant vécu le suicide d’un appelé, l’Association de parents dont un fils s’est suicidé durant son service militaire, des militants luttant pour l’abolition du service militaire et des journalistes).

Grâce aux entretiens, j’ai identifié une porte d’entrée dans les structures militaires : le service sanitaire. Plus ouvert aux civils (pour certains postes) ce lieu me permettrait d’envisager des contacts avec des appelés qui ont fait une tentative de suicide durant leur service militaire, tout en observant les stratégies mises en place pour prévenir le suicide. Aussi, l’observation directe dans un tel établissement m’offrirait une vision unique sur les modalités de production des statistiques officielles relatives à ce phénomène (Peneff, 2009). Cependant, bien que plus accessible aux civils, l’entrée dans ce service demeure fortement contrôlée.

Suite à de longues négociations, j’ai rejoint l’hôpital psychiatrique militaire (HPM[3]) en tant que stagiaire sociologue pour une durée de trois mois de juillet à septembre 2014. Mon stage a été marqué par des blocages spatiaux et symboliques, par des sabotages, par des rapports hostiles et violents avec certains enquêtés. Il s’agit d’un terrain pour lequel le qualificatif « difficile » trouve tout son sens (Bizeul, 2007 ; Boumaza, Campana, 2007).

Si l’accès au terrain et les conditions d’enquête se définissent par certaines caractéristiques sociales de l’enquêtrice, comme le domaine d’étude, l’âge, le statut matrimonial, le contexte géopolitique et le sujet de recherche (Jarry et al., 2006) couplées avec les actualités et les temporalités de l’espace à étudier (Bizeul, 2007), c’est davantage le genre qui accentue ces traits. Être femme dans un terrain d’enquête masculin peut s’avérer un exercice compliqué voire même impossible. Notre appartenance de sexe peut définir l’accès au terrain (Darmon, 2005), constituer un obstacle important pour trouver sa place (Coton, 2018) et risque de nous cataloguer comme dangereuses (Gourarier, 2011) ou encore instituer un malaise qui conduira à l’abandon de cette piste d’enquête (Rolle, 2018). Pour être plus claire, ce n’est pas le genre de la chercheuse qui est en cause mais les rapports sociaux de sexe qui se développent entre elle et son terrain. La rigidité des normes genrées qui traverse l’espace étudié peut dégénérer en une oppression matérielle et symbolique vis-à-vis de l’enquêtrice.

L’analyse réflexive du parcours méthodologique et des événements du terrain ethnographique est l’objet de cet article et vise à explorer les composantes sociales de l’institution et les attributs de l’enquêtrice qui ont déterminé les modalités de sa réception par le HPM. Ici les rapports sociaux de sexe sont prépondérants et feront l’objet d’une analyse approfondie.

 

Un terrain « impossible »

 

Chronique des négociations d’accès au terrain

En 2013, à la fin de la deuxième année de thèse et toujours sans aucune possibilité d’accès à l’institution, je rencontre par hasard monsieur Petros, psychiatre civil et professeur d’une université grecque. Enthousiasmé par ma recherche et collaborant avec certains militaires « psys »[4], il se propose de me mettre en contact avec un de ses amis, monsieur Mantas, colonel psychiatre médecin-chef et directeur du HPM ayant une longue carrière dans l’enseignement supérieur. M. Petros m’a fourni l’adresse électronique personnelle de M. Mantas et il s’est engagé à lui parler de moi afin de faciliter une première prise de contact. J’ai recontacté M. Petros pour avoir un retour de leur échange. Notre conversation a été marquée par son ton hostile.

« J’ai sept mille choses dans la tête et je ne veux pas en ajouter encore une [chose]. […] Cette personne me doit beaucoup et je te fais une grande faveur. Oui, je te fais une grande faveur (répète-t-il en haussant le ton) ! ».

Après l’avoir remercié de cette « grande faveur », un climat plus apaisé s’est instauré. Toutefois, il me conseilla de consulter un psychologue, suggérant que le choix de mon sujet de recherche méritait une analyse psychologique :

« Ce sujet que tu as choisi […] Il faut que tu cherches la raison pour laquelle tu le fais. Il y a sans doute des choses inconscientes ».

Il clôt l’échange, soulignant que lui-même ne tenterait pas une telle recherche.

Mon premier rendez-vous avec le colonel Mantas eut lieu six mois après à son cabinet médical[5], suite à la réception de mon curriculum vitae et de la version courte de mon projet de thèse. Après vingt minutes de discussion, il me promet de me faire participer à un groupe de recherche au sein du HPM en tant que stagiaire. Je pourrai alors diffuser des questionnaires aux appelés qui passeraient par le service et mener avec eux des entretiens.

Je me suis installée en Grèce en juin 2014, pour commencer mon stage comme prévu[6]. J’ai essayé de prendre contact avec M. Mantas quelques jours avant la date de début de mon activité et, sans réponse à mes courriers électroniques, je l’ai appelé.

« J’ai trouvé quelqu’un d’autre pour ce travail » m’annonce-t-il d’un ton sec.

Pour avoir plus d’explications, je lui ai demandé un rendez-vous et, une semaine plus tard, l’ai rencontré dans son bureau au sein du HPM.

À peine arrivée, M. Mantas me signale qu’il n’a pas de temps à m’accorder et qu’accepter ce rendez-vous relève de l’« exception » pour lui. J’ai répété mon objet d’étude et réaffirmé ma volonté de participer à l’équipe. Alors, il me répond :

« J’ai quelqu’un d’autre pour ça. Tu pourras récupérer les réponses des questionnaires, une partie maintenant et une partie plus tard […] comme ça on pourra profiter de toi et tu pourras profiter de nous ».

Face à mon insistance concernant l’accès à l’institution, il me répond :

« Apporte une lettre de ton université disant que tu dois faire un stage ».

Malgré son rôle de facilitateur « exceptionnel », après notre deuxième rencontre dans l’hôpital psychiatrique, le colonel ajoute des obstacles supplémentaires en m’imposant un long chemin administratif (multiplication des documents à fournir, dont certains quasi-impossibles à obtenir, retards, nombreux échanges téléphoniques sans résultat[7]) qui repoussera mon entrée sur le terrain d’un mois où je découvrirai ensuite que c’est lui qui définira les conditions de ma recherche.

 

De la « faveur » à l’« exception » : la construction sociale d’une dette

Quelques jours après notre échange avec M. Petros et grâce à la personne qui m’a mise en contact avec lui, j’ai appris qu’il attendait de moi une récompense pour son offre : il espérait que je devienne son passeport pour entrer dans le milieu universitaire français. Selon la théorie de Marcel Mauss, l’échange de dons obéit à une règle selon laquelle un don oblige le récepteur à l’accepter tout en l’engageant à en rendre un à l’émetteur (2007). Or, en reconnaissant la générosité de mon intermédiaire et en acceptant le contact qu’il m’offrait, je devrais le gratifier pour sa prestation en lui offrant des contacts dans les universités françaises. Par ailleurs, M. Petros évoque durant notre discussion que c’est une autre dette, celle du colonel Mantas envers lui, qui lui permet d’intercéder en ma faveur. Cette information sert à renforcer mon adhésion à une dette en rappelant son rôle de créancier et ma place de débiteur.

Comme certains auteurs l’indiquent, le bénéfice réciproque entre l’enquêtrice et les enquêtés peut rendre plus accessible le milieu étudié mais ne garantit ni les bonnes conditions, ni l’acceptation définitive du chercheur ou de la chercheure (Wyart, Fait, 2013). La dernière négociation avec M. Mantas lui permet de m’imposer de nouvelles conditions d’entrée ; je ne ferais plus moi-même mon enquête mais je récupèrerais les données d’une enquête faite par un autre. Dans ce cas, la contre-offre du colonel d’apparence égalitaire (« on pourra profiter de toi et tu pourras profiter de nous ») servira à réduire ma liberté d’action et à régulariser ma place dans l’institution.

Les correspondances avec ces hommes révèlent l’asymétrie de pouvoir entre mes interlocuteurs et moi inhérente aux caractéristiques sociales et professionnelles. Les deux hommes d’environ 50 ans partagent la même identité professionnelle et statutaire comme professeurs des universités et ils ont des affinités avec l’institution militaire. Grâce à ces traits, ils bénéficient d’une place dominante incontournable, tandis que mes caractéristiques me renvoient à la place de dominée : je suis jeune (27 ans), doctorante en sociologie sans aucune affiliation à l’armée. Ces dissymétries de statut permettent à M. Petros de souligner l’infaisabilité de cette recherche en jouant le rôle du « professeur universel » (Darmon, 2005 : 103) se substituant au directeur de thèse, donnant son avis en guise de conseil à appliquer. En tant que professeur de psychiatrie, il se permet d’avoir un avis sur les mécanismes psychiques de son interlocutrice en interprétant le choix scientifique d’étudier l’armée comme un trouble psychique.

En ce qui concerne les échanges avec le colonel Mantas, ses expressions verbales (des phrases de contenu ambigu, des propositions présentées comme profitables à chaque partie) accompagnées par des signes non verbaux qui « viennent à l’appui de la communication » (Peretz, 2004 : 90) comme le ton de la voix, l’évitement de regarder dans les yeux, la posture du corps et l’exercice d’une activité en parallèle (signature de documents, rangement de son bureau), servent à mettre l’enquêtrice dans une position de dominée (Chamboredon et al., 1994). Comme je le réaliserai plus tard, ce comportement visait aussi à conditionner ma place dans l’institution en signalant notre écart statutaire (lui en tant que colonel directeur du HPM, moi comme civile demandeuse d’un stage), et à souligner la position prépondérante du psychiatre sur la sociologue dans la structure du service.

 

Un terrain marqué par des blocages spatiaux et symboliques

Le HPM offre plusieurs services médicosociaux installés dans un bâtiment de trois étages à l’intérieur d’une caserne militaire : un laboratoire de sciences physiques, une clinique qui propose des consultations généralistes, cardiologiques, microbiologiques et radiographiques et un centre de réhabilitation[8]. Le cœur de l’hôpital bat au premier étage, partagé entre le service psychiatrique (SP), le service central et le plus reconnu, et le service polyvalent de santé psychique (SAP), séparés par une porte vitrée fermée à clé.

Ces espaces se distinguent de plusieurs façons. Le rôle du SP est d’offrir des consultations, d’établir des diagnostics, de prescrire des médicaments aux patients avec la possibilité d’une hospitalisation courte si nécessaire. Le passage par le SP constitue une étape indispensable d’une chaîne administrative militaire de haute importance. Si un appelé a fait une tentative de suicide, on y décide s’il est apte à achever son service ou s’il doit être exempté, et par conséquent renvoyé au Comité d’exemption. Comme les fonctions de la clinique psychiatrique sont à la fois médicales et administratives, les appelés suicidaires[9] qui seront exemptés, ce qui en constitue la grande majorité, ne viennent au service qu’une fois par an[10]. Le colonel Mantas directeur de HPM est également à la tête du SP avec un pouvoir décisionnel incontournable car c’est lui qui orchestre la consultation et établit le diagnostic. Ce service est également marqué par la prédominance de l’identité militaire, les membres du personnel portant des uniformes[11], et par une hiérarchie masculine[12].

Le SAP est un centre de soins d’orientation psychothérapeutique offrant des séances de consultation, des groupes de parole, des activités alternatives sans recourir à la prescription médicamenteuse. Celui-ci offre des consultations après des tentatives de suicide et héberge la ligne téléphonique d’urgence à laquelle s’adressent les appelés suicidaires, leurs familles ou encore leurs co-appelés. Les psychologues du SAP venant de tous les corps des forces armées (marine, armée de terre et armée de l’air) se chargent aussi de faire de la recherche en collectant des données à propos des comportements suicidaires. La représentation forte des femmes (10 femmes et un homme) et la direction assumée par la lieutenante-colonelle infirmière Violeta attestent de la prédominance féminine au SAP.

Lors de mon premier jour de stage, le directeur Mantas m’a placée dans le SP. Dès les premiers jours, les membres du groupe ont insisté sur l’intérêt des travaux du SAP pour ma recherche. Leurs encouragements m’ont amenée plusieurs fois à demander la clé qui permettait d’accéder à ce service, et que détenaient les infirmiers. Toutes mes tentatives furent vaines ; une autre personne avait déjà cette clé, cette personne se proposait de m’accompagner mais ne venait pas au service le lendemain ou se trouvait surchargée, l’adjudante m’assignait une tâche ne me laissant pas le temps de la solliciter de nouveau.

Quatre jours avant la fin du stage, la directrice du SAP, passant par hasard au SP s’est rendue compte de mon existence. « Mais toi tu devrais être avec moi ! », dit-elle étonnée après que nous nous fûmes présentées. Elle a donné immédiatement l’ordre qu’on m’ouvre la porte quand je le souhaitais, a pris soin d’informer les professionnels du SAP de mon arrivée, m’a proposé de participer à une séance de formation sur la gestion de crise après une intervention militaire organisée par le SAP et de rester une journée pour observer le fonctionnement de la ligne téléphonique. De plus, elle m’a garanti l’accès à des documents et actes de colloques relatifs au suicide.

Cette porte à serrure sans clé symbolise les multiples facettes des limites de ce terrain. Dans un premier temps, ce portail divise l’espace en deux zones : une zone accessible, là où la sociologue est placée, et une zone inaccessible, endroit où la sociologue est interdite d’accès. Dans un second temps, cette barrière spatiale constitue une vraie frontière matérielle aux données d’enquête. D’un côté de la porte, dans un espace contenant des matériaux lointains et « inintéressants[13] » de sa recherche, la sociologue est tolérée tandis que de l’autre, là où les données sont riches, elle ne peut accéder. Le blocage d’accès aux données est masqué par l’impossibilité de franchir cette porte, qui, au vu des multiples sollicitations éconduites, peut être interprétée comme un refus de terrain oblique masquant une interdiction d’enquêter : on ne dit pas explicitement « non » à la chercheuse, on l’accueille dans un terrain semblant ouvert mais truqué.

Il s’agit sans doute d’une façon efficace de contrôler l’enquêtrice et de protéger des données classées « confidentielles ». Comme l’explique Daniel Bizeul, les espaces sociaux qui tiennent des informations limitées à un cercle d’acteurs restreint exigent l’autorisation des responsables pour s’ouvrir et dans ces milieux les chercheurs peuvent faire l’objet d’obstructions de la part des agents du terrain (1998). Afin de comprendre le caractère de cette interdiction rencontrée dans mon terrain, il faut se pencher sur les caractéristiques de l’institution et sur les enjeux d’une potentielle ouverture d’accès.

L’armée de terre constitue une « institution totale » (Goffman, 1968 : 41) qui base son fonctionnement sur un contrôle impérieux de l’information par l’engagement de ses membres à respecter le « script de l’incommunicabilité » (Paveau, 2000 : 53). Toute infraction à cette règle peut être sanctionnée par une rétrogradation voire même un emprisonnement[14]. Or, permettre à une chercheuse civile de consulter des archives et de mener des entretiens auprès des publics de l’institution dont les résultats seront potentiellement publiés constituerait un vrai risque. Le renforcement des contrôles et l’implantation des barrières s’avèrent plus qu’indispensables et permettent de prendre des mesures pour arrêter l’enquête au point où elle deviendrait dérangeante : devant la porte du SAP.

Pour mieux comprendre ce blocage, il faut prendre en compte les difficultés inhérentes au sujet de l’enquête. Le suicide des appelés constitue un phénomène qui préoccupe la société grecque depuis longtemps. Dans les années 1980, les militants de gauche et anarchistes qui ont participé au « Mouvement pour l’armée »[15] (1980-1985) ont réussi à révéler le caractère politique des morts volontaires des appelés (Panayotopoulos, Pantazis, 2010). Malgré les efforts incessants des associations militantes[16] et des journalistes pour démontrer l’ampleur du phénomène, l’armée tient le monopole de la gestion de celui-ci et des données qui en découlent (Drongiti, 2019). Même si la sociologue ne se trouve pas dans un terrain « miné » (Albera, 2001 : 9), elle touche un phénomène sensible dont les données sont soigneusement maintenues en interne.

Comme mes échanges avec M. Mantas l’avaient laissé sous-entendre et comme cela a été prouvé par l’enquête de terrain, la structure de l’espace médico-militaire est basée sur une combinaison de grades et de spécialités, classant les professionnels dans des échelles et incitant des relations d’infériorité et de supériorité entre eux/elles (Coton, 2017). Par exemple, le colonel psychiatre Mantas était au sommet de la hiérarchie avec sous sa direction l’ensemble des employés de l’hôpital. En ordre décroissant, on trouve les psychiatres et les psychologues au grade d’officiers et de sous-officiers, les infirmiers et les infirmières sont en dessous, et à la l’échelle inférieure on a l’adjudante psychologue responsable du groupe de prévention. Au bas de la pyramide se trouve le groupe de prévention formé par des stagiaires civils et par des appelés attachés au service sanitaire.

La distinction en grades se projette également dans l’espace du SP. Le directeur du HPM ainsi que la lieutenante directrice des infirmiers de l’hôpital ont leur bureau au rez-de-chaussée et par conséquent tous deux ne sont jamais mélangés ni avec le personnel ni avec les patients. Sur le long couloir du premier étage, on trouve un bureau nommé « Bureau des médecins », lieu de travail du groupe de prévention psychosociale, un autre espace pour les infirmiers avec un guichet ouvrant sur le couloir, le bureau de la directrice des infirmiers du SP, un espace qui sert à la fois de bibliothèque et de bureau utilisé principalement par les psychiatres ainsi que deux chambres pour les hospitalisés.

Mes tentatives de pénétrer ces espaces et d’établir des relations qui pourraient me donner accès aux entretiens ont échoué. Je n’avais pas le droit d’accéder aux autres bureaux, alors que les professionnels appartenant à des couches supérieures le pouvaient. Or, ce blocage spatial dans le SP signifiait également mon blocage symbolique dans l’échelle la plus basse de la hiérarchie du HPM qui, à son tour, imposait des restrictions symbolico-spatiales. Ma place ne prévoyait aucune autonomie de mobilité ou d’action, ainsi je ne pourrais pas mener des entretiens seule.

Ce terrain verrouillé s’est révélé aussi inintéressant à l’égard de mon questionnement initial : au moins dix appelés suicidaires sont passés par le SAP tandis qu’en SP nous n’en avons accueilli qu’un seul. Je n’avais accès qu’aux démarches bureaucratiques militaires sans aucune vision sur le travail de prévention et de prise en charge des suicidaires.

 

Hostilité, violence et sabotage dans le terrain

Ignorant que je n’étais pas dans mon « vrai » terrain, je suivais les activités du SP dont le fonctionnement s’articule autour de l’événement de la « visite », de l’examen clinique. Du lundi au vendredi, le service accueille des ayants droit en consultation où le directeur amorce un entretien avec le patient, décide d’un traitement, signe l’ordonnance et passe à la personne suivante. En cas de doutes ou s’il a besoin d’informations supplémentaires, le psychiatre s’adresse aux militaires « psy » et à l’adjudante psychologue, responsable de l’équipe de stagiaires. Les autres personnes sur place, infirmiers, directrices d’infirmiers, appelés du Groupe de prévention et stagiaires sont des observateurs et observatrices silencieuses.

Je faisais partie du groupe chargé de la prévention psychosociale, un collectif, coordonné par l’adjudante psychologue Maria et composé de deux appelés et de trois stagiaires civils : Anna, Giorgos et moi-même. Durant la consultation des patients par M. Mantas, nous prenions des notes de ses décisions et des réponses du patient. À la fin de la visite, le groupe réalisait des entretiens collectifs avec les patients arrivés après la visite, qui seraient examinés lors de la visite du lendemain et avec les hospitalisés pour recueillir des informations sur l’évolution de leur état. Nous enregistrions des informations relatives à leur profil sociodémographique mais les questionnions aussi sur leurs sentiments et leur vécu dans l’armée[17]. En combinant les notes prises au cours de la visite et celles des rencontres post-consultation, nous effectuions l’enregistrement des entrées et sorties de la clinique, la mise à jour du dossier médical et du diagnostic du patient.

J’ai reçu un bon accueil de la part des stagiaires civils grâce à nos points communs : la provenance de la même université grecque, notre identité étudiante et notre parcours français commun avec Giorgos[18]. Pourtant le climat amical et convivial a progressivement changé en prenant une forme de harcèlement sexuel.

Giorgos avait développé certaines attitudes (sollicitation de mon carnet de terrain, fouille de mon sac, utilisation de mon portable sans mon accord) qui devenaient de plus en plus intrusives, en passant des mots doux aux gestes corporels (embrassements sur les épaules ou sur les joues par surprise, câlins, caresses, persistance à se mettre près de moi). Les résistances de ma part ont eu comme résultat une répression encore plus forte avec des gestes encore plus agressifs accompagnés par des attaques verbales sous forme d’interrogatoires focalisés sur ma vie sexuelle (« As-tu couché avec une femme ? », « Comment tu baises avec ton mec ? »), mon enfance et ma famille (« Quel est ton problème avec ton père que tu étudies l’armée ? », « Sans doute tu as un problème de libido »). Sans réponse satisfaisante de ma part, il parlait de ses pratiques amoureuses. Il faisait des remarques sur ma façon de travailler en me qualifiait de « non professionnelle », en faisant des rappels à l’ordre (« Hep, on fait pas comme ça ») ou encore des commentaires sur mes vêtements ou mon humeur. L’ensemble de ces gestes verbaux et corporels, leur connotation sexuelle et leur caractère persistant et répétitif caractérisent ce comportement comme un harcèlement sexuel dont j’ai été victime (Jaspard, 2011 ; Alemany, 2004).

Ces scènes se passaient devant toute l’équipe sans la moindre réaction de la part de mes collègues. À côté des harcèlements, j’ai subi l’hostilité des femmes de l’équipe de prévention. Deux moments décisifs ont fait basculer le climat préalablement agréable. Le premier événement a eu lieu peu de temps après mon arrivée. J’ai réagi à des commentaires discriminatoires envers les personnes homosexuelles de la part d’Anna en lui demandant d’un ton très sec d’arrêter. L’autre événement avait à faire avec le colonel Rokas, un psychiatre d’environ 40 ans que mes collègues considéraient comme « charmant » et « intelligent » qui s’installait souvent dans notre bureau pour nous parler de la psychopathologie d’un ton professoral. Lors d’un tel moment, nous avons eu une discussion sur la prévention des suicides dans l’armée et il m’a confié un document confidentiel à lire. J’ai saisi l’occasion pour lui demander si je pourrais mener des entretiens à part du groupe quand cela serait nécessaire et il m’a donné son accord.

Cette scène, qui s’était déroulée en la présence de Maria et Anna, combinée à ma réaction anti-homophobe a eu comme conséquence mon exclusion immédiate de toutes les activités que l’on partageait auparavant : partir ensemble avec la voiture d’Anna pour réduire le temps de trajet, organiser les tâches de travail, avoir des discussions diverses, des pauses communes. Elles ont commencé aussi à saboter mon travail. Anna est intervenue au moment où je faisais un entretien avec un appelé du groupe de prévention. Elle m’a arraché les notes en disant « J’ai envie de voir ». Malgré mon insistance sur le fait qu’elle nous interrompait, elle est restée au-dessus de ma tête à lire mes notes. L’entretien était interrompu et l’appelé n’a plus voulu me parler.

L’événement le plus violent a eu lieu avec l’appelé Nikos, un homme de 26 ans qui avait fait une tentative de suicide quelques mois auparavant. Lors de notre premier entretien, Nikos disait qu’il ne se souvenait pas comment il avait fini par « tomber[19] ». Maria, pour prouver que Nikos ne voulait pas m’en parler, l’a convoqué le lendemain dans notre bureau. L’entretien a duré une heure, le plus long que j’ai vu. Nikos était suivi et accompagné par un appelé sociologue attaché au Groupe de prévention psychosociale lors de sa tentative de suicide. Marias pressait Nikos d’avouer avoir fait une tentative de suicide et ses interrogations étaient focalisées sur cet appelé sociologue qui avait aidé Nikos. Maria, adjudante psychologue, essayait de prouver la prédominance de la psychologie sur la sociologie[20].

 

Angeliki Drongiti
Esprit critique, 2020, Dossier "La réflexivité dans et par la recherche", vol.30.1, p. 198-228.

Maria, l’adjudante psychologue au cours de l’entretien interrogatoire de l’appelé Nikos. Dessins extraits du cahier de terrain (07/08/2014)

 

La sociologue illégitime dans une institution d’ordre psychiatrique

Loin de l’impact émotionnel que ce dernier événement a eu sur mon moral, il m’a servi à comprendre d’où l’hostilité de l’adjudante provenait : mon champ d’études. Mes caractéristiques professionnelles me classaient comme « étrangère » en fonction des profils des individus qui peuplaient le HPM (Bizeul, 2007 : 75). Je n’étais ni infirmière, ni psychologue, ni psychiatre et ainsi je ne pouvais facilement être cartographiée par les populations en place. Mon étrangéité tirait son origine de mon appartenance à une spécialité disciplinaire méconnue dans l’espace médico-militaire. La science de la sociologie est une terre inconnue pour l’armée grecque qui, à l’opposé de l’armée française, ne recrute pas de sociologues. Les quelques sociologues dans l’institution militaire sont les appelés qui sont attachés au service sanitaire, placés soit dans des casernes pour prévenir et traiter les crises psychologiques de leurs collègues soit au sein des hôpitaux psychiatriques. C’est de là que provient mon association à une place inférieure réservée aux appelés sociologues. Donc, à cause de mon domaine d’études rarement impliqué dans le champ médical (Darmon, 2008) et militaire, j’ai été « étrangère » tant pour l’institution militaire en général que pour cet établissement précis.

De plus, le suicide est un phénomène dont l’interprétation est monopolisée par des psychiatres, des psychologues (Morselli, 1971 ; Koulouris, 2017 ; Mills, 2017) et des médecins (Douglas, 1966 ; Peneff, 2009). Ces trois professions dominent également la prise en charge et la prévention des suicides au sein de l’institution. Mon titre de sociologue combinée à ma provenance civile et mon intérêt pour un sujet a priori du domaine de la psychologie et la psychiatrie ne me classaient pas seulement à la place de dominée mais me cataloguaient aussi comme illégitime.

Les hostilités de la part de Maria peuvent être interprétées comme un double rappel à l’ordre. Premièrement, il s’agit d’un avertissement disciplinaire, démontrant avec l’entretien interrogatoire de l’appelé Nikos que le suicide n’est pas une affaire de sociologues. Deuxièmement, bénéficiant de la permission du psychiatre Rokas de mener des entretiens seule, je semblais échapper à son autorité et sortir du cadre hiérarchique. Ainsi, cette animosité servait à exprimer son « dégoût », comme dans le cas de l’enquête de Patrick Bruneteaux dont les actions considérées comme des signes de dénonciations ont connu des ripostes verbales et non verbales (Bruneteaux, 1995 : 120). De plus, outre une façon d’exprimer son mécontentement, les réactions de l’adjudante servent à mettre en évidence sa supériorité hiérarchique.

 

Des conséquences matérielles et symboliques     

Mon cantonnement à l’espace du SP combiné avec le harcèlement sexuel et les hostilités a eu un impact important, matériel et symbolique en affectant tant la récolte des matériaux que mon moral. Les sabotages de la part de mes collègues ont réprimé ma liberté d’action accordée par le colonel Rokas et ne m’ont pas laissé la possibilité de rencontrer des interviewés en toute tranquillité. Le fait que mes collègues aient l’habitude de solliciter mon carnet a rendu la prise de notes impossible, en grec ou en français[21]. Par crainte que Giorgos et Anna ne fouillent mes affaires, j’ai fini par garder mon sac avec moi dans tous mes déplacements et je vérifiais toujours ne rien avoir laissé derrière moi. Partageant le trajet de retour avec Giorgos, je prétendais souvent avoir un rendez-vous, quittant le bus au milieu du nulle part pour éviter ses gestes déplacés. La persistance du harcèlement en dehors du HPM dans les moyens de transports couplée avec l’impossibilité de prendre des notes a eu comme conséquence la prolongation de mes journées. J’ai doublé mon temps de trajet (déjà long, 2h en moyenne) et de travail car, de retour chez moi, je me mettais à prendre des notes. De plus, dans cette période, j’ai développé des stratégies vestimentaires en guise de « levier de contrôle » (Barbier et al., 2016 : 661) de mon corps et mon esprit ; malgré les hautes températures estivales, j’optais pour les manches longues, les chaussures fermées et les pantalons longs pour mes journées dans le HPM.

Dans la vie quotidienne personnelle, suite à cette violence, j’avais des difficultés à dormir, je faisais des cauchemars, j’avais peur de sortir de chez moi seule et je demandais souvent à être accompagnée par des amis, surtout par des hommes.

 

Troubler l’ordre genré de l’institution

 

Même si mon exclusion et mon oppression sont des résultantes de mes traits sociaux, mes péripéties de terrain semblent être fortement ancrées dans mon appartenance au sexe féminin. En tant que jeune étudiante sociologue civile parmi des militaires spécialistes de la santé psychique, j’étais également une femme parmi des hommes.

 

L’armée de terre grecque : une institution masculine

Afin de comprendre le rôle que le genre a joué dans le terrain, il est ainsi indispensable d’étudier minutieusement les ordres genrés de cette institution. Depuis la fondation de l’État grec, l’armée de terre constitue un appareil étatique de la défense nationale composé par des appelés civils et par des militaires de carrière. L’institution est demeurée un espace monosexué jusqu’en 1949, date d’entrée des femmes. Pourtant ce n’est que durant les années 1990 que les femmes n’occuperont plus exclusivement des postes dans l’administration ou au service sanitaire mais qu’elles pourront rejoindre aussi des postes combattants, abolissant ainsi le monopole masculin du combat (Karabelias, 2009).

Cette apparition tardive a une triple conséquence : les femmes dans l’armée correspondent seulement à 2,6 % du total des militaires de carrières[22] ; on observe une surreprésentation des femmes militaires dans les métiers des soins et de l’administration ainsi qu’un décalage au niveau des grades. Par exemple, jusqu’en 2013, le grade le plus haut d’une femme militaire était celui de général de brigade pour la profession d’infirmière (Kaffes, 2013). Comme Andrée Michel l’a démontré, l’entrée des femmes dans un espace d’hommes ne signifie pas le changement radical du sexisme institutionnel en une division égalitariste du travail (Michel, 1995).

En même temps, la conscription constitue une étape incontournable de la vie de jeunes hommes. Séparés du monde civil et des femmes, comme les Grands Hommes Baruya de Maurice Godelier (1996) vivant pour une longue période dans les maisons des hommes, l’armée leur propose un apprentissage du rôle masculin selon le modèle d’une identité masculine conventionnelle (Dupuis-Déri, 2012) hétérosexuelle et un renforcement de la virilité à travers des activités dites masculines (Falconnet, Lefaucher, 1975). Il s’agit d’un rite d’initiation (Van Gennep, 1992), qui concrétise le passage d’un âge à un autre (Bessin, 2002) et dont l’objectif est d’offrir une préparation aux hommes pour assumer le rôle du dominant dans la vie civile (Devreux, 1997) et le monopole masculin sur l’exercice de la violence et ses instruments (Tabet, 1979). Ainsi, l’accomplissement du service militaire signifie l’acceptation de l’individu d’être « conformé aux règles sexuées de la société » (Selek, 2014 : 41).

Le pouvoir décisionnel des hommes, leur suprématie aux grades supérieurs et aux postes névralgiques, la mixité inégalitaire entre militaires hommes et militaires femmes et la conscription masculine démontrent à quel point l’armée de terre grecque constitue un espace social de dominance masculine, une « institution masculine », comme le dit Anne-Marie Devreux pour l’armée de terre française (1992 : 164).

Comme c’est un espace qui sert à « produire la classe des hommes » (Falquet, 2014 : 24), il sert également à reproduire la forme idéologique des rapports sociaux de sexe qui hiérarchisent les hommes comme supérieurs et les femmes comme leurs inférieures. De cette façon, l’institution militaire pense les femmes et pense à la place des femmes, non seulement celles qui la rejoignent en tant que professionnelles mais aussi les civiles.

Comme Cynthia Enloe l’a défini, l’institution militaire prévoit cinq profils possibles pour les femmes : l’infirmière qui s’occupe des blessés au combat, l’ouvrière employée dans l’industrie militaire, la professionnelle de l’institution, la prostituée fréquentée durant les sorties de la caserne et les épouses des militaires (1983). À propos de cette dernière catégorie, la famille constitue une formation sociale très valorisée pour l’armée dans laquelle les femmes trouvent leur place « naturelle » en tant qu’épouses (Yuval-Davis, 2013) et en tant que mères (Michel, 1995).

 

Une femme parmi les hommes

Quand, durant la période des négociations, M. Petros interprète mon sujet de thèse comme le résultat d’une psychopathologie, son approche ne s’inscrit pas exclusivement dans la dynamique de la domination scientifique entre psychiatres et psychologues mais elle manifeste aussi une domination genrée. M. Petros met en question la raison de mon choix dont l’objectif est de déstabiliser mon intégrité scientifique et il déplace le problème d’accessibilité de l’institution vers moi en laissant comprendre qu’il n’est pas normal qu’une jeune femme s’intéresse à un sujet morbide qui a lieu dans une institution réservée aux hommes. Son argument va dans le même sens que celui du professeur rencontré dans le cadre du master qui souligne l’infaisabilité de cette enquête explicitement par le fait que je suis une femme, et qu’ainsi il n’est pas « normal » d’entrer dans un monde d’hommes.

Cependant, il existe un autre lien familial, en dehors de celui d’épouse qui joue un rôle crucial pour l’acceptation dans un espace militaire et peut prendre le pas sur d’autres caractéristiques sociales d’une personne a priori conçue comme une intruse : celui de fille de militaire. La sociologue Christel Coton a démontré à quel point son accès dans le terrain a été conditionné par la profession militaire de son père, comment les responsables militaires ont pu comprendre son choix de rejoindre l’armée par son rapport familial et ont été rassurés de ses bonnes intentions (2018). Selon la filiation patrilinéaire, les filles non mariées sont toujours unies avec leur père. La parenté dans ce cas est un « vecteur de la transmission familiale[23] » (Combes, Devreux, 1991 : 51) et un levier de transmissions des biens symboliques, comme la notoriété, le prestige, etc. Pour l’institution militaire, la fille (ou le fils comme les pratiques du « piston » le révèlent) d’un professionnel de l’armée peut bénéficier d’un traitement différencié et de la protection des autres membres de l’institution basés sur la collégialité avec son père et le lien patriarcal. Dans mon terrain, cet exemple était incarné par Anna qui, en tant que fille de militaire, bénéficiait d’une liberté de parole et d’action, de la tolérance de la part des supérieurs militaires, de l’autonomie de mener des entretiens et osait poser des questions et faire des suggestions au directeur durant la visite.

Ainsi, c’est en tant que femme sans aucune filiation avec l’armée et en écart avec l’image stéréotypée de la féminité que j’ai été cataloguée comme un corps étranger. Mon célibat ainsi que mes études supérieures et mon insertion dans l’univers académique intellectuel renforçaient mon étrangéité vis-à-vis des normes genrées féminines telles que perçues par les militaires. Appartenant au sexe féminin, j’ai été en conflit avec la logique militaire d’exclusivité masculine de l’armée et ma transgression de genre troublait encore plus l’ordre sexué de l’institution.

Durant le stage, j’ai été beaucoup plus souvent renvoyée à mes attributs sexués qu’à mes autres traits. Au contraire, mes autres caractéristiques semblaient s’éclipser et ne pas être prises en considération. Il est significatif que personne d’autre, à part mes collègues de l’équipe de prévention, le colonel Mantas et plus tard la lieutenante-colonelle Violeta, ne connaissait mon identité professionnelle. L’exemple suivant illustre bien la façon selon laquelle mon identité sexuée perturbait le terrain. Au milieu de la période du stage, l’infirmier Takis (qui ne m’avait jamais adressé auparavant la parole malgré nos rencontres quotidiennes) me demande d’intervenir lors d’une crise d’une patiente. Je lui explique que je suis sociologue et ce n’est pas tout à fait mon domaine :

« Mais tu es une femme, fais quelque chose ».

Sociologue ou psychologue, ma spécialité ne jouait aucun rôle quand les expressions des rapports de sexage prennent la forme de « la charge physique des membres invalides » (dans ce cas une patiente malade), (Guillaumin, 1978 : 10).

De plus, mes autres caractéristiques de civile, de jeune et d’étudiante ne m’étaient pas spécifiques : Anna et Giorgos étaient de la même tranche d’âge que moi, venaient également du monde civil et étaient associés au monde universitaire. Malgré nos traits sociaux communs, mon expérience baignait dans la violence tandis que la leur semblait de se passer agréablement[24]. Notre seule différence s’appuyait sur deux éléments de l’ordre du genre : Giorgos était un homme, et ainsi il était pleinement libre de s’exprimer et d’agir comme il le souhaitait et Anna, comme je l’ai expliqué, était fille de militaire.

Le comportement de mes collègues femmes, leur manque de réactions quand une violence se déroule devant leurs yeux sur une de leurs collègues et leur hostilité envers cette même personne, peuvent s’expliquer par une volonté d’être assimilées à la catégorie qui domine, celles des hommes. Elles passent sous silence le problème pour ne pas apparaître comme dérangeantes vis-à-vis des hiérarchisations genrées de l’institution. Une potentielle solidarité ou un effort pour protéger la « nouvelle » dans le service pourrait les faire apparaître comme « responsables d’une distance à l’égard de certains collègues, responsabilité qui découlerait de leur mise en garde » (Alemany, Mozo, 2005). Ces collègues préfèrent ainsi former un binôme solidaire en se distinguant de la femme harcelée de leur équipe.

Isabelle Clair explique que les convictions féministes de la chercheuse l’amènent souvent à agir en solidarité avec des enquêtées qui subissent des violences (2016). En renversant les rôles, on pourrait supposer que des enquêtées féministes s’impliqueraient dans le soutien de la sociologue également. Dans le cas de mon stage, Anna, Maria et moi nous ne partagions pas les mêmes idées féministes. Au contraire, comme je l’ai indiqué plus haut, elles avaient exprimé clairement leurs sentiments homophobes et elles partageaient une vision du monde proche des stéréotypes associés aux personnes de l’un ou de l’autre sexe. Je suppose que mes tentatives de revendiquer mon autonomie, d’échanger d’égal à égal avec un homme supérieur psychiatre et explicitement admiré par mes collègues, m’ont cataloguée comme une femme qui cherchait à être du côté des hommes. Leur hostilité peut ainsi être analysée comme une sanction de ma transgression des normes du genre au sein du groupe de prévention.

En ce qui concerne le harcèlement moral et sexuel que j’ai subi de Giorgos, je ne suis pas en mesure de formuler une explication sociologique de son comportement violent. Comme je l’ai expliqué auparavant, à mes yeux nos caractéristiques communes inciteraient plus une convergence sur la base de ces similitudes qu’une agressivité. Le harcèlement moral et sexuel est toujours de l’ordre genré (Gasparo, 2003). Je suppose que Giorgos en tant qu’homme civil qui n’a pas encore accompli ses obligations militaires subissait une rétrogradation de son identité masculine dans un univers où les « vrais » hommes sont seulement les militaires de carrière et par cette une sollicitation d’ordre sexuel non souhaitée essayait de réparer sa virilité blessée. Cette hypothèse ne fait-elle pas écho aux expressions particulières de l’oppression des femmes et encore plus rigoureusement à « l’obligation sexuelle » théorisée par Colette Guillaumin (1978 : 12) et au constat d’Anne-Marie Devreux que « les rapports sociaux […] sont violents [et] se reproduisent, s’il le faut, dans la violence » (2004 : 18) ?

 

Au-delà du blocage de l’enquêtrice : un sabotage de l’ordre des rapports sociaux de sexe

La rencontre fortuite avec la directrice du SAP a transformé cette porte d’une barrière en un point de passage. Selon Aude Wyart et Nicolas Fait, toutes les enquêtes comprennent des accidents, des « heureux hasards » et des surprises qui constituent des indicateurs du rythme et de la structure de la vie sociale du terrain (2013). Dans le cas de ma recherche, l’apparition soudaine de Mme Violeta bouleverse le déroulement d’un terrain piégé et grâce à sa place valorisée dans l’hôpital militaire, elle m’offre l’entrée dans le « bon » endroit du terrain. Pourtant, derrière ces gestes qui ont assuré mon blocage, j’ai découvert un sabotage de l’ordre des rapports sociaux de sexe.

Grâce aux entretiens avec des appelés du groupe de prévention, j’ai appris que le SAP rencontrait de plus en plus de succès en mettant en péril le SP. Ainsi, les services avaient développé une « sorte de rivalité[25] ». De plus, le chapeautage de l’espace des soins alternatifs par l’État-major des armées rendait cette « menace[26] » concrète du fait que le SP faisait partie de l’État-major de l’armée de terre. Ainsi, le SP risquait sa fusion avec le SAP et ainsi une potentielle subordination à celui-ci.

En fonction de leur répartition genrée, ces deux services représentent « deux classes de sexe » en opposition : le SP très peu féminisé représente la classe des hommes et le SAP fortement féminisé la classe des femmes (Guillaumin, 1978). La classe des femmes devient plus puissante et bénéficie d’une autonomie tandis que la classe des hommes perd de sa valeur, ce qui incite une réaction de leur part. Comme Anne-Marie Devreux l’a démontré, les dominants luttent pour maintenir leur pouvoir et ils résistent à n’importe quel changement social qui met en cause leurs profits afin de protéger leurs privilèges (Devreux, 2004). Comme le service des hommes ne peut ni s’approprier le travail du service des femmes ni prendre le contrôle de ses activités pour des raisons administrativo-hiérarchiques, il exprime sa « résistance » à l’évolution professionnelle du service des femmes à l’occasion de mon stage.

Le rapport de domination que j’ai subi, concrétisé notamment par mon enfermement, voire mon « verrouillage » dans l’espace où ma recherche ne pouvait justement pas progresser, et qui a eu pour moi des conséquences autant matérielles que symboliques peut être interprété comme une stratégie de sabotage du directeur du HPM du travail des femmes qui aurait pu profiter d’une personne potentiellement utile pour son bon fonctionnement ou encore pour l’accroissement de sa valeur.

 

Transformer les obstacles en sources dans un terrain impraticable

L’exercice d’analyse réflexive constitue pour les sciences sociales une étape importante pour éclairer et comprendre ce que l’enquêteur ou l’enquêtrice fait au terrain[27]. L’économie des rapports sociaux, les hiérarchies et les normes qui marquent un terrain se projettent sur les sociologues qui s’y engagent. Alors, mes caractéristiques sociales et mon genre en particulier ont eu un effet sur la définition même de mon objet et la mise en œuvre d’une démarche réflexive semble pouvoir permettre de comprendre et de révéler les « choix » que l’on opère en tant que chercheurs ainsi que les informations auxquelles on accède.

Mon expérience en tant que stagiaire dans un hôpital psychiatrique militaire en Grèce est ainsi parlante de l’institution militaire. Les négociations et les refus soulignent le caractère fermé et total de cette communauté militaire isolée, protégée et hermétiquement close pour les civils. La seule ouverture au monde ordinaire que l’armée ait prévue est le service militaire obligatoire d’une durée de 9 mois pour tous les hommes de 18 à 45 ans, en bonne santé. Afin de limiter les risques de s’exposer aux yeux civils l’institution contrôle non seulement l’entrée aux chercheurs, mais, impose aussi des restrictions symbolico-spatiales pour assurer la protection de ses données (zone infranchissable, hostilités, sabotage) et pour maintenir la sociologue à sa place.

Les analyses de ces contraintes matérielles et symboliques vécues dans l’HPM trahissent également l’ordre genré de l’institution. Suivant la logique de l’armée qui constitue une institution masculine, le HPM reproduit aussi les mêmes normes genrées en réservant aux hommes une prise décisionnelle beaucoup plus importante que pour les femmes. Moi-même, en tant que stagiaire, appartenant aux couches inférieures de la hiérarchie du service, j’ai été privée d’une liberté d’action sans l’accord d’un homme militaire. La démarche réflexive de ce point de vue permet aussi de comprendre les tensions internes liées aux rapports sociaux de sexe. Mon blocage dans un terrain truqué a dévoilé également un sabotage de l’ordre du genre envers le service « féminisé » dans lequel je devrais participer pour avoir accès à des matériaux liés à ma recherche.

C’est cette administration des rôles sexuée doublée par l’omnipotence des psychiatres et des psychologues sur la thématique du suicide, qui a influencé les refus et les négociations au début de cette enquête, a été également présente dans le terrain. En même temps, au sein de l’HPM, l’omniprésence des traits militaires signale la subordination de l’identité professionnelle associée à la spécialité par l’identité professionnelle du ou de la militaire.

Les obstacles et les péripéties du terrain ont eu une influence importante sur la collecte des matériaux d’enquête. Malgré mes attentes je n’ai réussi à rencontrer que deux personnes qui ont fait une tentative de suicide. Toutefois, j’ai pu observer le travail de prévention, fait qui m’a permis de comprendre comment l’institution pense et traite les appelés suicidaires. Ce stage m’a aussi permis de mieux appréhender les hiérarchies militaires telles que les appelés me les présentaient au cours des entretiens : la manifestation de la supériorité des gradés tout au long du service militaire : toute la vie quotidienne des appelés est construite autour de rapports de hiérarchie et de contrôle d’un groupe sur un autre, distinguant les militaires et les appelés en fonction de leur position statutaire. Par ailleurs, cette expérience de terrain a constitué une source unique d’informations qui m’a permis de croiser les données recueillies par d’autres biais et à aboutir à une objectivation. L’approche réflexive soutient que l’enquêtrice est un prisme, un spectre à travers duquel se projettent les hiérarchies sociales et les règles qui dominent les espaces sociaux qu’on étudie.

Le fait de devoir transformer les obstacles en source, permet-il de qualifier une enquête d’« impossible » ? La réponse sera positive si on prend en compte mes interlocuteurs mentionnés plus haut et l’inaccessibilité de l’armée en général. La possibilité d’enquêter dans un hôpital psychiatrique militaire m’a été donnée trois ans après mon inscription au doctorat et suite à maints efforts. Un terrain dont la porte est difficile à ouvrir n’est pas forcément impossible, il exige de la patience de la part des chercheurs et aussi une abondance de temps pour enfin atteindre son objectif de passer à l’étape de recueil de données. Il serait alors plus pertinent de parler de « portes infranchissables » que « d’enquête impossible » car, des passages alternatifs peuvent apparaître lors d’une (longue) période de préparation.

Analyser comment on y accède nécessite aussi d’étudier comment la recherche empirique se concrétise. Si on parle des « terrains difficiles » pour résumer un séjour parmi les enquêtés pas agréable, dans un environnement pas aimable, ce terme aussi mérite d’être nuancé. À partir de mon exemple, les investigations dans un milieu hostile ne sont pas en soi difficiles, elles sont difficiles à aborder. Quand l’enquêtrice se confronte aux règles déjà établies par l’institution avant sa présence – normes genrées, hiérarchies qui ne lui sont pas habituelles, protocoles à respecter – fait qui résulte à son exclusion et sa mise à l’écart, le terrain ne se ferme pas, mais il s’éloigne de nous en même temps que l’on pratique. Il en devient impraticable. Ainsi, pour un retour réflexif plus exhaustif, il est indispensable de prendre en compte les émotions et la gestion d’un terrain difficile à aborder par l’enquêtrice tout en considérant les attentes de la chercheuse lors de son intégration dans le terrain.

 

 

Références bibliographiques

Alemany C., 2004, « Harcèlement sexuel », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (dir,), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.

Alemany C., Mozo C., 2005, « Offenses, défenses et silences : Les conduites des femmes devant le harcèlement sexuel sur le lieu de travail », Cahiers du Genre, 39(2), p. 173-192.

Albera D., 2001, « Terrains minés », Ethnologie française, vol. 31, n°1, p. 5-13.

Barbier P., Bargel L., Beaumont A., Darmon M., Dumont L., 2016, « Vêtement », in Rennes J. (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, p. 659-669.

Boumaza M., Campana A., 2007, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, vol. 57, n°1, p. 5-25.

Bessin B., 2002, « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora débats/jeunesses, vol. 28, no 1, p. 34‑45.

Bizeul D., 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, vol. 57, n°1, p. 69-89.

Bizeul D., 1998, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, vol. 39, n°4, p. 751-787.

Bruneteaux P., 1995, « Manœuvres scientifiques en terrain militaire », Genèses, n°19, p. 108-121.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M., Willemez L., 1994, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n°16, p. 114-132.

Clair I., 2016, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.213, n°3, 66-83.

Combes D., Devreux A.-M., 1991, Construire sa parenté. Reconnaissance, légitimation, dénomination des enfants, Paris, CNRS (CSU).

Coton C., 2018, « Classer la sociologue, déclasser les pairs. Pratiques et registres de distinction en terrain militaire », Genèses, vol. 110, n°1, p. 133-148.

Coton C., 2017, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme, Marseille, Agone.

Darmon M., 2008, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte.

Darmon M., 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, vol. 58, n°1, p. 98-112.

Devreux A.-M., 1992, « Être du bon côté », in Welzer-Lang D., Filiod J.-P. (dir.), Des hommes et du masculin, Lyon, BIEF-Presses universitaires de Lyon, p. 147-164.

Devreux A.-M., 1997, « Des appelés, des armes et des femmes : l’apprentissage de la domination masculine à l’armée », Nouvelles questions féministes, vol. 18, n°3/4, p. 49-78.

Devreux A.-M., 2004, « Les résistances des hommes au changement social : émergence d’une problématique », Cahiers du Genre, vol. 36, n°1, p. 5-20.

De Gasparo C., 2003, « Harcèlement moral et sexuel : une approche sociologique », Cahiers du Genre, vol. 35, n°2, p. 165-187.

Douglas J., 1966, « The sociological analysis of social meanings of suicide. A selection of readings », in Giddens A. (dir.), The sociology of suicide. A selection of readings, London, The Whitefriars press, p. 5-10.

Dupuis-Déri F., 2012, « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe », Cahiers du Genre, vol. 52, n°1, p. 119-143.

Drongiti A., « Du « Mouvement pour l’armée » (1980-1985) aux associations antimilitaristes contemporaines : discontinuités, héritages et organisation de la lutte contre l’armée en Grèce », Balkanologie, vol. 15, (à paraître).

Drongiti A., 2019, Les suicides d’appelés dans l’armée de terre grecque : étude d’un fait social au prisme des institutions totalitaires et de l’ordre sexué, Paris, Thèse de doctorat en Sociologie, Université Paris 8 – Cresppa-CSU.

Enloe C., 1983, Does khaki becomes you?: the militarization of women’s lives, Boston, South End press.

Falconnet G., Lefaucheur N., 1975, La fabrication des mâles, Paris,Seuil.

Falquet J., 2014, « Préface », in Selek P., Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante, Paris, L’Harmattan.

Godelier M., 1996 [1982], La production des Grands Hommes, Paris, Flammarion.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, édition de Minuit.

Gómez C. A., 2004, « Harcèlement sexuel », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.

Gómez C. A., González C. M.,2005, « Offenses, défenses et silences. Les conduites des femmes devant le harcèlement sexuel sur le lieu de travail », Cahiers du Genre, vol. 39, n°2, p. 173-192.

Gourarier M., 2011, « Négocier le genre ? », Journal des anthropologues, n°124-125, p. 159-178.

Guillaumin C., 1978, « Pratique du pouvoir et idée de Nature. (1) L’appropriation des femmes », Nouvelles questions féministes, n°2, p. 5-30.

Jarry A., Marteu E., Lacombe D., Naji M., Farhan M., Mann C., 2006, « Quelques réflexions sur le rapport de jeunes chercheuses féministes à leur terrain (chantier) », Terrains & travaux, n°1, p.177-193.

Jaspard M., 2011, La violence contre les femmes, Paris, La Découverte.

Kaffes G., 2013, I gynaika stratiotis, Koinoniologikes proseggiseis, Athènes, Papazisi.

Karabelias G., 2009, Koinoniologia kai enoples dunameis, Athènes, Nomiki Bibliothiki.

Koulouris M.-A., 2017, Antilipseis peri autoktonias stin Ellada apo to 2000 eos simera, Mémoire de master, Athènes, Université de Panteion.

Mauss M., 2007 [1925], Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF.

Michel A.,1995, Surarmement, Pouvoirs, Démocratie, Paris, L’Harmattan.

Mills C., 2017, « « Dead people don’t claim »: a psychopolitical autopsy of UK austerity suicide », Critical Social Policy, vol. 38, n°2, p. 302-322.

Morselli H., 1971 [1903], « Problems in the study of suicide », in Giddens A. (dir.), The sociology of suicide. A selection of readings, London, The Whitefriars press, p. 5-10.

Panayotopoulos P., Pantazis P., 2010, « Neolaia kai stratiotiki thiteia 1980-1987. Ypokeimenikotita kai ekdimokratismos ton thesmon stin koinonia tis epithumias », in I elliniki neolaia ston 20o aiona. Politikes diadromes, koivonikes praktikes kai politistikes ekfraseis, Athènes, Themelio, p. 369-375.

Paveau M.-A., 2000, « Les frontières discursives de la militarité », Langage et société, vol. 94, n°4, p. 45-74.

Peretz H., 2004, Les méthodes en sociologie, Paris, La Découverte.

Peneff J., 2009, Le goût de l’observation. Comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Paris, La Découverte.

Rolle V., 2017, « Abandonner le terrain des bikers », SociologieS.

Selek P., 2014, Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominant, Paris, L’Harmattan.

Tabet P., 1979, « Les mains, les outils, les armes », L’Homme, vol. 19, n°3-4, p. 5-61.

Yuval-Davis N., 2013[1997], Koinoniko fulo kai ethnos, Thessaloniki, University Studio press.

Van Gennep A., 1992 [1909], The rites of passage. A classic study of cultural celebrations, Chicago, The University of Chicago press.

Wyart A., Fait N., 2013, « Le hasard peut-il bien faire les choses ? », SociologieS.

 

 

 


[1] Ma recherche doctorale effectuée sous la direction d’Anne-Marie Devreux, explore du point de vue sociologique les morts volontaires de conscrits, ce phénomène social tabou qui relève d’un paradoxe : comment une institution qui prétend fabriquer les « vrais » hommes et les préparer à la vie civile peut-elle provoquer des comportements suicidaires ? Pour y répondre, du point de vue théorique, elle mobilise des éléments de trois champs de recherche, la sociologie du suicide, la sociologie de l’armée et la sociologie des rapports sociaux de sexe, et du point de vue méthodologique, elle combine des modes d’enquête qualitatifs et quantitatifs.

[2] Je tiens à remercier chaleureusement Anne-Marie Devreux de son accompagnement tout au long de la thèse et surtout durant la période d’enquête de terrain. Je suis également reconnaissante à Michèle Ferrand qui m’a encouragé de pousser mes analyses, à Marie Mathieu de sa solidarité et de ses relectures ainsi qu’aux collègues du CSU qui ont participé au CIRFF 2015 au Colloque « Actualité du matérialisme ».

[3] J’utiliserai dans tout le corpus du texte l’abréviation en guise de nom à des fins d’anonymisation. Les prénoms et les noms qui apparaissent dans l’ensemble du texte sont également des pseudonymes garants de l’anonymat.

[4] Cette abréviation familière se réfère aux professions relatives à la psychologie et la psychiatrie.

[5] Souvent les médecins militaires conservent des cabinets médicaux accessibles aux civils.

[6] Comme la plupart des suicides d’appelés se réalisent durant les mois d’été, mon objectif était de rejoindre l’HPM durant la période estivale afin d’accroître mes chances de rencontrer des conscrits suicidaires. M. Mantas était d’accord que je commence mon stage mi-juin. Entre notre premier contact et mon installation en Grèce, nous avons échangé des courriels et il m’avait envoyé ses articles scientifiques sur le suicide des enrôlés. Au cours de notre rencontre dans son bureau, discutant des démarches administratives à effecteur, il m’a proposé de faire le stage de « manière officielle ou pas », c’est-à-dire avec ou sans une convention de stage, c’est-à-dire d’assister aux activités de l’HPM de manière informelle.

[7] Un exemple de demande absurde à faire avec mon parcours universitaire. Ayant déjà déposé au service administratif une attestation d’inscription en doctorat accompagné d’une lettre de ma directrice et d’une autre de l’École doctorale en guise de convention de stage, on m’a demandé de fournir une attestation d’inscription en licence dans une université grecque. Sans ce papier le stage ne pouvait pas avoir lieu car mon dossier resterait incomplet. Grâce à un ancien enseignant, j’ai obtenu un document attestant une collaboration avec un département de sociologie grec.

[8] L’hôpital psychiatrique militaire tire son nom du service psychiatrique qui en est le service central et le plus reconnu. Les ayant droits sont des militaires de carrière et des membres de leur famille, tout comme des appelés. Comme ma recherche se focalise sur ces derniers, je tire des exemples exclusivement de ce groupe.

[9] Le mot suicidaire, à la fois adjectif et nom, décrit l’action de tenter de mettre fin à ses jours. Ainsi, les appelés ayant fait une tentative de suicide sont des suicidaires. Au sens du mot large se référant à « celui qui tend le suicide ». « Suicidaire », in Le Petit Robert de la langue française (2012). Comme le mot suicidant connote une maladie psychique et une personnalité a priori maladive, je privilégie le terme suicidaire qui a un caractère plus neutre et moins chargé de propriétés individuelles.

[10] La procédure d’exemption s’organise de la façon suivante : l’appelé est envoyé une première fois devant le comité qui lui accordera une période de sursis d’un an. Une fois le temps écoulé, l’appelé revient au SP pour passer de nouveau devant le comité. L’obtention de l’exemption se réalise après deux sursis consécutifs.

[11] À l’exception des stagiaires et des psychologues civils associés à l’armée.

[12] Malgré la forte représentation des femmes (9 hommes, 13 femmes), les hommes tiennent les postes névralgiques et sont plus gradés que leurs homologues femmes.

[13] Malgré leur apparent manque d’intérêt, les matériaux que j’ai réussi à recueillir sont pertinents pour mieux comprendre l’institution militaire et ses façons de traiter les suicidaires. Ce qualificatif d’inintéressant est ici employé pour souligner le décalage entre ce que je cherchais et ce que l’on m’a permis de voir.

[14] « Crimes contre les documents confidentiels ». Articles 140-146, Code pénal militaire (en grec). Ces contraintes ont fortement impacté mon enquête. Par crainte de mettre en danger mes enquêtés, j’ai privilégié les demandes informelles qui ne risqueraient pas d’être enregistrées par l’armée ; des coups de fil dans des services divers, la mobilisation du réseau familial et la stratégie dite « boule de neige » en demandant aux participants aux entretiens de me suggérer une autre personne (ou plusieurs) ayant vécu l’expérience du suicide d’un enrôlé.

[15] Le « Mouvement pour l’Armée » est le mouvement pour la démocratisation et la transformation de l’armée qui a vu le jour dans les années 1980. L’appellation est le résultat d’une traduction exacte du grec (Το κίνημα για το στρατό) et, même si en français cette phrase peut connoter une idée « en faveur de l’armée », on maintiendra la traduction fidèle en utilisant « pour » dans le sens de « en ce qui concerne ». Lire plus : Drongiti A., « Du « Mouvement pour l’armée » (1980-1985) aux associations antimilitaristes contemporaines : Discontinuités, héritages et organisation de la lutte contre l’armée en Grèce » (à paraître).

[16] Souvent les actions militantes rencontrent une répression violente. L’exemple le plus récent est la condamnation d’un des membres du Comité de solidarité aux enrôlés à deux ans de prison suite à la publication d’une accusation concernant des brimades et des conditions extrêmes dans un camp du nord de la Grèce en 2009.

[17] Si l’adjudante est présente elle orchestre l’entretien posant des questions similaires à celles du colonel Mantas durant la visite. En son absence ou sur son ordre nous irons voir les patients en groupe de deux ou de trois.

[18] Il avait participé au programme Erasmus en étudiant un semestre dans une université française.

[19] Il s’était précipité du haut des gradins du stade de sa caserne.

[20] Le cas de Nikos a reçu une grande médiatisation par les médias et les militants Grecs. Nikos avait déclaré son désir de prendre un sursis de service pour des raisons psychologiques. Les responsables ne l’ont pas tenu au courant de son départ et il a fini par être hébergé à la maison de convalescence sans avoir aucune idée sur la suite de son service. Après une semaine d’attente, il s’est jeté du haut des gradins du stade de la caserne. L’appelé sociologue qui accompagnait Nikos dans ses démarches, accusé de négligence a reçu une convocation à une enquête administrative assermentée. Le Comité de solidarité aux enrôlés a fait circuler une réclamation et a pu empêcher le procès contre lui.

[21] Je comptais sur la stratégie de prendre des notes en français pour pouvoir noter tout ce que je souhaitais. Le fait que Giorgos soit francophone ne m’a pas permis de l’appliquer.

[22] Dans les armées internationales occidentales, les femmes obtiennent cette opportunité beaucoup plus tôt. Ceci peut être associé au fait que bien que le droit de vote pour les femmes ait été accordé en Grèce en 1952, l’inscription de l’égalité des sexes ne s’est faite qu’en 1975. Selon l’OTAN, en 2000, le pourcentage de femmes dans les armées des pays membres est de 12,7 %.

[23] Un fait qui se trahit aussi en grec par la prise systématique du nom paternel toujours décliné au génitif pour souligner l’appartenance à la famille patrilinéaire.

[24] « Bon », « agréable », « enrichissant » et « bénéfique » : ce sont les caractéristiques qu’ils ont accordées à leur stage lors d’un de nos échanges. Les deux trouvaient qu’en comparaison avec d’autres structures où ils ont été stagiaires, l’environnement était plus « cool » et que la charge de travail était plus légère.

[25] Extraits d’entretiens avec deux appelés effectuant leur service au sein du HPM.

[26] Ibid.

[27] La réflexion émise au cours de la Journée d’Étude « Enquêtes en tous genres » que j’ai co-organisé avec Alice Lermusiaux et Mélodie Renvoisé a inspiré significativement mes analyses. Je les remercie également de leurs relectures et leurs suggestions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search