De la réflexivité professionnelle à la critique des pratiques

Perspectives ouvertes par la démarche « archéologique » de Foucault

 

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 169-194.


 

 

Anthony Ximenez

 

Formé aux sciences politiques et sociales et à la philosophie, ayant exercé en tant qu’urbaniste dans une agence d’architecture impliquée dans de nombreux projets de renouvellement urbain, Anthony Ximenez a commencé en 2017 une recherche doctorale en Urbanisme et Aménagement au Lab’Urba, sous la direction de Nadia Arab (UPEC). Cette recherche, menée dans le cadre d’une Convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) au sein de l’agence dans laquelle il a exercé, porte sur les problèmes pratiques rencontrés par les architectes-urbanistes dans des territoires caractérisés par la faiblesse de leur marché immobilier.

 

 

 

Dans quelle mesure un praticien réflexif peut-il développer une recherche rigoureuse et critique sur ses propres pratiques ? C’est dans le champ de la recherche urbanistique que je poserai ici cette question.

Depuis une vingtaine d’années, la figure du « praticien réflexif » est devenue une référence récurrente de la littérature académique en urbanisme. Cette expression provient des recherches de D. A. Schön (1994) qui, le premier, s’est intéressé à l’« épistémologie de l’agir professionnel » en rompant avec le modèle de la « science appliquée ». Selon lui, il existe de nombreuses professions et expertises qui ne rentrent pas dans le moule de ce qu’il nomme les « professions de haut savoir » (médecine, droit, génie civil…) constituant l’archétype du modèle de la « science appliquée ». Celle-ci repose sur l’application d’un savoir scientifique fondamental à des problèmes pratiques associés à des finalités claires. Les « professions de moindre prestige » auxquelles Schön s’intéresse n’en sont pas moins productrices de savoirs pertinents. Parmi elles : le service social, l’éducation, les sciences de bibliothèque ou encore… l’architecture et l’urbanisme.

Constatant les limites du paradigme de la « science appliquée » pour penser les professions et expertises « de moindre prestige », Schön décide de se consacrer spécifiquement à la compréhension de ces dernières. Il observe que, dans des situations si complexes qu’aucun savoir disciplinaire n’arrive à les saisir pleinement, ces professionnels parviennent peu à peu à extraire des lignes de lecture, à croiser les données, les points de vue et à proposer une solution. Il découvre que, à rebours des représentations de la « science appliquée », les professionnels ne font pas que reconnaître des problèmes et leur appliquer des savoirs tirés d’une science fondamentale : sans cesse ils interprètent, tentent des choses, reviennent en arrière… En fait, à la manière des scientifiques, mais selon des méthodes propres, ils reproblématisent en permanence les situations auxquelles ils sont confrontés.

Des démarches se réclamant explicitement ou implicitement des travaux pionniers de Schön ont été conduites depuis en urbanisme, avec l’objectif de produire une meilleure connaissance de l’« épistémologie de l’agir professionnel ». Un survol rapide nous permettra de percevoir à la fois l’attrait persistant de la notion de réflexivité professionnelle et certaines évolutions la concernant.

En 2003, dans l’introduction d’un ouvrage collectif portant sur la « mutation des savoirs dans la phase amont des projets architecturaux et urbains », Robert Prost place explicitement l’ouvrage dans une problématique schönienne en prônant l’observation de « ce que l’on dénomme, à la suite des travaux de Schön, les « savoirs en action » ». Les articles rassemblés sont un ensemble :

« [d’]études de cas relatives à des projets architecturaux et à des projets urbains en observant les expertises […] telles qu’elles s’inscrivent dans les pratiques de projet (expertises à l’œuvre). » (Prost et al., 2003 : 10).

Dans sa thèse sur « l’activité de projet dans l’aménagement urbain », en 2004, Nadia Arab emprunte à D. Schön le concept de « conversation réflexive avec la situation » pour développer une grille d’analyse de l’activité de conception (Arab, 2004 : 103). Chez Biau et Evette (2008), la notion de « praticien réflexif » est utilisée sans que son origine soit explicitée, témoignant de sa diffusion. La notion de « réflexivité » s’y étend alors à des « dispositifs réflexifs » permettant une collaboration entre chercheurs et professionnels.

En 2010, dans la revue Urbanisme, L. Devisme s’interroge sur les rapports entre « le praticien réflexif et le théoricien activiste », invitant à une « pensée par cas » qui :

« […] revient à suivre des affaires, à remonter des filières, en suivant à la trace les acteurs avec les actants, tout ce qui attache les uns aux autres » (Devisme, 2010 : 43).

Tout récemment encore, dans une thèse explorant les activités quotidiennes d’une équipe de techniciens travaillant au sein de l’agence d’urbanisme publique de Saint-Nazaire, P. Ouvrard parle de « tournant réflexif » à propos de la figure du « praticien réflexif » de Schön, soulignant à quel point cette notion de réflexivité a été assimilée à la fois par la recherche et par la pratique et combien elle est aujourd’hui valorisée par les praticiens de l’urbanisme eux-mêmes (Ouvrard, 2016 : 281-299).

Sans être exhaustif, ce panorama permet de constater que la diffusion de la notion de « réflexivité professionnelle » s’est accompagnée de la volonté de nouer davantage de liens entre recherche et pratiques. Parallèlement à la revalorisation de la réflexivité professionnelle, la banalisation progressive de la recherche scientifique peut expliquer ce mouvement. Comme l’indiquent Biau et Evette (2008), cette dernière a de plus en plus été décrite comme une activité sociale parmi les autres, affaiblissant ses prétentions à un particularisme épistémologique. Ainsi s’achemine-t-on vers :

« [cette] idée plus radicale, évoquée depuis quelques années par les sociologues des sciences, des techniques et de l’innovation, d’une recomposition des interfaces recherche/ expertise/ décision […]. Selon ces travaux, les liens entre sciences et société ne se laisseraient plus saisir par un modèle linéaire qui séparerait production académique de connaissances fondamentales d’une part et applications de ces connaissances d’autre part, mais plutôt par un modèle en réseau, montrant l’ensemble des liens réels constitués entre les chercheurs et leurs différents partenaires » (Biau, Evette, 2008 : 165).

De nombreux chercheurs en urbanisme envisagent ainsi la formation d’un espace à la frontière entre pratiques professionnelles et recherche scientifique : l’espace d’une réflexivité commune, où l’étanchéité épistémologique supposée entre pratiques et recherche serait atténuée, où le « praticien réflexif » et le « chercheur impliqué » pourraient produire de nouveaux types de savoirs sur et pour l’action, dans un contexte de changement nécessaire des modes de faire.

Malgré cet engouement partagé par les acteurs professionnels et les acteurs de la recherche pour une plus grande coopération dans la production de connaissances, les bases épistémologiques d’une telle coopération restent difficiles à définir. Un point me frappe en particulier : on envisage essentiellement la constitution de cet espace commun de réflexivité sous la forme d’une rencontre entre deux mondes, avec les enjeux de traduction que cela implique. Je ne crois pas que cette forme soit la seule possible. En tout cas, ce n’est pas de cette manière-là que la question s’est posée pour moi. J’aimerais ici, à l’aulne de mon propre parcours de recherche, décrire la transition d’un monde vers l’autre – en l’occurrence du monde de la pratique vers celui de la recherche.

J’exposerai ainsi la voie spécifique que j’ai empruntée pour résoudre, à ma manière, ce problème complexe : comment un praticien réflexif peut-il devenir un chercheur réfléchissant sur les pratiques professionnelles ? À partir d’une intuition forgée en tant que praticien, j’ai tenté de développer un cadre théorique et méthodologique me permettant de faire un retour réflexif sur mes propres pratiques et celles de mes collègues. La démarche archéologique de Michel Foucault m’a fourni d’importants outils de travail. Elle m’a permis de réfléchir à un dépassement de la réflexivité en rompant avec un cadre d’analyse centré sur la compréhension des acteurs. Dans le même mouvement, s’est ouverte la possibilité d’une critique des pratiques.

 

Quand le diagnostic anticipe la phase de définition du Plan guide, 2016

 

Que faire d’une intuition de praticien ?

 

Le sentiment d’un malaise dans les pratiques

Dans le cadre de cet article, je prendrai comme point de départ l’intuition de praticien qui m’a amenée à m’engager dans une démarche de recherche. L’objectif de l’exposé n’est pas de valider ou invalider cette intuition, ce qui est en fait l’objet de ma recherche doctorale, mais de détailler le cadre théorique et méthodologique que j’ai mis en place afin de l’analyser rigoureusement. Par souci de contextualisation et pour de ne pas donner un tour trop abstrait à la réflexion, je donnerai toutefois les grandes lignes de mon intuition de départ.

Ma thèse fait l’objet d’une Convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) signée entre le Lab’Urba (UPEC-UGE-École d’urbanisme de Paris) et une agence d’architecture et d’urbanisme. J’avais été praticien dans cette agence pendant environ un an avant de proposer ce projet de thèse à l’Agence nationale de la recherche et de la technologie (ANRT), qui la finance en partie. À cette expérience préalable, s’ajoute un stage de 6 mois dans une grande agence d’architecture et d’urbanisme nommée Reichen & Robert. Au cours de ces expériences professionnelles, mes principales missions concernaient des projets de renouvellement urbain, pilotés à l’échelle nationale par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Créée en 2003, cette dernière finance depuis 2004 d’importants projets de transformation urbaine menés dans certains des quartiers les plus défavorisés de France, rassemblés sous le vocable de « quartiers prioritaires de la Politique de la Ville » (QPV). Au mitan des années 2010, ce programme a été reconduit sous la forme d’un Nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU) courant jusqu’en 2024.

Le point de départ de ma recherche est l’existence d’un malaise de la profession dans le cadre de ces projets urbains particulièrement complexes. Ce malaise prend principalement deux formes :

(1) D’abord un doute rampant et déjà ancien concernant l’efficacité réelle de ce programme. Le premier Programme national de rénovation urbaine (PRU1) s’est incarné dans des projets de rénovation urbaine ambitieux, dans lesquels le « tabou de la démolition » (Driant, 2012) a largement été levé, via des subventions nationales incitatives. Certains projets comme celui de La Duchère à Lyon sont devenus l’emblème de ce type d’interventions massives sur le parc social qui, accompagnées d’actions fortes de désenclavement, de requalification des espaces publics, de diversification de l’habitat, visent la banalisation urbaine des quartiers et leur réinscription dans des dynamiques d’agglomération « normales » (Verhage, 2009). Bien que les critiques sur la philosophie et les effets réels de ce programme aient été nombreuses tout au long du PRU1, R. Epstein soulignait encore en 2013 le « succès politique d’une politique en échec » (Epstein, 2013) : malgré l’absence d’amélioration significative de la situation économique et sociale des quartiers, l’ampleur des transformations urbaines et la communication qui les accompagnait faisaient de ces projets des succès politiques, encourageant ainsi la perpétuation du programme. Néanmoins, alors que la fin du PRU1 approchait et que se posait la question d’un nouveau programme pour prendre le relai, une véritable inflexion dans le discours de l’ANRU se produisit. Mandaté pour réaliser une évaluation du programme, le Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU (2013) souligna sans ambages les résultats mitigés de cette politique publique : si de réels progrès étaient constatés dans la « banalisation » architecturale et urbaine de ces quartiers, les résultats en termes de développement économique et social restaient très faibles. L’auto-critique d’une certaine « doctrine ANRU » commença à se faire jour :

« La rénovation urbaine s’est déployée en mobilisant un ensemble de formes d’action (la démolition, le désenclavement, la restructuration urbaine, la requalification des immeubles, la diversification des formes d’habitat) qui ont été utilisées de manière relativement uniforme dans un très grand nombre de projets, au nom de visées elles aussi énoncées de manière récurrente (l’attractivité, la mixité, la banalisation…) » (CES ANRU, 2013 : 16).

Si le programme fut malgré tout reconduit, ce ne fut pas sans la conscience croissante de la nécessité de le réformer, ce dont témoigne l’abandon du terme de « rénovation urbaine » pour celui de « renouvellement urbain ».

Sans pousser plus loin cette description contextuelle, on peut d’ores et déjà sentir que la prise de recul par rapport au PRU1 n’a pas épargné le travail concret des architectes-urbanistes mandatés par les maîtrises d’ouvrage pour la conception des projets urbains. Ce sont bien leurs « formes d’action » qui sont en partie attaquées plus haut. Plus fondamentalement, leur capacité à prendre en compte la spécificité des quartiers a été fortement pointée du doigt :

« La principale critique que l’on peut faire aux projets de rénovation (et donc aux acteurs qui les ont conçus et réalisés) est sans doute le fait qu’ils n’aient pas réellement pris en compte la spécificité des contextes économiques, sociaux et urbains, et la diversité des quartiers » (CES ANRU, 2013 : 16).

Conscients de ces critiques de leur action, les professionnels de l’agence dont je faisais partie, déjà fortement impliqués dans le PRU1, se trouvaient dans la position malaisée de devoir continuer ce programme tout en essayant d’en corriger les manques, dans la mesure de leurs possibilités. Face à ce constat et à une injonction répétée à « faire mieux », les professionnels se trouvaient assez désemparés, avec l’impression que beaucoup de « bonnes pratiques » étaient déjà mises en place : pluridisciplinarité des études, pensée stratégique, concertation… Pourquoi cela produisait-il si peu d’effets ?

(2)        Un problème beaucoup plus spécifique et moins anticipé par les professionnels : dans plusieurs villes dans lesquelles l’agence intervint dans le cadre du Nouveau programme de renouvellement urbain, le problème principal auquel nous fûmes confrontés (je m’inclus ici sans recul avec les autres professionnels, car cela s’est produit avant mon entrée en thèse) fut celui de la faiblesse du marché immobilier local, entravant les possibilités de renouvellement urbain. Ce point a été pour moi une profonde surprise : j’ai constaté à quel point la profession pouvait être désarmée lorsque les possibilités de construire étaient très limitées, et à quel point ce point d’achoppement devenait obsessionnel, occultant les questions de développement économique ou social des quartiers.

De manière générale, les deux premières phases (diagnostic puis élaboration de scénarios d’aménagement) se passaient sans trop d’entraves et dans les délais. La panique survenait juste après la deuxième phase du projet, au moment où devait être lancée la phase de formalisation d’un plan-guide d’aménagement. Soudainement, la maîtrise d’ouvrage signalait le risque de ne pouvoir mener le projet : ambition de démolitions trop forte au niveau de l’agglomération, un marché privé du logement beaucoup trop faible pour absorber l’offre nouvelle, un marché tertiaire très peu porteur et peu de perspectives d’amélioration à court-moyen terme… À ce moment-là, les études commençaient à prendre beaucoup de retard, voire étaient suspendues ; la crainte de ne pas réussir à formaliser un projet et donc de ne pas obtenir de financements auprès de l’ANRU touchait tous les partenaires ; une certaine forme d’irrationalité commençait à prendre le pas, c’est-à-dire une manière de considérer tout projet à construire comme potentiellement bon même s’il ne rentrait pas du tout dans la stratégie établie au préalable.

C’est là qu’une intuition à commencer à se faire jour en moi : et si ce dernier problème (le point 2), si peu anticipé alors qu’il interroge la possibilité même de faire un projet, ouvrait une brèche vers une dimension impensée des pratiques professionnelles des architectes-urbanistes ? Et si, en exploitant cette brèche, on pouvait remonter jusqu’à certains principes organisateurs des pratiques professionnelles qui, une fois mieux cernés, permettaient d’éclairer les limites actuelles observées empiriquement (le point 1 notamment) ?

Phase de diagnostic dans l’architecture globale d’une étude, 2016

 

De l’intuition à l’hypothèse de recherche : problèmes méthodologiques

Armé de cette intuition, j’ai élaboré un projet de thèse qui fut accepté par l’ANRT. Néanmoins, je fus rapidement confronté à des obstacles méthodologiques et épistémologiques majeurs. D’où m’interrogeais-je ? Étais-je un praticien qui s’interroge ? Un chercheur qui observe ? Un chercheur qui participe ? Il me fallait admettre que mon positionnement de chercheur et, par extension, le positionnement de ma recherche étaient consubstantiellement liés à la pratique : mon projet avait été développé alors que j’étais encore praticien et se fondait, en premier lieu, sur des préoccupations de praticien. Néanmoins, la raison même qui m’avait poussé à me lancer dans une démarche de thèse était la perspective de dépasser ce regard de praticien en approfondissant et en testant mon intuition de départ.

Corollaire du premier point et peut-être plus problématique, se posait à moi un problème méthodologique. Comment mettre en place une méthodologie d’analyse réflexive de projets auxquels j’avais participé en tant que praticien ? Ces projets, je ne les avais pas observés comme ethnologue ou sociologue, il m’était donc impossible de travailler à partir de notes d’observation rigoureuses prises au cours des projets. Bien entendu, le simple souvenir des événements était trop peu fiable pour fonder une démarche de recherche.

Ce à quoi j’avais accès en revanche, c’était l’intégralité des documents produits dans le cadre des études techniques des projets : un corpus de documents riche et précieux – précieux car il est très rare d’avoir accès, pour des chercheurs, à ce genre de matériau technique produit par des entreprises privées – mais ne donnant que peu d’indications sur la dimension sociologique et cognitive de sa production.

Ma question s’est alors transformée : comment tirer le meilleur parti de ce matériau ?

 

Du prisme socio-cognitif de l’observation des pratiques à l’« archéologie des savoirs »

 

Les difficultés méthodologiques que j’ai rencontrées sont largement le fait d’un certain prisme d’analyse des pratiques professionnelles, plus ou moins conscient, dont je ne parvenais pas à m’extraire. Ce prisme était celui d’une approche par les acteurs. Les pratiques des professionnels du projet urbain sont en effet souvent analysées à l’aulne des dynamiques socioprofessionnelles, sous l’angle des relations entre techniciens, politiques et profanes, ou encore au prisme des modalités de la coproduction entre acteurs[1]. Ces approches différentes partagent le présupposé selon lequel le meilleur moyen de comprendre les pratiques de projet des urbanistes est de les considérer comme des faits cognitifs et/ou sociaux. Dans l’état actuel de mes recherches, je ne veux pas généraliser ces observations outre mesure. Néanmoins, il est clair pour moi que ce prisme d’analyses fut assez prégnant pour me faire douter de la possibilité de mener une quelconque recherche sur les documents que j’avais en ma possession. Certes, il existe des démarches sociologiques fondées sur l’analyse de corpus de documents[2] mais ces recherches se font malgré tout dans un cadre épistémologique garantissant une séparation entre les acteurs producteurs de discours et l’observateur/analyste. Ayant été moi-même impliqué dans la production du corpus que j’analysais, je ne parvenais pas à me prémunir contre le risque d’être à la fois juge et partie, ce qui me semblait poser un problème épistémologique indépassable.

La lecture de l’Archéologie du savoir de Foucault (2017 [1969])m’a ouvert de nouvelles perspectives d’analyse qui m’ont permis, sans que cela n’ait été théorisé par Foucault lui-même, de sortir de mes dilemmes de praticien-chercheur. En m’inspirant de sa méthode, j’ai développé une attention particulière à la dimension discursive des documents produits par les professionnels. Pour mettre au jour cette dimension que nous allons expliciter, Foucault met en place une certaine manière de lire les documents qui rompt avec toute recherche de compréhension des intentions conscientes ou inconscientes des acteurs. Si contre-intuitif que soit ce choix méthodologique, il est en fait porteur de possibilités réflexives et critiques puissantes. Il permet notamment de déceler des « règles de formation des discours » en partie autonomes des individus qui les produisent.

C’est ainsi que je me suis engagé sur la voie d’une archéologie des pratiques discursives des professionnels en situation de projet urbain.

 

Les productions professionnelles comme « énoncés » d’un « discours »

La notion de « discours » fait partie de ces concepts omniprésents dans l’œuvre de Foucault sans qu’il soit facile de les définir précisément. Dans une première approche très simple, nous dirons que le discours, pour Foucault, est un ensemble d’énoncés reliés par certaines règles. L’énoncé, quant à lui, est avant tout une « fonction énonciative » :

« [l’énoncé] n’est point en lui-même une unité, mais une fonction qui croise un domaine de structures et d’unités et qui les fait apparaître, avec des contenus concrets, dans le temps et l’espace. » (Foucault, 2017 : 120).

L’énoncé transforme un ensemble de signes, de mots, de phrases en un objet doté d’une matérialité historique, les transformant en « un objet spécifique et paradoxal », qui :

« […] surgit dans sa matérialité, apparaît avec un statut, entre dans des réseaux, se place dans des champs d’utilisation, s’offre à des transferts et à des modifications possibles, s’intègre à des opérations et à des stratégies où son identité se maintient ou s’efface. » (Foucault, 2017 : 145).

Aussi l’énonciation n’est-elle pas simplement l’expression d’une signification par le medium du langage : c’est l’ancrage de cette signification dans une temporalité et une matérialité historiques. Mais si Foucault parle de fonction énonciative, c’est parce qu’une expression langagière n’acquiert son existence historique d’énoncé que par sa transformation selon certaines règles, à l’image d’une fonction mathématique. N’importe quel énoncé n’est pas énonçable à une époque donnée : il existe des « règles de formation » historiques qui définissent la possibilité de penser et d’énoncer certaines choses. Et c’est parce qu’il est régi par de telles règles de formation que l’énoncé appartient au domaine du discours.

Avec cette définition de l’énoncé, la notion de « discours » s’éclaire. Le discours foucaldien est en fait assimilable à ce que recouvrent couramment pour nous les expressions du type « le discours médical » ou « le discours économique ». Ce qui nous permet de rattacher des énoncés à ces types de discours, c’est la perception du fait qu’ils sont formulés d’une certaine manière, selon certaines règles, dans une certaine institution, etc. C’est l’ensemble de ces règles qui fondent la « discursivité économique » ou la « discursivité médicale ».

Néanmoins, la discursivité chez Foucault ne s’arrête pas aux frontières disciplinaires. Une partie de la réflexion de Foucault porte précisément sur la remise en question de ces grandes classifications disciplinaires que sont « la » médecine, « l »’économie ou « la » grammaire, dont il montre qu’elles s’inscrivent parfois dans des formations discursives plus larges. Ainsi que l’exprime J. Revel :

« Le discours désigne en général chez Foucault un ensemble d’énoncés qui peuvent appartenir à des champs différents mais qui obéissent malgré tout à des règles de fonctionnement communes. Ces règles ne sont pas seulement linguistiques ou formelles, mais reproduisent un certain nombre de partages historiquement déterminés (par exemple le grand partage raison/déraison) » (Revel, 2002 : 22).

Les règles du discours ont leur propre systématicité et, de fait, leur propre résistance à la transformation consciente. Elles constituent un « système de formation des discours » :

« Par système de formation, il faut entendre un faisceau complexe de relations qui fonctionnent comme règle : il prescrit ce qui a dû être mis en rapport, dans une pratique discursive, pour que celle-ci réfère à tel et tel objet […] Définir dans son individualité singulière un système de formation, c’est donc caractériser un discours ou un groupe d’énoncés par la régularité d’une pratique. » (Foucault, 2017 : 22).

S’esquisse alors une « épaisseur immense de systématicités, un ensemble serré de relations multiples. » (Foucault, 2017 : 105).

Ces considérations foucaldiennes m’ont interrogé : et si les pratiques des architectes-urbanistes reposaient sur des « règles de formation du discours » – certaines « systématicités » qui, déterminant ce qu’il est possible de penser et de faire dans le champ, pourraient expliquer le désarroi ressenti face au problème de la faiblesse du marché immobilier local ?

Cette nouvelle manière d’envisager les choses m’a alors poussé à chercher à mieux comprendre comment Foucault opérait pour investiguer cette couche particulière des « règles de formation » des savoirs. Paradoxalement, ces règles, Foucault ne va pas les chercher dans l’esprit des hommes qui ont prononcé ou écrit les énoncés qu’il étudie : sa méthode est « archéologique ».

 

Une critique du « sujet » du discours

Pour Foucault, les discours sont des objets complets : ils ne sont pas à considérer comme la trace d’une volonté ou d’une intention que l’on pourrait retrouver au-delà d’eux. Ils ne contiennent que les informations qu’ils contiennent – rien de plus.

« [L’] archéologie ne cherche pas à restituer ce qui a pu être pensé, voulu, visé, éprouvé, désiré par les hommes dans l’instant même où ils proféraient le discours. » (Foucault, 2017 : 189).

Foucault essaie de se défaire d’une tendance qu’il observe notamment chez les chercheurs en « histoire des idées », par rapport auxquels il tient à marquer la différence de son approche « archéologique ». Cette tendance consiste à rechercher systématiquement la grande logique sous-jacente à tel ou tel écrit à partir de deux types de questions paradigmatiques :

– Qu’est-ce que l’auteur/le théoricien/le scientifique voulait dire ?

– Dans quelle grande continuité historique des connaissances ses idées s’inscrivent-elles ?

Cette approche ne satisfait pas Foucault, qui défend une autre posture :

« En somme, on ne réfère pas les modalités diverses de l’énonciation à l’unité d’un sujet – qu’il s’agisse du sujet pris comme instance fondatrice de rationalité, ou du sujet pris comme fonction empirique de synthèse. Ni le “connaître”, ni les “connaissances”. […] ce n’est ni par le recours à un sujet transcendantal ni par le recours à une subjectivité psychologique qu’il faut définir le régime des énonciations [d’un discours]. » (Foucault, 2017 : 78).

Ce que Foucault reproche à cette tendance à reconstituer, au-delà de ce qui est dit, la logique d’une pensée ou d’un domaine de savoirs, c’est la dissimulation des discontinuités du discours. Il y a toute une diversité d’énoncés prononcés dans le cadre d’un discours particulier à une époque donnée. Foucault ne va pas chercher à réduire cette diversité – avec toutes les discontinuités et les contradictions qu’elle peut contenir – en essayant de la rapporter à un plan où elle deviendrait cohérente. Il ne va pas chercher, par exemple, à résoudre les apparentes contradictions d’un auteur ni à déceler, à travers le texte, les grands enjeux théoriques de l’époque, les controverses emblématiques, les découvertes qui ont changé la donne… Il prend cette diversité pour ce qu’elle est : un état de tout ce qui a pu être dit à un instant t, sans présupposer que cela puisse in fine être retraduit dans une histoire de la vérité. Ce qui l’intéresse surtout, c’est que tous ces discours effectivement prononcés ont de fait exclu tout un ensemble de discours qui auraient pu être formulés mais ne l’ont pas été.

« [L’analyse des énoncés et des formations discursives] repose sur le principe que tout n’est jamais dit […] On va donc chercher le principe de raréfaction ou du moins de non-remplissement du champ des formulations possibles tel qu’il est ouvert par la langue » (Foucault, 2017 : 164).

Il s’agit alors de se demander ce que cela peut bien vouloir dire, pour le domaine de savoirs considéré, qu’un tel discours ait été prononcé à tel moment dans l’histoire de cette discipline. S’il a été prononcé, c’est qu’il était formulable. Mais, en creux, qu’est-ce que cela nous dit de ce qui n’était pas formulable ? Qu’est-ce qui fait que ce qui est dit est dit – par rapport à tout ce qui aurait pu être dit ?

 

La possibilité d’écrire un autre discours

Quel est l’intérêt d’une telle focalisation sur les discontinuités, les ruptures, les écarts voire les contradictions au sein du discours des disciplines ? C’est qu’il devient possible d’écrire un autre discours et, ce faisant, de relativiser certaines évidences du discours dominant d’une discipline :

« Troisième intérêt d’une telle description des faits de discours : en les libérant de tous les groupements qui se donnent pour des unités naturelles, immédiates et universelles, on se donne la possibilité de décrire, mais cette fois par un ensemble de décisions maîtrisées, d’autres unités. Pourvu qu’on en définisse clairement les conditions, il pourrait être légitime de constituer, à partir de relations correctement décrites, des ensembles discursifs qui ne seraient pas arbitraires mais seraient cependant demeurés invisibles » (Foucault, 2017 : 44).

Il me semble important de donner une idée plus concrète de cette relecture opérée par Foucault. L’Archéologie du Savoir étant un ouvrage essentiellement théorique et méthodologique, je prendrai pour exemple de la démarche foucaldienne et de ses résultats le chapitre introductif de l’ouvrage Surveiller et Punir (2019 [1975]). Bien que cela ne soit abordé qu’allusivement par Foucault, son intérêt pour l’institution carcérale a été déclenché par son implication dans le Groupe d’information sur les prisons (GIP). Au tout début des années 70, un profond malaise se manifeste dans les prisons, conduisant à des protestations fortement médiatisées et à l’émergence de plusieurs groupes de réflexion sur l’avenir de ces institutions – dont le GIP. L’ouvrage de Foucault, écrit après cette expérience, propose un retour historique sur les origines de la prison. Il permet alors de voir différemment le malaise contemporain généré par cette institution, qui serait moins le symptôme d’un humanisme oublié et à réaffirmer que l’effet d’un pouvoir disciplinaire à visée curative dont la prison a toujours été un instrument privilégié. C’est ce genre de changement de regard que nous espérons pouvoir opérer nous-même, à la manière de Foucault, sur l’institution qu’est le Renouvellement urbain, à travers une attention précise aux discours de savoir produits dans le cadre des études techniques.

Dans l’introduction de Surveiller et Punir, Foucault synthétise un bon nombre de ses réflexions sur l’institution judiciaire. Cela nous permet de mieux cerner l’usage qu’il fait de l’analyse des discours techniques. Il commence par indiquer ce qui constitue une sorte de métadiscours historique (ce terme n’est pas de lui) dans lequel s’inscrit l‘institution judiciaire contemporaine :

« L’atténuation de la sévérité pénale au cours des derniers siècles est un phénomène bien connu des historiens du droit. Mais, longtemps, il a été pris d’une manière globale comme un phénomène quantitatif : “moins de cruauté, moins de souffrance, plus de douceur, plus de respect, plus d’humanité” » (Foucault, 2019 : 23).

C’est donc un récit de progrès et d’humanisation de l’institution judiciaire qui caractérise, depuis au moins le XIXe siècle, notre rapport à la justice. Mais Foucault fait un autre constat. S’intéressant au discours judiciaire concret, tel qu’il se donne à lire par exemple dans les minutes de procès et les jugements, Foucault remarque que l’on ne pose plus du tout les mêmes questions au « crime ». Il nous faut citer ici un long passage pour saisir :

« Depuis que le Moyen Âge avait construit, non sans difficulté et lenteur, la grande procédure de l’enquête, juger, c’était établir la vérité d’un crime, c’était déterminer son auteur, c’était lui appliquer une sanction légale. Connaissance de l’infraction, connaissance du responsable, connaissance de la loi, trois conditions qui permettaient de fonder en vérité un jugement. Or voilà qu’au cours du jugement pénal se trouve inscrite maintenant une tout autre question de vérité. Non plus simplement : “Le fait est-il établi et est-il délictueux ?” Mais aussi : “Qu’est-ce donc que ce fait, qu’est-ce que cette violence ou ce meurtre ? À quel niveau ou dans quel champ de réalité l’inscrire ? Fantasme, réaction psychotique, épisode délirant, perversité ?” Non plus simplement : “Qui en est l’auteur ?” Mais : “Comment assigner le processus causal qui l’a produit ? Où en est, dans l’auteur lui-même, l’origine ? Instinct, inconscient, milieu, hérédité ?” Non plus simplement : “Quelle loi sanctionne cette infraction ?” Mais : “Quelle mesure prendre qui soit la plus appropriée ? Comment prévoir l’évolution du sujet ? De quelle manière sera-t-il le plus sûrement corrigé ?” Tout un ensemble de jugements appréciatifs, diagnostiques, pronostiques, normatifs, concernant l’individu criminel sont venus se loger dans l’armature du jugement pénal. Une autre vérité a pénétré celle qui était requise par la mécanique judiciaire : une vérité qui, enchevêtrée à la première, fait de l’affirmation de culpabilité un étrange complexe scientifico-juridique. » (Foucault, 2019 : 26-27).

 « Une chose est singulière dans la justice criminelle moderne : si elle se charge de tant d’éléments extra-juridiques, […] c’est pour disculper le juge d’être purement et simplement celui qui châtie : “Bien sûr, nous portons un verdict, mais il a beau être appelé par un crime, vous voyez bien que pour nous il fonctionne comme une manière de traiter un criminel ; nous punissons, mais c’est façon de dire que nous voulons obtenir une guérison.” » (Foucault, 2019 : 30).

Ce faisant, et malgré les meilleures intentions du monde, le discours juridique a été de plus en plus imbriqué dans de nouveaux types de « savoirs » sur les individus, savoirs qui sont devenus la véritable colonne vertébrale du système pénal en l’éloignant du strict « pouvoir de punir ». En continuant à analyser la justice à l’aulne du récit cohérent de l’humanisation des peines, on n’aperçoit plus toutes ces ruptures discursives qui, de proche en proche, ont transformé le discours pénal. Au règne de la Loi, qui continue à former le socle du discours dominant, s’est largement substitué, dans les faits, le règne de « normes » édifiées par des savoirs annexes : psychiatrie, administration pénitentiaire, criminologie…

C’est ainsi que, en choisissant de relire toute une masse d’écrits techniques et d’énoncés judiciaires sans chercher à les ramener à la grande logique du discours pénal – au prisme duquel on les regarde habituellement –, Foucault devient capable d’éclairer certains problèmes majeurs du présent. En ce qui concerne la crise des prisons des années 70, dont nous avons dit à quel point elle avait été déterminante pout Foucault, la lecture de Surveiller et Punir provoque un changement de regard radical : peut-être se trompe-t-on de combat en cherchant à rendre les prisons toujours plus humaines et aptes à « guérir » les individus. Peut-être le problème des prisons est-il le symptôme d’une crise plus profonde : celle d’un dispositif disciplinaire qui s’est imposé, à bas bruit, depuis plus de deux siècles, précisément en cherchant à toujours mieux « guérir » les individus ? 

 

De l’archéologie à la critique : adaptation de la démarche foucaldienne à mon objet de recherche

 

Ce détour théorique me semblait un préalable nécessaire pour expliquer la manière dont j’ai voulu appliquer une méthodologie d’inspiration foucaldienne à mon propre objet d’étude. Si l’on fait le lien avec le problème que je posais en première partie, on pourra comprendre que la focalisation foucaldienne sur les discours et leurs règles de formation ont pu constituer pour moi un choix méthodologique doublement intéressant :

– il relativisait l’importance de ce qui constituait à mes yeux un obstacle majeur : le développement d’une réflexion sur des études techniques dans lesquelles j’avais pris part en tant qu’acteur, sans avoir mis en place de procédure d’observation rigoureuse ;

– il transformait même une faiblesse en force, en apparaissant comme une manière privilégiée de mettre au jour certaines « règles de formation » des discours qui seraient beaucoup plus difficilement décelables via une posture d’observation à visée compréhensive.

 

Ni expliquer, ni comprendre : lire

La méthode « archéologique » est finalement assez simple, même si elle est contre-intuitive. Elle demande une déconstruction de notre manière spontanée de lire les documents. Comme le dit Deleuze à propos de Foucault :

« Il suffit de savoir lire, si difficile que ce soit. Le secret n’existe que pour être trahi, se trahir lui-même. Chaque époque énonce parfaitement le plus cynique de sa politique, comme le plus cru de sa sexualité, au point que la transgression a peu de mérite. Chaque époque dit tout ce qu’elle peut dire en fonction de ses conditions d’énoncé » (Deleuze, 2016 : 61).

Tout est à la vue du lecteur qui sait lire. Mais « s’il suffit de savoir lire », il faudrait ajouter : et se contenter de lire.

Ce que j’entends par là, c’est la nécessité de suspendre l’automaticité de la compréhension. Combattre systématiquement notre tendance à comprendre, à toujours mieux comprendre, à combler les creux, les blancs, les trous du sens ; voir les documents produits dans le cadre des études de renouvellement urbain exactement comme ils sont : avec toutes leurs ruptures et leurs discontinuités. De bullet points en conclusions partielles, de blocs de texte en schémas, de statistiques en images de référence : toutes ces discontinuités invisibles dans l’enchaînement des énoncés des études font-elles vraiment sens par elles-mêmes, sans avoir à se justifier ?

Ce choix méthodologique demande un travail particulier lorsqu’on étudie des documents techniques auxquels on a soi-même contribué. Car, bien entendu, la tentation est grande d’expliquer les manques, les blancs, les incohérences par ce que l’on connaît des conditions d’élaboration du projet. Cela demande donc une plus grande rigueur pour s’en tenir à la lecture des documents sans importer de connaissances autres. Néanmoins, cette rigueur supplémentaire n’instaure pas de différence majeure avec celle dont devrait faire preuve une personne extérieure qui ferait le même travail. On peut être assez certain que cette personne aurait, elle aussi, une tendance spontanée à vouloir comprendre et expliquerce qu’elle lit. Il y a donc une différence de degré mais qui ne constitue pas un problème épistémologique indépassable.

En ne cherchant pas systématiquement à comprendre la logique qui sous-tend les documents, les ruptures de sens deviennent tout à coup beaucoup plus visibles. On découvre tout un champ de questions potentielles dans ces discontinuités, ces choses qui apparaissent puis disparaissent, ces manières de procéder jamais explicitées… Un matériau en fait très riche jaillit de cet invisible redevenu visible – un matériau presque foisonnant où l’on peut espérer trouver, « par un ensemble de décisions maîtrisées, d’autres unités » (cf. supra).

C’est donc au sein de ces ruptures et discontinuités si évidentes pour les praticiens que nous chercherons la trace de « règles de formation » de leur discours. Mais quel est le critère pour définir une discontinuité signifiante ? C’est la régularité – ou ce que Foucault appelle la « systématicité ». Dans le matériau de mon corpus, je considère qu’une discontinuité est signifiante si elle est repérable systématiquement dans des études différentes, sans que jamais cela ne soit justifié.    

 

Un exemple d’application

Je prendrai ici pour exemple certaines discontinuités apparaissant entre, d’une part, les demandes exprimées par l’État et les collectivités dans le cahier des charges des appels d’offres auxquels répondent les urbanistes et, d’autre part, le contenu des documents qui sont effectivement produits au cours des études. Le cahier des charges définit la méthodologie globale à laquelle les candidats doivent se conformer. Si on souhaite faire le parallèle avec l’exemple de la justice pénale chez Foucault, la séquence méthodologique que le cahier des charges pose peut être considérée comme le métadiscours de l’étude : elle exprime très clairement la manière dont on entend diagnostiquer et résoudre les problèmes des quartiers concernés par le renouvellement urbain. 

Systématiquement, les cahiers des charges de mon corpus ont cette forme :

  1. Diagnostic multithématique des problématiques du quartier, regroupant de nombreuses expertises : architecture, sociologie, économie, paysage, logement, concertation… Le diagnostic doit être le plus exhaustif possible afin de déterminer l’ensemble des atouts et des faiblesses du quartier et les problématiser.
  2. Élaboration de scénarios d’aménagement contrastés, visant à répondre aux divers problèmes relevés dans la phase de diagnostic. Ces scénarios doivent proposer des pistes d’action très différentes, en estimant les avantages et les inconvénients de chacune. La puissance publique se positionne alors sur un scénario préférentiel ou sur une combinaison de scénarios.
  3. Élaboration du plan guide sur la base du ou des scénarios retenus. On entre alors dans un travail plus précis pour s’assurer de la faisabilité (technique, économique, organisationnelle) des actions envisagées.
  4. Chiffrage et phasage.

Or, lorsque l’on s’intéresse aux documents effectivement produits au cours de plusieurs études de ce type, on repère un grand nombre de discontinuités qui se produisent assez systématiquement :

– des phénomènes d’anticipation. Je qualifie ainsi une pratique discursive quasi-systématique qui consiste à conclure la phase de diagnostics par l’esquisse de premières pistes de projet plutôt que par une récapitulation problématisée de ce qui a été dit. De ce fait, on constate que la phase 2 est déjà présente dès la phase 1, ce qui peut poser certaines questions : est-ce que l’ensemble du diagnostic n’est pas lui-même déjà construit dans l’optique de la phase 2 ? Ce qui remet en question la réalité de l’antériorité logique du diagnostic par rapport à la phase 2 ;

– une autre discontinuité est visible lorsqu’on lit les documents produits dans toutes les phases des études à la suite, sans la distance temporelle qui les sépare habituellement. Elle apparaît lorsqu’on passe en phase 2. Brusquement, le mode de présentation des documents diffère profondément de celui de la phase 1. Il devient beaucoup plus visuel, faisant la part belle aux images de référence. La part dévolue au texte diminue drastiquement. Cette rupture pose question : l’élaboration des scénarios est censée découler directement des grands enseignements du diagnostic mais le passage de l’un à l’autre est en fait difficile à établir. Les scénarios présentent de nombreuses images de l’état futur projeté mais justifient peu la logique selon laquelle ils ont été construits à partir du diagnostic. Ainsi, même si la structuration de l’étude (telle qu’apparaissant dans le cahier des charges de l’appel d’offres) laisse entendre qu’il y a une continuité logique entre la phase de diagnostic et l’élaboration des scénarios, la possibilité de vérifier cette logique est compliquée de facto par la rupture de forme observable en passant d’un document à l’autre ;

– la phase des scénarios – phase 2 – est également intéressante en ce que, généralement, les documents ne proposent pas plusieurs scénarios de renouvellement contrastés, comme ce qui est censé être proposé par les architectes-urbanistes, mais une gradation d’un même projet selon « l’ambition » visée. Plus précisément, les propositions tendent à adopter un certain nombre d’« invariants » urbains à partir desquels les scénarios se différencieront principalement par l’ampleur des démolitions et de la transformation des espaces publics envisagée. Cette démarche est différente de ce qui est exprimé dans le cahier des charges des appels d’offres. Elle ne repose pas sur la confrontation de plusieurs futurs possibles (ce qui impliquerait de réfléchir potentiellement à plusieurs devenirs économiques, plusieurs vocations d’espaces publics…) mais sur un seul et même futur « invariant », déclinable en plusieurs versions plus ou moins ambitieuses.

Dans cette liste de discontinuités plus ou moins systématiques, quel est le lien avec ma question de recherche ? En quoi tout cela nous renseigne-t-il sur le malaise ressenti par les urbanistes dans des territoires présentant un marché immobilier faible ? La mise en relation de toutes ces discontinuités est encore en cours dans le cadre de ma thèse. Pour rappel, l’objet de cet article portait sur la possibilité, pour un praticien réflexif, de développer une recherche rigoureuse et critique sur ses propres pratiques – le questionnement sur les pratiques de projet en contexte de renouvellement urbain valait seulement comme contextualisation. On peut néanmoins indiquer certaines des nouvelles questions posées par la mise au jour de discontinuités et ruptures dans les documents des professionnels, permettant d’avancer vers une interprétation :

– Si, dès le diagnostic, on anticipe sur une phase 2 dont le mode de représentation est dominé par les images, qu’advient-il des informations qui sont difficilement représentables visuellement ? Comment sont-elles traitées ? Où sont-elles « stockées » ? Est-ce que ce simple fait ne donne pas plus de poids stratégique aux plans, aux cartes et à ce qui relève de problématiques architecturales et paysagères ?

– Pourquoi, en phase 2, ne propose-t-on pas de véritables scénarios contrastés mais une déclinaison du même selon différents niveaux d’ambition ? Cela signifie-t-il qu’il n’y a pas d’autre projet possible ?

– La conjonction de ces éléments génère de nouvelles questions : lorsque, ultérieurement, on se confronte à la non-faisabilité du projet en raison de la faiblesse du marché immobilier, à partir de quoi peut-on penser une alternative ? La plupart des éléments qui émanaient de points de vue autres qu’architectural et paysager (donc moins facilement représentables) ont peu à peu été filtrés au cours du projet, et les scénarios alternatifs sur lesquels on pourrait éventuellement se rabattre n’existent tout simplement pas…

Il ne s’agit là que de premières pistes d’analyse. Elles permettent en tout cas de sentir où se situe le potentiel critique de l’approche archéologique développée par Foucault. Elles exemplifient ce que Foucault signifie lorsqu’il écrit :

« On étudie les énoncés à la limite qui les sépare de ce qui n’est pas dit, dans l’instance qui les fait surgir à l’exclusion de tous les autres » (Foucault, 2017 : 164).

C’est sur cette dimension critique de la démarche archéologique que je voudrais conclure.

 

Conclusion 

 

Pour comprendre la portée critique de la démarche de Foucault, je me référerai à un autre texte, écrit beaucoup plus tard, où il décrit une « attitude-limite » que l’on peut considérer comme sa propre attitude de recherche :

« Cet ethos philosophique peut se caractériser comme une attitude limite. Il ne s’agit pas d’un comportement de rejet. On doit échapper à l’alternative du dehors et du dedans ; il faut être aux frontières. La critique, c’est bien l’analyse des limites et la réflexion sur elles. Mais si la question kantienne était de savoir quelles limites la connaissance doit renoncer à franchir, il me semble que la question critique, aujourd’hui, doit être retournée en question positive : dans ce qui nous est donné comme universel, nécessaire, obligatoire, quelle est la part de ce qui est singulier, contingent et dû à des contraintes arbitraires. Il s’agit en somme de transformer la critique exercée dans la forme de la limitation nécessaire en une critique pratique dans la forme du franchissement possible. » (Foucault, 1994).

Cette citation permet de saisir quelle est la teneur de la critique foucaldienne des savoirs : c’est une critique qui ne se passe pas sur le plan de la validité des idées produites mais sur celui de leur nécessité. Je peux critiquer les savoirs non pas parce que, moi, chercheur, je détiendrais le vrai qui permet de dire qu’ils sont faux, mais parce que je me tiens à la limite qui permet de montrer que ces savoirs s’ancrent dans certaines pratiques qui conditionnent le territoire du possible. La critique archéologique consiste alors à tracer les contours de ce territoire pour espérer peut-être, ensuite, en faire bouger les frontières.

 

 

Références bibliographiques

Arab N., 2004, « L’activité de projet dans l’aménagement urbain : processus d’élaboration et modes de pilotage. Les cas de la ligne B du tramway strasbourgeois et d’Odysseum à Montpellier », Paris, École des Ponts ParisTech.

Biau V., Evette T., 2008, « Activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme : recherche et dispositifs réflexifs », Les Annales de la recherche urbaine, n°104, p. 165-173.

Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU, 2013, Des quartiers comme les autres ? La banalisation urbaine des grands ensembles en question, Paris, La Documentation française [Synthèse].

Deleuze G., 2016 [1986], Foucault, Paris, Les éditions de Minuit.

Devisme L., 2010, « Le praticien réflexif et le théoricien activiste », Revue Urbanisme, mai-juin, n° 372, p.41-43.

Driant J.-C., 2012, « Défaire les grands ensembles » in Donzelot J. (dir.), À quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris, Presses universitaires de France.

Epstein R., 2013, La Rénovation urbaine, démolition-reconstruction de l’État, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Foucault M., 2017 [1969] L ‘Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Foucault M., 2019 [1975], Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris Gallimard, coll. « Tel ».

Foucault M., 1994, « Qu’est-ce que les Lumières ? » in Foucault M., Dits et écrits. 1954-1988, Tome IV (texte n°339), Paris, Gallimard.

Ouvrard P., 2016, Le nouvel esprit de l’urbanisme, entre scènes et coulisses, Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme, université de Nantes.

Prost R. (dir.), 2003, Projets architecturaux et urbains. Mutation des savoirs dans la phase amont, Paris, PUCA.

Revel J., 2002, Le vocabulaire de Foucault, Paris, Ellipses.

Schön D. A., 1994, Le praticien réflexif. À la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel, Montréal, Les éditions Logiques.

Verhage R., 2009, « Le renouvellement urbain à la Duchère » in Boino P. (dir.), Lyon, la production de la ville, Marseille, éditions Parenthèses.

 

 

 


[1] Les recherches menées depuis 20 ans par le Réseau activités et métiers de l’architecture de l’urbanisme (RAMAU) sont assez représentatives de ces tendances de recherche concernant les pratiques urbanistiques.

[2] On pense notamment au courant de la sociologie pragmatique française, en particulier aux recherches de Luc Boltanski et Laurent Thévenot.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search