Travailler et enquêter à la Croix-Rouge

Entre intérêts, avantages et limites de ce statut dans le cadre d’une enquête de terrain

 

 

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 147-168.


 

Konstantin Shorokhov

 

Konstantin Shorokhov est docteur en sociologie et membre du Centre nantais de sociologie (CENS UMR 6025). Il est également coordinateur de la coopération internationale à la Croix-Rouge russe (Région de Novgorod) et bénévole de la Croix-Rouge française (Nantes). Sa thèse de sociologie intitulée La Croix-Rouge et la lutte contre la pauvreté en Russie. Construction de l’aide dans une région a été soutenue à l’Université de Nantes le 24 octobre 2019.

 

 

 

Photo Alexander Polyakov/Sputnik (site Croix-rouge Russie)

 

 

La proximité de la chercheuse ou du chercheur[1] à son terrain d’étude fait l’objet de réflexions de la part des sociologues et autres spécialistes en sciences sociales. Une question qui s’impose souvent dans le cadre de cette réflexion est celle de la relation entre la proximité sociale, politique ou territoriale avec les enquêtés et l’objectivation scientifique ou, d’une manière plus générale, la manière dont les données sont collectées, analysées et produites. Différentes recherches interrogent les multiples aspects de cette relation[2].

Ainsi, le chercheur Rémi Lefebvre, qui milite au sein du parti politique qu’il étudie, évoque un « cercle vertueux » (Lefebvre, 2010 : 139) composé du militantisme et de l’investissement scientifique. Selon lui, les gratifications scientifiques doivent être conciliées avec des loyautés contradictoires et des démarches d’auto-contrôle. La sociologue Flora Bajard se trouve aussi dans une situation singulière au moment où elle mène l’une de ses enquêtes : elle a un accès particulier au terrain car ses parents appartiennent au groupe socio-professionnel auquel elle s’intéresse. On déduit de son étude que la filiation, constituant « une ressource d’identification à l’enquêté » (Bajard, 2013 : 7), exige en même temps un questionnement développé et un travail de réflexion poussé. En ce qui concerne les thèses CIFRE, Olivia Foli et Marlène Dulaurans soutiennent que malgré un déroulement « teinté de tensions et d’ajustements » (Foli, Dulaurans, 2013 : 60), l’immersion longue dans le milieu étudié et la familiarité avec les acteurs constituent une opportunité et stimulent l’invention méthodologique.

Le travail de Justine Brabant qui étudie l’action d’une ONG humanitaire à laquelle elle est affiliée montre également un double rapport à son objet d’étude. En constatant que les effets de l’affiliation institutionnelle se manifestent différemment selon la phase de recherche entreprise, elle évoque la nécessité de respecter certaines « procédures a priori limitatives » (Brabant, 2013 : 51). Selon l’auteure, une tension existe entre, d’une part, la nécessité de dégager des recommandations pour l’organisation, et d’autre part, la volonté de correspondre aux exigences de la recherche. Dans le même temps, les avantages tels que la facilitation de l’accès au terrain et de certaines démarches administratives sont soulignés. À cet égard, le travail de la sociologue Mathilde Bourrier, qui réalise son enquête au sein du système de santé global, montre qu’une immersion dans le quotidien des personnels d’organisations internationales est pertinente car elle favorise la production de connaissances basées sur les représentations et les pratiques « en actes et en contexte » (Bourrier, 2017 : 542) et aide à éviter des affirmations décontextualisées.

La Croix-Rouge est un acteur non-gouvernemental qui a un statut international et qui mène une action humanitaire dans tous pays du monde[3]. L’enquête de terrain que j’ai menée au sein de la Croix-Rouge en Russie diffère de celles d’autres chercheurs par la durée de mon affiliation à cette organisation, mais aussi par le caractère même de cette affiliation. En effet, j’ai été bénévole et salarié de la Croix-Rouge avant et durant la mise en place de mon enquête de terrain. Cependant, les rémunérations que j’ai reçues dans ce cadre ne correspondaient pas à l’enquête de terrain, puisque mon projet de recherche avait été développé dans mon laboratoire de recherche et non pas dans les bureaux de l’association. Cette situation qui combine immersion longue dans le milieu étudié et développement d’un projet purement académique sert de point de départ pour analyser la position du chercheur par rapport à son terrain d’étude.

Dans la suite de cet article, il est question des spécificités de la mise en œuvre d’une enquête par entretiens dans cette situation de recherche. On s’interroge notamment sur les effets que peut avoir cette combinaison de facteurs sur l’accès au terrain et la conduite des entretiens. Ainsi, la première partie de cet article décrira l’enquête de terrain effectuée au sein de la Croix-Rouge. La deuxième partie montrera en quoi la proximité du chercheur à son terrain est favorable à l’accès aux enquêtés. Dans la troisième partie, les spécificités de l’utilisation du guide d’entretien dans son propre milieu seront présentées. La quatrième partie analysera comment la proximité peut être mise en jeu au cours et en dehors des entretiens. Enfin, la cinquième partie sera consacrée à la recherche de la neutralité et de la distanciation dans le cadre d’une enquête auprès de personnes avec qui on travaille.

 

Enquête à la Croix-Rouge : recherche menée dans deux régions

 

La recherche de terrain consacrée à la construction de l’action de la Croix-Rouge en Russie[4] s’est déroulée en deux étapes (enquête exploratoire et enquête approfondie) durant les années 2014-2017 dans les régions de Novgorod et de Pskov situées au Nord-Ouest de la Russie. La démarche appliquée dans le cadre de cette recherche a pris appui sur une combinaison de méthodes qualitative et quantitative. Elle a allié en outre la mise en œuvre d’une enquête par entretiens et par questionnaires et le recueil de sources documentaires. Le choix de recourir aux entretiens, plutôt qu’à l’observation, est le fruit du souhait de mettre en place une distance sociologique à l’égard des enquêtés. Néanmoins, l’enquête par entretien est intéressante du point de vue de la problématique de la proximité du chercheur à son terrain d’étude du fait de l’interaction directe et personnalisée qui s’opère entre le sociologue et chaque interviewé.

Dans le cadre de cette recherche, une enquête par entretien a été conçue pour interroger les salariés de la Croix-Rouge. La technique d’entretien favorise le recueil de récits, de déclarations et d’opinions (Bertaux, 2005 ; Kaufmann, 2004 ; Ramos et al., 2015). Ainsi, elle a permis d’amasser des matériaux pour aller jusqu’aux facteurs déterminant les représentations et pratiques des salariés et pour entreprendre une analyse du sens qu’ils donnent à leur action, et cela de manière plus approfondie que dans le cas de l’enquête par questionnaire qui a porté sur les bénévoles. La définition de la population à interviewer s’est imposée d’elle-même : en effet, il s’est agi de mener une enquête par entretien auprès des salariés de la Croix-Rouge dans les deux régions concernées. Leur nombre étant limité a priori, le choix a été fait de ne pas déterminer un nombre d’entretiens nécessaires, mais d’interviewer la totalité ou, au moins, la grande majorité des effectifs.

Au total, 30 salariés ont été interrogés au cours de l’enquête par entretien. Il s’agit de personnes qui ont pour tâches principales la gestion des projets et programmes de la Croix-Rouge, la désignation de l’aide sociale, la délimitation du public cible, le contrôle d’activités et de dépenses et la réalisation des contacts extérieurs. Dans ce cadre, le poste de coordinateur de la coopération internationale représente une situation singulière. En effet, sur la période où cette fonction est exercée au sein des deux comités régionaux, celui de Pskov a changé de coordinateur trois fois alors qu’à Novgorod cette fonction est représentée par la même personne depuis la création du poste. C’est pour cette raison que trois entretiens ont été menés avec les coordinateurs de la coopération internationale de la Croix-Rouge à Pskov. En revanche, aucun entretien n’a été mené avec le coordinateur de la coopération internationale de la Croix-Rouge à Novgorod, parce que ces responsabilités sont assurées par le chercheur lui-même[5].

 

Explorer son propre milieu : un mode d’accès privilégié au terrain d’enquête

 

Il est important de se fixer l’objectif de prévoir le mode d’accès au terrain d’enquête parallèlement à la définition de la population étudiée (Blanchet, Gotman, 2006). En même temps, il se peut que l’accès à la population choisie constitue un enjeu considérable lorsqu’on étudie une organisation, une communauté ou un groupe (Becker, 2002). Quant à cette question pratique, je me suis trouvé dans une position privilégiée et j’ai eu recours à un mode d’accès direct à la Croix-Rouge. Cela m’a été possible pour deux raisons principales.

Tout d’abord, contrairement à d’autres chercheurs, comme par exemple Nicolas Duvoux, qui a fait une enquête aux États-Unis, donc dans une « société différente de la sienne » (Duvoux, 2015 : 63), l’intégralité de mon enquête de terrain s’est effectuée en Russie, dans une société que je connais depuis ma naissance. De plus, mon engagement au mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge m’a été bénéfique pour accéder à l’organisation étudiée. Cette situation correspond à celle où l’enquêteur partage un certain degré de proximité avec l’enquêté (Barbot, 2010). La proximité sociale et – en l’occurrence – professionnelle au milieu étudié m’a été très utile pour accéder à l’organisation dans son ensemble (au niveau des régions définies comme terrains d’enquête) et à chaque personne la constituant.

Une telle proximité est bénéfique au chercheur pour éviter des complications inutiles qui peuvent survenir si la distance sociale entre les enquêtés et le sociologue est plus importante (Beaud, 1996). On peut supposer par exemple que c’est grâce à mon statut au sein de la Croix-Rouge et à mon réseau de connaissances qui s’ensuit que je n’ai eu aucun refus direct et explicite d’être interviewé, ce qui aurait pu – dans le cas contraire – avoir des conséquences sur les résultats de l’enquête (Blanchet, Gotman, 2006). Selon la terminologie de Justine Brabant, il s’agit ici des « effets d’étiquette » (Brabant, 2013 : 52) produits par la position occupée au sein d’une ONG, combinés d’ailleurs à des « avantages logistiques évidents » (Brabant, 2013) offerts par cette même position.

L’effet de mon engagement est cependant plus large. Pascal Dauvin et Johanna Siméant signalent que, dans le cas de l’humanitaire, l’immersion du chercheur est facilitée par l’atmosphère des missions, généralement empreinte d’une « grande convivialité » (Dauvin, Siméant, 2001 : 123), et par la vie en communauté favorisant la proximité. Parallèlement, dans la mesure où le chercheur est conduit à « « vivre comme » » les humanitaires, son immersion lui permet d’intérioriser les codes du groupe et d’y appartenir « un peu » (Dauvin, Siméant, 2001). En l’occurrence, cette étape a de fait été franchie avant l’entrée sur le terrain d’enquête. D’une manière plus générale, dans la lignée de Howard Becker, le fait de travailler à la Croix-Rouge m’a permis de neutraliser mon statut de chercheur et d’accéder à des informations normalement partagées avec un membre (Becker, 2009). Ainsi, ma position intérieure par rapport à l’organisation que j’étudie m’a permis de contourner en quelque sorte les soucis d’immersion propres à un chercheur venu de l’extérieur.

Connaissant personnellement la majorité des enquêtés, je n’ai pas été obligé de me présenter ou de me faire présenter, à l’exception d’un seul cas à Pskov. Une prise de contact avait pour but de fixer un rendez-vous et s’effectuait le plus souvent par téléphone mobile, plus rarement par courriel. Le fait d’entretenir des relations de proximité professionnelle ou personnelle avec les personnes concernées, relations donc assez informelles, m’ont également facilité les négociations sur le lieu, la date et la durée des entretiens. À titre d’exemple, je me sentais à l’aise pour proposer des dates de rendez-vous et pour insister un peu sur la durée nécessaire de l’entretien si celle-ci (au moins une heure et demie) paraissait trop longue à mon interlocuteur.

Les bureaux respectifs de la Croix-Rouge ont été déterminés comme lieu de déroulement des entretiens. Le facteur environnemental peut en effet avoir un poids : le rôle professionnel dans lequel l’interviewé tend à s’inscrire dans son bureau favorise un discours maîtrisé (Blanchet, Gotman, 2006). Aussi, la réalisation des entretiens dans les bureaux de la Croix-Rouge a été considérée utile pour recueillir les informations recherchées concernant l’engagement professionnel de ces personnes. Par ailleurs, j’ai considéré mes entretiens comme des situations d’observation, car la situation d’entretien constitue également une scène sociale dont l’observation donne des éléments d’interprétation (Beaud, 1996). Enfin, moi-même, je me suis trouvé à l’aise pour mener mes entretiens dans les bureaux que je fréquente.

Pour revenir à la question de la durée des entretiens, afin de les conduire « en toute quiétude d’esprit » (Beaud, 1996 : 249) selon les termes de Stéphane Beaud, je prévoyais une plage horaire assez longue, deux heures normalement ou une heure et demie si une plage horaire de deux heures n’était pas possible du côté de l’interviewé. Trois entretiens ont nécessité plus de deux heures, ce qui a été possible grâce à la disponibilité de l’interviewé et de moi-même juste après le créneau horaire prévu pour l’entretien. Cette flexibilité en matière de temps consacré à l’enquête est aussi le fruit de la conduite des interviews dans les bureaux de l’association, car souvent les enquêtés aussi bien que le sociologue n’étaient pas obligés de se déplacer pour reprendre leur travail. La plupart des entretiens ont été accomplis en une séance, certains en deux. Les phases d’écriture et de mise en place d’entretiens se sont succédés par des allers-retours constituant ainsi une « spirale de l’enquête » (Cefaï, 2010) : j’ai facilement recontacté quelques personnes pour poser des questions en plus lors d’un court entretien complémentaire en tête-à-tête, par téléphone ou par courriel.

La proximité avec le terrain d’enquête et la familiarité avec son action ont également eu un poids sur la mobilisation du guide d’entretien et le déroulement des entretiens principaux et complémentaires.

 

Mobiliser le guide d’entretien selon l’expérience au sein de l’organisation

 

Comme l’affirment Pascal Dauvin et Johanna Siméant, il ne faut jamais traiter un entretien de manière décontextualisée ou l’envisager comme une « simple « technique » de fabrication de corpus incontrôlés » (Dauvin, Siméant, 2001 : 119). Ainsi, j’ai élaboré un guide d’entretien où les questionnements ont été divisés en blocs thématiques correspondant aux différents volets de la vie de l’enquêté et de l’action de l’organisation. Les questions et sous-questions ont été formulées de sorte qu’à la fois des faits et des opinions, différents points de vue sur le sujet et des vues réflexives sur l’organisation soient obtenus. Ce guide thématique assez formalisé m’a aidé à veiller à ce que des informations correspondant aux blocs thématiques prédéfinis ressortent au cours des entretiens.

Ainsi, les entretiens menés ont tous eu la même structure. Dans ce cadre, les consignes que je donnais durant des interviews correspondaient généralement aux blocs thématiques du guide d’entretien. Avant de procéder aux questionnements, je présentais ma recherche ainsi que les motifs et l’objet de ma demande pour instaurer ce qu’Alain Blanchet et Anne Gotman appellent un « cadre contractuel initial » (Blanchet, Gotman, 2006 : 75). De fait, parfois il s’agissait de redire ce qui avait déjà été dit pendant la prise de contact ou durant des conversations spontanées tenues lors d’activités associatives. Je faisais attention à faire comprendre que je changeais de rôle pour prendre celui de chercheur sans pour autant adopter une posture trop sérieuse et prétentieuse. Cette approche m’a permis d’instaurer, dès le début de l’entretien, une ambiance favorable à un discours assez libre et spontané, type de discours que je cherchais à recueillir. Ce point sera développé dans la suite de l’article.

Une première consigne visait ensuite à définir le thème général du discours de l’interviewé. Je faisais attention à ce qu’elle soit claire, bien formulée et plus précise que mes commentaires initiaux et à ce qu’elle place la personne interrogée dans le cadre de la thématique et de la logique de l’entretien. Cette consigne invitait l’interviewé à raconter son expérience vécue en relation avec la Croix-Rouge, un exposé que j’écoutais et enregistrais sans interrompre mon interlocuteur. La deuxième consigne était de parler de sa formation et de son insertion professionnelle. Dans la suite de l’entretien, j’avais recours à des consignes pour introduire une séquence thématique nouvelle à chaque fois que la nécessité s’en faisait sentir. Chemin faisant, je prenais des notes dans la mesure où elles pouvaient servir de points d’appui dans la conduite de l’interview (Barbot, 2010). Le fait de faire partie de l’équipe de la Croix-Rouge et de connaître personnellement la majorité des personnes concernées par mon enquête de terrain m’a aidé à effectuer les premiers pas de l’analyse lorsque j’écoutais, prenais les notes et associais les informations reçues à ce que je savais de la personne en face de moi.

Un exemple de consigne issu du guide d’entretien (la deuxième partie du bloc thématique n’est réservée qu’à l’enquêteur) :

« Dites-moi quelle est la stratégie et la mission de votre organisation, de votre comité régional (local) ; et en quoi consiste votre mission/fonction personnelle. – Veiller à recueillir les informations suivantes : les objectifs fixés par l’organisation, les valeurs que l’organisation promeut, l’action personnelle de la personne interrogée » (Guide d’entretien, 2015-2017).

Comme l’usage du vouvoiement a été établi au sein de l’association entre les plus jeunes et les moins jeunes, ces derniers correspondant à l’âge de préretraite ou de retraite, j’ai privilégié le vouvoiement dans ce guide d’entretien. Toutefois, en cours d’enquête de terrain, j’ai tutoyé la plupart des enquêtés étant donné leur jeune âge, entre 20 et 35 ans.

Mes interlocuteurs ont abordé certaines thématiques sans attendre de consignes de ma part, en suivant leur propre volonté. Ma connaissance du sujet étant évidente et la logique de l’entretien étant assez claire, leurs réactions étaient le plus souvent appropriées et proportionnées à l’objectif poursuivi, c’est-à-dire celui de motiver un discours décontracté mais ne sortant pas du sujet. Le cas échéant, je posais des questions supplémentaires à mes interlocuteurs en fonction de ce qui avait déjà été dit et selon mon guide d’entretien. En effet, les questions n’ont pas été formulées au hasard : comme on le sait, à la lumière de la préférence donnée au « comment » plutôt qu’au « pourquoi » (Becker, 2009), une question essentielle tient à la manière de susciter des réponses mobilisables dans le cadre d’une problématique formulée. Cependant, tout en faisant attention à avoir toutes les informations utiles, j’évitais de poser trop de questions pour ne pas perturber le déroulement de l’entretien.

Ainsi, le guide d’entretien m’a servi de fil conducteur, qui n’a pourtant pas dirigé le discours. En effet, ce guide n’avait pas été prévu pour jouer un rôle structurant. En revanche, je lui ai accordé le rôle de repère pour bien orienter l’entretien le cas échéant et pour poser des questions invitant les interviewés à évoquer les sujets non touchés, mais prévus. Il s’est de fait présenté en tant qu’« outil hybride » (Barbot, 2010 : 126), censé pouvoir évoluer en fonction des informations recueillies et des publics rencontrés. Des questions ont subi des ajustements légers en cours d’entretien lorsque les informations obtenues engendraient des interrogations qui n’avaient pas été formulées en amont. À titre d’exemple, à chaque fois que la personne interrogée commençait ou continuait ses propos en me disant « comme tu le sais… », laissant ainsi entendre que je devrais être au courant en tant que collègue et salarié de la même association, cela m’incitait à lui poser des questions supplémentaires ou de reformuler légèrement les questions suivantes pour appuyer plus sur sa perception individuelle que sur le côté factuel. Le guide d’entretien a donc accompagné l’exploration progressive de mon terrain d’enquête et a parallèlement intégré les connaissances qu’il a générées. Cependant, comme déjà évoqué, j’ai veillé à ce que les entretiens ne diffèrent pas trop les uns des autres pour ne pas perdre l’équivalence des types d’informations recueillies.

Enfin, il faut noter que le guide d’entretien, écrit en français, n’a pas été traduit pour mener les entretiens. Je traduisais les consignes et les questions en russe chemin faisant. Le fait de partager le même langage et le même vocabulaire associatif avec le public visé m’a permis d’établir les interrogations de manière à ce que la compréhension des questions par les interviewés soit la plus proche possible de la mienne. En effet, dans le cadre de cette enquête de terrain, mon expérience bénévole et professionnelle à la Croix-Rouge m’a aidé à mobiliser un vocabulaire clair et accessible aux enquêtés.

 

Une mise en jeu de la proximité au cours de l’enquête sociologique

 

L’effet de ma position au sein de la Croix-Rouge s’est traduit par un discours solidaire mais non-critique qui s’est tenu au cours des entretiens. Comme on le trouve dans le travail de Myriam Bachir et Virginie Bussat, la conduite de l’interview peut être influée par l’image sociale du chercheur (Bachir, Bussat, 2000). Parallèlement, le rapport avec l’interlocuteur est susceptible d’être impacté par l’origine et la trajectoire sociales de la personne qui mène l’entretien (Bachir, Bussat, 2000). Ainsi, en arrivant sur le terrain d’enquête, je gardais à l’esprit que l’interaction du sociologue avec les personnes interviewées pouvait avoir des conséquences sur le déroulement des entretiens et, par la suite, sur la quantité et la qualité des résultats obtenus. J’ai formulé l’objectif de mettre au profit des entretiens ma familiarité avec la Croix-Rouge.

Ainsi, en suivant les instructions classiques liées à la conduite des entretiens, j’ai fait attention à adopter une posture de « neutralité bienveillante » (Blanchet, Gotman, 2006 : 23) et d’« attention distribuée » (Barbot, 2010 : 130). J’ai surtout évité d’adopter une position autoritaire et privilégié une approche égalitaire et un style de communication douce. Toutefois, de fait, c’est l’expérience que j’ai eue à la Croix-Rouge comme bénévole et comme salarié qui m’a facilité la tâche pour accomplir l’« art du sociologue » (Beaud, 1996 : 245), en l’occurrence pour mener les entretiens en m’adaptant aux caractéristiques socio-professionnelles du milieu étudié et à la situation de chaque personne enquêtée. Plus généralement, une ambiance décontractée, importante pour le recueil de données, a été créée à l’aide de conversations sur la Croix-Rouge que j’ai facilement entretenues. Ce « dévoilement » (Dauvin, Siméant, 2001 : 123) s’est réalisé dans mon cas naturellement et, de plus, antérieurement. Dans la mesure où il est important pour le sociologue de contourner des « effets de la violence symbolique » au cours des entretiens qu’il mène et de « dédramatiser » (Dauvin, Siméant, 2001 : 123) les interviews qui portent sur une histoire de vie, ma proximité au terrain d’enquête s’est avérée favorable à la création d’un climat de confiance et à la conduite des entretiens.

Tout en utilisant des consignes et des questions, j’ai laissé à mes interviewés une relative liberté dans le choix des moyens de développer une conversation et d’aborder des sujets importants. La liberté de parole, mentionnée plus haut, a représenté un grand intérêt pour cette recherche, car elle a permis de reconstituer les trajectoires de formation et les trajectoires professionnelles et associatives des responsables de la Croix-Rouge et de découvrir des éléments individuels de leurs relations avec la réalité sociale. Par conséquent, grâce à cela, il m’a été possible d’avoir plus de contexte pour analyser les déterminants sociaux de leur engagement. En effet, comme le note Geneviève Pruvost par rapport à la méthode de récit de vie, elle permet de :

« […] situer le réseau dans lequel le narrateur se positionne et d’inscrire les phénomènes sociaux dans un enchaînement de causes et d’effets » (Pruvost, 2010 : 39).

L’intérêt a également été porté sur la manière dont l’interlocuteur construisait sa propre histoire de vie et sur le sens qu’il donnait aux changements de lieu de travail, à son engagement associatif ou à d’autres tournants de son parcours biographique. La technique mobilisée a encouragé les interviewés à présenter des faits ou des données objectives mais également des points de vue subjectifs, mobilisables pour comprendre leurs motivations. Selon les termes de Michel Crozier et d’Erhard Friedberg, la mise en valeur de l’aspect subjectif m’a permis de découvrir la « signification « subjective » des comportements » qui servira à mieux comprendre « la structuration « objective » du champ » (Crozier, Friedberg, 1977 : 458). À ce titre, Annabel Desgrées du Loû et ses collègues remarquent d’ailleurs que « « relire sa vie » reste un exercice dans lequel l’expérience subjective est incontournable » (Desgrées du Loû et al., 2017 : 30) et qu’il vaut mieux donner de la place à cette subjectivité que de tenter de l’éliminer.

J’ai donc intentionnellement prévu de laisser de la liberté à chaque personne interrogée pour qu’elle puisse me donner sa propre histoire, en s’exprimant à son propre rythme avec ses propres concepts, sans avoir l’impression d’être guidée. Enfin, j’ai surtout fait le choix de laisser la libre parole aux interviewés dans le but de voir quelles sous-thématiques ils abordent spontanément dans le cadre d’une thématique générale comme l’action sociale ou le bénévolat et de quelle façon ils touchent, par exemple, à l’aspect Lutte contre la pauvreté. Dans ce cadre, le contexte de proximité semble m’avoir aidé à maintenir une certaine neutralité méthodologique (Bourdieu et al., 2010) concernant plus précisément la technique d’enquête mise en place. Ainsi, l’entretien non-directif constitue une relation sociale « profondément artificielle » et rompt la « réciprocité des échanges coutumiers » (Bourdieu et al., 2010 : 61). En l’occurrence, le fait de travailler au sein de la même association m’a permis de neutraliser le caractère artificiel de l’entretien et d’encourager mes interlocuteurs à s’exprimer librement et à s’appesantir sur les détails qu’ils considéraient comme les plus importants. Grâce à cette technique, il a notamment été possible de constater et de montrer à quel point la manière dont la Croix-Rouge construit son action au niveau local est liée aux réseaux de connaissances de ses bénévoles et salariés, mais aussi à leurs expériences et à leurs aspirations professionnelles.

À cette manière de motiver le discours décontracté des collègues s’est ajouté le recueil des données en dehors des entretiens. En effet, le fait de travailler en équipe avec les personnes interrogées et d’échanger avec elles m’a également permis de diversifier et d’enrichir la nature et le contenu des informations. Ainsi, Janine Barbot rend évidente l’importance du temps avant et après l’entretien pour compléter les informations recueillies (Barbot, 1996). Flora Bajard qualifie les pratiques privées et informelles de « véritables richesses du travail ethnographique » (Bajard, 2013 : 13). Enfin, Howard Becker souligne plus précisément à propos de la déclaration spontanée :

« [Elle] reflète vraisemblablement moins les préoccupations et les préjugés de l’observateur qu’une déclaration faite en réponse à quelque action de l’observateur » (Becker, 2009 : 54).

En effet, étant donné l’intérêt de ce type de données, des discussions formelles et informelles m’ont permis d’accéder à des remarques et à des points de vue concernant divers sujets, comme par exemple les rapports que les responsables de la Croix-Rouge entretiennent avec les bénéficiaires et les représentants des organismes partenaires. Ces déclarations formulées spontanément n’ont pas été mobilisées de la même façon que les citations issues des entretiens, mais ont tout de même participé à la construction des pistes pour l’analyse.

Cependant, un principe important a été pris en compte dans ce cadre-là, consistant à éviter de soumettre à l’interviewé des questions ou des hypothèses de recherche (Barbot, 2010), ce qui peut avoir dans le cas contraire un effet sur le discours produit. Comme le signalent à cet égard Pascal Dauvin et Johanna Siméant, même une explication informelle du sens de la recherche peut modifier le rapport de l’interviewé à son discours en obligeant celui-ci à :

« […] répondre aux attentes du chercheur en fonction de la compréhension qu’il a du lien que l’on cherche à faire entre une trajectoire, des positions sociales successives et des pratiques » (Dauvin, Siméant, 2001 : 123).

Ainsi, pour motiver les enquêtés à présenter des causalités basées sur leurs propres rationalisations et interprétations, j’ai surtout évité de dévoiler la question centrale, les sous-questions et les hypothèses. Dans cette situation, mes relations de proximité professionnelle semblaient compliquer les choses, car il m’a fallu me forcer à ne pas trop développer le sujet lors de discussions informelles. Cela renvoie à la problématique de la prise de distance par rapport aux enquêtés.

 

À la recherche de la neutralité et de la distanciation

 

Dans son article mentionné plus haut, Justine Brabant expose un cas où elle étudie une ONG à laquelle elle est affiliée elle-même pour mener sa recherche (Brabant, 2013). L’auteure constate que, dans un cas pareil, les données produites se trouvent sous l’effet du statut de salarié ou de stagiaire d’une ONG. Cette constatation invite à poser une question plus large portant sur des effets variés, notamment ceux jugés « négatifs » du fait d’être salarié au sein de l’ONG qu’on étudie ou – plus globalement – sur ceux de la proximité du chercheur à son terrain d’enquête. Par exemple, on peut supposer que l’appartenance au même milieu aurait pu donner lieu à un effet de biais en poussant le sociologue à reprendre des prénotions (Durkheim, 1986) éventuelles, liées « à la familiarité et à la naturalité » (Lefebvre, 2010 : 127) de l’objet étudié et normalement déconstruites avant l’arrivée sur le terrain d’enquête (Paugam, 2012). On s’interroge également sur les stratégies mises en œuvre par le chercheur pour prendre de la distance et objectiver les données recueillies.

Les objectifs de déconstruire et de reconstruire l’objet, nécessaires pour toute recherche sociologique, ont donc été, de fait, encore plus pertinents dans ce cas en raison justement du statut de salarié dont le chercheur jouit dans l’organisation étudiée. Dans cette optique, je me suis efforcé d’éviter une implication excessive dans les conversations et les discussions pour maintenir un équilibre entre la position d’un observateur extérieur et celle d’un connaisseur du milieu. Notamment, l’intérêt a été de refouler tous les jugements de valeur car selon Max Weber :

« Chaque fois qu’un homme de science fait intervenir son propre jugement de valeur, il n’y a plus compréhension intégrale des faits » (Weber, 1963 : 19).

Ainsi, bien que la neutralité de l’enquêteur puisse être considérée comme illusoire (Dauvin, Siméant, 2001), comme un mythe (Beaud, 1996) ou un « leurre méthodologique » (Beaud, 1996 : 245), je me suis assigné la tâche d’adopter une posture neutre et distanciée pour être le plus impartial possible. Contrairement à d’autres chercheurs qui se sont engagés et puis ont analysé leurs propres engagements (Cf. par exemple l’ouvrage collectif : Naudier, Simonet, 2011), j’ai intentionnellement choisi de recourir à un regard extérieur sur mon objet de recherche.

Toutefois, réussir à mettre à distance mon statut au sein de la Croix-Rouge a exigé un travail de réflexion très intense surtout dans un contexte d’entremêlement des pratiques associatives et de recherche. Dans la pratique des entretiens, j’ai particulièrement évité dans mon discours d’émettre des jugements moraux, normatifs ou de valeurs ainsi que de discuter de manière critique de ma propre expérience au sein de l’association. Il m’a également fallu veiller à bien différencier écriture professionnelle et scientifique et à ne pas mélanger ces deux types d’écrits lors de la rédaction de rapports et de la prise de notes dans mon journal de terrain. Ce principe d’analyse et d’écriture, selon lequel il faut éviter d’utiliser les mots de l’institution ou, si c’est intéressant du point de vue de la problématique formulée, ne les employer que sous forme de citations, m’a également été utile à l’étape de l’analyse des données recueillies.

Si je généralise et que je m’adresse à la tradition sociologique, je peux caractériser ainsi mon positionnement par rapport à l’organisation étudiée : en cherchant à atteindre la distanciation, difficile d’accès mais conditionnant l’objectivation scientifique (Elias, 1993), et en visant également à « objectiver l’objectivation » (Bourdieu, 1980 : 51) selon les termes de Pierre Bourdieu, j’ai pris une position où j’étais en effet à la fois « en dedans » et « en dehors » (Dauvin, Siméant, 2001 : 123). Cette position s’approche en quelque sorte de celle de l’étranger, décrite par Georg Simmel comme « combinaison de proximité et de distance, qui confère à l’étranger son caractère d’objectivité » (Simmel, 1984 [1908] : 56).

Cette proximité distanciée s’avère bénéfique pour la recherche dans la mesure où elle permet de combiner un accès régulier et durable au terrain d’enquête, la connaissance du milieu étudié et un regard analytique et circonstancié sur celui-ci. Quant à l’enquête sur la Croix-Rouge, des caractéristiques personnelles de mon engagement ont favorisé ce positionnement. Ainsi, ma proximité affective et émotionnelle avec ce mouvement peut être caractérisée comme étant modérée. En effet, contrairement au cas de Flora Bajard, associée par filiation au milieu étudié (Bajard, 2013), mon engagement associatif n’est pas conditionné par mon milieu familial et ne remonte pas jusqu’à mon enfance ou adolescence. Aussi, sachant que l’attachement peut constituer une source d’ambiguïté et donc une limite, mais peut également jouer un rôle constructif parce qu’il motive la recherche, comme dans l’expérience pluriannuelle de Fanny Colonna (Chopin, 2020), force est de constater que dans cette enquête de terrain, l’investissement affectif modéré envers l’objet étudié a joué un rôle favorable dans la recherche de la distanciation. Ma présence discontinue dans les bureaux et sur le terrain d’action de l’association, liée notamment à mes séjours en France, m’a également été utile pour maintenir une certaine distance par rapport aux interviewés. Plus particulièrement, le vouvoiement des personnes les moins jeunes a introduit d’emblée une distance « respectueuse », qui n’a pas été dépassée lors des entretiens.

De plus, comme évoqué dans l’introduction, à la différence d’autres chercheurs (Alam et al., 2012 ; Brabant, 2013), j’étais engagé dans mon terrain et non pas par mon terrain. En d’autres mots, aucune rémunération n’était prévue de la part de la Croix-Rouge dans le but de soutenir financièrement mon travail de recherche. De même, le projet de thèse qui a servi de base pour cette enquête est uniquement le fruit de la réflexion et des discussions tenues au sein de mon laboratoire de recherche. L’organisation étudiée n’a pas participé à son élaboration. Par ailleurs, il n’était pas prévu de réaliser une restitution. Cette situation m’a permis d’éviter que les personnes interrogées formulent des attentes particulières à l’égard de la mise en œuvre et des résultats de mon enquête de terrain en gênant ainsi mes efforts de distanciation.

Toutefois, on ne peut éluder la question suivante lorsque le chercheur travaille dans l’organisation qu’il étudie et que la date d’embauche est antérieure à celle de son entrée sur le terrain d’enquête : dans quelle mesure les interviewés peuvent-ils se distancier des rôles qu’ils jouent par rapport au chercheur dans leurs vies professionnelles de tous les jours ? On peut en effet supposer que même si, comme évoqué plus haut, je faisais systématiquement comprendre aux personnes en face de moi que je changeais de rôle pour conduire les entretiens, je n’avais aucune raison d’être certain qu’elles mettent de côté mon statut à la Croix-Rouge lorsqu’elles participent à l’enquête. Or, dans l’organisation étudiée, il y a bien une hiérarchie et un système de rapports de pouvoir qui en découle. Il y a également des habitudes de communication qui se sont formées au cours de la socialisation au sein de l’association.

Ainsi, une limite éventuelle se dresse dans mon statut de salarié au sein de la Croix-Rouge quant aux données obtenues en entretien. Les interviewés auraient sans doute pu produire des discours correspondant à mon statut. Ils auraient également pu survaloriser certaines pratiques ou exagérer leurs motivations ou leur contribution personnelle à l’action commune. Je n’ai donc eu d’autre choix que d’en tenir compte et de confronter, là où c’est possible, les données issues des entretiens à celles recueillies dans les documents institutionnels et aussi à celles dont j’ai moi-même disposé en tant que salarié de la Croix-Rouge et donc connaisseur du milieu. De fait, cette pratique réflexive a traversé toute la période de l’enquête de terrain et a concerné, dans la même mesure, l’analyse des entretiens enregistrés et retranscrits. Pour donner un exemple, j’ai fait particulièrement attention à la valorisation par les personnes interrogées de la coopération avec d’autres sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du rôle des coordinateurs dans ce type d’activité. Ce sujet a engendré moins de critiques que, par exemple, les interactions avec des acteurs associatifs locaux, ce qui aurait, sans doute, pu être lié à la solidarité entre les composantes du Mouvement international, mais aussi à mon statut et à mon rôle au sein de l’organisation étudiée. Sans mettre de côté cette contrainte, il convient de noter encore une fois que le fait de faire partie du même cercle m’a aidé à maintenir une fréquentation optimale et adaptée à une enquête au sein d’une organisation, importante du point de vue de sociologues tels que Mathilde Bourrier (Bourrier, 2017) et constituant ainsi un effet constructif de la proximité du chercheur à son terrain d’étude.

 

Pour conclure

 

L’immersion longue dans le milieu étudié, surtout si elle a lieu avant l’entrée sur le terrain d’enquête, aide à mettre en place la recherche envisagée. Par exemple, l’accès direct à la population d’enquête et la facilité de la conduite des entretiens sont parmi les effets étroits d’une immersion de longue durée au sein de l’organisation étudiée. Il faut toutefois veiller à reconnaître les effets susceptibles de compromettre le caractère scientifique de la recherche menée. En effet, dans le cas donné, la position du sociologue par rapport à son terrain d’enquête n’est pas neutre et exige une réflexion rigoureuse et continue. Notamment, la spécificité de la relation personnelle entre le sociologue et les interviewés devient alors un important objet de réflexion analytique. En l’occurrence, ma position en tant que chercheur est particulière pour plusieurs raisons.

Ainsi, la spécificité principale de mes relations avec le terrain d’enquête réside dans ma longue immersion, d’abord bénévole puis professionnelle, dans le milieu étudié, ce qui a comme effet ma proximité professionnelle à celui-ci et la banalisation de ma présence dans l’organisation que j’étudie. Cependant, un attachement affectif modéré et une présence discontinue au sein de l’association ont probablement limité l’influence possible de mes propres valeurs et expériences. Il faut également rappeler que, du point de vue de mon rattachement en tant que chercheur, mon enquête de terrain s’est déroulée à la Croix-Rouge sans être financée par celle-ci, ce qui a contribué à maintenir une distance considérable, mais non pas excessive entre moi-même et mon objet de recherche. Toutefois, pour réussir à mettre à distance mon statut de salarié, j’ai effectué un travail de distanciation très intense tout au long de l’enquête de terrain, au cours et en dehors des entretiens. Ce travail s’est notamment exprimé par la différenciation continue et renforcée entre mes pratiques et réflexions professionnelles et scientifiques.

Dans la pratique d’enquête par entretien, j’ai pris en considération la difficulté éventuelle des personnes interrogées à se distancier de mon statut de salarié au sein de la Croix-Rouge et à se détacher des habitudes communicationnelles et relationnelles qui existent entre elles et moi dans cette organisation. Quant à ma propre position, la recherche d’une harmonie entre la proximité et la distance s’est exprimée, d’un côté, par le refus d’entremêler mes réflexions et jugements avec ceux de mes interviewés et, d’un autre côté, par la mobilisation de mon expérience bénévole et professionnelle au profit de la réciprocité et de la compréhension mutuelle. Cette combinaison a suscité une expression assez libre et personnalisée de la part des salariés de la Croix-Rouge. L’intention de concilier un guide d’entretien assez détaillé et la volonté de donner la libre parole aux enquêtés s’est avérée faisable dans l’ambiance décontractée des échanges entre le chercheur et ses interlocuteurs travaillant dans une même organisation. J’ai décelé dans cette proximité distanciée une possibilité de combiner un accès et une connaissance de terrain essentiels avec une approche neutralisant en quelque sorte les effets subjectifs de l’appartenance au même monde social. Cet article donne ainsi des détails qui aident à comprendre comment une telle pratique peut favoriser le recueil de données utiles et pertinentes sans pour autant affaiblir le fondement scientifique de l’enquête.

 

 

Références bibliographiques

Alam T., Gurruchaga M., O’Miel J., 2012, « Science de la science de l’État : la perturbation du chercheur embarqué comme impensé épistémologique », Sociétés contemporaines, vol.3, n°87, p.155-173.

Bachir M., Bussat V., 2000, « L’entretien en actes », in CURAPP, Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Paris, Presses universitaires de France, p.31-58.

Bajard F., 2013, « Enquêter en milieu familier. Comment jouer du rapport de filiation avec le terrain ? », Genèses, n°90, p.7-24.

Barbot J., 2010, « Mener un entretien de face à face », in Paugam S. (dir.), L’enquête sociologique, Paris, Presses universitaires de France, p.115-141.

Beaud S., 1996, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, vol.9, n°35, p.226-257.

Becker H. S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. « Guides Repères ».

Bertaux D., 2005, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, Paris, Armand Colin.

Blanchet A., Gotman A., 2006, L’enquête et ses méthodes. L’entretien, Paris, Armand Colin.

Bourdieu P., 1980, Le sens pratique, Paris, Le Seuil.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., 2010, Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques [contient un entretien avec Pierre Bourdieu recueilli par Beate Krais], Berlin, New York, De Gruyter Mouton.

Bourrier M., 2017, « Conditions d’accès et production de connaissances organisationnelles. Quelles possibilités de produire des connaissances contextualisées sur le fonctionnement du “système de santé global” ? », Revue d’anthropologie des connaissances, vol.11, n°4, p.521-547.

Brabant J., 2013, « Peut-on faire de la recherche au sein d’une ONG ? », Genèses, vol.1, n°90, p.42-61.

Cefaï D. (éd.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux ».

Chopin A., 2020, « Fanny Colonna : les archives d’une passion algérienne », Carnet d’Hypothèses Médiathèque & Méditerranée.

Crozier M., Friedberg E., 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

Dauvin P., Siméant J., 2001, « Travailler sur l’humanitaire par entretiens – Retour sur une “méthode” », Mots — Les langages du politique, vol.65, n°1, p.117‑133.

Desgrées du Loû A., Pannetier J., Ravalihasy A., Gosselin A., 2017, « Recueillir des parcours de vie : repères méthodologiques et population enquêtée », in Desgrées du Loû A. et Lert F. (dir.), Parcours. Parcours de vie et de santé des Africains immigrés en France, Paris, La Découverte, p.27-50.

Durkheim E., 1986, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Duvoux N., 2015, Les oubliés du rêve américain. Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-Unis, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social ».

Elias N., 1993, Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard.

Foli O., Dulaurans M., 2013, « Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre. Ajustements nécessaires et connaissances produites en contexte », Études de communication, n°40, p.59-76.

Kaufmann J.-C., 2004, L’enquête et ses méthodes. L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin.

Lefebvre R., 2010, « « Politiste et socialiste ». Une politique d’enquête au PS », Revue internationale de politique comparée, vol.17, n°4, p.127-139.

Naudier D., Simonet M. (dir.), 2011, Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Paugam S., 2012, « S’affranchir des prénotions », in Paugam Serge (dir.), L’enquête sociologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », p.5-26.

Pineau F., 2014, La Croix-Rouge française : 150 ans d’histoire, [préface de Eledjam J.-J.], Paris, Autrement.

Pruvost G., 2010, « Récit de vie », in Paugam S. (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p.38-39.

Ramos E., Arborio A.-M., Martin O., 2015, L’entretien compréhensif en sociologie – Usages, pratiques, analyses, Paris, Armand Colin.

Simmel G., 1908, « Digressions sur l’étranger », in Grafmeyer Y., Joseph I., 1984 (traduction et présentation), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier-Res, coll. « Le Champ urbain ».

Weber M., 1963, Le savant et le politique, Paris, Union générale d’éditions.

 

 

 


[1] Dans la suite de cet article, le genre masculin est employé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

[2] Le présent état de l’art, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, n’aborde que quelques travaux de recherche en lien direct avec le militantisme ou l’inscription dans des associations ou d’autres organisations.

[3] En 2020, il y a 192 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge [consulté le 30 septembre 2020]. Pour une étude de la Croix-Rouge française, voir Pineau (2014). Pour des informations supplémentaires, consulter les sites internet de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, du Comité international de la Croix-Rouge et de la Croix-Rouge française.

[4] Cette enquête a été menée dans le cadre de la rédaction de ma thèse de doctorat (le résumé est en ligne, consulté le 30 septembre 2020).

[5] Je suis membre actif du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge depuis 2007. En 2007-2010, j’ai été bénévole à la Croix-Rouge russe. Depuis 2010, je suis salarié de cette organisation dans la région de Novgorod. Je travaille en tant que coordinateur de la coopération internationale au sein du mouvement, principalement entre la Croix-Rouge russe et la Croix-Rouge norvégienne. Entre autres, j’organise des actions communes dans le cadre de la coopération, ce qui suppose une interaction régulière avec des salariés et bénévoles russes et norvégiens. Depuis 2016, je suis également bénévole de la Croix-Rouge française.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search