Quand les enquêtés sont aussi les « voisins »

Trouver sa distance au terrain : enquête dans le XVIIIe arrondissement de Paris

 

 

 

 


Esprit critique, vol.30.1, Dossier « La réflexivité dans et par la recherche », p. 63-88.


 

 

Pierre Joffre

 

Doctorant en sociologie à l’EHESS, dans le cadre d’une CIFRE à la Direction du logement et de l’habitat de la ville de Paris, rattaché au Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS) et au CRESPPA-CSU (CNRS-Paris 8-Paris 10), je travaille sur un quartier du xviiie arrondissement de Paris – dans lequel je réside – et son évolution sur le temps long. En étudiant le changement urbain et social sur le temps long de ce morceau de ville, je porte une attention toute particulière aux cohabitations entre les habitants, dans le logement privé et dans le logement social. Dernier article publié : 2019, « La carte et le sociologue. La méthode cartographique, entre relation d’enquête et production de données », blog du Centre Norbert Elias.

 

 

 

 

Le regard critique sur le travail d’enquête est nécessaire à toute recherche en sciences sociales, participant à la fiabilité du dispositif d’enquête, et tout particulièrement exigé pour ceux qui doivent gagner leur légitimité auprès des pairs. La transmission entre générations par des chercheurs aguerris a été proposée dans le cadre de travaux (Naudier, Simonet, 2011), mais ces réflexions sont plus visibles dans les textes produits par de jeunes chercheurs, la production de textes décrivant précisément les coulisses de l’enquête s’amenuisant au fil de l’évolution des carrières, car le chercheur « apprend par la socialisation au métier à retirer soigneusement des productions académiques « la « tambouille » de la recherche » » (Naudier, Simonet, 2011).

Si cette question s’est beaucoup posée en anthropologie et en ethnologie (Freidenberg citée par Avanza, 2008), la sociologie n’échappe pas non plus à cette injonction lorsqu’elle s’appuie sur des méthodes qualitatives. En effet, bien que la manipulation statistique ne soit pas exempte de toute réflexivité, il semble évident qu’elle présente d’autres enjeux que la relation enquêteur-enquêtés, justifiant un traitement réflexif différent.

La « réalité sociale relationnelle » (Coulmont, 2017) de l’entretien doit être décortiquée dans la mesure où les propriétés sociales des parties en présence influent sur la production des données. Dans ce cadre, cet article se veut proposition de réflexion autour de l’utilisation de méthodes multiples dans les travaux de réflexivité autour de la relation enquêteur/enquêtés.

L’engagement du chercheur sur son terrain, militant, affectif, ethnique, ou bien encore, comme dans l’enquête présentée ici, de résident (Ouattara, 2004) pose de manière encore plus impérative ces questions de réflexivité.

Pour développer sur les enjeux de la relation entre chercheur et enquêtés, une rapide genèse de l’enquête de terrain menée dans le XVIIIe arrondissement de Paris s’impose.

M’installant dans le quartier Lamarck-Caulaincourt peu de temps après mon arrivée à Paris, je fus saisi par le contraste entre les différents quartiers composant l’arrondissement et notamment par la diversité de leurs formes urbaines. Aussi, des interrogations se développèrent très rapidement quant aux populations résidant dans cet arrondissement, leurs modes d’habiter et de co-habiter. L’arrondissement est en effet traité de manière ambivalente : les media et l’imaginaire populaire le désignent pour partie comme un endroit connaissant un processus de ghettoïsation (Barbès, La Chapelle), ou de « boboïsation » (Abbesses, Jules Joffrin) ; tandis que les chercheurs analysent le processus de gentrification qui touche certains de ses quartiers, mais aussi les résistances à ce phénomène, souvent liées au multiculturalisme et la centralité commerciale qu’offrent ces quartiers.

La Goutte d’Or, Château-Rouge, Barbès ont été l’objet d’attentions particulières (Bacqué, 2006 ; Chabrol, 2013 ; Lallement, 2010), tandis que l’ouest de l’arrondissement est moins présent dans le débat scientifique, à l’exception de quelques travaux d’histoire, désormais anciens (Chevalier, 1985).

Dans ce contexte, une étude comparative entre des espaces sociaux contrastés, au sein de ce même arrondissement – auprès de populations socialement proches – offrait des pistes de travail prometteuses. En effet, la proximité spatiale de ces deux espaces interroge quant aux rapports qui se jouent entre eux, alors que les chercheurs ont montré que cette proximité – dans différents contextes – se caractérise souvent par une distance sociale forte (Chamboredon, Lemaire, 1970) : il s’agissait donc d’analyser les rapports des populations au sein des deux quartiers, mais aussi de comprendre les rapports desdits quartiers entre eux, l’intégration de ces espaces réduits dans l’ensemble plus large de l’arrondissement.

Marcadet-Poissonniers, Lamarck-Caulaincourt : proximité spatiale, distance sociale

La démarche comparative adoptée dans l’enquête décrite ici s’appuie sur deux zones géographiques assez proches (voir figures 1 et 2), mais dont les profils sociaux diffèrent. Il ne s’agit ici pas de quartiers au sens administratif du terme, l’arrondissement étant composé de quatre quartiers administratifs, comme tous les arrondissements parisiens. L’enquête avait pour objectif de s’approcher des « quartiers » vécus et perçus des habitants dans deux espaces à cheval sur plusieurs quartiers administratifs. La première zone, Lamarck-Caulaincourt, est un « espace supérieur type SAP (espace des professions artistiques, des professions libérales et professeurs et des précaires qualifiés) / SCI (espace des catégories supérieures avec présence des catégories intellectuelles et professions intermédiaires) » (Préteceille, 2003), qui peut être décrit comme peu mixte. Cet espace présente aussi un bâti plutôt ancien, bourgeois et relativement homogène : immeubles Art nouveau de la fin du XIXe / début du XXe siècle, villas Art Déco, anciennes maisons de villégiature… À l’inverse, la zone Marcadet-Poissonniers est un « espace moyen type MAC (espaces moyens des catégories moyennes, employés, ouvriers et précaires) / MEP (espaces des professions artistiques, des ouvriers non qualifiés, des précaires et des chômeurs) » (Préteceille, 2003) et représente le type « le plus conforme à l’idée de mixité sociale complète » (Préteceille, 2003). Il est par ailleurs constitué d’un bâti plus contrasté que celui de Lamarck-Caulaincourt : bâti haussmannien ou post-haussmannien sobre sur les grandes percées que représentent les boulevards Barbès et Ornano ainsi que sur la rue Ordener, immeubles de rapport ouvriers, constructions des années 70 ou réalisations immobilières plus récentes construites dans le cadre d’un réaménagement du quartier et d’un remplacement de l’habitat insalubre. Ces deux quartiers recoupent des réalités sociales différentes, représentant relativement bien la diversité de populations présentes dans le XVIIIe, le tout à quelques kilomètres de distance (voir le tableau 1 ci-après).

Tableau 1. Composition sociale des quartiers de l’enquête

 

Source : INSEE, Recensement de la population 2013 et 2006. Population de plus de 15 ans. Valeurs exprimées en pourcentage.
CSP + ou moyennes : Artisans, commerçants, chefs d’entreprises / Cadres et PIS / Professions intermédiaires
CSP – : Agriculteurs / Employés / Ouvriers
Autres : Inactifs

Lecture : (en italique) Entre 2006 et 2013, la proportion de CSP + ou moyenne est passée de 45,63 % à 47,35 % de la population à Lamarck-Caulaincourt, (évolution relative). Sur la même période, la population de CSP + ou moyenne a augmenté de 7,96 % dans ce quartier (évolution absolue).

 

Figure 1. Localisation des zones proposées à l’enquête dans Paris[1]

 

Figure 2. Localisation des zones proposées à l’enquête dans le XVIIIe arrondissement

 

Les caractéristiques partagées d’habitants d’un même quartier sont autant de non-dits, d’évidences, de références communes qui ne s’expriment parfois qu’à demi-mot dans l’entretien. Or, pour déconstruire les pré-notions des enquêtés et celles de l’enquêteur, il faut que s’expriment les éléments de discours qui permettront l’analyse sociologique. C’est pourquoi il est proposé ici de montrer en quoi les différentes méthodes utilisées ici – et notamment la cartographie – produisent des données, mais permettent également d’expliciter les biais dans le cadre de cette enquête et d’aller au-delà de la culture commune existante entre deux résidents d’un même espace.

Dans un premier temps, il s’agit de montrer en quoi les méthodes utilisées, particulièrement la cartographie dans le cadre de l’entretien semi-directif, ont permis d’« entrer » sur le terrain, en produisant des données. Dans un second temps, il s’agit de présenter la manière dont ont été gérées les proximités et distances sociales et spatiales avec les enquêtés, en plaidant pour la multiplication des méthodes, certaines montrant ce que la carte ne permet pas de voir.

 

Dispositif d’enquête

Le terrain s’est déroulé entre le 12 décembre 2016 et le 3 mai 2017. L’enquête était présentée comme une recherche sur le rapport au quartier des habitants. 24 entretiens ont été organisés auprès de 26 personnes, deux entretiens ayant été réalisés avec deux personnes en même temps. 14 ont été organisés au domicile des enquêtés, 8 dans des lieux publics, notamment des cafés – parmi lesquels un enquêté, chercheur en sciences sociales, m’a proposé de visiter son appartement après l’entretien, surpris que je n’ai pas insisté pour qu’il ait lieu chez lui – et 2 dans des lieux autres, l’un dans une salle commune d’une résidence où vivait l’enquêté, l’autre à mon propre domicile, l’enquêté étant une personne que je connaissais par ailleurs. L’exercice de cartographie « ordinaire » était proposé aux enquêtés en premier – ils choisissaient la couleur du dessin eux-mêmes –, puis les questions étaient abordées à l’aide d’une grille d’entretien souple. L’entretien se terminait sur le remplissage d’un questionnaire général pour caractériser la population enquêtée.

 

« Entrer » sur un terrain familier. De l’apport de la méthode cartographique dans la panoplie du chercheur

 

Tout enquête en sciences sociales implique la négociation du terrain et des entretiens auprès d’enquêtés qui présentent certaines caractéristiques sociales propres. Les enquêtés assignant certains rôles à l’enquêteur, il faut donc que ce dernier trouve sa place, comme cela sera montré dans un premier temps. L’une des méthodes utilisées lors de cette enquête – la cartographie « ordinaire » – a permis une entrée en matière particulière lors des entretiens qui devra être développée dans un second temps.

 

Négocier les entretiens : trouver sa place auprès de ses enquêtés

Si le sociologue a besoin de ses enquêtés pour son enquête de terrain, la réciproque n’est pas toujours exacte et faire en sorte que les enquêtés acceptent le principe d’un entretien – consommateur de temps – n’est pas toujours facile. Devant les difficultés d’accès à certaines personnes, j’ai « choisi » – choix relatif et guidé par les conditions temporelles de l’enquête – de focaliser mon attention sur les classes moyennes et supérieures. Les conseils de quartier ont été la prise de contact avec le terrain la plus immédiatement accessible, malgré leurs biais : les personnes présentes à ces réunions ont probablement une vision spécifique de leur quartier, elles ont une connaissance des instances leur permettant de se faire entendre ou bien de prendre de l’information. Elles possèdent donc un certain capital culturel à prendre en compte. Cela n’empêche pas certaines d’entre elles de se poser la question de la légitimité de leur parole : un homme qui refuse un entretien à la fin d’une des réunions me suggère d’interroger un des élus présents à sa place, car il explique qu’il aura des choses plus intéressantes à dire que lui. Bien que je lui explique que je m’intéresse justement au discours des habitants, excluant celui du politique, sa position ne change pas. Les refus de terrain sont donc aussi structurants dans les résultats de l’enquête (Darmon, 2005).

Mon réseau personnel est aussi l’occasion de me rapprocher de certains habitants des espaces étudiés, mais c’est dans mon quartier de résidence qu’il m’a été le plus difficile d’obtenir des entretiens, au-delà des quelques-uns que j’ai pu organiser avec mes voisins. Cette position de voisin ne permet pas d’insister autant que nécessaire : il faudra par exemple recroiser les personnes ayant refusé l’entretien au quotidien.

Par ailleurs, Lamarck-Caulaincourt est un quartier sans problème apparent, ni enjeu politique : les habitants n’ont pas nécessairement de besoin de porter leur voix et peuvent s’interroger sur les raisons d’une telle enquête.

À l’inverse, Marcadet-Poissonniers est un quartier mixte, en transition et où des projets urbains voient le jour, ses habitants ont tout intérêt à prendre la parole pour influer sur la destinée du quartier. Après de premiers contacts au cours de réunions de conseil de quartier et la sollicitation de mon réseau, l’effet boule de neige me permettra de recruter un certain nombre d’enquêtés. Cette méthode de sélection comporte bien entendu des biais et entraîne des surreprésentations de certains types d’enquêtés, notamment retraités et jeunes actifs de 26-35 ans.

Faire accepter le principe de l’entretien n’est pas le seul moment de négociation : le lieu de rencontre pose aussi question. Si, dans ce type d’enquête, le chercheur a tout intérêt à ce que l’entretien s’organise chez les enquêtés, tous ne sont pas prêts à lui ouvrir les portes de leur intimité.

Entrer chez ses enquêtés présente pourtant des avantages : un des enquêtés acceptant de me recevoir chez lui, j’y rencontre son compagnon, que je n’aurais pas rencontré si l’entretien s’était déroulé dans un endroit public. Ledit enquêté décrit son implication dans diverses associations qui se réunissent pour obtenir des pouvoirs publics qu’ils chassent des populations indésirables de leur jardin privé et m’explique avoir reçu dans ce cadre des menaces de mort. Certains autres enquêtés étant investis dans les mêmes associations sans avoir reçu de telles menaces, j’émets alors l’hypothèse que ces menaces sont aussi potentiellement liées à son homosexualité, structurant donc pour partie son rapport négatif au quartier.

Ce type d’exemple peut être multiplié : l’intimité du logement est révélatrice de certaines caractéristiques des enquêtés. S’imposer dans le logement est parfois possible, lorsque l’enquêteur et l’enquêté partagent un certain nombre de caractéristiques – par exemple l’âge – mais aussi lorsque l’entretien a été convenu grâce au réseau personnel : j’insiste auprès de Nicolas pour qu’il me reçoive chez lui, une amie me l’a présenté, il est chercheur également, il comprend certainement l’importance que cela peut avoir. Le logement comme lieu de rencontre est parfois aussi une évidence, comme lorsque l’entretien se déroule chez un voisin ou bien lorsque l’enquêté est une personne âgée qui se déplace difficilement.

À l’inverse, certains enquêtés préfèrent que le rendez-vous soit donné dans un lieu public, souvent un bar. Cela étant, le choix du bar peut également révéler les pratiques des enquêtés dans leur quartier, et en filigrane une partie de leur rapport à celui-là.

Le lieu public donne aussi la possibilité d’assister à certaines scènes révélatrices : Didier croise dans le café un jeune migrant qu’il héberge – détail qu’il n’aurait peut-être pas mentionné au cours de l’entretien ; j’assiste avec Anouar à une altercation entre un usager de drogue et le gérant du café, qui me permet d’aborder des questions liées à la drogue et à la sécurité dans le quartier.

La négociation de l’entretien place l’enquêteur dans un rapport de force qui ne lui est pas nécessairement favorable, et c’est entre autres pour tenter de trouver une manière plus aisée de démarrer l’entretien que la cartographie a été mobilisée. L’outil cartographique est donc autant un outil de production de données – s’agissant d’une enquête qui prend en compte l’espace – qu’une manière originale de démarrer les entretiens.

 

Une cartographie « ordinaire » facilitatrice d’enquête

Pour essayer de spatialiser leurs représentations du quartier et débuter une conversation, un exercice de cartographie a été proposé aux enquêtés. Inspiré des cartes mentales, présentes dans de nombreux travaux de géographes – celles de Metton et Bertrand (1974) ont particulièrement marqué l’approche retenue – cet exercice sera défini plutôt par le terme « ordinaire » ici, en opposition à une cartographie scientifique. En effet, les cartes mentales sont généralement proposées à partir d’une feuille blanche. Le choix opéré ici a été celui d’un fond de carte du XVIIIe arrondissement, afin de guider les enquêtés grâce aux grands axes de communication et autres équipements reconnaissables sur la carte, malgré l’absence de toponymes. La consigne consistait pour eux au départ à « dessiner leur quartier », puis – précision liée à quelques incompréhensions – à « tracer les limites de leur quartier ».

L’exercice est plutôt bien reçu par les enquêtés, à l’exception d’une personne qui refuse de dessiner, ne réussissant pas à se repérer sur la carte. L’évocation du dessin suscite bien souvent des inquiétudes : les enquêtés commencent par déclarer qu’ils ne savent pas dessiner :

« Je suis nul(le) en dessin »,

« C’est compliqué ce que vous me demandez »,

Cependant ils sont vite rassurés par l’explication plus précise de la consigne, le tracé de limites.

Le premier réflexe est de trouver des repères sur la carte, qui n’en comporte aucun : l’enquêteur peut aider à ce repérage, en montrant le lieu de rencontre, le lieu de vie de la personne, les grands axes qui structurent l’espace… ils posent ainsi des questions,

« Où se situe la rue… ? »,

« Ça, c’est le Sacré-Cœur ? ».

Une fois qu’ils ont réussi à s’approprier la carte – ce qui prend plus ou moins de temps en fonction des personnes – ils commencent à évoquer leurs pratiques quotidiennes, qu’ils relient directement à leur quartier :

« Là où je fais mes courses »,

« Ici il y a l’école, le gymnase »…

Ils distinguent dans leur quartier les lieux qu’ils fréquentent, de ceux qu’ils ne fréquentent pas, qu’ils excluent de leur tracé. Certains commentent et justifient leur tracé, tandis que d’autres se contentent de tracer rapidement les limites. Certains distinguent également différents types de quartiers, du plus immédiat à celui qui l’est moins. Les modalités de déplacement sont également évoquées parfois : le quartier pratiqué à pieds, à vélo, « les endroits où je vais sans prendre le métro ». Leurs tracés peuvent donc représenter différents quartiers et différentes pratiques, les enquêtés opérant des distinctions entre eux et les autres, créant en partie artificiellement des frontières symboliques (Lamont, Molnar, 2002) à travers la carte, même si ces dernières surgissent également dans les discours.

La cartographie « ordinaire » est plutôt un facilitateur de l’entretien, permettant une entrée en matière qui dédramatise une situation assez peu naturelle, comme le confirment les réactions, trouvant l’exercice « rigolo » ou « intéressant ». En effet, le moment de l’entretien représente une interaction sociale spécifique : il ne s’agit pas d’une conversation ordinaire, le rapport qui s’instaure entre enquêteur et enquêté n’est pas toujours idéal, a fortiori lorsque l’enquêteur manque de pratique dans l’exercice. La proposition de la carte est une proposition de support, une médiation face à cette situation peu évidente à appréhender, principalement au début de l’entretien, la gêne éventuelle s’estompant généralement progressivement au cours de la conversation. Elle permet de réduire le moment où enquêteur et enquêté se jaugent l’un l’autre (Beaud, 1996) et potentiellement facilite la prise de parole par la suite, offrant également un support visuel et presque physique permettant aux enquêtés d’appuyer leurs éléments de discours : certains enquêtés réutilisent la carte durant l’entretien pour montrer les endroits dont ils parlent. La méthode s’articule aussi au discours produit par des enquêtés dans le cadre d’un entretien ; il s’agit d’un premier exercice, destiné à introduire une discussion autour du quartier et des perceptions de l’espace.

 

Figure 3. Carte de Julien

 

Figure 4. Carte de Simone

 

 

Spatialiser « son » quartier : une révélation des frontières symboliques

Les cartes mettent à jour des délimitations personnelles et amènent les enquêtés à en discuter pour les mettre en rapport avec les découpages officiels, mais aussi pour interroger leur rapport aux autres qui peuplent ou pratiquent les espaces délimités. Elles ont permis de constater la pertinence empirique des distinctions entre quartier vécu et perçu (Di Méo, 1994), mais aussi de mettre à jour la construction de frontières et démarcations qui structurent les pensées et les pratiques des habitants. Ces frontières se révèlent être des marqueurs sociaux et non pas administratifs, comme les cartes et les discours le montrent.

Des « force[s] physique[s] qui exerce[nt] une répulsion des deux côtés » (Simmel, 2010 [1908]), parfaitement illustrées par un enquêté, qui explique que « les gens… indirectement ils respectent les quartiers», faisant référence à une forme d’attribution spatiale qui semble n’être pas contestée par les différentes populations qui cohabitent dans les alentours.

Une autre enquêtée décrit ces différences sociales en utilisant le terme d’« ambiance », qui caractérise différents espaces, l’avenue Junot « bourgeoise », la Goutte d’Or « populaire ».

Les cartes et les discours des enquêtés mettent donc à jour des frontières symboliques entre différents quartiers qui composent l’arrondissement, à l’extérieur ou à l’intérieur du quartier dessiné par eux. En fonction de leurs besoins, de leur rapport à l’altérité, mais aussi de leurs parcours socio-résidentiels, ils pratiquent un ou plusieurs espaces qu’ils ont caractérisés. C’est la répartition spatiale de différents types de populations qui est visible par les enquêtés dans leur vie quotidienne.

Les démarcations sont présentes dans les cartes des enquêtés, comme le montrent les deux cartes précédentes : Julien dessine un panneau « attention » sur la zone de la Goutte d’Or pour signaler un danger ou un endroit à éviter, tandis que Simone dessine les endroits qui selon elle sont acceptables et ceux qui ne le sont pas. Bien qu’ils aient mal interprété la consigne de départ pour la carte, leur production révèle des éléments intéressants pour l’analyse, puisqu’ils expriment des frontières symboliques marquées.

De mêmes, les cartes d’Anouar et de Marine symbolisent aussi une frontière qui coupe l’arrondissement en deux parties. Mais c’est encore dans les discours que les frontières sont les plus perceptibles : « frontière », « limite entre les pauvres et les riches», « no man’s land », les qualificatifs ne manquent pas dans les discours pour signaler une attribution sociale de l’espace, la carte permettant de les positionner très précisément. Ainsi, le boulevard Barbès semble être considéré unanimement comme la démarcation entre deux parties du XVIIIe arrondissement, concentrant des propriétés foncièrement différentes : d’un côté un quartier valorisé, considéré comme « bourgeois », « mixte » par certains enquêtés, de l’autre un quartier « immigré » et « populaire », ici dans le mauvais sens du terme, c’est-à-dire plutôt pauvre et en difficulté, cumulant les handicaps.

Cette partition est cependant récente, puisque l’imaginaire collectif considère généralement le XVIIIe arrondissement comme un arrondissement populaire. Les représentations de cette répartition sociale de l’espace structurent les pratiques des habitants, en fonction de leurs trajectoires socio-résidentielles respectives. Cet établissement de frontières, cette mise à distance de l’autre – révélées entre autres par l’exercice de cartographie – a des conséquences sur la relation enquêteur-enquêté, ce qui va être exposé maintenant.

 

Figure 5. Carte d’Anouar

 

Figure 6. Carte de Marine

 

Figure 7. Carte de Nicolas

 

Figure 8. Carte d’Alexandre

 

 

Enquêter sur un terrain familier. Gérer les distances et proximités socio-spatiales, au prisme des représentations

 

En tant qu’interaction sociale – et bien qu’elle soit construite, artificielle – l’entretien est modelé par les caractéristiques sociales des personnes en présence (Beaud, 1996). Le fait de vivre sur son terrain d’enquête – qui est une de ces caractéristiques – donne une familiarité avec les lieux, des points communs avec les enquêtés, une forme de proximité et parfois de connivence, qui méritent de s’y attarder de par leur effet sur la relation enquêteur-enquêté. Il faut donc trouver la « bonne distance » au terrain (Bensa, 2013) et aux enquêtés, qui doit être négociée lors de chaque entretien. Seront donc abordées dans un premier temps les proximités et distances sociales, et dans un second temps les proximités et distances spatiales. Enfin, il s’agira d’expliquer en quoi la multiplication des méthodes peut permettre à l’enquêteur-habitant une analyse plus fine.

 

Proximités et distances sociales : enquêter auprès de classes moyennes et supérieures blanches

« Caractéristiques sociales [qui ne peuvent être cachées] » (Fournier, 2006) l’âge, la couleur de peau, le genre et d’autres, sont autant d’éléments influant sur la situation d’entretien. Dans le cadre de cette enquête auprès des classes moyennes et supérieures, l’enquêteur s’est retrouvé dans une position ne lui étant pas toujours favorable, comme c’est souvent le cas, notamment auprès de populations fragiles, où le rapport de domination joue en sa faveur (Chamboredon et al., 1994). Il s’agissait en fait ici d’interroger des habitants partageant un nombre assez important de points communs avec l’enquêteur. Pour la plupart diplômés du supérieur, blancs, vivant dans le XVIIIe arrondissement – les distances et proximités spatiales seront évoquées ensuite – la distance sociale est généralement faible entre les deux acteurs de l’entretien. Cela étant particulièrement visible lorsqu’enquêté et enquêteur partagent en plus des conditions objectives très proches : récemment diplômés ou étudiants, d’âge proche, avec un niveau et un mode de vie supposés similaires. Le rapport de domination est donc en constante négociation et les enquêtés n’hésitent pas à jouer des caractéristiques leur apparaissant pour symétriser la relation ou la renverser à leur avantage (Legavre, 1996).

Cela passe par l’âge par exemple, lorsque des enquêtés âgés passent du vouvoiement au tutoiement, dans une forme de « paternalisme » dans la relation. L’effet produit n’est pas le même qu’un tutoiement qui s’impose spontanément lorsqu’enquêté et enquêteur ont des âges proches. Cela peut être considéré comme une tentative pour reprendre le contrôle de la situation, puisque :

« L’usage des prénoms – comme du tutoiement – est inséré dans les relations de familiarité et des relations entre égaux, mais aussi dans des relations entre inégaux, selon que cet usage est réciproque ou non » (Coulmont, 2007),

ou bien vu comme une forme spécifique de socialisation, eu égard aux trajectoires sociales des enquêtés.

Cette proximité sociale est également renforcée par le fait que la sociologie est souvent une discipline dont les enquêtés se sentent proches, pour peu qu’ils l’aient déjà étudiée quelque peu en cours, comme cette enquêtée qui rappelle à plusieurs reprises avoir passé une licence de sociologie :

« Quand je faisais mes études de sociologie »,

« La sociologie en principe, ça consiste à étudier les faits, pas à les juger »…

Autant de rappels à l’enquêteur du fait que l’enquêté maîtrise une partie des codes et que la formulation de certaines questions doit être pensée avec attention (Legavre, 1996), car des renversements du rapport de force peuvent avoir lieu.

En effet, dans tous les entretiens, ou presque tous, il y a un moment où :

« La situation se trouve […] renversée et l’enquêteur devient enquêté » (Chamboredon et al., 1994).

Les enquêtés commencent à questionner l’enquêteur sur sa situation personnelle. Que ce soit pour tâcher de renverser l’équilibre, plus favorable à l’enquêteur, par curiosité personnelle ou bien par mimétisme avec une situation sociale plus classique de conversation, certaines questions émergent :

« Vous avez peut-être déjà observé que c’était pas très propre, non ? »,

« Tu te sens en insécurité toi ici ?! ».

Cette manière de « reprendre les rênes » dans la conduite de l’entretien s’observe également parfois dans les injonctions qui sont faites à l’enquêteur : « Posez-moi des questions! », ou bien lorsqu’un souci de bien faire, de donner une bonne réponse, transparaît à travers le même type de réflexions, venant même d’un enquêté rompu à la pratique de l’entretien :

« Bon pose moi des questions, j’ai l’impression de t’avoir aidé sur rien là ! J’ai l’impression que j’ai répondu au fil de tes questions de manière… ».

Cette volonté de « bien » répondre à des questions précises remet en partie en cause la méthode d’entretien, à savoir aussi peu directive que possible, mettant parfois les enquêtés dans une situation un peu inconfortable, dans l’obligation de produire un discours sur le quartier.

Par ailleurs, la médiatisation de certains concepts analytiques, notamment le terme de « gentrification » ou la catégorie de « bobo » – catégorie plus vernaculaire que scientifique, que les chercheurs commencent néanmoins à mobiliser (Authier et al., 2018), et cependant très diffusée parmi les enquêtés – renforce cet effet de proximité culturelle, les enquêtés produisant un discours relativement réfléchi autour de ces thématiques, obligeant l’enquêteur à adapter les méthodes d’entretien. C’est ainsi que, d’une position la moins invasive possible, tenue dans l’optique d’éviter le plus possible les biais, l’enquêteur est parfois forcé de glisser vers une position plus tranchée :

« […] une intervention non « neutre » […] [pouvant] permettre de faire émerger cette forme de conscience qu’A. Giddens nomme la « conscience discursive » » (Legavre, 1996).

D’où certaines questions plus polémiques posées dans le but de faire réagir, de faire sortir d’une retenue, d’une euphémisation, parfois liée à l’intériorisation d’une norme sociale.

Attitude plus tranchée qui n’est cependant pas toujours nécessaire : le fait de partager une couleur de peau avec les enquêtés a libéré une part de discours raciste qui n’aurait peut-être pas émergé en face d’un enquêteur d’une origine différente. Le registre de justification de ce discours aurait en tout cas probablement été différent.

Ces éléments permettent par la suite de comprendre que le rapport au quartier des habitants de Marcadet-Poissonniers – qui sont ceux chez qui les propos « racistes » ou des généralités sur les « noirs qui parlent fort dans le bus», ne « s’intègrent pas en France», ne sont pas « chez eux», apparaissent – est éminemment racialisé, de même que le rapport à la pauvreté, puisque celle-là semble être associée à l’ethnicité par les enquêtés.

Les autres habitants du quartier sont, d’après certains, majoritairement d’origines étrangères et pauvres. Recevoir ce type de discours exige un détachement de la part de l’enquêteur, qui doit demeurer impassible lors de l’entretien pour analyser a posteriori les raisons sociologiques de la tenue de tels propos.

Cette « proximité » conduit parfois à l’émergence d’une forme de complicité, entre enquêtés et enquêteur, abolissant une partie de la distance facilitant le bon déroulé de l’entretien. Une connivence relative renforcée par la proximité spatiale qui rapproche les deux personnes en interaction.

 

Proximités et distances spatiales. Enquêter dans « son » quartier : la position du chercheur dans un espace social

Vivre sur son terrain d’enquête implique – outre les avantages en termes d’observation dans le quotidien – de partager un certain nombre d’habitudes et de « connaissances » avec ses enquêtés. Cela conduit à des imprécisions ou la non-expression des évidences pour quelqu’un qui est « du quartier », puisqu’il s’agit d’un « univers familier au chercheur » (Landour, 2013). Cela prend la forme de l’évocation d’une rue, d’un nom de lieu dans les environs, une évidence pour un habitant qui ne l’est pas nécessairement pour l’interlocuteur. Or, il s’agit de faire préciser tout de même des choses qui peuvent produire des anecdotes, informations ou autres données pertinentes pour l’analyse. Il faut donc trouver un équilibre subtil entre l’acquiescement de connivence lorsqu’un enquêté évoque un lieu connu ou non de l’enquêteur – supposé le connaître – et les interrogations pour plus de précisions lorsque le lieu évoqué peut être révélateur d’un certain rapport au quartier et à la mixité. Tous ces « allant de soi », ces évidences du fait de la culture commune d’habitants auraient pu ne pas apparaître, et c’est en grande partie à travers la cartographie – et une spatialisation des discours – que peuvent être explicitées les évidences. La culture commune s’exprime bien souvent au cours des entretiens, d’autant plus dans le cas où les enquêtés sont jeunes et supposent des pratiques similaires du quartier : certains évoquent des bars ou restaurants en me disant « j’imagine que tu connais l’endroit », d’autres décrivent des lieux précis en supposant que je vois parfaitement où ils se situent.

Rues, commerces et divers lieux sont supposés connus de l’enquêteur, qui vit sur place. La cartographie permet alors de préciser, de montrer, de désigner les lieux qui ne sont en réalité pas toujours connus malgré la supposition de départ.

De même, le chercheur est aussi exposé à des questions d’ordre pratique :

« Je vais profiter de ta connaissance, la piscine la plus proche, elle est où ? » ;

ou bien amené à donner son avis personnel – comme cela a déjà été évoqué à propos de la propreté ou de la sécurité :

« Vous avez peut-être pas une bonne idée de moi… »,

« Vous ne trouvez pas ? ».

Une inversion des rôles entre enquêteur et enquêté qui peut aussi constituer un juste retour des choses : en échange du temps accordé par l’enquêté, ce dernier tâche d’obtenir un bénéfice direct, une information ou la légitimation de sa parole.

Enquêter sur son lieu de vie peut aussi signifier rencontrer ses voisins, enquêter dans une sphère presque intime, auprès de gens qui seront recroisés par la suite. La conversation prend alors des tournures un peu différentes : connaissances communes, problématiques partagées, mêmes commerces fréquentés… il s’agit ici de conserver une position qui évite de trop influencer le discours, et surtout être vigilant pour ne pas plaquer ses propres prénotions sur le quartier, mais écouter le discours tenu, pour l’analyser finement et tenir compte des catégorisations des enquêtés, cela demandant un travail réflexif d’autant plus poussé. Mais il faut aussi songer à préserver ses relations à venir avec ses voisins.

Enfin, le positionnement spatial du chercheur et l’image qu’il renvoie indiquent son positionnement social, comme le prouvent quelques réactions d’enquêtés lorsqu’ils me demandent où je réside. L’évocation de la rue Damrémont, qui apparaît comme une sorte d’idéal dans leur représentation du XVIIIe arrondissement me positionne comme vivant du « bon côté » de l’arrondissement, le quartier « propre » et « bourgeois ». Se devine en effet dans certains discours une forme d’idéalisation du lieu, concentrant des propriétés positives (Bourdieu, 2015 [1993]). Il s’agit pourtant d’une rue longue, démarrant au niveau du cimetière de Montmartre, au sud-ouest de l’arrondissement, en effet dans un des IRIS[2] les plus favorisés du XVIIIe mais se terminant néanmoins au niveau de la porte Montmartre, au nord-ouest, dans un des IRIS les plus défavorisés. Aucun n’a envisagé la simple possibilité pour moi d’habiter dans le nord de la rue, ils envisagent immédiatement sa partie sud, correspondant selon eux à une image plus valorisée :

«Thérèse : Vous commencez à connaître… Vous êtes du quartier ?

Enquêteur : Moi j’habite à… j’habite rue Damrémont.

T. : Ah ! C’est bien rue Damrémont, vous devez avoir un joli appartement…

E. : Euh… je suis étudiant, donc je sais pas si on peut dire que j’ai un joli appartement…

T. : Ah non, mais vous pourriez… vous pourriez être chez papa-maman !

E. : Non, je suis pas chez papa-maman.

T. : Ah bah rue Mandéon… j’allais me balader plein de fois par-là, bien sûr… c’est super, c’est… Caulaincourt, Damrémont, tout ça, c’est super ! Voilà, bah voilà, si on pouvait transférer ça [sa résidence] là-bas, oui bien sûr ! » (Thérèse, retraitée de l’enseignement privé, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge >75, propriétaire, arrivée en 1980).

 

« Simone : Oui. Vous habitez… vous habitez par-là ?

Enquêteur : Euh, j’habite rue Damrémont moi. […]

S. : Ah ben oui ! Alors là, vous êtes bien vous là-bas !?

E. : Oui, oui, enfin… je serais peut-être bien ici aussi…

S. : C’est pas la même chose ici. […] Puis Damrémont, attendez… Damrémont… vous êtes bien là ! Moi j’aurais un appartement rue Damrémont, je m’en irais pas d’ici… » (Simone, retraitée assistante de direction, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge >75 ans, propriétaire, arrivée en 2003).

 

« Yves : Tu n’hab… tu habites le quartier toi ?

Enquêteur : Moi j’habite… un peu plus loin dans le xviiie, je suis pas ici, je… je suis rue Damrémont.

Y. : Ah ben oui, c’est plus chic. […] C’est plus chic qu’ici… » (Yves, retraité intermittent du spectacle, Marcadet-Poissonniers, tranche d’âge >75 ans, propriétaire, arrivé en 2000).

L’image associée à cette rue, certainement basée en partie sur le bâti et surtout sur l’absence d’altérité ethnique dans le quartier – puisque la figure de l’« autre » marquée ethniquement est l’opposé de celle du « bon voisin » chez ces enquêtés (Tissot, 2011) – m’est donc associée, me repositionnant potentiellement dans une situation de domination sociale. Les enquêtés cités ici sont âgés : il est possible que cette image soit moins développée chez les habitants les plus jeunes ou bien ceux qui ont véritablement choisi de venir s’installer dans le quartier, qui pourraient avoir tendance à revendiquer une appartenance à un quartier pluri-ethnique par exemple.

La position spatiale du chercheur – de son lieu de résidence – participe toutefois à le catégoriser pour certains enquêtés : vivant de l’autre côté de la frontière symbolique, je ne peux comprendre entièrement le ressenti qu’ont les enquêtés vis-à-vis de leur environnement immédiat. Et c’est aussi ce lieu de résidence qui force l’enquêteur à proposer une réflexivité d’autant plus poussée dans sa production scientifique.

 

Mettre à distance la proximité : plaidoyer pour l’utilisation de méthodes multiples

Le discours des enquêtés est une production, même si le sociologue doit faire en sorte que cette production soit la plus « brute » possible, et surtout l’analyser précisément pour comprendre son contexte d’énonciation. L’utilisation de différentes méthodes permet donc de proposer une analyse qui s’appuie non seulement sur les discours, mais aussi sur ce qui peut les nuancer, les expliciter, les contextualiser.

Dans cette enquête, la description statistique permet par exemple de constater une évolution majeure du peuplement de Marcadet-Poissonniers dans les années récentes, qui n’est pas visible sur les cartes et peu présente dans les discours : les CSP moyennes et supérieures y sont de plus en plus nombreuses, tandis que les CSP populaires ainsi que les proportions de personnes étrangères ou immigrées se réduisent nettement. Malgré tout, la réputation du quartier reste tenace et les cartes et discours de la plupart des enquêtés font bien ressortir la permanence de ce quartier pluri-ethnique et son aspect « populaire ». Il faut souligner ici que les personnes qui pratiquent l’espace public du quartier ne sont pas nécessairement des habitants, cela pouvant expliquer en partie ce décalage.

Autre méthode qui a été testée lors de cette enquête pour analyser les pratiques des habitants et les mettre en relation avec leurs discours : leur demander de dresser une liste de commerces qu’ils fréquentaient pour leurs courses quotidiennes. Les résultats relatifs à ces listes de commerces n’ont pas été analysés précisément par manque d’éléments : il aurait fallu multiplier les réponses sur la base d’un questionnaire distribué plus largement afin d’obtenir des résultats significatifs. Cependant, ils auraient pu permettre de nuancer les discours sur les frontières par exemple, grâce à l’analyse des pratiques. Ces différents outils sont autant d’éléments à la disposition de l’enquêteur pour lui permettre la distance nécessaire compte tenu de ses propres implications sur le terrain.

Dans cette enquête, enquêteur et enquêtés partagent un certain nombre de caractéristiques sociales, proximité sociale doublée d’une proximité spatiale, puisque je vis sur l’un de mes terrains de recherche. Cependant, la faible distance – au sens spatial – qui sépare les deux quartiers étudiés est inversement proportionnelle à la distance sociale qui les sépare dans la représentation de certains enquêtés de Marcadet-Poissonniers. Notre proximité sociale de fait est donc affaiblie par leurs représentations, influençant la relation entre enquêteur et enquêtés. Dans le cas des enquêtés de Lamarck-Caulaincourt, proximité spatiale et sociale se font écho, créant une forme de connivence : je suis doublement « des leurs ». Dans ce contexte, c’est aussi grâce à la multiplication des méthodes que l’enquête peut donner les résultats les plus fins et l’enquêteur-habitant prendre la distance nécessaire à l’analyse : les statistiques et l’étude des pratiques à travers un questionnaire viennent nuancer les représentations et les discours.

La relation d’enquête est généralement productrice de données en tant que telle, comme l’ont montré un certain nombre de travaux réflexifs (Olivier de Sardan, 2000). Comme dans toute interaction sociale, les positions des interlocuteurs, leurs habitus influent sur l’interaction en train de se faire. Les caractéristiques physiques et sociales des individus – la « race » a été évoquée – le lieu de rendez-vous, et les imprévus liés à ce lieu, participent de la production du discours.

Dans cette enquête en particulier, les méthodologies employées, cartographie ordinaire dans le cadre d’entretiens semi-directifs, statistiques, questionnaire, ont façonné cette relation d’enquête, en permettant à l’enquêteur débutant de se sentir plus à l’aise et de développer sa réflexivité, et aux enquêtés de placer visuellement des repères quant à ce qu’ils considèrent comme les frontières symboliques de l’espace qu’ils pratiquent.

La négociation de l’interaction est donc passée entre autres par le support de la carte, facilitant le travail de l’enquêteur, en produisant des données riches pour caractériser l’espace social et le rapport au quartier et à l’altérité – qui étaient les objectifs premiers de l’enquête. La carte permet de mettre en lumière certaines distances socio-spatiales, sans faire disparaître les effets d’enquête propres aux positions respectives des interlocuteurs, mais elle donne aussi des outils pour analyser la relation entre enquêteur et enquêtés. En dessinant leur rapport à l’espace, les enquêtés expriment, entre autres, d’une manière plus anodine qu’à travers le discours, leur ressenti vis-à-vis de la position socio-spatiale de l’enquêteur. Cependant, elle ne permet pas de tout montrer : elle n’est qu’un outil parmi d’autres, et c’est aussi grâce à la multiplication des méthodes que l’enquêteur peut mettre à jour des frontières, mais aussi des pratiques, des paradoxes qui viennent enrichir la production de données par entretien.

La question des distances et des proximités a été traitée également au regard de la relative intimité qui a pu exister dans le cadre de cette enquête, notamment auprès de ses voisins. Cette proximité pose la question du devenir de l’enquête, « une ethnographie du proche ne p[ouvant] faire l’économie de la question des modalités de la restitution » (Girard, Langumier, 2006). La restitution en question est passée par la rédaction d’un billet sur un blog (Joffre, 2017), reprenant quelques éléments de l’enquête. Cependant, cette production nécessite de trouver un équilibre, puisque les personnes interrogées – bien qu’anonymisées – peuvent se reconnaître dans le texte. Or, enquêter en habitant signifie recroiser ses enquêtés par la suite : la relation n’est pas seulement une relation d’enquête qui s’arrête à la fin de cette dernière dans le cadre d’une ethnographie « chez soi », elle se poursuit au-delà de l’enquête.

 

 

Références bibliographiques

Authier J.-Y., Collet A., Giraud C., Rivière J., Tissot S. (dir.), 2018, Les bobos n’existent pas, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sociologie urbaine ».

Avanza M., 2008, « 2 : Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas « ses indigènes » ? Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », in Bensa A., Fassin D. (dir.), Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 41-58.

Bacqué M.-H., 2006, « En attendant la gentrification : discours et politiques à la Goutte d’Or (1982-2000) », Sociétés contemporaines, vol. n°63, n°3, p. 63-83.

Beaud S., 1996, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l' »entretien ethnographique » », Politix, vol. 9, n°35, p. 226-257.

Bensa A., 2013 [1995], « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance. Une lecture du livre de Philippe Descola, Les Lances du crépuscule, Relations Jivaros, Haute-Amazonie, (Paris, Plon, 1993) », Enquête, 1, p. 131-140.

Bourdieu P. (dir.), 2015 [1993­], La misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Chabrol M., 2013, « Continuités d’usages et maintien d’une centralité commerciale immigrée à Château-Rouge (Paris) », Les Annales de la recherche urbaine, Figures nouvelles, figures anciennes du commerce en ville, n°108, p. 97-107.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M., Willemez L., 1994, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n°16, p. 114- 132.

Chamboredon J.-C., Lemaire M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, n°11, vol.1, p. 3-33.

Chevalier L., 1985, Les Ruines de Subure : Montmartre, de 1939 aux années 80, Paris, Robert Laffont.

Coulmont B., 2017, « Le petit peuple des sociologues. Anonymes et pseudonymes dans la sociologie française », Genèses, n° 107, p. 153-175.

Darmon M., 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, vol. 1, n°58, p. 98-112.

Di Méo G., 1994, « Épistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain », Annales de Géographie, vol. 103, n° 577, p. 255-275.

Fournier P., 2006, « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur », ethnographiques.org, n°11.

Girard V., Langumier J., 2006, « Risques et catastrophe : de l’enquête de terrain à la construction de l’objet », Genèses, vol.2, n°63, p. 128-142.

Joffre P., 2017, « Ce que dessiner veut dire : une cartographie parisienne des frontières symboliques », blog du master de sociologie de l’EHESS.

Lallement E., 2010, La ville marchande. Enquête à Barbès, Paris, Téraèdre.

Lamont, M. et Molnar V., 2002, « The study of boundaries in the social sciences », Annual review of sociology, n°28 (1), p. 167-195.

Landour J., 2013, « Le chercheur funambule. Quand une salariée se fait la sociologue de son univers professionnel », Genèses, n° 90, p. 25-41.

Legavre J.-B., 1996, « La « neutralité » dans l’entretien de recherche. Retour personnel sur une évidence », Politix, vol. 9, n°35, p. 207-225.

Metton A., Bertrand M.-J., 1974, « Les espaces vécus dans une grande agglomération », Espace géographique, tome 3, n°2, p. 137-146.

Naudier D., Simonet M., 2011, « Introduction », in Naudier D., Simonet M. (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 5-21.

Olivier de Sardan J.-P., 2000, « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, n°41, p. 417-445.

Ouattara F., 2004, « Une étrange familiarité. Les exigences de l’anthropologie « chez soi » », Cahiers d’études africaines.

Préteceille E., 2003, La division sociale de l’espace francilien, Rapport de recherche, Paris, Observatoire sociologique du changement – Sciences Po, CNRS.

Simmel G., 2010 [1908], Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Tissot S., 2011, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Éditions Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux ».

 

 


[1] Tous les fonds de cartes sont tirés du site ALPAGE AnaLyse diachronique de l’espace Parisien : approche GEomatique avec des données de l’APUR.

[2] IRIS : Ilots regroupés pour l’information statistique. Découpage produit par l’INSEE pour les villes de plus de 10 000 habitants et regroupant environ 2 000 habitants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search