Le COVID19, le quotidien et la problématique du lien social

De l’épuisement d’un système de pensée et d’Organisation et d’une mondialisation dénuée de sens

RACHID HAMADOUCHE

Professeur de Sociologie – Université d’Alger-2-Département de Sociologie

Esprit critique vol. 31.01, Dossier “Le coronavirus à l’assaut des villes”, mars 2021

 

Résumé

Notre contribution, « la crise sanitaire (Covid19), le quotidien et la problématique du lien social… », a pour objet de développer la relation existante entre la pandémie -Covid19- que connait la planète et la problématique du lien social  dans un monde en passe d’un système de pensée en épuisement et d’une mondialisation dénuée de sens. Ce qui nous semble intéressant   à voir, c’est d’essayer de montrer comment se réalise cette manière de vivre ensemble et d’être, à l’aube de cette crise sanitaire par rapport aux autres, et rappeler que « même s’il appréhende le monde en termes réifiés, L’homme continue à le produire » comme le souligne si bien Berger et Luckman. Nous sommes devant un grand tournant de l’histoire de l’humanité qu’il va falloir analyser et l’apport des sciences sociales dont la sociologie s’avère plus que nécessaire afin de saisir les effets et les enjeux de cette pandémie. Quels sont les effets par exemple de cette crise sur la construction du lien social ? Quel est le visage urbain de cette crise ? La réflexion portera aussi sur la relation que pourrait avoir l’analyse des liens entre urbanisation, quotidienneté et gouvernance locale.

Mots clés : crise sanitaire, pandémie, lien social, mondialisation, quotidienneté, urbanisation et gouvernance, solidarité, l’agir communicationnel.

 

Introduction
Le Monde a vécu et vit une crise sanitaire que beaucoup d’entre nous n’ont pas connue auparavant. En effet c’est une épreuve à la fois personnelle et collective qu’il va falloir surmonter d’une manière conjointe. Cette crise a pris de court toute la communauté internationale.

Tout est à l’arrêt, on a l’impression que tout est bloqué, tout est en panne : l’économie, l’éducation, le sport ainsi que le politique, tous en mode stand-by. On a affaire à des sociétés « bloquées » pour reprendre Michel et Crozier (1970, 253 p.). Un simple virus a envahi le monde et a contraint des millions / milliards de personnes au confinement et a mis à nu les systèmes de santé de pas mal de pays que ce soit dans les pays du Nord ou dans ceux de l’hémisphère sud. Rien ne sera plus comme avant, nos comportements, nos vies, nos projets se retrouvent bouleversés. Nous sommes devant un grand tournant de l’histoire de l’humanité qu’il va falloir analyser et l’apport des sciences sociales dont la sociologie s’avère plus qu’indispensable afin d’essayer de saisir les effets et les enjeux de cette pandémie. Quels sont les effets par exemple de cette crise sanitaire sur la construction du lien social ? Assistons-nous à la fin d’une mondialisation dénuée de tout sens ? La crise a aussi son visage urbain, ce qui nous amène à réfléchir sur la relation que pourrait avoir l’analyse des liens entre urbanisation, quotidienneté et gouvernance locale afin d’aboutir aux logiques d’organisation sociale et spatiale qu’on pourrait identifier.

 

Epuisement/ échec d’un système de pensée/ d’organisation

Que faire devant un (ennemi invisible) qu’est le Coronavirus ou la Covid19 ? Ce dernier qui a contraint les personnes à un respect strict des mesures d’hygiènes et à une restriction   des mouvements.

Nous sommes donc devant un moment et un grand tournant de l’histoire de l’humanité où il va falloir marquer un temps d’arrêt afin d’y penser ce moment « M » et ce temps « T » de l’histoire de l’humanité.

L’une des révélations de cette crise sanitaire est probablement l’annonce de l’épuisement d’un système d’organisation, et d’une manière d’être imposée par une mondialisation elle aussi arrivée à terme et qu’il va falloir repenser/ revoir puisque les liens sociaux se sont affectés entre les habitants de notre planète. En effet, avec tous les dégâts que ce virus a causé, il est quasi impossible de vivre comme avant, ce qui nous amène à engager une réflexion qu’on peut qualifier de la vie d’après corona, qui prônera une vie et un mode beaucoup plus virtuel comme l’ont si bien expérimenté des millions de personnes qui sont passés au télétravail, les écoliers eux aussi se sont mis au téléapprentissage ou au e. Learning ou le télé-enseignement ou à l’apprentissage électronique après la e. live.

Tout simplement, cela pour dire aussi que nous, habitants de l’hémisphère sud sommes contraints à édifier une société de la connaissance où seraient pris en charge la santé et le côté spirituel de l’individu. En d’autres termes, la mondialisation à laquelle on doit réfléchir est celle où seront respectés les spécificités des uns et des autres, pays du centre et ceux de la périphérie, pour reprendre l’expression si cher à S. Amine (1973). Une mondialisation où s’articulera mondialité et spécificité, modernité et authenticité, communauté et société au sens Töniessien du terme (1987).

L’individu, l’être humain (qu’il soit du nord ou du sud) doit apprendre à se réorganiser, il va falloir apprendre aussi à créer de nouvelles manières de vivre et d’être avec les autres (tissage de nouveaux liens sociaux) : donc penser à un système et à un mode d’organisation qui ait du sens.

Repenser le vivre ensemble, c’est ce à quoi on doit réfléchir tous ensemble afin d’aboutir et d’arriver à donner du sens à la vie et par la même occasion consolider les liens sociaux.

 

La crise COVID 19 et la problématique du lien social

Ce virus, aussi microscopique soit-il, aura réussi à imposer et poser en force la problématique du lien social. L’individu pourra-t-il se passer de relations sociales ? (R. E. Park in Grafmeymeyer : 2004-177) Sachant que le lien peut affecter d’une manière très massive à la fois la santé mentale et physique de l’individu (Boris Cyrulnik, Le Monde, La Tribune 26.05.2020). En évoquant la notion du lien social, nous pensons à la fois à la notion de « vivre ensemble » et des relations de l’individu aux groupes, soulignant au passage que cette notion est en phase de construction. L’individu tisse des liens primaires avec ces « groupes d’attache » tel que la famille, puis ces réseaux relationnels se développe à toutes les autres institutions de la société par l’intermédiaire du processus de socialisation. A juste titre, la pandémie que connait notre planète peut-elle constituer un élément fondamental dans la production du lien social, puisque l’échange, l’interactivité et la solidarité que procure cette crise sanitaire peut s’avérer très intéressante dans la construction non seulement des liens réels mais aussi symboliques. D’autre part, la Covid19 peut-elle avoir un rôle dans le processus de construction, de déconstruction et de reconstruction des formes de sociabilité des individus et des populations ? Emmanuelle Marie nous fait rappeler cependant que « les relations de sociabilité dépendent d’activités qui sont-elles le produit de degrés divers de relations à autrui. » (Marie Emmanuelle, 2002, 364). En allant dans ce sens, est-il possible de parler de « stabilité sanitaire » ? Puisque tous nos gestes et toutes nos actions sont et seront soumises et régulés par les gestes barrières qui nous seront dorénavant dictés par les autorités. Ceci-dit, le concept de sociabilité est un concept très important dans l’analyse de la question du lien social. Simmel nous apprend que « ce concept [sociabilité], ne peut se réduire à une simple conception conviviale de la relation. » (Simmel, 1991, 128).

Les autorités par souci de contenir ce virus et d’éviter sa propagation, étaient dans l’obligation d’imposer certaines règles sanitaires afin de limiter au maximum toutes manifestations et/ou rapprochements physiques qui permettraient à son tour de s’occuper des personnes les plus affectées par le virus démontrant par la même des gestes de solidarité envers ces franges de personnes fragilisées mentalement et physiquement.

En Algérie comme partout ailleurs, cette crise sanitaire a fait en sorte que les populations se mobilisent dans un esprit de solidarité et ce afin de veiller au bien-être de l’ensemble de la population, mais plus particulièrement aux plus fragiles, nous avons vu par exemple cet élan de solidarité de toutes les wilayas du pays pour exprimer leur totale solidarité avec la wilaya « préfecture »   la plus touchée par la pandémie ,la wilaya de Blida située  à 45km d’Alger ,des denrées alimentaires et du matériel sanitaire ont été acheminées à Blida, sans oublier le recours aux technologies de l’information et de la communication (T.I.C) pour exprimer leur solidarité aux plus touchés par la COVID 19 et consolider ainsi les liens sociaux. Nos sociétés ne sont fortes qu’en période de crise. (Hamadouche Rachid, 2009, 2017).

Et comme tout un chacun sait et à l’ère de l’agir communicationnel pour reprendre, Jürgen Habermas (2001), les T.I.C. étaient et sont là pour nous accompagner avec une multitude de moyens (réseaux sociaux, Smartphone, Facebook, Viber etc.) afin d’atténuer les effets gênants du confinement et des mesures sanitaires parfois drastiques qui pouvaient atteindre le moral des personnes et peser négativement sur leur qualité de vie. D’ailleurs pendant les fêtes de l’Aïd el Fitr (rupture du jeûne), les algériens ont eu un e. Aid après la e. live, en ayant recours à ces moyens de communication pour entrer en contact avec les membres de leurs familles, leurs voisins, ainsi que leurs collègues de travail. D’ailleurs, ces T.I.C ont permis aussi la sauvegarde de milliers de postes de travail grâce à la technique du télé travail que ça soit dans le secteur économique ou celui de l’éducation ou de l’enseignement supérieur. Tout cela pour dire que ces moyens (T.I.C) ont permis de cultiver un temps, soit peu les émotions sociales, car les mesures de prévention auxquelles ont eu recours les autorités telles que la distanciation sociale s’est avérée indiscutable et l’animal social qu’est l’être humain ne peut imaginer ni concevoir ne serait-ce qu’une seconde être privé de relations sociales.

Le séisme qu’avait provoqué la crise sanitaire que nous vivons a eu un effet même sur nos interactions les plus simples (poignée de main, distance sociale, etc.) en nous imposant le masque par exemple en guise de protection, nous perdons notre singularité, ce qui défigure le lien social et plonge l’individu dans l’anonymat total comme le soutient d’ailleurs D. Le Breton (11 mai 2020, Le Monde, Tribune).

 

Crise sanitaire, solidarité et/ou la fin d’une hégémonie

La crise sanitaire a surpris la communauté internationale qui s’est avérée beaucoup plus vulnérable qu’on le pensait, elle a été touchée dans son immunité, et ce malgré les avancées technologiques. Cette communauté est tenue de réfléchir à de nouveaux modes et rituels de deuil par exemple, car cette pandémie par le fait que certains d’entre nous aient perdu un proche et n’ont pas pu l’accompagner lors de ces derniers moments, nous pousse à inventer / réfléchir à de nouveaux modes d’organisation de cérémonies virtuelles par exemple comme nous le suggère Boris Cyrulnik « Un bon choix éthique peut-être un mauvais choix économique » (26/05/2020). Pendant cette pandémie, nous avons relevé aussi un grand élan de solidarité avec et envers les « petits métiers » tels que les éboueurs ou le corps paramédical ou les auxiliaires de santé, métiers qui se sont avérés plus qu’indispensables et qui devraient être revalorisés socialement après cette crise.

Peut-on alors parler de « fin de civilisation » ou de la fin d’un système mondial rongé par des disparités énormes entre pays du centre et ceux de la périphérie ?  L’absence de solidarité entre les sociétés de la rive Nord et celles de la rive Sud nous a démontré la fragilité de l’être humain ainsi que le système mondial qui a géré et qui a imposé son hégémonie sur toute la planète, s’avère en définitif dénué de tout sens puisque les principes de solidarité, d’équité et de justice sont absents. Il est temps que cette hégémonie soit démystifiée.

 

Les limites d’une mondialisation et la nécessité d’une rupture épistémologique et paradigmatique 

Beaucoup de chercheurs en sciences sociales s’accordent à dire que cette pandémie marque la fin d’une ère, d’un cycle et d’un mode d’organisation pour ne pas dire la fin et l’épuisement d’une civilisation qui a démontré toutes ses limites que ce soit pour les populations de la rive Nord ou celles de la rive Sud.  Toute l’humanité a souffert de ce virus si microscopique soit-il. On n’a pas affaire à « Je » ou « Eux », mais on a affaire à « Nous – l’Humanité » d’où la nécessité d’une rupture épistémologique et paradigmatique. A travers cette pandémie, on va essayer de lire la ville, les espaces urbains, comment consomme-t-on cette ville et ces espaces-là ? Pour beaucoup de géographes  et de spécialistes de la sociologie urbaine, la rapidité avec laquelle ce virus (de la Covid-19) s’est propagé est imputable à la vulnérabilité des périphéries et des espaces urbains, se basant sur les connaissance acquises depuis la pandémie du SARS en 2003, entre autre le rapprochement des zones urbaines des zones naturelles où vivent les animaux réservoir de ce virus …, où le rôle majeur des infrastructures (aéroports, autoroutes) favorisent l’expansion spatiale du virus, etc. (Urbanisation et mobilité,02/04/2020 : La métropolisation). En d’autres termes, la faute incombe à la métropolisation ou à la concentration des populations et des richesses qui ont facilité la pandémie, d’où l’obligation du confinement et les mesures de distanciation sociale pour casser la chaine de contamination, et atténuer un peu cette intensité des mobilités de nos sociétés puisqu’on a affaire à des sociétés de liens où les formes de sociabilités ont facilité la propagation du virus.

A la situation de confinement et à celle du déconfinement, une réponse pourra être imaginée par les spécialistes des sciences sociales en optant pour une rupture avec les modes de pensée adoptés jusqu’alors, c’est-à-dire aller vers une rupture épistémologiques et paradigmatique dans un soucis de repenser la ville et ses structures et aller à un profond remaniement de l’espace urbain qui est une manière de répondre au concept « d’urbanisation tactique » comme le soutient Clothilde Gaillard (L’Automobile-l’Entreprise Magazine 27/04/2020).

Cette pandémie aura servi dans tous les cas à démontrer les limites d’une organisation. Ce qui a amené Fannuy Parise de l’Université de Lausanne dans son papier du 02 Avril 2020 à considérer « le confinement comme une transition vers de nouveaux modes de vie », c’est-à-dire de reconfiguration du temps et des tâches quotidiennes facilitant ainsi l’émergence de nouveaux rituels, l’idée à laquelle s’est joint Boris Cyrulik (2020).

Mais ces nouveaux gestes et pratiques instaurés par les autorités et qui ne sont pas ancrés dans l’inconscient collectif, vont engendrer une déstabilisation d’un ordre établi et vont aussi bousculer et déstructurer un quotidien qui paraissait être banal et routinier. Ces nouvelles règles imposées pour faire face au COVID-19 peuvent être considérées comme des « rites intermédiaires », nécessaires au travail de rupture d’avec les anciens gestes/rituels, et par là-même une rupture d’avec un type de liens sociaux permettant ainsi l’émergence de nouveaux liens, notamment en ayant recours à un usage très dense des nouvelles technologies de communication (T.I.C).

Cependant, les nouvelles barrières et les rites intermédiaires décidés par le gouvernement ne sont pas tous vécus au quotidien de la même manière par les différentes personnes confinées, pour cela nous avons eu recours à une construction idéal -typique des personnes confinées et on a abouti à ce qui suit :

Type Un de personnes confinées, c’est un type qui voue un respect total aux mesures sanitaires imposées par les autorités, autrement dit on a affaire à des personnes qui accordent un attachement total aux règles sanitaires, donc « un attachement voulu ».

Type deux, c’est un type qu’on peut qualifier de « variante mixte » ou « d’entre-deux », c’est un type de personnes tiraillées entre sorties pour faire des courses où se dégourdir les jambes, et le confinement à la maison dans le cadre du télétravail ou même faire des exercices physiques ou des travaux, ce type de personnes vit en parfaite concordance avec son confinement au quotidien d’une manière tout à fait normale. On a affaire donc à un type qui s’attache et se détache aussi facilement des nouveaux rituels.

Type trois, c’est un type de personnes qui n’arrivent pas à s’accommoder et à s’adapter avec les nouvelles règles sanitaires, ni avec les nouveaux rituels au quotidien, le fait d’être accroché par exemple à son laptop dans le cadre du télétravail- charge de travail parfois insupportable puisque cela influe négativement sur sa qualité de vie, d’où « un attachement total mais imposé » pas voulu qui génère des clashs et des heurts au sein de la même famille.

Par ailleurs, ce qu’il faudrait retenir de cette construction idéal-typique et en l’absence de statistiques, on peut dire que le type deux est le type le plus dominant, puis le type Un qui suit, enfin le type Trois vient en dernière position.

Ce qu’il faut retenir avec l’avènement du confinement, c’est le retour ou le come-back des relations de face-à-face où les relations de proximité, ou le tout ou l’agir communicationnel, si la COVID-19 a rompu certains liens, il a réussi à en créer d’autres liens sociaux qui semblaient rompus entre les membres d’une même famille pour cause d’un excès de communication à travers aussi un excès d’usage des T.I.C, c’est paradoxal, mais c’est comme ça.

A noter aussi que le dénominateur commun des trois types réside dans le fait que chacun essaie d’innover à sa manière en instaurant de nouveaux rituels de vie au quotidien, s’adonner par exemple à des taches qu’il n’avait pas l’habitude de faire comme faire du ménage, faire de la peinture, faire à manger, du sport, etc.

Essayer d’analyser  les nouveaux comportements humains suite aux nouveaux comportements issus du confinement ,nous conforte dans notre conviction que la sociologie de la vie quotidienne peut constituer un « niveau » et un « palier » de la société  globale qui renferme les formes de sociabilité (Habermas Jürgen, , 2001), sachant que la sociologie de la vie quotidienne s’appuie à l’évidence sur une démarche compréhensive, dès lors la vie quotidienne s’impose comme un  révélateur des dimensions cachées de l’urbain et un enjeu de changement social.

 

Le visage urbain de la pandémie

La crise sanitaire a aussi son visage urbain, à commencer par la crise de sociabilité, des repères et d’adaptabilité, car les relations sociales sont très fréquemment et inévitablement liées à des relations spatiale (N. Driss 2002 :99.27-30).

Pour résumer nous dirons : Que cette pandémie/crise sanitaire COVID-19 nous a démontré la fragilité de notre monde malgré les avancées technologiques, on a assisté à un « déficit flagrant » de réaction face à la pandémie.

Il y’a eu une réaction individuelle de la part de chacun des pays sans concertation aucune, donc d’une manière anarchique ( fermeture des aéroports, des frontières, pas beaucoup de lits ou pas d’aide financière…), c’est donc dans le désordre et l’anarchie  que tout a été fait surtout au début de la pandémie ,l’effet de surprise a fait son effet (vulnérabilité) ce qui a fait adopter à certains ( Trump, Brésil, Inde..) des positions très nationaliste et très protectionniste d’une manière populiste, d’ailleurs ils se sont fait rappelés à l’ordre.

Peut-on alors parler d’une rupture d’avec les modes de pensée d’avant COVID-19 ? Y-a-t-il possibilité de démondialisation à cause des effets et des conséquences néfastes que les économies mondiales ont essuyer (secteur transport, tourisme…),  et de concevoir donc une mondialisation différente, sa dématérialisation , organisation d’une mondialisation beaucoup plus digitale /numérisée à travers les outils numériques ,donc ce à quoi il faut arriver c’est à l’organisation  d’une mondialisation différente qui ne passe pas obligatoirement  par les mobilités des personnes . Donc la mondialisation qu’on nous présentait comme triomphante est un leurre. Un simple virus a chamboulé tout un monde en le plongeant dans une crise multidimensionnelle quoique la priorité devrait être donnée à la santé pour stopper la propagation du virus. La priorité devrait être donnée à la dimension humaine de la mondialisation sans pour autant négliger la dimension économique, parce qu’on a affaire à une crise mondialisée.

La COVID-19 a mis à nu les limites de l’ultralibéralisme et de l’individualisme, tel que certains dépassements est certaines dérives telles que la détérioration de l’environnement, accentuation des inégalités entre pays du Nord et ceux du Sud, et œuvrer pour un progrès solidaire ou un partage du savoir et du pouvoir. Comme le dit si bien E. Morin « Le monde doit apprendre et accepter de vivre avec l’inattendu / l’incertain » (E. Morin, interview du 06/04/2020)

Les nouveaux paradigmes auquel devrait aspirer le monde, ce sont les paradigmes de refondation et de rénovation autour de l’articulation du social et du spatial beaucoup plus que de simples plans de relances. Donc il va falloir mettre de l’ordre à travers une équation qui rassemblera lois et liberté, où la science s’accompagnera de la conscience car il n’y a pas de science sans conscience.

La rive Sud nous a démontré la fragilité de l’être humain, et l’immunité de celui-ci qui s’est retrouvée atteinte malgré les avancées technologiques, et que le système mondial qui a géré et imposé son hégémonie sur toute la planète s’avère dénué de tout sens puisque les principes de solidarité, d’équité et de justice sont absents.

 

Conclusion

En guise de conclusion, je dirai que cette crise sanitaire que nous vivons a donné à réfléchir à plus d’un. Elle est venue pour nous dire que le système qui gouverne le monde arrive à terme et sa date de péremption aussi, pour cela une  rupture au sens Bachelardien du terme, avec ces modes de pensée et de gouvernance s’avère plus que nécessaire .A titre d’exemple la mondialisation qu’on nous impose doit être repensée en tenant compte des spécificités des Uns et des Autres : penser à une mondialisation où s’articule modernité et authenticité, mondialité et spécificité , ce qui permettra de repenser le vivre-ensemble qui devrait donner sens à la vie et de surcroit  consolider les liens sociaux.

Penser enfin à poser les jalons d’une nouvelle civilisation en termes de complémentarité et de solidarité, pas en termes de compétitions ou de rivalité.

Ce virus annonce la fin d’un monde et la naissance d’un nouveau monde qui ne peut se construire ou se concevoir que s’il y’a réellement partage du savoir et partage du pouvoir sans hégémonie aucune. Le « Nous- Humanité » doit l’emporter sur le « Je », « Eux ».

 

Références bibliographiques

Crozier Michel, « La société bloquée », Paris, Seuil, 1970, 253p.

Cyrulnik Boris, « Un bon choix éthique peut-être un mauvais choix économique », Le Monde, La Tribune du 26/05/2020.

Gaillard Clotilde, Et si le déconfinement amenait à repenser l’aménagement urbain ? L’Automobile, l’Entreprise. Magazine 27/04/2020.

Grafmeyer Josef, L’Ecole de Chicago, Naissance de l’écologie urbaine. France, champs Flammarion, 2004, p.369.

Habermas Jürgen, « Théorie de l’agir communicationnel », Paris, Fayard, L’espace du politique, 2001,448p.

Hamadouche Rachid, « La question du lien social dans l’Algérie contemporaine : Continuité où Rupture ? » Edit. Houma, 2017(2eme édition) ,425 p.

Le Breton David, « Le port du masque défigure le lien social » Le Monde-Tribune du 11 Mai 2020.

Marie Emmanuelle, lien de parenté, formes de sociabilité, pratiques téléphoniques : rôle et places du téléphone dans les modes de vie des « vieux » et des « jeunes », thèse de doctorat, Paris8, 2002, s/ dir. de J.C. Combessie.

Morin Edgar, interview du 06/04/2020, par Francis Lecompte, Retro 2020, CNRS, Le journal

Nassima Dris, La ville mouvementée. Espace public, centralité mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan, 2001.pp30-31

Parise Fanny (Université de Lausanne), Le confinement, une transition vers d’autres modes de vie ? Le Monde – La Tribune du 02/04/2020.

Samir Amine, « Le développement inégal, essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique », Paris, Minuit, 1973, 365 p.

Simmel Georg, secrets et sociétés secrètes, postfacé par P. Walier, traduction de l’Allemand par S. Muller, édit. Cucé, 1991, 128.

Tönnies Ferdinand, Communauté et société, catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris (1ere édition 1887), 1970.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search