Le coronavirus : régulateur du social ?

Pour une sociologie critique de la régulation des risques

Mohammed Radi

Université Chouaib Doukkali – El Jadida, Maroc

Esprit critique, vol. 31.01, Dossier “Le coronavirus à l’assaut des villes”, mars 2021.

 

Résumé

La pandémie actuelle du coronavirus opère comme un organisateur du social hautement problématique parce qu’elle affecte les modes d’organisation sociale et politique et en ce qu’elle s’érige en menace pour les populations sensibles, et en impulsant une sur-régulation de la vie sociale et économique. Dans ce contexte, la pandémie a fait augmenter la demande de sécurité adressée à l’État. Cet article a pour objet d’analysé l’étoile de fond de cette demande produite par les processus de précarisation et le désarroi face à l’avenir. Nous allons essayer de montrer comment les zones de l’incertain, crées par les risques majeurs du covid-19, ont rendus le pouvoir réel de l’État plus vulnérable, et les inégalités sociales face à ces risques plus visibles. Nous s’attacheront à saisir pour l’essentiel, d’un point de vue plus critique, cette situation comme agencement actuel d’une configuration historique, et comme arène de régulations conflictuelles entre le pouvoir public (l’État) et la société, notamment celle des mal-lotis.  

Mots clefs : risques – régulation – pandémie – incertitude – conflits – État – pouvoir.

 

La régulation sociale : un regard sociologique sur la conflictualité

Le concept de régulation sociale de Jean Daniel Reynaud (Reynaud, 1999), renvoie à l’idée selon laquelle la règle est le produit de l’activité de régulation. Selon Reynaud cette activité consiste dans « la manière dont les règles sociales sont élaborées, notamment par l’intervention d’une pluralité d’acteurs » (Terssac, 2012, p. 1). Pour lui la sociologie des régulations doit analyser la manière dont se créent, se transforment ou se suppriment les règles, c’est-à-dire « la vie des règles ». À partir de cette conception les processus de régulation sont étudiés comme des processus d’institutionnalisation qui se font dans la conflictualité. Pour Reynaud les règles sociaux sont « objet de pression, de contre-pression, de négociation.» (Bréchet, 2008 , p. 18). De ce fait, la réalité sociale constatée par Reynaud, ce n’est donc pas la présence de règles, comme le croyait Durkheim qui insiste sur la présence d’une conscience collective comme lieu des règles, mais c’est plutôt la manière dont s’institutionnalisent, c’est-à-dire le processus de régulation.

Reynaud s’écarte beaucoup de Durkheim, dans la mesure où « la conception de Durkheim de la règle sociale exclut qu’elle soit élaborée par la rencontre et la négociation de deux groupes non seulement organisés séparément mais différents dans les valeurs qu’ils entendent servir comme dans leurs principes » (Reynaud J. D., 1989). C’est cette négociation qui fait que la construction des règles soit un enjeu social. Elle est le plus souvent objet de conflits, qui peut porter sur sa construction même, puisqu’ « une part importante des conflits et des négociations concerne le maintien, la modification, le changement ou la suppression des règles »  (Bréchet, 2008, p. 18). C’est cette conception de la régulation comme objet de conflits que j’essaierai d’examiner, d’une manière préliminaire dans les paragraphes suivants, ses conséquences pour l’étude des transformations controversées de nos rapports à un avenir devenu de plus en plus incertain à cause de la pandémie du Covid-19.

 

La pandémie un mal incontrôlable ? 

En reprenant les analyses de Robert Castel, on peut dire qu’« au niveau mondial, il n’y a guère de véritables instances de régulation sociale » (Castel, 2013, p. 30). Ces régulations mobilisées par les États sont affaiblies, avant même cette pandémie, par la puissance économique des multinationales qui est généralement supérieure aux résistances que peuvent opposer ces régulations. Cette faiblesse adossée aux États s’est aggravée avec la pandémie actuelle du coronavirus, étant donné que le pouvoir public (L’État) dans plus de 170 pays atteints du covid-19, n’a qu’une capacité très limitée à contrôler une telle pandémie qui circule dans des espaces transnationaux[1]. La demande de sécurité adresser à l’État qui « prend sa source dans l’expérience de la vulnérabilité, dans le désarroi face à l’avenir, dans la dissolution de formes institutionnelles qui offraient des protections » (Bourg, Kaufmann, & Joly, 2013, p. 10), est fréquemment désenchantée, même dans certains États-nations qui ont perdus aujourd’hui beaucoup de leur pouvoir du fait de la mondialisation. Une telle situation va produire une désagrégation, de plus en-plus forte, des connexions entre l’État et la population la plus sensible aux risques sanitaires et socio-économiques du covid-19.

Le coronavirus, comme problème de santé publique est extrêmement sensible pour l’opinion et comprend d’importants problèmes de régulation des politiques publiques. C’est un problème plus politique que scientifique ou technique. En conséquence, l’impuissance de la science et de la technologie à faire face au virus a abouti à un glissement « planétaire » vers une régulation délibérément politique. Par ailleurs, il est nettement visible que « les ministres semblent avoir bénéficié d’une « carte blanche » (Gilbert & Raphaël, 2011, p. 57) .

Cependant, Les États des pays touchés par cette pandémie essaient de contrôler très imparfaitement les zones de l’incertain créés par les risques majeurs du covid-19, leur pouvoir réel de garantir une sécurité sanitaire, sociale et économique pour les populations les plus sensibles reste largement rabougri. Ces États ont mis en place plusieurs formes de solidarité nationale pour le soutien des populations défavorisées impactées par la crise, afin de freiner, partiellement, les processus de précarisation dues à la perte de travail ou à la baisse du revenu. Mais, comme je l’ai écrit dans un article dans le quotidien Libération (Radi, 2020), suite aux procédures de solidarité prise par l’État marocain, cette régulation sociale ne doit pas nous cacher les entraves que les mesures d’aides économiques et sociales ont connues, notamment sur le plan d’assignement des critères de sélection des populations qui n’ont aucune couverture sociale, en plus des difficultés liées à la digitalisation des démarches d’aides, surtout pour les catégories qui sont majoritairement anéanties par l’analphabétisme numérique.

 

État social et reconnaissance des risques 

Il est « anti-sociologique » de faire une apologie de l’Etat social en s’appuyant sur la dynamique actuelle de régulation des risques du covid-19 sans analyser la cohérence d’ensemble de quatre piliers :

« la protection sociale et le droit du travail, mais aussi les services publics et les politiques macroéconomiques de soutien à l’activité et à l’emploi. » (Ramaux, 2007, p. 13).

Au Maroc, la création d’un fond de solidarité nationale dédié à la gestion de la lutte contre les risques sanitaires et sociaux du coronavirus est un élément régulateur important, mais cette régulation doit pouvoir garantir une continuité de la reconnaissance des risques. Dans ce cadre, l’intervention de l’État doit se faire dans une visée sociale.

Il serait important pour le sociologue d’analyser les situations réelles des régulations produites par l’État pour découvrir, selon une optique critique, les rapports de forces dissimulés derrière ces régulations. Cette dynamique peut dissimuler des formes d’exclusion et des rapports de force qui ont une configuration historiquement problématique. Les mal lotis parmi les actifs occupés qui ont connu aujourd’hui une forte précarisation due à la perte de travail dans la situation de confinement sont majoritairement ceux qui sont exclus du secteur formel avant la pandémie.

Si on souligne l’importance des conditions de vie des défavorisés qui travaillent dans l’informel, telle qu’elles s’était reproduites avant la pandémie par les règles de droit et les dysfonctionnements des processus de contrôle des rapports du travail et de l’emplois, – condition de non stabilité, et de fragilité socio-économique du secteur informel-, cela veut dire qu’il y a une forte connexion entre les régulations effectives du rapport au travail et l’importance de ces risques pour ces défavorisés.

Dans une perspective critique, que je propose afin d’analyser la toile de fond des régulations des risques du covid-19, il me semble que « l’épicentre » de la crise sociale et économique du covid-19, comme un fait social lié non seulement à l’histoire des pandémies mais aussi à l’histoire des régulations sociales et politiques, réside dans l’effritement de ces régulations, qui reproduisaient l’inégalité sociale face aux risques. Les probabilités du risque du chômage et de précarisation son plus grandes pour la population qui travaillaient le plus souvent dans l’informel avec des salaires non régulés et dérisoires.   

Il y’a donc des liens évidents entres les processus de régulation du rapport au travail et les risques du covid-19. Ces liens qui révèlent que la population la plus sensible aux risques du covid-19 qui se trouve dans une situation de travail non réglementaire et par conséquent sans sécurité sociale est la population la plus menacée par les risques de perte de travail ou de précarisation due à la pandémie actuelle.

 

Covid-19 et inégalités sociales face aux risques

Cette situation a élargi de plus en plus la dimension de l’incertain, ce qui a provoqué d’énormes transformations dans les régulations sociales, économiques et politiques inopinées. Cela peut interpeler la sociologie critique, qui « a pour univers de référence non des faits, mais des mondes possibles dont le réel ne constitue qu’un segment » (Munck, 2011, p. 7) à analyser cette crise sanitaire collective comme un segment révélateur de ces transformations, que je propose d’analyser en termes de régulations.

On peut donc faire des transformations des régulations produites par la gouvernance des risques du covid-19 comme la pierre angulaire d’une approche critique du social et de l’État. Ce qui permettra de remettre en cause les catégories dominantes et discuter les phénomènes d’inégalités ou de pouvoir, à travers l’analyse de ces risques comme une technologie politique utilisée pour gouverner les conduites, et le dévoilement de l’exclusion sociale et la domination d’intérêts économiques produite par les régulations liées aux modes de protections sociales.

Une sociologie critique de la crise du covid-19 peut aussi analyser les inégalités sociales face au risque engendré par cette pandémie. Il existe une tradition de travaux anglo-saxons qui cherchent à montrer l’existence de ces inégalités d’exposition à un certain nombre de risques, notamment les risques de précarisation et perte de travail, qui affecte très souvent la population la plus mal lotis. Cette tradition et nettement différente de ce que disait Ulrich Beck, que les « nouveaux » risques (industriels, écologiques, etc) avaient un caractère un peu plus démocratique parce que personne n’y échappait.

Pour Beck :

« Les risques exercent objectivement un effet égalisateur (…). [ils sont] caractérisés par une tendance à la globalisation. La production industrielle s’accompagne d’un universalisme des menaces indépendant de leur lieu d’origine (…). Cette tendance à la globalisation débouche sur des situations d’exposition aux risques qui, parce qu’elles sont générales, perdent leur spécificité » (Beck, 2001).

Malgré l’importance de l’ambition de Beck de proposer une théorie universelle ces analyses ont rencontrées des limites : selon Castel l’analyse de la société du risque d’Ulrich Beck :

« fonctionne sur un amalgame entre différentes sortes de risques très hétérogènes, qui sont à la fois des risques sociaux, des risques écologiques, des risques sanitaires, etc. En fait, en additionnant des risques qui n’ont rien de commun entre eux, on additionne les peurs, et on se rend impuissant par rapport à la nécessité d’affronter ces risques. Parce que chacun ne peut être traité de la même façon. » (Castel, 2013, p. 29).

Le point de vue de Castel est à mon avis plus analytique, est beaucoup plus importante qu’une approche globale de « la société du risque ».

Il est vrai que le covid-19 représente un risque planétaire majeur, mais une analyse critique va au-delà de cet aspect globalisant, en cherchant à comprendre les inégalités sociales face à ce risque[1]. À cet égard, on peut étudier les rapports qui peuvent exister chez les populations vivant dans des quartiers dévastés par la précarité, entre leur situation socio-économique et l’importance du seuil de tolérance aux comportements et pratiques opposés aux règles du confinement.

Pour les autorités publiques, cette tolérance est vue comme une infraction à la régulation de contrôle, mais du point de vue de la rationalité de l’acteur, une telle tolérance réside dans une régulation autonome que produisent ces populations pour faire face au risque. En effet, les personnes issues des familles défavorisées vivent dans des conditions de vie et de logement marquées par la précarité ; ce qui pousse plusieurs d’entre elles, surtout dans les familles nombreuses, à s’opposer aux règles du confinement et à sortir de leurs maisons qui ne dépassent pas, le plus souvent, les 45 m ².

Le processus de nivellement mondial des situations d’incertitude et de menaces provoquées par le coronavirus, ne doit pas nous cacher l’existence d’une inégalité sociale même au sein de l’exposition au risque. Ces inégalités apparaissent essentiellement là où se recoupent les régulations du risque produites par les autorités publiques et la situation de précarité socio-économique de la population défavorisée. Pour cette population, à bas revenu, le risque extrême et la précarité extrême s’attirent systématiquement comme des aimants, ce qui crée une opposition fondamentale entre les règles du confinement et celles qui régulent la rationalité de l’action chez cette population.

Or, une telle opposition, qui révèle les relations d’asymétrie de position sociale et de pouvoir qui existaient avant même la pandémie actuelle, ne tombe pas du ciel. Il est l’effet de l’histoire des régulations officielles des champs socio-économiques et politiques qui reproduisaient l’inégalité sociale face aux risques, largement démentie par le discours des politiques publiques.

 

Agencement actuel d’une configuration historique

En effet, les classes défavorisées subissent dans la plupart du temps les percussions négatives des nouvelles régulations du marché socio-économiques. Ce qui s’est « passé » de ce point de vue, dans le cas du Maroc par exemple, c’est le problème d’inclusion des jeunes et des femmes dans le marché du travail, la lente progression de l’emploi qui fait que le nombre d’emplois créés ne suffit pas pour absorber l’afflux de la population en âge de travailler, et la domination de l’informel sur le marché du travail (Banque mondiale, 2018). Il sera opportun d’analyser l’impact de la cristallisation de ces facteurs sur l’élargissement de l’incertain socio-économique et par conséquent la perte de protection contre les risques de chômage et de précarité pour une grande majorité de la population.

La pandémie du coronavirus a rendu cet impact plus visible et beaucoup plus grave, puisque le confinement va empêcher cette population de « gagner sa vie ». En élargissent se raisonnement, on avance l’hypothèse que les risques majeurs que courent les défavorisés dans le contexte de cette pandémie s’inscrivent dans une problématisation plus générale, qui se rapporte à l’histoire des régulations problématiques de la protection sociale.

Cette hypothèse permet l’analyse des régulations des crises du coronavirus présentes comme analyse d’un agencement actuel d’une configuration historique de régulation sociale puisque « Le présent a des antécédents historiques dont il diffère par des variations qui sont elles-mêmes analysables» (Castel, 1999, p. 176).

Cette histoire marquée par l’accroissement du travail précaire notamment dans le secteur informel, va influencer le programme de solidarité national déployé par l’État pour le soutien de la population la plus impactée par la crise, notamment celle qui travaillait dans l’informel. Ce programme ne pourra avoir une ténacité à se battre contre les risques de précarisation due au covid-19 qui vont s’ajoutés aux celle que vivait cette population avant la pandémie.

L’héritage d’une protection inégale liée à une régulation discriminante de l’activité de production et de travail va accabler les régulations sociales des risques du covid-19. L’État, à travers la caisse nationale d’aides, créée spécialement pour le soutien de la population la plus impactée par cette discrimination, ne peut pas exaucer ce soutien à moyen et à long terme. Cette catégorie des plus fragiles des actifs qui n’avait avant la pandémie aucune sécurité sociale liée au rapport de travail, va être la catégorie la plus affectée par les risques du déclin social du covide-19.

Dans le cas du Maroc, ce programme d’intervention publique pour le soutien à ces catégories, sans lequel l’État « social » n’aurait pu éclore, est problématique parce que cette régulation sociale qui a pu absorber la colère des populations sensibles, et par conséquent enrayer les protestations et la désobéissance généralisée aux règles du confinement, a en même temps rendu plus visible les flagrantes inégalités sociales face aux risques. Dans l’absence d’un registre unifié et national de la population sur le territoire national qui pourra rehausser l’efficacité du dispositif de régulation de la sécurité sociale face aux risques, les démarches de cette régulation ont rencontré beaucoup d’entraves liées aux mesures d’aides, notamment sur le plan d’assignement des critères de sélection des populations qui n’ont aucune couverture sociale, en plus des difficultés liées à la digitalisation des démarches d’aides, surtout pour les populations qui sont majoritairement anéanties par l’analphabétisme numérique.

 

Risques du covid-19 et régulations à deux vitesses  

Entre la menace visible de consumer de plus en plus dans une précarisation aggravée par le confinement et la menace invisible d’une atteinte par le coronavirus, c’est l’évidence de lutte contre cette précarisation qui emporte plusieurs personnes ont un seuil de tolérance plus élevé aux comportements et pratiques opposés aux règles du confinement. On le voit très nettement, même à l’échelle internationale : misère matérielle et aveuglement face au risque sont en partie liés. L’aveuglement de ces catégories face au risque est la résultante non seulement d’une différence d’ordre culturel mais aussi d’une régulation autonome produite par eux dans des contraintes sociales spécifiques. En analysant l’arène du conflit entre cette régulation et les règles du confinement et de sécurité sanitaire produites par le pouvoir public, on peut saisir les transformations des rapports entre l’État et la société dans la situation de la pandémie actuelle.    

Il est important de signaler qu’au Maroc, l’État intervient dans cette situation de la pandémie comme « État social » puisque ses régulations, notamment ceux qui concernent le soutien social et économique de la population défavorisées, visent essentiellement à garantir la sécurité. Or, la majorité des actifs occupés qui travaillent dans le secteur informel ne bénéficient pas d’une assurance sociale préalablement établie, contrairement à ceux du secteur formel. Ce qui a conduit à la création d’un fond covid-19 à partir des prélèvements des salaires des fonctionnaires et les agents de l’État et des collectivités territoriales, ainsi que les employés des établissements publics. Dans cette situation, la sécurité face aux risques qui constitue le « noyau dur » de l’État social est problématique puisque les ressources de l’aide sociale destinée à ceux qui travaillent dans l’informel ne parviennent pas des caisses de l’État, en plus qu’elles sont temporaires et échappent au circuit réglementaire de l’assurance sociale. Il y’a donc une régulation à deux vitesses des risques du covid-19 qui révèle l’existence d’une répartition inégale du risque et de son doublon, la sécurité.

Une sociologie critique des régulations des risques peut donc être porteuse d’un regard particulier sur ces inégalités liées aux

« phénomènes de marginalité, de désaffiliation ou de pauvreté (…) des formes (…) de l’évolution du rôle de l’État et de la place du politique ; des transformations de l’action publique » (Borraz, 2013, p. 240).

La pandémie du coronavirus peut être considérée dans cette sociologie comme un phénomène révélateur de ces démentions du réel qui peuvent être escamotées derrière les jeux de pouvoir et les politiques publiques. Elle peut être analysée aussi comme une crise régulatrice du fonctionnement social et politique puisqu’elle est intimement liée aux configurations sociales et politiques.

La pandémie du coronavirus a abouti à la production de nouvelles régulations concernant le confinement sanitaire, le déconfinement progressif, la redistribution de richesse, et les politiques publiques. Elle est donc régulatrice du social. Or, cette régulation n’est pas sans liaison avec des conflits et des inégalités sociaux face aux risques. Dans cette optique il sera intéressant d’analyser les transformations des rapports entre l’État et la société en termes de conflits de régulation.

La pandémie actuelle va contraindre l’État à produire des règles de contrôle, qui sont officielles et formelles (régulation de contrôle), pour gérer la crise. De telles règles – tel que les règles de confinement et de déconfinement progressifs – ne sont pas tout-à-fait respectées par la population, notamment celle des travailleurs de l’informel qui vivent dans des conditions marquées par la précarité. Malgré l’importance majeure de ces règles pour la sécurité sanitaire publique, et l’aide monétaire qui lui a été destinée par le Ministère des Finance pour l’encourager à rester chez elle pendant la période du confinement, cette population va miner de plus en plus dans la précarisation due à la perte du travail.

L’analyse d’une telle situation particulièrement en période de confinement et de déconfinement peut nous permettre de saisir l’arène de régulations conflictuelles entre le pouvoir public (l’État) et la société. La population la plus exposée aux risques du convid-19, et la plus défavorisé a une autre perception du risque traduisant sa propre position sociale, va produire de ce fait ses propres règles de conduite et donc sa régulation autonome caractérisée par un seuil de tolérance plus élevé aux comportements et pratiques opposés aux règlements du confinement. Cette population vit entre la précarisation et le confinement sanitaire, entre la menace visible de consumer de plus en plus dans une précarisation aggravée par le confinement et la menace invisible d’une atteinte par le coronavirus. Dans cette tension, c’est l’évidence de lutte contre cette précarisation qui emporte plusieurs personnes des catégories sociales les plus démunies (Radi, 2020).

L’opposition de ces catégories aux règles du confinement produites par l’État n’est pas un choix mais une contrainte due à la situation sociale et économique des défavorisés, qui minent dans des conditions de vie marquées par la précarité du logement. Des familles nombreuses qui habitent des maisons qui ne dépassent pas le plus souvent les 45 m ², ne peuvent pas résister plus longtemps au confinement qui les empêche de sortir de chez eux pour s’oxygéner et aussi gagner leur vie. Il s’agit là d’un trait majeur pour rendre compte sociologiquement des transgressions aux règles de confinement.    

La situation d’opposition et donc de conflits entre les règles du confinement qui régulent la sphère de la sécurité sanitaire, et les règles de l’activité sociale et économique, va produire une régulation intermédiaire traduite par le déconfinement progressif. C’est cette régulation qu’on peut analyser sociologiquement comme une régulation conjointe.

Il faut préciser ici que dans la situation de crise actuelle il n’y a pas de règles stables, mais il y’a une stabilisation sous certaines conditions. Cette stabilisation provisoire et problématique, puisqu’elle va nous obliger à « vivre avec le virus », trouve sa légitimité dans le fait qu’elle assure un certain équilibre – temporaire – entre la sécurité sanitaire et la sécurité sociale et économique, et maintient un compromis provisoire entre la société et l’État sans lequel on se trouvera devant une dérégulation ou déstabilisation majeure. Le déconfinement progressif qui est une configuration de cette stabilisation envisageant une des faces des régulations incertaines d’une situation elle-même marquée par l’incertitude, devient alors un processus de légitimation de l’intervention de l’État, et catégorie pertinente pour saisir le déploiement ultérieur de l’État social.

Le déconfinement progressif dans la situation de la pandémie du covid-19 invite la sociologie à s’interroger sur les transformations des rapports de l’État à la société sous l’ongle de deux catégories fondamentales : le risque social et la protection. Résonner ce déconfinement en termes de régulation de l’incertain, c’est appréhender le risque du covid-19 comme réorganisateur de ces rapports qui vont se focaliser de plus en plus sur la liaison, effective entre les catégories du risque, insécurité sociale et politiques publiques.

 

En guise de conclusion 

La pandémie du coronavirus est un fait social révélateur des transformations, des dysfonctionnements dans les régulations et l’approfondissement des inégalités sociales face aux risques. Elle offre à contrario l’opportunité de réorganiser les rapports, essentiellement précaires dans les sociétés. La crise du covid-19 peut donc être analysée, du point de vue d’une sociologie critique des régulations des risques, comme producteur d’une dynamique de réorganisation conflictuelle de la société, nécessairement liée aux ambigüités de la protection contre les risques.

Nous pourrions en conséquence engager une lecture critique de la pandémie actuelle, par l’élaboration d’une analyse fructueuse des dynamiques des régulations problématiques des risques. Ceci nous permettra de saisir comment la pandémie actuelle sert aujourd’hui aussi bien à caractériser des problèmes sociaux qu’à conduire l’action publique.

 

Références bibliographiques

Banque mondiale. (2018), « Le marché du travail au Maroc : défis et opportunités », 9 avril 2018.  https://www.banquemondiale.org/fr/country/morocco/publication/labor-market-in-morocco-challenges-and-opportunities. (Consulté le 22 juillet 2020)

Beck, U. (2001). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (1986), trad. de l’allemand par L. Bernardi. Paris : Aubier

Borraz, O. (2013).  « Pour une sociologie critique des risques » in Dominique Bourg et al., Du risque à la menace. Collection : L’écologie en questions, PUF.

Bourg, D., Kaufmann, A., & Joly, P.-B. (2013). « Vingt-cinq ans après la société du risque » Collection : L’écologie en questions, Puf, p. 1 à 16.

Bréchet, J.-P. (2008). Le regard de la théorie de la régulation sociale de Jean Daniel. Revue française de gestion, 4(184), p. 13 à 34.

Castel, R. (1999). « Configurations historiques et problématisation du présent », Le Genre humain, 35(2), p. 173 à 176.

Castel, R. (2013). « Individus, risques et supports collectifs », Idées économiques et sociales, 171(1), p. 24 à 32.

Gilbert, C., & Raphaël, L. (2011). « Vers une gestion politique des crises sanitaires ? » (P. d. Po, Éd.) Les Tribunes de la santé, 32(3), p. 55 à 60.

Munck, J. D. (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », Régimes d’explication en sociologie, SociologieS. (6 juillet).

Radi, M. (2020). « Covid-19 et répartition sociale du risque. Réflexions sur quelques éléments d’analyse sociologique possible des inégalités sociales face aux risques ». Libération, (22 avril), Horizon.

Ramaux, C. (2007). « Quelle théorie pour l’État social ? Apports et limites de la référence assurantielle. Relire François Ewald 20 ans après L’État providence ». Revue française des affaires sociales, 1, p. 13 à 34.

Reynaud J-D, (1999). « Conflit et régulation sociale. Esquisse d’une théorie de la régulation conjointe » Revue française de sociologie.

Reynaud, J. D. (1989). Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale. Paris : Armon Colin.

Terssac, Gilbert De, (2012), « La théorie de la régulation sociale : repères introductifs », Revue Interventions économiques.

 

Notes : 

[1] Certains éléments de cette analyse sont repris de mon article « «COVID-19 » et la répartition sociale du risque » (Radi, 2020), avec un développement de l’analyse introduisant le concept de régulation.

[1] Le premier cas de coronavirus au Maroc est un marocain en provenance d’Italie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search