Perspectives de la ville marocaine entre métropolisation-mondialisation et contraintes territoriales de la pandémie de Coronavirus : quelle orientation ?

Mohamed Ben Attou

Laboratoire LRMECSS, Université Ibn Zohr, Agadir

 

Esprit critique, vol. 31.01, Dossier “Le coronavirus à l’assaut des villes”, mars 2021.

 

 

Résumé 

L’article est une contribution sur les perspectives de l’orientation post-pandémie de covid-19 des villes métropolitaines marocaines. Supports de l’urbanisation stratégique à l’horizon 2030, ces structures urbaines, moteurs de la croissance économique et portes d’entrée de la mondialisation touristique, migratoire et de fait de mode sociétal, ont montré leur fragilité face à la crise pandémique. Hauts lieux de gouvernance urbaine, de diffusion de richesses et plateformes de production internationale, les villes métropolitaines se sont avéré aussi des dispositifs sociétaux sous pression territoriale plurielle dont l’enjeu le plus important est le contrôle d’une urbanisation utilitaire et déstabilisante en termes de densité urbaine, d’étalement, de maitrise de l’ouvrage social et de glissements politiques. Le choix stratégique de la métropolisation comme précurseur de modernité économique, d’innovation, de compétitivité et de marketing territorial a su propulser le pays dans une économie émergente. Cependant, le rapport de la ville métropolitaine à l’urbain sous tous ses aspects morphologiques, sociétaux et environnementaux est resté un rapport conflictuel et perméable face à covid-19. Comment agir alors sur le devenir de ces métropoles ? Quels choix s’offrent à nous pour repenser la ville métropolitaine et tirer des enseignements de l’environnement de crise qui risque de devenir un dispositif présent dans le paysage urbain futur ?

Mots clés : Villes-Métropoles, covid-19, gouvernance, choix stratégique du développement 

 

 

 

Introduction

La ville marocaine est en première ligne de la crise sanitaire du Covid-19. Le fait de métropolisation[1]-mondialisation, la concentration humaine et la complexité de la morphologie urbaine de la ville métropolitaine aussi bien au niveau des poches de pauvreté-vulnérabilité intérieures qu’au niveau des marges internes et externes des périphéries urbaines, les activités touristiques et industrielles formelles et informels, ont augmenté les facteurs de risques sociaux, économiques et de gouvernance face la propagation de coronavirus. L’urbanisme tendanciel qui caractérise la fabrication de la ville métropolitaine au rythme de l’opportunisme foncier, la production des richesses par le lotissement et la mobilisation immobilière au détriment des espaces ouvertes et des ressources territoriales. Il en résulte une constellation urbaine (grande Casablanca, grande Tanger, Grande Fès, Grande Marrakech) faite par des morceaux de villes pastiches (communes urbaines) superposées et ingérables dans la continuité, la gouvernance et l’homogénéité. Bref, une ville métropolitaine fabriquée en dehors d’un projet urbain capable de faire de cette ville, un espace inclusif et durable. Comment ces villes peuvent-ils cristalliser alors les attentes d’ordre social, économique et politique ? La pandémie de covid-19 a frappé toutes les villes indépendamment de sa taille. Mais ce sont les facteurs de risques liés aux comportements individuelles voir collectifs dans le périurbain des grandes villes et les quartiers populaires et industrielles où l’imbrication entre le formel et l’informel, entre le respect des directives publiques (confinement, protection, distanciation sociale) et l’anarchie infra-sociale qui vont activer le dispositif de la densité urbaine.

Comme ce sont les mêmes métropoles qui constituent les portes d’entrées du royaume, la corrélation entre la pandémie et les aéroports d’une part et les ports d’autre part, va impliquer le tourisme comme facteur de risque et de contamination en raison de la concentration des individus et leur connexion au système monde. Forte heureusement, la politique publique a anticipé très tôt, sur la possibilité d’une importation éventuelle du virus. Ce qui a préservé le Maroc comme destination touristique mondiale en plein redémarrage après la crise économique de 2008. Une telle décision clairvoyante, a renforcée la capacité de résilience du Maroc en comparaison avec son pays voisin l’Espagne. Bien qu’il soit encore trop tôt d’évaluer cette résilience en termes de personnes ayant contracté réellement le Covid-19 (après l’avancée des dépistages) et en termes d’effondrements économiques précis. En l’absence de données statistiques et scientifiques fiables, il est à saluer l’initiative d’adaptation du système sanitaire marocain à l’ampleur déstabilisante de la pandémie (hyper-spatiale et hyper-scalaire) lorsque le pays a eu recours à d’autres alternatifs pour relever un défi colossal par rapport à ses capacités médicales et ses structures d’accueils. En effet, le renforcement du système de santé publique et le soutien de la médecine militaire et de la santé mobile, ont été d’un grand secours. Il est à saluer aussi, la solidarité et le sens de citoyenneté élevée dont les populations ont fait preuve face à la population vulnérable, les petits métiers informels et les le gel des petites et moyennes entreprises, certainement affecté par le tarissement des demandes intérieures et extérieures.

L’on se demande alors si le système de mise en place et de fonctionnement des métropolités émergentes[2] et du cosmopolitisme qui doit être remis en cause suite à la pandémie ? Ou bien c’est la société dans son être qui doit s’adapter à l’environnement des risques post –pandémie y compris dans la périphérie urbaine (Périurbain métropolitain) ? Pour chaque choix, quelles implications économiques et sociales ?

 

Le Maroc, un pays de croissance émergente qui a fait un choix stratégique : la métropolisation

L’orientation de l’urbanisation stratégique marocaine à l’horizon 2030 est une orientation mondialisée qui trouve ses fondements juridiques dans la Constitution de 2011, les directives royales et la politique gouvernementale. Tout ceci, dans un système monde caractérisé par des changements rapides et saccadés. L’objectif étant d’atteindre le challenge en termes de gestion des poids démographiques (un taux d’urbanisation de 70 % en 2030 ; avec 41.3 % de populations urbaines centrées dans les grandes villes) ; économiques urbains (70 % en termes d’investissement et 75 % en termes de participation dans le PIB intérieur). Cette orientation très optimale a essayé de contourner les déséquilibres régionaux du système urbain où 4 régions sur 16, produisent plus que la moyenne nationale régionalisée du PIB. Elle a essayé aussi d’amortir les effets de la littoralisation urbaine (55 %). Ceci sans parler du défi à relever à l’échéance 2025 d’une demande de logement supérieure à 2.3 millions de logements dont 87 % est sollicité en milieu urbain.

Autant de défis sur le plan de la modernisation de l’économie nationale par son ouverture sur l’extérieur et l’innovation (compétitivité, économie nouvelle durabilité, nouveau modèle de développement) ; sur le plan de l’urbanisation (investissement des changements démographiques, équilibrage entre ressource et territoires…) et sur le plan démocratique et de justice territoriale. Plusieurs outils juridiques et de planification territoriale ont été mises en place pour accompagner les différents changements, les lois organisant les régions 111-14/112/14/113/14, décret 583-17-2, la nouvelle réglementation des SDAU, Projet de loi de l’Aménagement du Territoire, Le haut Conseil à l’AT, Schéma National des Réseaux Urbains 2017-21-2, la constitutionnalisation des SRAT, la planification stratégique, la mise en place de la programmation régionale des budgets publics, La contractualisation entre l’État et les régions, le critère de l’équipement urbain minimum et l’avancée du système de la gouvernance. Soit, plus de 315 Milliards de DH d’investissements (l’accélération économique 2020, Programme Rawaj 2020, Stratégie compétitive 2030, Stratégie Alieutis 2020, Stratégie portuaire 2030, Vision touristique 2020, Maroc Vert 2020, Stratégie énergétique 2030).

La recherche de la métropolisation stratégique, n’est pas seulement un fait de modernisation économique axée sur l’innovation, la compétitivité, la durabilité et le marketing territorial mais, c’est la recherche aussi d’un modèle de développement équilibré et surtout généralisé. En ce sens, 25 % du budget général d’investissement s’est orienté vers la consolidation de la métropolisation économique et la transition démographique : Marrakech, la ville renouvelée ; Plan stratégique pour le Développement de Kenitra, Rabat, ville des lumières ; Plan stratégique du développement du grand Casablanca ; Projet du Grand Tanger ; Projet de développement urbain de grand Tétouan et la qualification urbaine intégrée de Salé. L’objectif principal à travers l’orientation vers la métropolisation-mondialisation est double. D’une part combattre la pauvreté-vulnérabilité, le démarrage de l’association État-Régions et la diversification, le renforcement et l’exécution de l’offre économique territoriale. D’autre part, il est question de faire intégrer le dispositif territorial dans le nouveau modèle du développement à travers les projets structurants et la promotion du rôle des Sociétés de développement comme dispositif territorial central.

Or la pandémie de coronavirus remet la pendule à l’heure d’une crise généralisée qui n’a rien à voir avec la crise économique de 2008 qu’on a pu, magistralement, éviter par l’accélération de la croissance économique et l’innovation énergétique. Cette fois la pandémie frappe les moteurs de croissance et la métropolisation démographique en plein fouet. Ce sont les régions les plus métropolites, les plus ouvertes sur le système monde, les plus productives, les plus denses (plus de 3000 Ha/Km²) et sur lesquelles on a construit le modèle de croissance 2030 pour atteindre une efficience économique prioritaire du PIB à l’entour de 3.500.000 millions de DH, soit une croissance moyenne annuelle de 6.4 % ; qui subiront frontalement l’impact de covid-19. A l’échelle des grandes villes du pays, Casablanca est la plus dense avec 15296 habitants au kilomètre carré, suivie de Fès (10713h/km2), Salé (8163h/km2), Tanger (5736h/km2), Rabat (4882h/km2) et Marrakech (4436h/km2). Au sein même de ces villes, la densité varie selon la strate d’habitat. Si on ajoute les conditions de l’habitat, notamment la sur-occupation des logements, les villes-métropoles paraissent comporter les risques de contamination les plus sérieux qui touchent au moins 12.5 % de l’ensemble de la population marocaine. C’est dans ces métropoles aussi que le secteur touristique recule de 60 à 80 % en trois mois seulement de confinement.

 

Covid 19 a frappé les moteurs de croissance de la stratégie 2030 : les villes métropolitaines

Les villes métropoles sur lesquelles est construit le modèle de croissance 2030 se sont avérées donc les plus vulnérables face à la pandémie. Cependant comme signaler plus haut, nous pensons qu’il est encore trop tôt de tirer des conclusions définitives car beaucoup d’éléments nous échappent. Toute l’information statistique sur l’impact de covid-19 sur le plan économique et social est provisoire ou effectuée sur une petite échelle. L’enquête de l’HCP[3] ne concerne qu’un échantillon de 2350 ménages sur 7313 806 (2014), soit 0.03%. La prudence est de règle. Pourtant personne ne peut nier l’ampleur de la pandémie dans les régions métropolitaines : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Fès.

 

Fig.1 Situation de la pandémie de Coronavirus au Maroc (7 et 14 mai, 2020)

Source : Ministère de la Santé, Media 24

 

La figure 1 nous révèle une relation étroite entre la propagation de la pandémie de Coronavirus et les principales régions métropolitaines et de performances touristiques jusqu’au 14 mai 2020. Casablanca-Settat (1362 cas confirmés)[4], Marrakech-Safi (1139), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (780), Fès-Meknès (721), Drâa-Tafilalet (557), Rabat-Salé-Kenitra (453), Souss-Massa (59). Cette relation est tout à fait normale pour deux raisons : la première, s’attache au fait que ces régions constituent les portes d’entrée aériens et maritimes. La seconde dérivant de la première c’est que notre modèle touristique est circulatoire. Un touriste qui vient à Casablanca, est tenté de voir au moins 4 destinations différentes : Marrakech, Agadir, Fès et Tanger qui permettent de diversifier l’offre touristique en une seule entrée. Ce qui permet au virus de voyager aussi d’une destination à l’autre.

Cela se vérifie au niveau des provinces et communes territoriales. En effet, la connexion des villes-régions métropolitaines et touristiques avec leur environnement territorial montre que c’est la zone de rotation touristique accessible sur le plan de transport qui subit de plein fouet la contamination par le virus. Tanger-Fahs Anjra (566), Larache (126) mais pas Chaouen qui jusqu’au 14 mai n’a enregistré aucun cas de contamination parce qu’elle est relativement retranchée dans le Rif Occidental. C’est le cas aussi des provinces de Safi et de Youssoufia dans la région de Marrakech-Safi et de la province de Sidi Kacem dans la province de Kenitra, de la province de Boulmane dans la région de Fès-Meknès. La figure 2 permet de visualiser les principales variations territoriales de la pandémie.

 

Fig 2 Principales variations de la pandémie selon les régions et les villes les plus touchées

Source : Ministère de la Santé, Media 24, situation du 7 mai, 2020

 

Il est certain que le système économique a été touché profondément par la crise de covid-19[5] et que cela impactera, sans aucun doute, le financement des programmes urbains. Le secteur informel a été particulièrement touché, il peine à se relever après le déconfinement tout comme les petites et moyennes entreprises. Toutefois une question s’impose : est-ce que tout le secteur économique a cessé de fonctionner pendant le confinement ? Certaines villes métropolitaines comme Tanger, malgré quelles ont été affecté par la pandémie, ont réussi, grâce à la vigilance d’une gouvernance avancée à maintenir l’activité import-export via Tanger-Med. Cette ville devient, dans l’adversité, une source du génie urbain lorsqu’il s’agit d’assurer l’approvisionnement des Marocains en produits alimentaires pendant le confinement. Cependant, c’est la même métropole où les clusters de coronavirus ont apparu dans ses zones industrielles par manque de vigilance et d’application parfaite des directives de sécurité. C’est le cas aussi à Casablanca, de Larache et même des clusters vont apparaître parmi la main-d’œuvre féminine dans les champs agricoles de fraises de Lalla Mimouna. Ce qui va changer complètement la donne, c’est que d’autres foyers de coronavirus vont apparaitre dans les villes les moins touchées jusqu’au déconfinement. C’est le cas notamment de la ville de Safi.

Avec l’avancée des dépistages et l’obtention d’informations précises, on se rendra compte, plus exactement, des résiliences sociales, économiques et politiques ou non des villes métropolitaines. Les réponses des pouvoirs publics et les alternatifs en manière de décisions ont certes permis d’infléchir les effets dévastateurs de cette crise plurielle en assurant, selon les normes de sécurité, la continuité des services urbains, la sensibilisation médiatique à grande échelle, une communication de crise largement diffusée et une éducation-formation à distance le moins qu’on puisse dire ciblée et étoffée. Toutefois, le degré d’implication des citoyens en rapport avec les morphologies urbaines, les glissements sociaux, économiques et juridiques ; leurs comportements après le déconfinement, l’éclatement de grands clusters et le retour à l’état d’urgence pour la période du 09 juillet au 10 août 2020, permettent de rendre compte que le virus est toujours présent, que notre combat n’est pas fini. Les pouvoirs publics sont partagés entre le choix d’un re-confinement sécuritaire et celui de voir s’effondrer toute une économie émergente. Le choix de l’allégement s’avère un choix obligé qui devra s’accompagner d’un plan de relance économique (publique/privée), de protection sociale adéquate et de vigilance sanitaire plus ardente. La révision globale de l’ordre urbain métropolitain est une affaire d’urgence qui devra toucher, à l’avenir, tout un dispositif de mise en œuvre des politiques urbaines et des modes de gouvernances structurés davantage sur la gestion des risques urbains que ceux-ci soient d’ordre naturel, démographique, morphologique, épidémiologique ou de glissements sociaux. Dans l’immédiat, nous sommes réellement face à deux choix post-pandémie.

.

Les choix post-pandémie : la métropole, la société ou le rapport de la ville à l’urbain ?

Le déroulement de la pandémie de Covid-19 nous mis face à deux choix. Soit remettre en cause le système de mise en place et de fonctionnement des métropoles émergentes et avec lui le cosmopolitisme ; soit c’est la société, dans son être, qui doit s’adapter à l’environnement de risque mondialisé. Avant d’opter pour l’un ou l’autre choix, il faut bien se rendre à l’évidence et faire la différence entre vouloir et pouvoir. Le choix de l’économie, celui de la société ou les deux ? Bien entendu, l’objectif de cette contribution n’est pas de trancher en faveur d’un choix la question est très complexe et nécessite des concertations de haut-niveau de la part de l’exécutif marocain, l’objectif est donc d’enrichir le débat dans un contexte scientifique. Cependant, la crise de Covid-19 nous enseigne, plus, elle nous prévient non pas de s’acharner sur le modèle de la ville métropolitaine mais plutôt au rapport de la ville à l’urbain qu’il faut repenser, revoir et réadapter (Da Cunha A& Matthey L., 2007).

Actuellement, le rapport de la ville-métropole à l’urbain est un rapport conflictuel. Le conflit est pluriel : Il est économique (formel/informel) ; sociétal (Riches, pauvres, démunie, engagement de luttes de classes) ; territorial (centre, périphérie, périphérie de la périphérie) et culturel (consommation différentielle, mode de vie et de relations inégales, identification[6] dans le stigmate et la pauvreté-vulnérabilité). Nous l’avons vu, c’est dans les marges urbaines que les clusters de Covid-19 se sont développés rapidement. C’est aussi dans les marges périurbaines que les glissements sociaux et le non-respect des mesures de sécurité sont les plus problématiques. On est encore loin de « la terre urbaine »[7] revendiquée par (Paquot T., 2016) face à la « révolution urbaine » diffusée par la mondialisation en termes de comportements, de mode de consommation et d’acquisition spéculative des espaces préférentiels. Une « révolution » qui prennent des expressions paradoxales et des multiples formes territoriales englobant le bidonville, la métropole, l’enclave résidentielle sécurisée (Marina), la ville moyenne, le global city et l’urbain diffus au détriment des espaces agricoles.

Le périurbain métropolitain est devenu un phénomène indomptable. Autant que l’espace rural recul autant que le front urbain avance autant que le périurbain-métropolitain se projette sans lois ni fois à une grande échelle qui fige tout essai de planification urbaine. Donnant ainsi des phénomènes très complexes de la ville sur la ville difficile à gérer, à gouverner, à équiper et assainir. Il est temps d’arrêter de faire la ville métropolitaine par des ratios de propriété au m² près et par l’opportunisme foncier et immobilier loin de toute conception de projet urbain. Cet opportunisme foncier et immobilier est responsable des étalements urbains incontrôlables qui vont à l’encontre des changements climatiques et du stress hydrique. Responsable aussi des desserrements urbains difficiles à planifier dans le cadre des nouveaux principes de l’urbanisme (Ascher F., 2010). Enfin, responsable de la consommation irrationnelle des espaces ouverts et des espaces de production en dehors de tout contexte juridique ou environnemental. Il s’agit d’une fabrication urbaine dont une partie revienne surtout à des acteurs privés guidées par l’utilitarisme, sans aucune planification (Da Cunha O. & Matthey L., 2007). On a tendance à oublier que l’espace urbain métropolitain n’est pas une donnée statistique mais un produit social à tout point de vue. Cependant ce produit social est difficile à cerner. Plus de quarante ans déjà aux USA comme en France, la sociologie a pris la ville comme objet d’étude, comme scène d’expérimentation…Cependant, peu d’assurance se dégage à la lecture des résultats. Selon l’affirmation de C. Lévi-Strauss, le phénomène urbain offre beaucoup de résistance à la connaissance. Les villes sont « l’œuvre humaine par excellence ». Lefebvre, lui-même reconnaît : « Aux États-Unis, pays privilégié pour l’étude des questions urbaines, les autorités (sur le plan pratique), les spécialistes (sur le plan théorique) sont à bout de souffle…Les phénomènes urbains leur semblent incontrôlables, ingouvernables, peut-être inconnaissables »[8]. Ceci pour invoquer la première incertitude qui concerne la maîtrise de la ville par le biais de la planification urbaine. Un temps, lointain déjà, on a cru que l’on disposait de tous les outils pour maîtriser les formes de la ville. Alors lorsque cette ville métropolitaine ingouvernable soit frappée par la pandémie de coronavirus, il faut rester serin et ne pas chercher, lorsque nos outils s’avèrent inopérants, l’infra-société en glissement face aux mesures de sécurité et de distanciation sociale, à fuir dans le mythe parfait de produire d’urgence des villes inclusives comme forme de revanche ou de refus à l’égard d’un réel qui, chaque jour, nous résiste.

La réussite globale du confinement marocain face à la propagation de la pandémie en comparaison (Statistica, 2020) avec les pays européens de voisinage méditerranéen (Espagne, France, Italie) est un fait social et non un fait de métropolisation-mondialisation ou de planification urbaine bien faite. Au moment où tout le monde commence à penser l’absurdité des modèles économiques mondialisés et extravertis, la société a réagi objectivement et elle a montré des qualités « d’habitants-usagers-citoyens » insoupçonnables face à l’adversité. Il faut être palpable et réceptif aux changements de la société marocaine, au droit à la vie qui est devenue désormais, une société plurielle (Rachik A., 2020). Il faut être prudent aussi aux choix à faire concernant les secteurs clés de l’économie marocaine. Deux exemples nous permettent d’être plus prudents quant aux choix à faire après la pandémie.

Le secteur touristique et le système migratoire international. Tous les deux fortement impactés par la pandémie de coronavirus. Pour le secteur touristique, presque tout le monde pense aujourd’hui qu’i faut se tourner complètement vers le tourisme intérieur pour amortir les effets de la crise. Cependant, Il n’est pas sûr que le lendemain du confinement, le tourisme sera totalement domestique et contera sur la seule norme d’hygiène et de labellisation sanitaire rassurante, vue la façon comment la propagation du virus à travers la literie est rapide. Avec l’apparition et l’accession à un vaccin éventuel, le tourisme international sera plus performant que le tourisme national. C’est une question de moyens, de pouvoir d’achat, de niveau intellectuel et de traditions touristiques dans les sociétés et de résilience bancaire aussi. Il y a une distance à parcourir entre vouloir et pouvoir. C’est une question aussi liée à la capacité de résilience du transport aérien. Si le trafic aérien a franchi les 10 millions de passagers pour l’aéroport de Casablanca à la fin de 2019 contre 6 millions pour l’aéroport de Marrakech et 1 million pour celui de Rabat, il n’est pas évident que le lendemain de Covid-19, la RAM pourra nouer avec les performances réalisées en 2019 grâce à sa politique de partenariat Win-Win.

Selon l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA), les globe-trotters, le transport aérien ne peut retrouver son niveau de trafic avant 2023, avec d’abord un redémarrage sur les liaisons intérieures cet été suivi par une reprise beaucoup plus lente du trafic international. Avec des mesures drastiques sanitaires, en 2021, le trafic (mesuré en kilomètres-passagers payants, RPK) devrait être inférieur de 24 % au niveau de 2019, sur la base d’une reprise qui débuterait au troisième trimestre 2020 par la réouverture de liaisons intérieures qui regroupe 290 compagnies aériennes. Mais la reprise dépend de la vitesse à laquelle les frontières vont rouvrir et du rythme de la croissance mondiale (Kalfon P., 2009) et l’impact sur le segment du voyage long-courrier « sera bien plus sévère et durera plus longtemps », selon l’IATA. Là aussi, des mesures s’imposent pour sauvegarder les acquis du transport aérien touristique. Que pouvons-nous tirer alors, comme leçons de la géographie nationale du virus ? La prudence.

La principale leçon à tirer de l’après-crise de la pandémie ne doit pas être un choix à haut risque autour d’un tourisme domestique uniquement. Notre modèle économique est transnational, Le tourisme, comme l’émigration internationale et l’entreprise marocaine en général, fonctionnent à l’transnational. On ne peut faire marche arrière. La preuve c’est que Tanger-Med n’a pas arrêté ses activités (confinement ou pas) pour assurer l’approvisionnement, le transbordement et la logistique. Le tourisme intérieur n’est qu’une composante sur laquelle il faut agir en un processus intégré certes, mais qui nécessite beaucoup de temps. Le tourisme n’est pas seulement une action de voyager mais une culture qui s’investit. Pour les Marocains du moins, le voyage n’a jamais signifié se laisser porter par la vie, l’aventure ou tout court, la vie telle quelle vient. Mais c’est une obligation familiale dument planifiée sur une période prolongée et si et seulement si le budget familial survit aux autres alias de la vie (consommation, coût de transport, charges sanitaires et de scolarisation, accès à l’habitat, etc…). Dans un premier temps, il est possible qu’elle soit la clé de la relance touristique après la pandémie si l’on agit en baisse, sur les prix des prestations touristiques, de restauration et du transport aérien domestique. Mais, ce n’est pas une fin en soi. Le dispositif touristique marocain fonctionne à l’international à tous les niveaux. L’approche du tourisme domestique par le marketing territorial n’est pas suffisante. Donc, il faut garder les deux modèles et se contenter de consolider la capacité de résilience des entreprises touristiques marocaines toute en supportant les défis économiques et sociaux au rythme d’un déconfinement progressif et flexible[9]en fonction des spécificités de chaque région et de chaque secteur. Le secteur touristique est une priorité. Il est certain que l’après-covid-19, il y a lieu de repenser le modèle actuel du tourisme pour en faire une valeur ajoutée économique durable. La pandémie a montré comment les régions touristiques performantes aujourd’hui, correspondent aux principaux foyers de propagation et de clusters de Covid-19. Ceci doit nous alerter dans le sens d’élargir le champ touristique sur d’autres zones avec une politique désormais de distanciation sociale et ne pas de rester concentrer sur les mêmes circuits. Il s’agit donc d’améliorer l’offre touristique et d’élargir l’espace touristique marocain. Nous nous ne sommes pas obligé d’inverser, hâtivement, le modèle et de réagir en impulsion sous la pression psychologique pour éviter un chaos dont nous ne maîtrisons pas les tenants et aboutissements.

Le secteur de l’émigration internationale marocaine est aussi important que le secteur touristique, participent à hauteur de 14 % dans le PIB national, Quelles sont alors les perspectives qui s’offrent au système de la migration internationale marocaine après le coronavirus ? Dans le sillage d’une mondialisation en marche et d’un Maroc émergent fort bien inséré dans « le village global », il est temps que la diaspora marocaine soit perçue, au-delà de son aspect marketing économique et stock d’échange de devises, comme un dispositif stratégique à planifier et à structurer autour du principe de la dignité. Il faut rappeler ici avec force que le Maroc est en train de devenir une compétence économique à l’échelle de l’Afrique et un partenaire-concurrent à l’échelle de l’Europe en particulier. Sur le plan social et citoyen, il fait des efforts appréciables pour équilibrer son développement social au rythme de son développement économique. Le système migratoire international est à la fois l’image, le dispositif et le thermomètre. L’identité marocaine d’aujourd’hui, à quelque niveau que ce soit, n’est pas un phénomène, ou une série de faits isolables d’autres qui seraient sans impact sur la représentation de soi et de l’autre. Nous avons vu à travers l’exemple des MRE en Espagne, comment l’effet de la crise mondiale de 2008 a perduré et fragilisé la société migratoire à tel point de provoquer une migration de retour. La pandémie de coronavirus a enchainé l’effet de crise. Les deux crises ont affecté l’image de la société via la vulnérabilité sociale.

Tout acte économique et social, parce qu’il est d’ordre relationnel et de causalité produit une image et des implications heureuses ou malheureuses. Il est temps d’anticiper sur le paradoxe d’une société transnationale à deux vitesses, à deux images. Autrement dit, un dispositif migratoire qui transfert chaque année vers le Maroc près de 63 milliards de DH mais lorsqu’il s’agit de la couverture sociale face à des pandémies comme covid-19, il ne dispose, à l’image des MRE installés en Espagne, que d’un taux de couverture sanitaire de 30 % sans compter le contingent de l’immigration irrégulière. Cette réalité pèse sur l’image du Maroc actuel. Après coronavirus, il est primordial de revoir la politique de la gestion migratoire dans le sens d’une la régulation de développement ou le dispositif migratoire (la diaspora marocaine) est un secteur stratégique à négocier sur la base de la dignité sociale comme n’importe qu’il autre dossier stratégique (la pêche, le tourisme, l’agriculture, les énergies renouvelables) ou l’immigré est socialement un être humain, un facteur de développement qui a des droits sociaux de vie et de survie équivalent à son poids économique. Le rôle essentiel de l’État protecteur est de garantir la dignité de la diaspora marocaine.

 

Conclusion

En guise de conclusion et toute en recommandant prudence et vigilance, nous pensons qu’il est temps de repenser la ville métropolitaine beaucoup plus à l’échelle humaine. Avec davantage d’humanisation. C’est un enjeu décisif pour notre futur commun même si le processus est long ; la pandémie nous a montré que la société urbaine est capable de développer des solidarités actives. Donc c’est possible d’humaniser la ville métropolitaine. Pour se faire, il est nécessaire d’assoir progressivement, les bases d’un nouvel urbanisme inclusif, souple, négocié, capable d’intégrer la complexité territoriale, l’individualisation de la société et la multiplication des acteurs dans les villes métropolitaines. C’est-à-dire, intégrer le pouvoir de la société plurielle comme système ouvert et évolutif (J.F Dortier, 2013), autour de l’action sociale, des normes et des valeurs, mais aussi comme acteur où l’être humain peut se saisir lui-même et se construire à la fois comme individu singulier et comme acteur social indissociable de l’historicité et des relations sociales dans lesquelles il s’inscrit (J.P Lebel, 2013).

Bien évidemment, ceci ne peut se réaliser que lorsqu’on sera capable de problématiser les enjeux de métropolisation « par le bas » à partir de perspectives centrés dur la population considérée comme « habitants-usagers-citoyens » à différentes échelles de la ville sous l’égide d’une démocratisation socio-territoriale plus procédurale et plus délibérative, bref une solidarité plus réflexive.

 

Références bibliographiques

Ascher F., 2010 : Les nouveaux principes de l’urbanisme, Editions de l’Aube, Paris, p.88-89.

Bachir S., 2020 : Covid-19 au Maroc, un « choc » de tourisme intérieur est indispensable, CNT, l’économiste du 28 avril, 2020, http://leconomiste.com, 3 p. Consulté le 10 mai 2020.

Da Cunha O., & Matthey L., 2007 : La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne.

Dlala H., 2010 : Logique d’interface et mondialisation : leviers de la métropolité émergente de Tunis, in Mondialisation et changement urbain, Edition du Centre de Publication Universitaire, Tunis, p.7-37.

Dortier J.F., 2013 : Talcott Parsons, la société comme système, Les grands dossiers des Sciences Humaines, n° 30, p.34-35.

HCP, 2020 : Enquête sur l’impact du Coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages : note de synthèse des principaux résultats, www.hcp.ma. 30 p, Consulté le 15 mai 2020.

Jaidi A., 2020 : Une grande fraction de la société marocaine se trouvera bientôt dans une situation d’extrême vulnérabilité, Magazine Tel Quel, Hors-série, Spécial, Le Maroc après le coronavirus, p.10-11.

Kalfon P., 2009 : Tourisme et innovation, comment décrypter les tendances qui bouleversent le monde du voyage, L’harmattan, Paris 130 p.

Kübler D., 2005 : La métropole et le citoyen, Collection Logiques territoriales, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1ère édition, Lausanne.

Lebel J.P., 2013 : Alain Touraine, des mouvements sociaux à l’acteur, Les grands dossiers des Sciences Humaines, n° 30.

Merlin P., & Choay F., 2000 : Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, 3ème éditions, Presses Universitaires de France, Paris.

Ministère de la Santé, Media 24, situation du 7 mai, 2020, Rabat, 10 p. 

Office International des Migrations, Ministère de l’Intérieur espagnol, 2019 : Statistiques sur le Covid-19 en Europe, 20 p.

Rachik A., 2020 : Le droit à la vie l’emporte sur les autres droits, Magazine Tel Quel, Hors-série, Spécial, Le Maroc après le coronavirus.

Paquot T., 2016 : Terre urbaine, les cinq défis pour le devenir urbain de la planète, 2e éd. la Découverte, Paris.

Statistica, 2020 : état des lieux de Covid-19 en Europe le 27 avril 2020, 30 p.

 

 

Notes : 

[1]La métropolisation est une tendance, observée partout dans le monde au cours des années 1980, au renforcement des niveaux supérieurs du réseau urbain. Retour de croissance démographique des grandes villes, attraction et polarisation qu’elles exercent vis-à-vis des sièges et des activités financières, le système des transports modaux, la flambée spéculative sont autant de caractéristiques de la ville métropolitaine. Au Maroc, la ville métropolitaine est une fin en soi, pour orienter l’urbanisation territoriale vers la croissance économique et la production des richesses.

[2]La métropolité émergente concerne les grandes villes qui se sont affirmées avec la mondialisation des échanges (transbordement, conteneurisation) et de la finance. Cette métropolité internationale fonctionne sous des logiques d’interface. La conceptualisation de la notion d’interface et ses différentes fonctions permet d’élaborer une grille d’analyse orientée vers l’hinterland et l’hinterworld. L’organisation territoriale engendrée par les fonctions d’interface et la mondialisation crée une métropolité territoriale émergente. Pour plus de détail voir H. Dlala, 2010.

[3]HCP, 2020 : Enquête sur l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages, Enquête effectuée entre le 14 et le 23 avril 2020, 30 p.

[4] Les chiffres sont officiels. Nous les utilisons sous réserve à cause du dépistage limité.

[5]A l’échelle du globe, selon les estimations de L’ONU-Habitat, les villes verront leurs recettes fiscales en baisse pour l’année en cours. L’ONU-Habitat estime cette contraction entre 12 et 15 %.

[6] La notion d’identification repose sur le fait que l’identité est conçue ici comme le produit d’un processus d’identification résultant d’un sentiment conscient de spécificité reliant l’individu au groupe par l’expérience du vécu et le sentiment de protection mutuelle du groupe de population pauvre ou vulnérable, souvent bidonvilloise ou habitants dans les quartiers sous-équipés face à l’ordre urbain, à la réglementation urbaine et face à tout ce qui est formel. Pour plus de détail sur le concept d’identité voir Kübler, 2005.

[7] La notion de terre urbaine repose sur l’écologie existentielle respectueuse de la diversité culturelle, des libertés individuelles et des différences des temporalités qui interagissent dans l’animation de la vie urbaine dans le sens de préserver son avenir. Une occupation rationnelle du sol, des déplacements optimaux, le confort urbain minimal, la bonne gouvernance et l’habitabilité en voisinage constituent les cinq défis majeurs à relever pour être un citoyen dans une « terre urbaine ».

[8] Bassand M., Kaufmann V., Joye D., 2007 : enjeux de la sociologie urbaine, Collection Espace en société, logique territoriale, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne, 411 p. Cf. p. 86-87.

[9]Le gouvernement marocain prévoit un déconfinement en deux étapes. La première concerne le retour progressif des différents secteurs à l’exercice de leurs activités dans le cadre de la coordination avec la stratégie de levée de l’état d’urgence sanitaire, tandis que la deuxième étape porte sur la mise en œuvre des mécanismes appropriés et renouvelables qui permettront de mettre l’économie nationale sur la voie d’une croissance appréciable et durable.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search