Le coronavirus à l’assaut des villes. Introduction générale

Zouhir El Bhiri

Brahim Labari

Sociologues, LISS – Laboratoire interdisciplinaire des sciences sociales, FLSH – Université Ibn Zohr, Agadir

 

Esprit critique, vol. 31.01, Dossier “Le coronavirus à l’assaut des villes”, mars 2021.

 

Le coranavirus a désormais tout chamboulé dans le monde : constat amer et néanmoins réaliste. Cette épidémie a pris tout le monde de court car personne ne l’a vu venir[1]. Outre cette imprévisibilité, deux caractéristiques au moins ressortent de l’état du monde sous le régime de la crise sanitaire mondialisée.

En premier lieu, la vitesse de la propagation du virus qui, à peine déclaré en Chine, fait le tour macabre du monde en s’installant ici ou là, mettant à rude épreuve les infrastructures et la logistique hospitalières, notamment dans les pays dits développés. C’est dire que la mondialisation a bel et bien un contenu empirique qui réside, il faut bien le souligner, du statut des frontières (ouvertes, fermées, semi-ouvertes), du retour en force de la centralité de l’Etat-Nation comme cadre de souveraineté et de la propulsion des villes, à la faveur de ses aéroports, de ses gares routières et ferroviaires, de ses hôpitaux, de ses universités, de ses mosquées, de ses stades de sport[2], en première ligne face au Covid 19. De la même manière, les désormais variants anglais, sud-africain, japonais et autre brésilien ont fait le tour du monde avec une allure insoupçonnée et prennent d’assaut les villes-monde occasionnant l’apparition de nombreux clusters. En un clic et dans une course acharnée pour avoir le scoop, les médias, toutes tendances confondues, rivalisent à rapporter le nombre de cas contaminés ou/et en danger de mort recensés ici et là par des agences nationales et supranationales. Confinement et couvre-feu aidant, l’appétit domestique de médias ne cesse de croitre érigeant l’apocalypse comme horizon possible de notre destinée commune. L’injonction maintes fois entendue, répétée « La situation épidémique est hors contrôle » est de nature à justifier les mesures drastiques de la technostructure de par le monde (port de masque obligatoire, fermeture des lieux de sociabilité des classes populaires, obligation de présenter le test PCR pour toute personne désirant voyager. L’on parle même de l’utilité d’un passeport vert vaccinal, annoncé comme étant à l’étude à l’heure où ces lignes sont écrites…). Cette injonction sert aussi à semer la panique, et donc à ériger la peur comme mode de gouvernance, chez des consommateurs transnationaux de sons et d’images qui, face à ce flux macabre d’informations annonciatrices du chaos et de la dégénérescence de l’espèce humaine, notamment sa partie la plus vulnérable, sont livrés à eux-mêmes et nourrissent tout ce que la vox populi pourrait receler de tragique. La puissance des médias mainstream est à cet égard révélatrice de l’état de l’opinion publique mondiale. Ces consommateurs d’un autre type, accroupis dans leur canapé doré, se complaisant dans cette posture d’« idiots utiles » d’un système qui les broie, voire incarnent le syndrome de Stockholm en s’abandonnant à une entité qui les asservit. Moult analyses de la mondialisation dans une perspective critique font appel à certains classiques pour appuyer l’assertion de cet asservissement consenti. Il en est ainsi de l’auteur du « discours de la servitude volontaire » Etienne De La Boétie dont l’enseignement majeur appliqué à posteriori à la pandémie peut s’articuler ainsi : nous devenons, par notre passivité et peut-être à notre corps défendant, les esclaves volontaires d’une mondialisation sauvage en ce que nous entretenons les ravages qu’elle génère et tout se passe comme si les gouvernants, face à l’imprévue, faisaient montre de leur impéritie nous entrainant dans les mêmes inhabilités. Le revers de ce libido scientifica est à n’en pas douter le développement du complotisme nourri par une alter intelligentsia, dissidente et soutenue par des réseaux sociaux de masse. Les thèses complotistes bénéficient d’une large audience dans des franges non négligeables de la population de par le monde, favorisé en cela par l’immédiateté du village planétaire. Plus même, des croyances érigées en démarche transdisciplinaire refont surface pour prédire la fin de la civilisation industrielle-matérielle. Il en est ainsi de la collapsologie qui considère le virus comme la revanche de l’équilibre écologique sur la civilisation humaine. L’Homme ne cesse d’attenter à la nature et aux grands équilibres qui la fondent. Le virus ne serait qu’annonciateur d’une nouvelle ère basée sur une démographie juste, la lutte raisonnée contre le réchauffement climatique et le retour aux valeurs traditionnelles en termes du lien social et de l’entraide. En tout état de cause, il est nécessaire que l’esprit critique reprenne son souffle dans un monde dominé par la doxa autant scientiste, religieuse que de la vox populi. C’est l’un des objectifs de ce numéro thématique.

En second lieu, une sorte de darwinisme sanitaire s’est prodigieusement formée dans le sillage de cette crise, parant de ses lettres de noblesse l’immunité, la génétique, le groupe sanguin et le nécessaire retour aux vertus de la nature. Bref tout se passe comme si le coronavirus réalisait la redécouverte de la posture sociobiologique, appliquée cette fois non pas aux prédispositions élitistes, mais à la « colossalité », que le lecteur nous pardonne ce néologisme, et à la résistance de notre corps à la faveur desquelles nous pourrions tendre à l’immunité collective. Il est d’ailleurs intéressant de réfléchir sociologiquement à la signification du virus en détectant les relations entre organicisme, positivisme et sociologisme. A cet égard, que n’a-t-on pas dit de la puissance de guérison – du moins quant au renfort du patrimoine immunitaire – de certaines plantes comme l’absinthe, le clou de Girofle et autres ails. A contrario, ce darwinisme voue aux gémonies la condition de celles et de ceux porteurs de maladies aigues ou chroniques, de l’âge avancé (nos anciens) et qui s’exposent les premiers au coronavirus. La sélection naturelle par la maladie est même analysée par d’aucuns comme le salut à venir pour une humanité désemparée « la plus grande menace pour l’individu constitue un extraordinaire mécanisme de défense pour l’humanité. Les maladies sont à l’humanité ce que les anticorps sont à l’individu ! Aussi loin d’être négatif, la maladie a pour but de protéger ce grand organisme qu’est l’humanité et contre toute forme de développement inadéquat. En somme, les virus, le cancer, les maladies cardio-vasculaires et dégénératives présentent un véritable système immunitaire pour l’humanité », écrit ainsi Daniel Chabot dans un livre aux accents prémonitoires. Nous avons ici les effets de la guerre in vitro, en tout cas les plus immédiats à savoir la mort et la souffrance.

Quoi qu’il en soit, la pandémie du covid 19 bat en brèche la thèse de la fin de l’histoire, chère à Francis Fukuyama qui, naïvement, avait cru que le capitalisme avec ses corollaires démocratie représentative et libéralisme étaient indépassables avec la fin de la guerre froide comme ultime marqueur. Dans le même ordre d’idées, la pandémie désormais planétarisée refroidit les tenants du transhumanisme et autres prophéties du malheur, qu’ils soient d’obédience messianique ou de la chapelle scientiste. L’Histoire ne serait pas linéaire (ayant un début et une fin identifiables), mais cyclique (fluctuant au gré des événements, des idées et des inventions), les pandémies ont de tout temps joué le rôle de régulateur en puissance en faveur de cette cyclicité. Et ce autour des duels que l’on peut poser comme suit : croissance / crise, apogée / décadence, bien-être / mal-être… Mais ce qu’elles révèlent manifestement empiriquement c’est l’épuisement du paradigme mondialiste avec son cortège de la fin de l’État-Nation et in extenso l’avènement d’autres manières de faire société. La roue de secours du capitalisme à bout de souffle ne serait-elle pas de se réinventer à l’ombre (ou à la lumière ?) du virus planétarisé, de la peur qu’il colporte et du quadrillage de la liberté (au sens sociologique et non métaphysique) et de la mobilité des citoyens même bien portants.

Les villes sont l’épicentre de la pandémie, à plus forte raison quand elles se situent dans des espaces pauvres ou paupérisés. Il est certain que la pauvreté est à la maladie ce que l’arrosage est aux plantes. Elle en est autant la matrice que la manifestation. Les grandes métropoles de par le monde révèlent, ce faisant, l’énormité des inégalités polymorphes, notamment d’accès aux soins, et acculent paradoxalement les citadins déboussolés à développer des réflexes et stratégies de solidarité. Inégalités qu’il convient de mettre dans le panier plus large qu’est le capitalisme : « Ce n’est pas le capitalisme qui a inventé le coronavirus. Mais il est responsable de sa propagation planétaire et du désastre humain qui l’accompagne. Inutile de dire que nous nous serions bien passés de cette démonstration de l’inefficacité et du danger de ce système et de ses caractéristiques : la propriété privée des moyens de production, bien sûr, mais aussi la confiscation des décisions par quelques-uns, le rôle de l’État et des pouvoirs dits publics, la hiérarchie, les inégalités, les discriminations, la répression, etc. »[3].

Les textes qui suivent sont des versions remaniées de certaines des communications présentées lors du colloque international « La ville, la Mondialisation et la pandémie du Coronavirus : A la recherche d’une cohérence paradigmatique ». Colloque organisé par le Laboratoire Interdisciplinaire des Sciences Sociales (LISS) de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Agadir les 24 et 25 Juin 2020.

Fidèle à la tradition interdisciplinaire qui est la sienne et conscient de la complexité des problèmes inhérents à la vie en société, notre laboratoire (LISS) se fixe l’objectif originel d’adopter un regard pluriel pour approcher et étudier judicieusement les objets considérés comme enchevêtrés dans un système. En cela, il a réuni, à l’occasion de cette manifestation tenue dans son intégralité en mode distanciel, anthropologues, sociologues, géographes et autres spécialistes des sciences sociales ainsi que des doctorants répartis en ateliers pour mettre analytiquement en articulation les trois catégories (ville-mondialisation et pandémie) et par là-même penser et agir notre monde en tension.

Le premier texte « Pour une anthropologie du chaos urbain », signé Michel Peraldi, propose une lecture de la pandémie en termes d’avertissement sans nuances de ce que le monde est aujourd’hui devenu et de la prospective sombre de ce qu’il adviendra. Le chaos semble être la destinée de l’humanité et dont la pandémie n’est qu’une micro-catastrophe parmi tant d’autres : climatique, atmosphérique et démographique dans un monde incertain. Ce qui fait courir un risque de taille à l’Homme, c’est la nature de la riposte à savoir la domestication du danger, de la menace et des maux qui déstructurent notre vivre-ensemble. Domestiquer au lieu de juguler, argue M. Peraldi :

« Il revient alors aujourd’hui aux sciences sociales de dire, comme les physiciens et biologistes, climatologues et économistes atterrés, que la catastrophe n’est pas à venir mais que notre monde l’a installée, s’y est installé ».

Poser les termes de la réflexion et rappeler ce que le virus et la sociologie ont de commun, tel est l’objet de la contribution de Zouhir El Bhiri et Brahim Labari. Les deux sociologues traquent la structure de signification que recèle la crise sanitaire. Pour ce faire, ils appréhendent le virus comme un fait social total à la Mauss, c’est-à-dire mettant en branle toutes les dimensions de la vie. Le virus et la sociologie est l’histoire d’un vieil accouplement depuis au moins les premiers jalons du positivisme et de l’organicisme. Les deux sociologues identifient les anomies consécutives au virus : drames sociaux en cascade, ruine du lien social, effritement du socle familial, l’effondrement de la civilisation bâtie des siècles durant autour de la croyance en la relative quiétude humaine… En tout, le virus est en l’espèce entendu comme le signe que toute société est sujette à des dysfonctionnements car manifestement les institutions peinent à remplir convenablement leur fonction, celle d’améliorer le sort de l’Humanité.

L’article de Mohamed Ben Attou « Perspectives de la ville marocaine entre métropolisation-mondialisation et contraintes territoriales de la pandémie de Coronavirus : quelle orientation ? » fait la part belle au devenir des villes métropolitaines marocaines post-covid. Ces dernières sont analysées comme des proies vulnérables à la pandémie en raison de la densité démographique, à leur ouverture à une mondialisation autant touristique que migratoire. Et l’auteur d’esquisser quelques pistes quant au devenir de ces métropoles et de l’irruption des crises, notamment sanitaires. Crises, il y a fort à parier qui s’inscriront durablement dans le paysage urbain futur du Maroc.

L’article d’Antigone Mouchtouris interroge la pandémie dans sa dynamique temporelle en revisitant la notion de Kairos. Cette approche a le mérite de nous sortir de l’immédiateté et de nous propulser dans le mouvement du temps long cher aux philosophes grecs. Parce que la crise est désormais planétaire, la conception du monde par le prisme du kairos est la rupture avec les certitudes et les déterminismes de toute sorte, de manière à ce que l’Homme soit maitre de lui-même, sans que les pesanteurs de la « technobureaucratie » lui servent de boussole. Elle écrit à cet égard :

« Comme cela touche tout le monde et tous les pays du monde, l’individu a appris à vivre un paradoxe : vivre et s’isoler de l’autre qui est potentiellement dangereux alors qu’en même temps la maladie est planétaire. L’être humain apprend à vivre une chose planétairement à travers son propre corps, mais il modifie aussi sa conduite par rapport à ce que la planétarisation lui apprend : les déplacements, la possibilité de fréquenter beaucoup de monde, réduire son espace de travail et ramener son travail dans sa sphère privée ».

En centrant l’analyse sur le cas du Brésil, l’un des pays les plus touchés par le coronavirus, Agripa Faria Alexandre, Sylvie Chiousse considèrent que la « planétarisation des pratiques de soins » couvre dans le cas brésilien un large éventail de pratiques et comportements qui vont des mesures sanitaires individuelles, des manifestations de rue en relation avec les protocoles de distanciation tout comme les répressions des Black lives matter jusqu’aux avancées des communautés scientifiques dans la recherche d’un vaccin, au milieu des disputes politiques et électoralistes. Les auteurs pointent ce que les différentes mesures gouvernementales (isolement social, usages de masques, tests en masse, constructions des hôpitaux dans l’urgence, traitements divers des symptômes de la maladie, nouveaux protocoles de fonctionnement dans les entreprises, les écoles, etc.) comme autant de nouvelles dynamiques de vie sociale dans la réalité de la pandémie. Ils analysent des données (revues et quotidiens), les échanges sur les réseaux sociaux, les deuils, dépressions, nombre officiel de décès et courbes des risques comme des éclairages sur les ravages de la pandémie en si peu de temps.

Fruit d’un travail de terrain d’envergure, la contribution de Pierre-Olivier Weiss, Maurizio Alì, Cédric Ramassamy et Gabriella Alì, « Quelle continuité pédagogique en Martinique en période de confinement ? Des injonctions ministérielles aux conditions d’étude et de travail dans l’Outre-mer » fait état du décalage entre les recommandations du Ministère de tutelle et la réalité du terrain dans le territoire de la Martinique. Et ce à la lumière des conditions de vie, d’étude et de travail des futurs enseignants de l’Éducation nationale française dans le contexte de la pandémie de la Covid-19. Pour ce faire, les chercheurs étudient tour à tour : la disponibilité du matériel informatique, l’accès aux ressources numériques, les conditions matérielles et psychologiques pendant le confinement et la relation à distance avec les enseignants. Ils en arrivent à faire ressortir que les pouvoirs publics étaient acculés à agir dans l’urgence et donc à se montrer approximatifs dans la gestion de la pandémie en recourant à l’enseignement à distance. Une telle option souffre de moyens et de véritables formateurs socialisés à ce type de relation pédagogique. La crise du Covid 19 révèle l’état insuffisant et insatisfaisant des ressources techniques et économiques dont souffrent les communautés périphériques et marginales comme c’est le cas ici en Martinique. La pression et le stress dus à une surcharge de responsabilités marquent le pas chez les usagers.

Adoptant un regard sociologique critique, Mohammed Radi s’intéresse à la pandémie comme étant le révélateur de l’anomie dans des sociétés de risque et en premier lieu le dévoilement des inégalités. Thème sociologique s’il en est. Dans son texte « Le coronavirus : régulateur du social ? Pour une sociologie critique des régulations de risques », l’auteur argue que la crise sanitaire est une menace réelle des populations vulnérables que l’État-Nation malmené par la mondialisation libérale n’arrive plus à protéger. L’on assiste paradoxalement à une sur-régulation de la vie sociale et économique. La crise du covid-19 peut donc être analysée selon l’auteur du point de vue d’une sociologie critique des régulations des risques, comme étant un producteur d’une dynamique de réorganisation conflictuelle de la société, nécessairement liée aux ambigüités de la protection contre les risques. A cet égard la pandémie a une double visée : caractériser des problèmes sociaux et engager l’action publique en faveur du plus grand nombre.

Dans la même veine, Rachid Hamadouche interroge la problématique du lien social, chère à Durkheim à l’aune de la crise sanitaire actuelle. Son texte « La crise sanitaire (Covid-19), le quotidien et la problématique du lien social. De l’épuisement d’un système de pensée et d’organisation et d’une mondialisation dénuée de sens », revient sur l’épreuve aussi bien individuelle que collective que le virus a causée et qu’il caractérise sous deux vocables : blocage et la panne de tous les secteurs de la vie, notamment au plus fort du confinement et d’un horizon qui tarde à se dégager. Et l’auteur de dégager quelques perspectives quant à l’apport des sciences sociales face à cette pandémie inédite : quels sont les effets de cette crise sanitaire sur la construction du lien social ? Assistons-nous à la fin d’une mondialisation dénuée de tout sens ? La crise a aussi son visage urbain, ce qui nous amène à réfléchir sur la relation que pourrait avoir l’analyse des liens entre urbanisation, quotidienneté et gouvernance locale afin d’aboutir aux logiques d’organisation sociale et spatiale qu’on pourrait identifier.

 

Notes :

[1] Le fameux aphorisme d’Auguste Comte quant à la vocation des sciences sociales et au premier rang desquelles la sociologie « Savoir pour prévoir. Prévoir pour pouvoir » semble lointain et difficilement atteignable. Ce vœu positiviste Comtien livre en quelque sorte les sciences sociales à elles-mêmes. Il ne nous dispense pas pour autant de renoncer à instruire la plus urgente des questions posées dans des termes simples : à quoi servent les sciences sociales et à quoi nous servons, nous autres sociologues, anthropologues, économistes, gestionnaires… ? Si les SHS avaient pour fonction de révéler ou de rendre intelligibles les ressorts cachés de la domination, on aurait alors franchi le Rubicon de la clarification. La maladie ne se découvre pas ex nihilo, l’impératif du diagnostic (de l’existant et celui plus prospectif) est vital dans le processus de régénérescence des sciences sociales véritablement encastrées dans la profondeur des sociétés humaines. C’est déjà là un autre débat…

[2] Plusieurs journaux français tels le Parisien ou l’Express ont rapporté que le match de la Ligue des champions qui s’est joué à Milan le 19 février 2020 entre l’Atalanta Bergame et Valence avec environ 45000 spectateurs aurait accéléré la propagation exponentielle du coronavirus dans la région milanaise, plongeant l’Italie dans une crise sanitaire sans précédent à telle enseigne que cette région est surnommée la “Wuhan italienne”.

[3] Un virus très politique, Paris, Syllepse, 2020, p. 9-10.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search