Jean Peneff, Sur le terrain. Un demi-siècle d’observation du monde social

Grenoble, PUG, coll. « Libres cours », 2021, 462 p.

 

Serge Dufoulon, professeur de sociologie au laboratoire AGEIS, UGA – université Grenoble Alpes 

 

Le journaliste demanda à l’éminent anthropologue Georges Condominas de passage en Australie :

“- Professeur diriez-vous que vous êtes post-moderne ?

– Moi ? Je ne sais même pas ce que ça veut dire !” fit semblant de se défendre ce dernier. Il se tourna vers moi pour ajouter en aparté avec un sourire malicieux :

“Les théories passent les hommes restent, notre travail c’est de raconter la vie des hommes”.

C’est de cela qu’il s’agit dans l’ouvrage et que Jean Peneff nous donne à découvrir : des histoires de terrains et des histoires de vies et peu de théorie.

Ce recueil d’articles, à partir de terrains exotiques et urbains, fait voyager le lecteur de l’Algérie aux États-Unis et en Bulgarie mais aussi, plus précisément, de l’hôpital à l’usine, ou encore, les bureaux de vote de Nantes et les stades de football. L’auteur nous fait découvrir des catégories d’acteurs variés, chefs d’entreprise algériens, personnel, hospitalier, thanatopracteurs, ouvriers, etc., dans leur environnement professionnel familier.

Jean Peneff fait le choix délibéré de raconter les terrains d’études qu’il a abordés pour ses travaux de sociologie en décrivant les méthodes d’investigation qu’il a déployées à cet effet : observation, observation participante, entretiens, questionnaires, statistiques, etc. Pour un chercheur, décrire et analyser sa relation aux terrains et le choix des méthodes d’enquêtes mobilisées n’est pas chose aisée, ça l’est encore moins pour les étudiants en sciences sociales qui se lancent dans leurs tout nouveaux travaux d’études sans avoir l’expérience de leurs aînés d’autant plus que, d’un terrain et d’une étude à l’autre, les situations peuvent être complètement aux antipodes les unes des autres comme le montre l’auteur.

La question du terrain en sociologie et en anthropologie n’admet pas de réponse simple car les résultats de la recherche sont largement conditionnés par l’attitude du chercheur et par les méthodes qu’il applique à son objet. Certains chercheurs appréhendent l’arrivée sur le terrain d’observation tandis que d’autres s’en délectent à l’avance : du terrain comme passage obligé voire « rite de passage » pour le jeune chercheur, au terrain comme lieu de respiration pour le chercheur expérimenté cherchant à se ressourcer en échappant momentanément à la routine du travail au bureau, les sciences sociales ont produit une littérature riche et colorée sur les différents terrains, les plus reculés et exotiques aux milieux les plus urbanisés et industrialisés, sans jamais avoir épuisé les questionnements[1].

Pour chaque article et à travers les différents chapitres, l’auteur est précis, méticuleux : il recontextualise sa recherche à l’aune de l’histoire des travaux déjà réalisés sur le même objet, ici sur l’expérience algérienne, là les chefs d’entreprise, ou encore, les comportements électoraux, le recrutement des ouvriers, le travail à l’hôpital et à la morgue, sans oublier les questionnements sur les méthodes telles que l’observation, les biographies et histoires de vie, pour n’en citer que quelques-uns.

S’il est vrai que Jean Peneff utilise aisément les approches quantitatives, ce sont néanmoins les approches qualitatives qui ont ses faveurs : la nécessité de l’expérience de l’altérité par « la mystique de l’immersion » (p.347), travailler et vivre avec ceux qu’il observe.

L’auteur débute chaque article par l’histoire de son objet et de son environnement, sans oublier de citer ceux qui ont inspiré de façon formelle ou informelle son étude, ceux qui ont participé à la réalisation de son projet, les chercheurs de l’École de Chicago tels que H. S. Becker ou E. C. Hughes, P. Bourdieu, J.-M Chapoulie, etc., tous ceux auprès desquels il aurait contracté une dette intellectuelle et amicale forte. Jean Peneff met de la chair sur son projet en l’historicisant, dessinant les lieux de l’action et en mettant des visages et des formes sur les acteurs qu’il décrit.

 On aura compris que nous avons apprécié cet ouvrage. Nous imaginions en le lisant qu’il serait bon de le recommander, aux étudiants comme aux collègues expérimentés : il apportera des réponses aux questions des premiers et fera découvrir des terrains et des acteurs originaux aux seconds. Nous avons particulièrement été séduit par les débuts du chercheur Peneff sur les pas de P. Bourdieu en Algérie et la description de cette Algérie du colonialisme à nos jours. Nous nous sommes passionné pour les descriptions des études de Jean Peneff à l’Hôpital de Chicago, les descriptions de lieux et ses portraits d’acteurs dans les salles d’attente, la découverte du métier de chirurgien. L’étude de la morgue et des métiers de la mort m’a rappelé l’excellent roman Nécropolis d’Herbert Lieberman[2] ou comment maintenir l’illusion de la vie au-delà de la mort. Nous avons participé aux ballets réglés des opérations chirurgicales durant lesquelles chaque soignant en salle d’opération joue son rôle avec conscience et professionnalisme. Peut-être, dans le but de laisser un peu de suspense et pour ménager les effets que l’auteur a soigneusement organisés, il est coutumier dans un résumé critique d’ouvrage de laisser en suspens nombre de thèmes et de pages que le lecteur découvrira mais il serait injuste de ne pas citer le texte de Jean Peneff qui a bien connu le célèbre sociologue et musicien de l’École de Chicago : « Les idées originales d’Howard S. Becker pour enseigner la sociologie » (p.403). Ce fut réellement une leçon de pédagogie, un vent de fraîcheur par le compagnonnage bienveillant qui caractérise Howard S. Becker dans l’accompagnement des étudiants vers leur maturité professionnelle.

Cet ouvrage nous fait cheminer vers des horizons sociologiques qui suscitent l’intérêt et la réflexion, d’où les émotions ne sont pas absentes en raison des moments de l’histoire, des galeries de portraits ou encore des métiers abordés. Un beau recueil de textes sociologiques qui traversent le temps, les classes sociales et les modes de vie et de faire.


[1] Sur cette thématique voir Dufoulon S., Saglio J., Trompette P., « Marins et sociologues à bord du Georges Leygues, interactions de recherche », Sociologie du travail, vol. 41, n°1, janvier-mars 1999, p.5-22. Article en ligne dans Les Classiques des sciences sociales ici 

[2] Seuil, 1991.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search