Raymond Sala, Alain Tarrius, Joan Becat, Un millénaire de cosmopolitismes féminins à Perpignan et à ses frontières. Des Saintes aux prostituées

éd. L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2021.

 

Fatima Qacha, MCF sociologie, université Toulouse 2 Jean Jaurès

Voici un livre qui oppose la « Catalogne française », autrement dit la majeure partie du département des Pyrénées-Orientales, plongé dans un âge sombre et contemporain, à un âge d’or moyenâgeux de Perpignan, capitale du Royaume de Majorque (XIIIe – XIVe siècles), puis ville majeure du Royaume d’Aragon et de ses territoires insulaires méditerranéens. Il a suffi d’un mariage entre nobles – français et espagnole – au XVIIe siècle, pour démembrer la grande entité catalane et offrir à la France un minuscule talon, depuis lors paupérisé. L’historien Raymond Sala, professeur d’histoire des Pays catalans à l’université de Perpignan, décrit la provenance balkanique et circumméditerranéenne de femmes religieuses, telle Sainte Clarisse, fondatrice d’un ordre toujours présent, accompagnées de comtesses, princesses et reines, et enfin de femmes-esclaves, échangées contre des tissus, du safran… L’entité catalane est alors puissante : jusqu’à soumettre Constantinople et y faciliter l’installation des Sultans. L’historien, très pédagogiquement, détaille dates, milieux, généalogies.

Clientélismes et népotismes « républicains » actuels nourrissent en Roussillon la nostalgie d’un passé lointain qu’entretiennent des frontières linguistiques souples et des libertés ibériques de mœurs qui engloutissent la jeunesse pauvre et fragile de Perpignan. La légalisation des clubs prostitutionnels permet le passage par la frontière du Perthus – La Junquere depuis 2006 – de 47 000 femmes des mêmes origines balkaniques, encadrées par la mafia italo-albanaise Sacra Corona Unita, accouplée à la redoutable nangrehta calabraise et ses drogues opiacées. Alain Tarrius, du laboratoire CERTOP de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, nous livre une enquête de 12 années auprès de 120 clubs prostitutionnels en grande Catalogne, avec l’aide de commissaires territoriaux relevant de l’Audiencia madrilène et des contrôleurs des établissements et de leurs locataires. Il analyse comment Perpignan devient, au cours des dix dernières années, une pépinière pour les clubs féminins et masculins d’Espagne. La misère de nombreuses familles, le clientélisme présidant aux attributions d’enfants par l’ASE sous responsabilité du Conseil départemental, donc des élus cantonaux, le silence des médias, etc. Désormais sous chape frontiste, la stigmatisation des « étrangers » maghrébins, subsahéliens, musulmans, « triptyque zémourien », tient lieu de mobilisation invisibilisant plus encore la « pépinière prostitutionnelle » locale perpignanaise. Ces enquêtes de Tarrius chevauchent celles qu’il poursuit depuis plus de vingt ans sur les réseaux d’économies souterraines de la Mer Noire au Maroc. Pour rappel Les fourmis d’Europe (1992), La mondialisation par le bas (2002), La remontée des Sud (2007), La mondialisation criminelle (2015).

Dans la Grande Catalogne espagnole, les rapports de genres cultivés par le franquisme sont difficiles à effacer : la « libération » des mœurs par celle de la prostitution n’a en rien fait évoluer ces vieilles dominations de genre.

Et la minuscule Andorre, qui a échappé au fascisme espagnol et au républicanisme patriarcal des notables français roussillonnais, tout en conservant sa catalanité sans interruption, aide aujourd’hui sud et nord catalans. Le géopoliticien Joan Becat, membre du Centre d’études catalanes de Barcelone expose les dynamiques féminines contemporaines qui, à partir de la minuscule Andorre, irriguent la Grande Catalogne.

Les cosmopolitismes, induits par ce millénaire de mouvements migratoires féminins, sont mis en exergue, poursuivant les enquêtes sur Les nouveaux cosmopolitismes, mobilités, identités, territoires de Tarrius (2000).

 

Références bibliographiques

Tarrius A., en collaboration avec L. Missaoui, 2000, Les nouveaux cosmopolitismes, mobilités, identités, territoires, éd. de l’Aube.

Tarrius A., 2015, La mondialisation criminelle, éd. de l’Aube.

Tarrius A., 2007, La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, éd. de l’Aube.

Tarrius A., 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, éd. Balland.

Tarrius A., 1992, Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, éd. L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search